Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 14:02
Voici un extrait de l' homélie du Saint Père, lors de la Messe célébrée à Paris sur l' esplanade des Invalides, samedi 13 septembre 2008 :
" Le monde contemporain ne s' est-il pas créé ses propres idoles ? N' a-t-il pas imité, peut-être à son insu, les païens de l' Antiquité, en détournant l' homme de sa fin véritable, du bonheur de vivre éternellement avec Dieu ? C' est là une question que tout homme, honnête avec lui-même, ne peut que se poser.

Qu' est-ce qui est important dans ma vie ? Qu' est-ce que je mets à la première place ? Le mot " idole " vient du grec ; il signifie " image " , " figure ", " représentation "; mais aussi " spectre ", " fantôme ", " vaine apparence ". L' idole est un leurre, car elle détourne son serviteur de la réalité pour le cantonner dans le royaume des apparences.

Or n' est-ce pas une tentation propre à notre époque, la seule sur laquelle nous puissions agir efficacement ? Tentation d' idôlatrer un passé qui n' existe plus, en oubliant ses carences, tentation d' idôlatrer un avenir qui n' existe pas encore, en croyant que, par ses propres forces, l' homme réalisera le bonheur éternel sur la terre !  

Saint Paul explique aux Colossiens que la cupidité insatiable est une idôlatrie ( cf 3,5 ) et il rappelle à son disciple Timothée que l' amour de l' argent est la racine de tous les maux. Pour s' y être livrés, précise-t-il, " certains se sont égarés loin de la Foi et se sont infligés à eux-mêmes des tourments sans nombre. " ( 1 Tm6, 10 ) L' argent, la soif de l' avoir, du pouvoir et même du savoir n' ont-ils pas détourné l' homme de sa fin véritable, de sa propre vérité ? (...)

Jamais dans nos jugements nous ne devons confondre le péché qui est inacceptable, et le pécheur dont nous ne pouvons pas juger l' état de la conscience et qui, de toute façon, est toujours susceptible de conversion et de pardon.

Saint Paul en appelle à la raison de ses lecteurs : " je vous parle comme à des gens réfléchis ; jugez vous-mêmes de ce que je dis ( 1 Co 10, 15 )."
Jamais Dieu ne demande à l' homme de faire le sacrifice de la raison ! Jamais la raison n' entre en contradiction réelle avec la Foi ! L' unique Dieu, Père, Fils et Saint Esprit a créé notre raison et nous donne la Foi, en proposant à notre liberté de la recevoir comme un don précieux. " 
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 01:20
Hier soir, le Saint Père s' adressant à la jeunesse* a dit :
 " Beaucoup d' entre vous portent autour de leur cou une chaîne avec une croix. Moi aussi, j' en porte une, comme tous les évêques d'ailleurs.
Ce n' est pas un ornement ni un bijou. C' est le symbole même de notre Foi. " 



* 50 000 personnes sur le parvis, selon la préfecture.
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 20:04
Demain , le Saint Père sera à Paris et à partir de samedi après-midi à Lourdes. Souhaitons-lui la bienvenue ! C' est une grâce pour notre pays.

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 19:43
Michel Gran naquit, le 24 novembre 1620,  près de Barcelone dans une famille de paysans. Il aidait ses parents à la ferme. A dix-huit ans il se maria ; mais seize mois après son mariage il se retrouva veuf...
A vingt ans, écoutant ses propres inclinations, il entra chez les Frères Mineurs Franciscains. Pendant toute sa vie en Espagne, il sera un simple religieux ( comme saint François, il n' était pas prêtre ), servant ses Frères dans différents couvents de Catalogne, en tant que portier, cuisinier, ou infirmier.

Il priait avec joie et obéissait avec humilité. Il menait une vie retirée et mortifiée. La perfection de son union divine fut telle que des événements miraculeux eurent lieu...Il sentait aussi que le Seigneur voulait la création de lieux de retraite pour que les Franciscains retrouvent l' idée originelle de leur fondateur.
Il fit donc le voyage à pied jusqu' à Rome, faisant connaître en chemin son inspiration. A Rome il trouva une population souvent pauvre et soumise à toute sorte d' épidémies. Avec la réforme franciscaine qu' il entreprit, il passa le reste de sa vie à secourir les pauvres et les malades. Son oeuvre fut approuvée par les Papes de l' époque d' Alexandre VII à Innocent XI.

Il mourut le 11 septembre 1684, surnommé l' apôtre de Rome. Il fut béatifié par saint Pie X, le 11 juin  1906.



Repost 0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 00:37
 Bienheureuse la Vierge Marie qui a porté dans son sein le Fils du Père éternel !
Repost 0
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 23:53
Aujourd' hui solennité de saint Pie X, voici quelques images de ce Pape ( 1835-1903-1914 ) cher à de nombreux catholiques.





























Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 22:49
Dans le IIIème arrondissement de Paris, se trouve l' église Saint-Nicolas-des-Champs. Construite à côté de l' abbaye Saint-Martin-des-Champs ( aujourd' hui le Conservatoire des Arts et Métiers ) au XVème siècle sur l' emplacement d' une ancienne chapelle destinée au personnel paysan de l' abbaye, l' église est agrandie au XVIème siècle et au début du XVIIème siècle.
Pendant la révolution française, elle devint un temple dédié à la fidélité...

Elle abrite de nombreuses merveilles, comme ce magnifique " Baptême de Jésus ", peint par Gaudienzo Ferrari ( mort en 1546 ).

Repost 0
Published by Eric - dans Art
commenter cet article
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 22:22
L' église Saint-François-Xavier à Paris, consacrée en 1894, abrite une magnifique toile du Tintoret ( 1518-1594 ) : la Cène, peinte en 1559.

Elle fut commandée par la Scuola du Saint-Sacrement de l' église Saint-Félix, à Venise. Enlevée à l' époque napoléonienne, elle fut achetée en France. La baronne du Teil en fit don à la paroisse Saint-François-Xavier. 


L' église Saint-François-Xavier fut commencée en 1861 par l' architecte Adrien Lusson, puis par Joseph Uchard. Elle est de style Renaissance pour la façade et de style classique pour la nef. On remarque des peintures de Charles Crauk exécutées en 1895 et un bas-relief de Gabriel-Jules Thomas représentant saint François-Xavier baptisant des  Indiens et des Japonais, ainsi qu' une remarquable toile de Luca Giordano ( 1632-1705 ) : le Crucifiement de saint Pierre.
Repost 0
Published by Eric - dans Art
commenter cet article
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 17:50
   Pascal Torres Llorquet naquit le 23 janvier 1885 près de Valence, dans le petit bourg de Carcagente. Ses parents étaient pauvres ; mais leur vive Foi chrétienne les rendaient dignes d' estime de la part de leur voisins, souvent jaloux les uns des autres.

 Pascal avait hérité de leur Foi. Il vécut dans la modestie et la dignité et mena une vie de chrétien honnête et droit. Il était cantonnier de sa bourgade et aidait à toute sorte de travaux. La modestie de sa situation ne l' empêchait pas, avec l' accord de sa femme, d' aider financièrement des ouvriers plus pauvres que lui. Il y avait aussi cinq enfants à élever à la maison. 

Il se rendait à la Sainte Messe tous les matins et y recevait la communion. Le soir, toute la famille se regroupait pour réciter le rosaire.

Il faisait aussi partie de l' Action catholique qu' il mit sur pied dans son village en 1932 et aussi de la Conférence de Saint-Vincent de Paul pour venir en aide aux pauvres et aux malades ( notamment  à l' hôpital de Fontilles ) ; après son travail, il trouvait donc du temps pour se consacrer aussi à ses oeuvres. Dès sa jeunesse, il avait l' habitude de faire des heures d' adoration nocturne. Tout cela en faisait aussi un père de famille attentif et un mari aimant.

Le curé du village pouvait compter sur Pascal les yeux fermés et en faisait souvent son bras droit. Lorsque la persécution religieuse des années 30 éclata, Pascal redoubla de prières. Il prévoyait quelques années avant la guerre civile que la persécution de l' Eglise ne pouvait que déboucher sur une catastrophe.

Déjà on murmurait dans la région qu' il était " trop catholique " ( c' est ce que la Gestapo dira du bienheureux Marcel Callo  à peine quelques années plus tard ), qu' il faisait les mêmes choses que le curé. Il restait calme et préférait la pénitence, alors qu' au dehors des grèves sanglantes, glorifiées plus tard par les idéologues communistes dans toute l Europe, endeuillaient la province. Pendant les troubles, il fut interrogé par la police révolutionnaire.

Quand plus tard en 1936 les églises et les couvents furent incendiés, le curé confia à Pascal les hosties consacrées. Le soir Pascal et sa femme priaient en présence du Saint Sacrement ; parfois le curé vêtu en civil se joignait à eux et en cachette, dans une atmosphère de catacombe ; on allait porter aussi  les Saintes Espèces à quelque malade, toujours la nuit...Il accompagnait souvent le prêtre qui allait célébrer en cachette les Saints Mystères dans des maisons, masures ou fermes amies...
Cet activisme évidemment n' allait pas passer inaperçu auprès des milices locales anarcho-syndicalistes et socialistes révolutionnaires. Pascal ne voulait pas se cacher et taire ses convictions chrétiennes. Il accueillait même chez lui des religieuses ou des prêtres de passage persécutés. Il avait déjà été arrêté pendant quatre jours en juillet 1936 pour avoir servi la Messe.

Finalement la milice vint l' arrêter le 5 septembre à son domicile. Il avait heureusement eu le temps de confier les hosties à des mains sûres. Une de ses filles se précipita au collège du bourg qui avait été transformé en prison de fortune et put lui parler. Il était résolu et calme.
Le lendemain elle ne le trouva plus, il avait été fusillé avant l' aube, priant avec ses compagnons...

Il fut béatifié, avec d' autres martyrs de la guerre civile, en mars 2001, par Jean-Paul II. 
Repost 0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 23:54
Aujourd' hui nous nous souvenons de la bienheureuse Thérèse de Calcutta ( née Agnès Gonxha, le 26 août 1910, à Skojpe en république de Macédoine actuelle dans une famille d' Albanais catholiques. )
Devenue religieuse missionnaire dans l' Ordre enseignant de ND de Lorette, elle décide en 1948 à Darjeeling, en Inde, de fonder une Congrégation qui deviendra en 1950 la Congrégation des Missionnaires de la Charité.  


La plus connue des religieuses de la seconde moitié du XXème siècle, elle reçoit le prix Nobel de la Paix et est reçue à plusieurs reprises par le Pape Jean-Paul II. Elle meurt à Calcutta, le 5 septembre 1997. Son procès en béatification allait s' ouvrir deux ans après.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article