Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 13:37
  Jules ( Julio ) Esteve Flors naquit à Puzol près de Valence, le 9 octobre 1897, dans une famille de neuf enfants. Il fit ses études au Collège Séraphique et prit l' habit des Capucins en 1913, alors qu' il n' avait pas encore seize ans. Il prit le nom de Frère Bonaventure et fit sa profession temporaire l' année suivante, sa profession perpétuelle en 1918.
Il étudia à Rome et devint docteur en philosophie de l' Université Grégorienne. Il fut ordonné prêtre en 1921 à Rome. A son retour en Espagne, il fut nommé lecteur de philosophie et de droit canon à Orihuela. Il se distingua aussi comme prédicateur, confesseur et directeur spirituel. Il était bon , intelligent et extrêmement courtois.

Lorsque le temps de la persécution arriva, il fut obligé comme ses confrères d' abandonner le couvent, redoublant sa vie de prière. Il se réfugia chez ses parents à Carcagente. Mais le 24 septembre 1936, le comité local vint perquisitionner la maison et le P. Bonaventure fut arrêté. Dans la nuit du 25 au 26 septembre 1936, il fut conduit avec d' autres détenus au cimetière de Gilet ( Valence ), où il fut fusillé à deux heures du matin.

Il avait eu le temps de dire : " Je me prépare à la palme du martyre. "
 " C' est avec la mesure dont vous vous servez aujourd' hui que vous serez vous-mêmes jugés demain. " déclara-t-il à ses bourreaux.
Dans le camion qui le conduisit au cimetière, il donna l' absolution à treize de ses compagnons dont son propre père, Vincent Esteve, et son propre frère...

Sa dépouille repose au Couvent de la Madeleine de Massamagrell avec les autres Capucins martyrs de la même époque.
Repost 0
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 13:17
Après avoir étudié la médecine en Syrie, les deux frères jumeaux Côme et Damien pratiquèrent leur métier dans les provinces d' Asie Mineure de l' Empire Romain, notamment dans la province d' Euphratésie. Ils se servaient aussi de leur art comme instrument d' apostolat et exerçaient gratuitement.
Ils furent décapités pendant la persécution de Dioclétien en 303, près d' Antioche de Syrie. Leur culte dès lors demeure extrêmement vivace, notamment dans les pays orthodoxes.
 Le 26 septembre est la fête de la dédicace de la basilique que le Pape Félix IV fit édifier à Rome au VIème siècle en leur mémoire.
Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 20:34
   Le 19 septembre 1999, le Pape Jean-Paul II a béatifié durant sa visite pastorale en Slovénie un fils de cette terre : Mgr Antoine-Marie Slomsek.

Né le 26 novembre 1800 dans un petit village ( Slom ) du diocèse de Maribor qui appartenait à l' Empire d' Autriche, Antoine-Marie Slomsek fut un séminariste modèle, puis un étudiant en théologie pieux et perspicace à l' université de Tübingen. Il fut ordonné prêtre à 24 ans.

Revenu en Slovénie, il desservit différentes paroisses en se distinguant par un zèle tenace et une loyauté sans faille envers l' Eglise. A 46 ans, alors qu' il était curé de Celje, il fut appelé au siège épiscopal de Maribor. Il reprit pour devise : " Omnia ad Majorem Dei Gloriam ".


Fin connaisseur de l' Ecriture et des textes patristiques, il exprimait son savoir dans ses discours et ses prêches. Il appela dans son diocèse les Lazaristes et fonda en 1851 la Confraternité des Saints Cyrille et Méthode, dans cette contrée proche des terres orthodoxes des Balkans.

Dès sa jeunesse, il avait toujours été pur et studieux ; plus les années s' écoulaient, plus il donnait d' importance à la prière personnelle et à la prière publique. Son esprit d' apostolat était grand et il veillait à la formation de ses clercs et à la défense de la famille chrétienne.

Il mourut le 24 septembre 1862 à Maribor dont il fut un apôtre des temps modernes.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 20:28
Aujourd' hui nous fêtons ND de la Merci qui fut l' inspiratrice de l' Oeuvre de saint Pierre Nolasque ( 1180-1245 ).


Prions Notre Dame pour nous libérer de nos esclavages personnels et de nos prisons modernes !
Repost 0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 13:56
     Marie-Thérèse-Sophie ( Sofia en espagnol ) Ximenez naquit à Valence le 15 octobre 1876. Elle fit sa première communion au Collège du Sacré-Coeur tenu par les Soeurs Carmélites de la Charité. En 1905, elle épousa un veuf déjà père de trois enfants, Carlos del Rio Diez de Bulmesnella. Le nouveau ménage eut deux enfants qui furent élevés dans une atmosphère de grande piété.
Devenue veuve le 27 mai 1927, Sophie poursuivit ses activités charitables, notamment au sein de l' Action Catholique dont elle faisait partie, ainsi que dans d' autres oeuvres apostoliques. Elle secourait les pauvres et faisait le catéchisme.
Lorsque la persécution anti-catholique éclata à la suite de l' insurrection du général Franco contre le régime républicain qui se laissait influencer par l' anarcho-syndicalisme, le communisme et les pires factions anti-chrétiennes, Sophie accueillit chez elle trois religieuses Carmélites de la Charité qui avaient dû fuire leur couvent. Il s' agissait  d' une cousine ; de sa soeur - Marie de la Purification de Saint-Joseph ( 1871-1936 ) - qui avait été Supérieure du Couvent  de Gandie et qui vivait au Couvent de Tarragone ; de sa belle-fille - Marie-Josèphe ( 1895-1936 ) - qu' elle avait élevée depuis l' âge de six ans et qui était devenue religieuse à vingt-deux ans. Cette dernière avait rejoint sa belle-mère dans la précipitation lorsque le Collège de Barcelone où elle demeurait avait été saccagé.

Mme del Rio née Ximenez fut arrêtée par des bandes anarchistes, le 23 septembre 1936, et fusillée en haine de la Foi peu après à Benicalap avec son fils Louis, handicapé mental, sa belle-fille Marie-Josèphe del Rio et sa soeur Marie de la Purification de Saint-Joseph Ximenez.
Sophie Ximenez fut béatifiée ainsi que sa soeur et sa belle-fille, le 11 mars 2001, par Jean-Paul II.
Leur mémoire liturgique est fixée au 22 septembre, comme pour tous les autres martyrs de la province de Valence de cette époque.
Lorsque l' on procéda à l' exhumation de son corps, lors du procès de béatification, on constata qu' il était resté incorrompu.
Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 23:18
Voici un extrait du discours du Saint Père prononcé le 14 septembre aux évêques de France :

" Votre charge de sanctification du peuple des fidèles, chers Frères, est indispensable à la croissance de l' Eglise. J' ai été amené à préciser, dans le Motu Proprio " Summorum Pontificum ", les conditions d' exercice de cette charge, en ce qui concerne la possibilité d' utiliser aussi bien le missel du bienheureux Jean XXIII ( 1962 ) que celui du Pape Paul VI ( 1970 ).
Des fruits de cette nouvelle disposition ont déjà vu le jour, et j' espère que l' indispensable pacification des esprits est, grâce à Dieu, en train de se faire. Je mesure les difficultés qui sont les vôtres ; mais je ne doute pas que vous puissiez parvenir en temps raisonnable à des solutions satisfaisantes pour tous, afin que la tunique sans couture du Christ ne se déchire pas davantage.

NUL N' EST DE TROP DANS L' EGLISE.

Chacun, sans exception, doit pouvoir s' y sentir chez lui, et jamais rejeté.
Dieu qui aime tous les hommes et ne veut en perdre aucun nous confie cette mission de pasteurs, en faisant de nous les bergers de ses brebis. Nous ne pouvons que lui rendre grâce de l' honneur et de la confiance qu' il nous fait. Efforçons-nous donc toujours d' être les serviteurs de l' unité ! "  


Il est à noter que Benoît XVI a aussi évoqué la situation préoccupante de la famille en Occident, la figure du saint curé d' Ars comme modèle du prêtre de paroisse, l' urgence des vocations et l' identité chrétienne de la France entre autres sujets.

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 22:40
Voici un extrait de la méditation prononcée par le Saint Père, dimanche dernier lors de la clôture de la procession eucharisique :


" L' Eucharistie est aussi Jésus-Christ futur, Jésus-Christ à venir. Lorsque nous contemplons l' Hostie Sainte, son Corps de gloire transfiguré et ressuscité, nous contemplons ce que nous contemplerons dans l' éternité, en y découvrant le monde entier porté par son Créateur à chaque seconde de son histoire. Chaque fois que nous le mangeons ; mais aussi chaque fois que nous le contemplons, nous l' annonçons, jusqu' à ce qu' Il revienne, " donec veniat ". C' est pourquoi nous le recevons avec un infini respect (...)

Avec Pierre-Julien Eymard et avec Bernadette, nous invoquons le témoignage de tant et tant de saints et de saintes qui ont eu pour la Sainte Eucharistie le plus grand amour.
Nicolas Cabasilas s' écrie et nous dit ce soir :
" Si le Christ demeure en nous, de quoi avons-nous besoin ? Que nous manque-t-il ? Si nous demeurons en Christ, que pouvons-nous désirer de plus ? Il est notre hôte et notre demeure. Heureux sommes-nous d' être sa maison ! Quelle joie d' être nous-mêmes la demeure d' un tel habitant ! "
( La vie en Jésus-Christ, IV, 6. )  
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 13:54
Saint Lambert naquit entre 633 et 638 au sein d' une noble et riche famille de Maastricht ( qui se situe aujourd' hui aux Pays-Bas ), alors dépendante du diocèse de Liège. Il avait reçu une bonne éducation chrétienne, à une époque où subsistait encore des traces de paganisme. Il devint prêtre. Il était humble et prudent, pur de moeurs et extrêmement pieux. Passionné de lectures, il avait aussi une robuste constitution et un tempérament de lutteur. Vers 670, il devint évêque de Tongres-Maastricht.
Pendant cinq ans, sa carrière fut agitée par les remous qui se produisirent après la mort de Childéric II qui gouvernait la Neustrie et la Bourgogne. Ebroïn, le maire du palais le fit exiler et il trouva refuge à la cour du roi des Francs saint Dagobert II ; mais celui-ci, au bout de quelques temps, demanda aux moines de Malmédy de l' accueillir, car il jugeait qu' il ne pouvait plus assurer sa sécurité dans un royaume assailli de toutes parts. Il le fit remplacer par un autre évêque au siège de Liège ; et c' est ainsi que saint Lambert connut une période de sept ans pendant laquelle il partagea la vie des moines, pria et eut tout le temps de penser aussi à son avenir...
En 680 Ebroïn fut assassiné et remplacé par Pépin le Bref ; ce dernier pour assurer son pouvoir fit immédiatement réinstaller les évêques exilés sur leur siège épiscopal. Aussi saint Lambert retourna-t-il à Maastricht, plein de zèle et d' énergie. En plus de sa charge épiscopale, le saint évêque devait aussi veiller à la conversion de populations restées encore païennes, notamment dans le Brabant. Avec la collaboration de sainte Landrade, il fonda une abbaye féminine à Munsterblizen.
Il y eut plusieurs versions du martyre du saint évêque, empreintes pour certaines d' aspects légendaires. Selon une version célèbre, il serait mort transpercé par une lance à l' église des Saints-Côme-et-Damien de Liège, pour avoir dénoncé la relation adultérine de Pépin le Bref avec sa belle-soeur Alpais, soeur de son épouse sainte Plectrude. D' autres biographes mettent en avant le fait que l' on avait voulu se venger des taxes qu' il avait imposées à l' église de Notre Dame de Maastricht.

Cet apôtre des terres flamandes et brabançonnes mourut le 17 septembre 705. Il fut immédiatement vénéré par le peuple. Une église lui fut dédiée à Liège, ville dont il devint le saint patron. 
Repost 0
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 00:07
La piété chrétienne contempla d' abord la Mère de Dieu au pied de la Croix. C' est le thème du Stabat Mater. Au XIIIème siècle, les Servites de Marie à Florence honorent spécialement les douleurs de la BVM.


Puis de plus en plus on chercha dans la vie de la Vierge toutes les douleurs qui sont les effets de son union au Rédempteur,  
Elles sont sept :

LA PROPHETIE DE SIMEON

" Vois ! cet enfant doit amener la chute et le relèvement d' un grand nombre en Israël ; il doit être un signe de contradiction, et toi-même une épée te transpercera l' âme, afin que se révèlent les pensées intimes de bien des coeurs ! "


LA FUITE EN EGYPTE

" L' Ange du Seigneur apparut en songe à Joseph et lui dit : " Lève-toi; prends l'enfant et sa mère, et fuis en Egypte. Reste là-bas jusqu' à ce que je t' avertisse, car Hérode va rechercher l' enfant, pour le faire périr. " ( Mathieu II )



LA PERTE DE JESUS A JERUSALEM

" Ayant perdu l' Enfant Jésus et l' ayant cherché avec angoisse, ses parents le trouvèrent au Temple occupé aux affaires de son Père, et la parole du Fils ne fut pas comprise d' eux. Sa mère cependant gardait tout cela dans son coeur et le méditait."
( Luc II, 41-51 )



LE DEPART DE NOTRE SEIGNEUR POUR LA VIE PUBLIQUE

" En se levant, ils le poussèrent hors de la ville et le menèrent  jusqu' à un escarpement de la colline sur laquelle leur ville était bâtie pour l' en précipiter. Mais lui, passant au milieu d ' eux, allait son chemin. " ( Luc IV, 29-30 )




LA RENCONTRE DE MARIE ET DE SON FILS SUR LE CHEMIN DU CALVAIRE

" Qu' elle avait mal, qu' elle souffrait, la tendre Mère en contemplant son divin Fils tourmenté !
Quel est celui qui sans pleurer pourrait voir la Mère du Christ dans un supplice pareil ? " ( Stabat mater )




LA PRESENCE DE MARIE AU PIED DE LA CROIX

" Dans son âme qui gémissait, toute brisée, endolorie, le glaive était enfoncé.
Qu' elle était triste et affligée, la Mère entre toutes bénie, la Mère du Fils unique ! " ( Stabat Mater )



LA DOULEUR DE MARIE TENANT SUR LES GENOUX LE CORPS DE SON FILS ( Vierge de Pitié )

" Heureuse la sainte Vierge Marie qui, sans mourir, a mérité la palme du martyre, au pied de la Croix du Seigneur ! " ( Antienne de la Communion )





" Daignez, ô Mère, source d' amour, me faire éprouver vos souffrances pour que je pleure avec vous.
Faites qu' en mon coeur brûle un grand feu pour mieux aimer le Christ mon Dieu et que je puisse lui plaire. " ( Stabat Mater )



Illustrations :
Crucifixion ( église des Passionnistes en Bavière )
Prophétie de Siméon
Fuite en Egypte, Guido da Siena ( XIIIème siècle ), Altenbourg, Allemagne.
Jésus retrouvé au temple, Jacques Stella ( 1596-1657 ), église de Saint-Béat, France.
Baptême de Jésus, icône XVème siècle, Patriarcat grec de Jérusalem.
IVème Station de la chapelle de la Clarté à Perros-Guirec, Maurice Denis ( 1870-1943 ).
Eglise des Jésuites à Tolède, Espagne.
Vierge de Pitié, église Saint-Gervais, Paris.
Vierge de Douleur, église Sainte-Marguerite d' Augsbourg, Allemagne.
Repost 0
14 septembre 2008 7 14 /09 /septembre /2008 21:07
Ce jour est consacré à fêter le bois qui fut l' instrument du triomphe du Christ sur le démon. Au dernier jour, le Christ viendra juger le monde, précédé de son " signe ", c' est-à-dire de la Croix qui rappellera à tous jusqu' où il a poussé l' amour pour nous.
Former sur nous le signe de la Croix, c' est proclamer notre Foi à NSJC et, par là, mettre en fuite le démon.
En Occident, la fête de ce jour commémore la découverte par sainte Hélène de la Sainte Croix et la dédicace des basiliques constantiniennes à Jérusalem. Elle commémore aussi le retour de la Croix à Jérusalem, sous Héraclius après sa victoire sur les Perses, En Orient, cette fête est l' une des douze grandes solennités liturgiques annuelles ; elle comporte une veillée nocturne, un jeûne strict, et se prolonge jusqu' au 21 septembre.
Célébrons la Croix du Sauveur en union avec tous nos frères d' Orient.    

" Que notre seule fierté soit la Croix de Notre Seigneur Jésus Christ. En lui, nous avons le salut, la vie et la résurrection : par lui, nous sommes sauvés et délivrés. ( Ga 6, 14 )

" Quelle grande chose de posséder la Croix ! Celui qui la possède, possède un trésor ! " ( saint André de Crète )

Extrait de l' homélie du Pape à Lourdes, aujourd' hui dimanche 14 septembre 2008 :

" Le signe de la Croix est en quelque sorte la synthèse de notre Foi, car il nous dit combien Dieu nous a aimés, et il nous dit que, dans le monde, il y a un amour plus fort que la mort, plus fort que nos faiblesses et nos péchés.
La puissance de l' amour est plus forte que le mal qui nous menace. "

" S' en remettre pleinement à Dieu, c' est trouver le chemin de la liberté véritable. "
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article