Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 23:55
    La Congrégation des Soeurs de la Charité du Sacré Coeur de Jésus fut fondée en Espagne en 1877. Françoise ( Francisca ) Aldea Araujo était infirmière et soignait sa Supérieure la Mère Rita Dolorès Pujalte Sanchez quand elles furent toutes les deux arrêtées et assassinées lors de la guerre civile espagnole.

La bienheureuse Françoise naquit le 17 décembre 1881 à Somolinos. Elle perdit son père à neuf ans et sa mère à onze ans. Elle fut accueillie comme interne au Collège Sainte-Suzanne de Madrid, tenu par les Soeurs de la Charité du Sacré Coeur de Jésus. Elle entra au noviciat et prononça ses voeux perpétuels en 1910. Elle devint institutrice au Collège, puis en 1916 devint secrétaire générale de la Congrégation.

Lorsque la guerre civile éclata n 1936, elle s' occupait de la Mère Rita Dolorès, âgée et devenue quasiment aveugle. En juillet, la situation empira à Madrid et ce fut le début d' une cruelle persécution religieuse. Les Soeurs étaient restées au Collège afin de s' occuper des orphelines qui n' avaient nulle part où aller. Le 20 juillet, le Collège fut assailli par des hommes des organisations anarchistes, particulièrement excités contre l' Eglise d' Espagne.

Les Soeurs étaient réunies à la chapelle, suppliant les assaillants d' épargner la Mère Rita Dolorès et son infirmière ; mais ils les firent enfermer dans un appartement voisin et deux heures après firent monter les deux religieuses dans un fourgon. Elles furent fusillées dans le faubourg madrilène de Canillejas à 3 heures 1/2 de l' après-midi.

Elles furent béatifiées par Jean-Paul II à Rome,  le 10 mai 1998, en raison de leur vie dévouée aux orphelins et aux malades ainsi que pour leur sang versé à l' exemple du Christ.
Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 20:02
   Marcelline naquit au sein d' une famille patricienne, vers 327. Son père fut un haut fonctionnaire impérial nommé à Trèves.
Elle se convertit dans sa prime jeunesse au christianisme et éduqua dans la Foi ses frères cadets, Satyre et Ambroise, surtout après la mort de leur mère.


Son frère Ambroise devint plus tard le célèbre saint évêque de Milan.
A la Noël 353, la jeune femme reçut le voile des Vierges des mains du Pape Libère à Saint-Pierre de Rome.
Lorsque son frère saint Ambroise devint évêque de Milan, elle vint y habiter avec son autre frère Satyre, en 374. Elle poursuivit dans la grande cité lombarde sa vie communautaire avec ses autres compagnes religieuses et collabora à l' oeuvre évangélisatrice de son frère. Ce dernier décrivit la vie de sa soeur dans " De Virginibus ".


Elle mourut en 397, quelques mois après la mort de saint Ambroise. Ses restes reposent en la basilique Saint-Ambroise.


En 1838, Mgr Biraghi fonda à Milan une Congrégation féminine, les Soeurs de Sainte-Marcelline, pour l' éducation culturelle et morale des jeunes filles.
Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 19:24
   Dans sa jeunesse, il était connu comme un exemple de pureté et de maîtrise de soi , et comme un homme de prière. Sa réputation avait traversé les murs du monastère Saint-Martin, où il était moine bénédictin, non loin de la basilique Saint-Pierre de Rome.

Alors qu' il était sous-diacre au Latran, le Pape Grégoire IV ( 827-844 ) le fit venir dans son clergé. Le Pape Serge II ( 844-847 ) l' ordonna prêtre, puis le nomma Cardinal.
A sa mort, le Cardinal bénédictin devint Pape sous le nom de Léon IV. L' urgence de la situation ( à cause des invasions musulmanes ) fit qu' il fut consacré sans l' avis de l' Empereur.
Il s' efforça dans les premiers temps de son pontificat de réparer les dommages subis par Rome, saccagée par les Sarrazins. Il fit construire des forts sur la côte Thyrénéenne, défendus par une marine de guerre moderne, afin de se protéger des invasions. Il fit édifier aussi la Cité Léonine, fort de défense près de la basilique Saint-Pierre, du Trastévère jusqu' au Château Saint-Ange. Il fut aidé en cela par l' Empereur Lothaire qui régnait sur le royaume des Francs et la Germanie. Son  inauguration eut lieu en 852, après la victoire d' Ostie ( en 849 ) contre les envahisseurs musulmans.

Il fit aussi reconstruire Centumcellae ( aujourd' hui Civitavecchia ) sur le littoral, détruite par les Sarrazins.

Cependant le règne de saint Léon ne fut pas des plus faciles à cause de sa volonté de rendre le Saint-Siège indépendant du pouvoir temporel de l' Empereur d' Occident.
Il réunit en 853-854 un Concile dans la basilique Saint-Pierre pour le rétablissement de la discipline ecclésiastique, de la pureté de la Foi et des traditions spirituelles du peuple chrétien. Des synodes eurent lieu aussi à Mayence, Lyon, Limoges, Paris et en Angleterre.

Il fut le premier Souverain pontife à systématiquement dater les documents pontificaux. Il confirma le droit des Vénitiens à élire un Doge.
Il mourut le 17 juillet 855 et fut enterré en la basilique Saint-Pierre.
En 1099, eut lieu - toujours dans la basilique - la translation de ses reliques près de celles de saint Léon II, de saint Léon III et de saint Léon le Grand, selon la volonté du Pape Pascal II.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 13:57
Fille du roi de Sicile Manfred et nièce de l' empereur Frédéric II, Constance naquit en 1247. En 1262, elle épousa Pierre III d' Aragon dont elle eut six enfants dont la future sainte Isabelle ( ou Elisabeth ) du Portugal* ( 1271-1336 ).

Bien qu' elle vécût à une époque agitée, elle sut maintenir un certain équilibre entre la vie de Cour, les conflits politiques et la vie de prière. Elle développa de nombreuses oeuvres de charité. 
Elle mourut le vendredi saint de l' année jubilaire 1300, à Barcelone. Elle fut enterrée dans l' église Saint-François. En 1852, sa dépouille fut transférée à la cathédrale de Barcelone, où elle est désormais fêtée chaque 17 juillet. 

* Fêtée le 8 juillet. Cf mon article du 8 juillet 2007.
Repost 0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 13:45
   Aimable ( Amabile ) Wisenteiner naquit dans le Sud-Tyrol autrichien ( aujourd' hui dans le Trentin italien ), le 16 décembre 1865.
Elle était vigoureuse et chrétienne. Beaucoup de villageois de la région émigrèrent, il en fut ainsi de ses parents paysans qui s' établirent au Brésil en 1875 dans l' Etat de Sainte-Catherine. La petite fille aidait sa famille à la ferme, les travaux étaient rudes sous un climat difficile.
Sa mère mourut lorsque la jeune fille eut 22 ans. Elle dut alors s' occuper de ses frères et soeurs plus jeunes et en même temps elle enseignait le catéchisme à la paroisse et secourait les pauvres. A 25 ans, avec une autre compagne, elle partit non loin de la chapelle de Saint-Georges de Vigolo s' occuper de malades, en particulier d' une femme atteinte de cancer. Ce fut la naissance de la communauté des Petites Soeurs de l' Immaculée Conception.

Par la suite, elle prit conseil auprès de son directeur spirituel, un Père Jésuite qui s' occupait des âmes de la mission, et elle s' établit à Nova Trento ( la Nouvelle-Trente ). Elle y reçut l' approbation canonique de sa Congrégation et devint Mère Pauline du Coeur Agonisant de Jésus. Ensuite elle déménagea à Saint-Paul ( Sao Paulo ), où la Congrégation connut un véritable essor, tant il y avait de malades à secourir.
Elle y mourut le 9 juillet 1942, après avoir été la Supérieure Générale de ses Soeurs et avoir aussi été à des postes les plus humbles.
Elle laissa 45 maison dans 5 Etats du Brésil. Elle fut totalement au service de l' Eglise dans un esprit ignatien.

Elle fut béatifiée en 1991 et canonisée en 2002 par Jean-Paul II.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 13:34
Aujourd' hui l' Eglise se souvient du martyre des religieuses d' Orange, guillotinées entre le 6 et le 24 juillet 1794. Elle furent béatifiées par Pie XI le 10 mai 1925 qui fixa leur fête le 9 juillet.
Ces 32 religieuses appartenaient à la Congrégation des Ursulines ( 16 ) dont deux martyres moururent le 9 juillet 1794, Soeur Marie des Anges ( Marie-Anne-Marguerite de Rocher ) et Soeur Sainte-Mélanie ( Marie-Anne-Madeleine de Guilhermier ), à l' Ordre des Cisterciennes ( 2 ), à l' Ordre de Saint-Benoît ( 1 ), les treize dernières étaient Sacramentines.

Voir mon article de l' année dernière.
Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 22:24
Pierre Vigne, né le 20 août 1670 à Privas, aurait pu devenir pasteur calviniste, étant né dans une famille huguenotte et ayant poursuivi des études à Genève de théologie protestante. Mais son destin fut autre, jusqu' à sa béatification en 2004 par Jean-Paul II.

En effet, à l' âge de 24 ans, il fut ordonné prêtre par Mgr Antoine de La Garde de Chambonas évêque de Viviers. Le jeune homme avait été frappé, quelques années auparavant de retour de Genève, par la vue d' un vieux prêtre qui portait le viatique à un malade. Refusant de s' incliner ou de lui porter des marques de respect, le jeune homme fut néanmoins contraint par son cheval qui s' arrêta net de reconsidérer son attitude !

Pierre Vigne, après huit ans en tant que vicaire paroissial, entra chez les Lazaristes - fondés en 1625 par saint Vincent de Paul - afin d' évangéliser le Vivarais, puis la Savoie et le Midi de la France, de Toulouse à Lyon. Il prononça ses voeux en 1702. Il cherchait néanmoins, comme saint François-Régis, une vocation missionnaire qui corresponde à ses souhaits. Il quitta la Congrégation en 1706, ce qui le déchira intérieurement...
Après des années d' épreuves, il s' agrégea à la Société des Prêtres du T S Sacrement, fondée en 1634 par Mgr d' Authier de Sisgaud. C' était en 1724 !

Il trouva chez ses nouveaux confrères plus de liberté dans la méthode de mission et une vie spirituelle intense qui reposait sur l' amour de Saint Sacrement, de l' Eucharistie donnée. Il mena plus de 200 missions, traversant à pied, à dos de cheval ou de mulet toute la région du Vivarais, le Dauphiné, la Savoie, l' actuel Hérault...Il préférait prêcher dans les villages plutôt que dans les villes. Il fut un apôtre inlassable et visible de la charité du Christ. Certaines missions pouvaient durer d' un mois à un trimestre. Il fut bientôt apprécié de son évêque, réclamé par d' autres et connu à Rome !

Toutes les missions comportaient la prédication de la doctrine chrétienne, à travers l' enseignement de l' Eglise et de la Foi, se poursuivaient par des baptêmes et le catéchisme des enfants et se terminaient par  la confession des habitants du village.
Il faisait habituellement ériger une croix en souvenir de la mission, à l' entrée du village. En Ardèche, le calvaire* de Boucieu-le-Roy, près de Tournon-sur-Rhône, est célèbre avec les 39 stations du Chemin de Croix érigées en souvenir de sa venue. En 1715, le bienheureux Pierre Vigne bénit la fondation par Marguerite de Nozières d' une Congrégation du TS Sacrement dédiée à l' éducation des filles, à l' adoration eucharistique et à la dévotion au Calvaire.
la Croix et l' Hostie furent les deux pôles de la vie spirituelle de ce prêtre missionnaire qui avait failli devenir pasteur protestant... 
Il mourut lors d' une mission à Rancurel, dans le Vercors, le 8 juillet 1740. Il avait 70 ans. Son corps fut enterré, en présence d' une immense foule, à Boucieu-le-Roy.

* Appelé " le Grand Voyage de Pierre Vigne ".

Image : l' église saint Jean l' Evangéliste de Boucieu.
Repost 0
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 07:51
Ils ne l' auront jamais
L' âme des enfants de la France !
Redisons ce cri de vaillance :
Ils ne l' auront jamais, jamais !

Tant que brillera le soleil
Sur nos champs et sur nos montagnes,
Tant que les fils de nos campagnes
Prieront aux heures du réveil ;

Jadis nos pères ont souffert,
Leur sang a coulé dans nos plaines ;
Mais ils ont su briser leurs chaînes !
L' amour est plus fort que l' enfer.

Pour tomber sous leur joug honteux,
Enfants, vos âmes sont trop belles !
A Dieu vous resterez fidèles
Et vous regarderez les Cieux !

Et nous, jusqu' au dernier soupir,
Nous crierons : Règne sur la France,
O Christ, notre unique espérance :
Plutôt que t' abjurer, mourir...


Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 13:54
Saint Héliodore naquit au milieu du IVème siècle en Dalmatie. De bonne heure, il suivit l' enseignement de son compatriote saint Jérôme - traducteur de la Bible -  et s' attacha à lui.
Disciple de l' évêque d' Aquilée saint Valérien, Héliodore vécut dans cette ville d' Illyrie en se consacrant à la prière et à l' étude. Il accompagnit en Orient saint Jérôme lors d' un voyage pour visiter les monastères.

Au cours de ce voyage, éprouvant le désir de revoir la Dalmatie et sa famille, Héliodore quitta saint Jérôme en lui promettant de le rejoindre plus tard. Le temps passa et saint Jérôme s' inquiéta de ne le revoir, pensant qu' il avait peut-être préféré les attraits du monde. Il lui écrivit une lettre touchante pour lui rappeler sa vocation.

Saint Héliodore revint en Italie - dans l' actuelle Vénétie - à Altinum ( aujourd' hui près de Quarto d' Altino ), dont il deviendra l' évêque. Il prit parti contre les Ariens et fut renommé pour sa charité et sa science.

Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-12727133.html
Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 13:35
Quand le Seigneur Jésus décida de retourner en Judée à Béthanie, où était mort son ami Lazare, les apôtres craignirent pour leur sécurité. L' apôtre Thomas fit part de son pessimisme ; mais se refusa à l' abandonner. Il l' accompagna. Saint Thomas nous montre que la Foi n' est pas un don facile et que nous cheminons avec des doutes et des faiblesses. Le célébre passage, après la Résurrection de NSJC, où il fait part de son incrédulité est symbolique de notre condition. Il s' exclame après l' avoir reconnu : " Mon Seigneur et mon Dieu ! "

Combien de fois les événements de la vie nous font-ils revenir dans le droit chemin et nous font nous écrier comme saint Thomas : " Mon Seigneur et mon Dieu ! "

Repost 0