Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 13:56
   Brigitte Morello naquit le 17 juin 1610 à S. Michele di Pagana, près de Gênes, dans une famille nombreuse et chrétienne. A 23 ans, elle épousa Mathieu Zancano, originaire de Crémone. Les époux s' établirent près de Parme, à Salsomaggiore. A 27 ans, la jeune femme devint veuve. Elle désirait devenir religieuse et fit voeu de chasteté. Son entrée chez les Capucines lui fut malheureusement impossible et en 1640 elle déménagea à Parme. Elle se mit sous la direction spirituelle des Pères Jésuites. Elle fut guidée vers la voie de perfection spécialement par le P. Antoine Morando, sj.

Afin de répondre au souhait de Marguerite de Médicis, duchesse de Parme et de Plaisance, qui voulait doter la ville d' une institution tenue par les Ursulines, Brigitte regroupa à partir de septembre 1646 des jeunes femmes pour subvenir à l' éducation des jeunes filles. Le 17 février 1649, Mercredi des Cendres, elle fonda avec cinq compagnes une nouvelle branche de la famille des Ursulines, sous la direction spirituelle des Jésuites : Les Ursulines de Marie- Immaculée. Elle prit le nom en religion de Mère Brigitte de Jésus.

Elle n' en fut pas la première Supérieure ; elle ne fut élue à cette tâche qu' en 1665. Malgré sa santé précaire, elle dirigea avec bienveillance et fermeté sa nouvelle famille.

Elle mourut à Plaisance, le 3 septembre 1679, et fut inhumée en l' église Saint-Pierre. Il ne reste plus trace de sa sépulture, seulement quelques unes des lettres de direction qu' elle écrivit inlassablement, ainsi que des ouvrages spirituels. Son procès en béatification ne démarra qu' en 1926. Elle fut béatifiée par Jean-Paul II, en 1998.   
Repost 0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 13:57
   En ce jour où l' Eglise se souvient des martyrs de septembre 1792 ( voir mon article de l' année dernière ), nous nous rappelons certaines figures héroïques, comme les bienheureux André Grasset de Saint-Sauveur, Appolinaire de Posat ou François-Joseph de La Rochefoucauld-Maumont. Il y eut aussi Ambroise-Augustin Chevreux, dernier abbé de Saint-Maur.

Celui-ci naquit à Orléans, le 13 février 1728. Il émit sa profession monastique à l' abbaye de Saint-Florent de Saumur en 1744. Ensuite il fut envoyé à Paris, à l' abbaye de Saint-Germain des Prés. A partir de 1763, il occupa d' importantes fonctions au sein de son Ordre et, en 1783, fut élu Supérieur général à l' unanimité.

Lorsque les Congrégations furent mises en danger, il tint bon ; mais la suppression des Ordres religieux un peu plus tard allait porter un coup fatal aux Bénédictins de Saint-Maur. Il fut arrêté en août 1792 avec son neveu Dom Louis Barreau de La Touche et Dom René-Julien Massey. Il rejoignirent le Carmel de Paris transformé en prison et furent assassinés le 2 septembre avec la plupart de leurs compagnons d' infortune. La Grande Terreur allait se poursuivre encore...

En 1926, Pie XI béatifia les victimes de ces massacres ( près de 200 martyrs ) de la révolution française.
Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 13:34
   Toutes les Congrégations ont toujours spécialement honoré les premiers martyrs de leur famille. Il en est ainsi chez les Filles de Marie Auxiliatrice, Congrégation fondée par saint Jean Bosco et sainte Marie-Dominique Mazzarello. Les deux martyres en question ( pendant la guerre civile espagnole ) ont vécu une vie extrêmement simple et obscure. Les Soeurs Marie du Carmel ( Maria Carmen ) et Marie de la Protection ( Maria Amparo ) jour après jour répondirent pourtant à l' appel de Dieu, jusqu' au don de leur sang, à l' exemple de leur Epoux.

Maria Carmen Moreno Benitez naquit à Villamartin, près de Cadix, le 24 août 1885 dans une famille aisée profondément catholique. Elle fit la connaissance de la Congrégation des Filles de Marie Auxiliatrice à Séville, au pensionnat où elle vécut après la mort de son père. Sa vocation fut contrariée par sa soeur aînée qui s' en repentit par la suite. Finalement Carmen put y entrer. Elle émit ses voeux perpétuels en 1914 à l' âge de vingt-neuf ans.

Elle fut envoyée à Sarria, près de Barcelone, puis fut nommée directrice des maisons de Valverde del Camino et de Xérès. Puis elle retourna à Sarria, comme Soeur Inspectrice.
Sa vie était donc vouée à l' enseignement, à la bonne marche des établissements d' éducation de sa Congrégation, et à la direction de Communautés. Elle connut la Vénérable Eusébie Palomino qui fut une humble Soeur cuisinière à Valverde del Camino et dont le procès en béatification est en cours.

L' autre Soeur, Amparo Carbonell Munoz, naquit près de Valence à Alboraya, le 9 novembre 1893, dans une famille modeste. Ses parents, de simples paysans, s' opposèrent à sa vocation chez les Filles de Marie Auxiliatrice, chez qui elle avait étudié autrefois. Aussi n' émit-elle ses premiers voeux que tardivement, en 1923. Après une longue maladie, elle émit ses voeux perpétuels en 1929.

En 1936, les deux Soeurs se trouvaient dans la même communauté, la Maison Sainte-Dorothée, fondée par Don Bosco lui-même et la Vénérable Dorothée de Chopitea à Barcelone. En juillet la situation devint dangereuse pour cet établissement d' éducation catholique. Une quinzaine de Soeurs, douze novices  et une dizaine de jeunes élèves s' y trouvaient encore. Ordre fut donné de disperser immédiatement les dernières habitantes. Certaines religieuses qui n' avaient plus de famille chez qui aller se réfugièrent à la villa Jarth qui appartenait à un Protestant allemand, ami des Soeurs. D' autres purent s' échapper de la ville par bateau : en effet, le gouvernement italien avait envoyé deux navires pour évacuer ses ressortissants.
 Soeur Carmen et Soeur Amparo décidèrent de rester à Barcelone. Une des leurs  ( Soeur Marie du Carmel Xammar ) était à l' hôpital des suites d' un cancer. Vêtues en civil, elles allaient lui rendre visite, lorsqu' elles furent arrêtées...


A l' aube du 1er septembre, elles furent conduites à l' hippodrome de Barcelone et fusillées.
Elle furent béatifiées, avec d' autres martyrs, en mars 2001 par Jean-Paul II.
Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 13:01
  Candide Rivera Rivera naquit à Villacreces dans le diocèse de Léon en Espagne, le 3 septembre 1912. Il entra chez les Frères Mineurs Conventuels, Ordre qui avait été récemment restauré en Espagne, sous le nom de Pierre. Il émit ses voeux temporaires en 1928 à Granollers où il fit ses études. Ensuite il fut envoyé à Rome afin de compléter ses études de théologie. Il y émit ses voeux solennels en 1933 et fut ordonné prêtre en 1935. Il n' avait pas encore vingt-trois ans...

Il retourna alors dans son pays natal et, malgré son jeune âge, fut nommé Supérieur de la nouvelle communauté franciscaine de Granollers où il avait été novice. On reconnaissait en lui des capacités morales, spirituelles et culturelles prometteuses pour l' avenir de l' Ordre en Espagne. Il fut pendant cette année un humble serviteur de saint François, un homme de paix bienveillant envers ses confrères, pieux et particulièrement dévoué envers la Sainte Vierge.

En juillet 1936, les Franciscains furent expulsés de leur couvent par les révolutionnaires. Le Père Pierre trouva refuge dans une famille amie ; mais fut découvert peu de temps après, le 25 juillet...Il ne lui restait plus qu' à se préparer au martyre imminent. Il put se confesser au curé de Llinas auquel il confia ensuite que, s' il devait mourir assassiné, il crierait :  " vive le Christ-Roi ! " Deux jours après, il fut libéré de sa prison.

Le jeune religieux partit pour Barcelone, où il se cacha pendant un mois. Il fut à nouveau arrêté, le 22 août 1936.

Il fut fusillé vers le 1er septembre suivant. Il allait avoir vingt-quatre ans.

Le Père Pierre et cinq autres compagnons de l' Ordre furent béatifiés par Jean-Paul II, le 11 mars 2001.
Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 12:47
Le 1er septembre 1936, les milices révolutionnaires de Valence fusillèrent à Paterna le jeune prêtre Alphonse Sebastia Vinals ( 26 ans ) qui s' occupait d' une école technique pour enfants défavorisés.
Il fut béatifié avec d' aures martyrs de la même persécution, en 2001 par Jean-Paul II.
Leur mémoire liturgique est fixée au 22 septembre.
Repost 0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 16:35
Né près de Vitoria en 1880, Denis fut admis à prononcer ses premiers voeux chez les Salésiens en 1901. il devint coadjuteur et travailla dans différents collèges d' Espagne ( Barcelone, Salamanque ) et à Cuba. Son dernier poste fut à Madrid. Il fut fusillé le 30 août 1936, après que la milice révolutionnaire découvrit qu' il était religieux.

Il vient d' être béatifié, en octobre 2007, avec plus de quatre cents martyrs espagnols dont la mémoire liturgique est le 6 novembre.
Repost 0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 16:23
Aujourd' hui se fête en France, en Belgique, au Luxembourg et en Rhénanie la Saint Fiacre, moine du VIIème siècle bien connu des jardiniers, dont il est le patron. Ce moine - était-il d' origine irlandaise ? - vécut en Brie dans le diocèse de Meaux et faisait l' admiration de tous par le jardin du nouveau monastère qui venait d' être fondé.
Repost 0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 20:49
  Jean-Baptiste Faubel Cano naquit à Liria, près de Valence, le 3 janvier 1889. Depuis sa jeunesse, il appartenait à l' Action catholique et était fort estimé de ses camarades. Il se distinguait par sa charité et son esprit serviable.
En 1914, il se maria et eut par la suite trois enfants. En 1931, au début de la Seconde république espagnole qui allait débuter une politique provocatrice à l' égard de l' Eglise et des Chrétiens en général, il s' occupa de l' enseignement catholique. Il avait une spiritualité fondée sur la Croix et le sacrifice. " Si Dieu a besoin de mon sang, je ne peux pas m' y opposer. " Il fut torturé " in odium Fidei " à partir du 6 août 1936 et subit le martyre à l' aube du 28 août, aux cris de " vive le Christ-Roi ! "


  Arthur Ros Montalt naquit dans une famille paysanne à Vinalesa, près de Valence, le 26 octobre 1901. Il se maria en 1927 et eut six enfants, parmi lesquels un prêtre et une religieuse. Il appartenait au syndicat catholique des paysans. Il fonda un centre d' Action sociale à Vinalesa et une école paroissiale.
Quand l' enseignement catholique fut aboli dans les écoles, il était déjà surnommé le " saint " dans la région. Il était évident que sa notoriété lui attirait la haine de la part des syndicats anarchistes et révolutionnaires des environs, jaloux de l' élite chrétienne, surtout lorsqu' elle faisait montre d' initiative sociale.

Au début de la guerre civile, il offrit sa vie à Dieu et affirma à plusieurs reprises être à la disposition de la volonté divine. Il fut arrêté et torturé avec un groupe de dix compagnons, le 28 août 1936. Il fut ensuite jeté, le dernier, dans un four à chaux.

Ces deux pères de famille furent béatifiés par Jean-Paul II, le 11 mars 2001.
Repost 0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 20:30
  José Ample Alcaide naquit le 3 février 1896 à Vinalesa, près de Valence, troisième de sept enfants. Il fit ses premières études au petit séminaire séraphique de Massamagrell et revêtit l' habit des Capucins, qui l' avaient éduqué, en 1912. Il fit sa profession perpétuelle sous le nom de religion d' Aurèle. Il poursuivit ensuite des études de théologie à Rome, où il fut ordonné en 1921.

De retour en Espagne, il fut nommé directeur des études de théologie et de philosophie chez les Capucins d' Orihuela, près d' Alicante, office qu' il remplit avec satisfaction jusqu' à la fin de sa vie. Il avait une grande réputation chez les jeunes Capucins de cette époque.

Les Capucins furent chassés de leur couvent, le 13 juillet 1936. Le Père Aurèle trouva refuge chez ses parents à Vinalesa chez lesquels il fut arrêté, le 28 août suivant. Avant de mourir fusillé, il exhorta ses autres compagnons d' infortune à bien mourir : " criez fort, vive le Chris-Roi ! " Il fit réciter l' acte de contrition, ce qui lui valut deux gifles de la part du milicien qui commandait le peloton d' exécution. Le Père Aurèle poursuivit calmement et récita l' acte d' absolution...Quand ce fut son tour, il mourut au cri de " vive le Christ-Roi ! "

Son corps fut enseveli au cimetière de Foyos ( Valence ), puis transféré un an après à Vinalesa. Il repose actuellement avec les autres martyrs capucins de la région au Couvent de la Madeleine, à Massamagrell. Comme eux, il fut béatifié en 2001, par Jean-Paul II. 
Repost 0
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 19:02
  Louis ( Luis ) Valls Matamales naquit à Benaguacil près de Valence, le 3 mai 1870. Il entra chez les Capucins en 1890, où il prit en religion le nom d' Ambroise, et émit ses voeux perpétuels en 1894. Il fut ordonné en septembre de la même année et célébra sa première messe au couvent de Sanlucar de Barrameda ( Cadix ).

C' était un religieux humble et modeste dévoué à Notre Dame. Il était chargé de la prédication dans la Province capucine de Valence, ainsi que de la direction spirituelle, spécialement auprès des Tertiaires franciscains de la région. Il  écrivit un ouvrage consacré à la Vierge de Montiel qui rencontra un certain succès, puisqu' il en était à sa troisième édition en 1934.
 Il se trouvait au couvent de Massamagrell lorsque la guerre civile éclata. Il se réfugia chez une de ses dirigées à Vinalesa, Mme Orts. Celle-ci relata plus tard qu' il désirait mourir pour l' Eglise et pour l' Espagne. " Ils me tueront - lui disait-il - mais ils ne vous feront rien ". Il était d' un grand courage et priait continuellement.

Il fut arrêté par la milice locale armée de mitraillettes dans la nuit du 24 août. Il se tourna vers son hôtesse infortunée et l' exhorta à prier en lui déclarant qu' il ne reviendrait pas. Il fut porté en automobile au lieu de son interrogatoire où il fut sauvagement battu. Les rouges lui reprochaient particulièrement un sermon anti-communiste qu' il avait prononcé à Benaguacil. Il répliqua à plusieurs reprises entre les coups qu' il n' avait fait que prêcher l' Evangile et la doctrine de Dieu. Sur la route de Valence à Barcelone, on le fusilla...

Il fut béatifié par Jean-Paul II avec d' autres martyrs de la guerre civile, le 11 mars 2001. Sa mémoire liturgique est fixée au 22 septembre qui se trouve être aussi l' anniversaire du jour où il avait autrefois célébré sa première messe.
Son corps repose au couvent de la Madeleine à Massamagrell.



Repost 0