Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 21:48

  José Dioniso Luis Padilla Gomez naquit à Guadalajara au Mexique le 9 décembre 1899. Il reçut une éducation soignée dans une famille distinguée et chrétienne. Il entra en 1917 au séminaire de Guadalajara, mais il le quitta en 1921 car il sentait que sa vocation n' était pas là. Elle sera celle du martyre offert comme celle du Souverain Prêtre.

Il donnait des leçons gratuites aux enfants pauvres et menait une vie simple de jeune homme pieux et dévoué à la BVM. Il devint l' un des premiers membres de l' Association Catholique de la Jeunesse Mexicaine fondée par le bienheureux Anaclet Gonzalez Flores et entra à l' Union Populaire qui luttait contre les mesures du gouvernement de Plutarco Calles. Dans un contexte de guerre civile, il restait fidèle à la Foi et aux dévotions de l' Eglise entrée dans la clandestinité.

Le 1er avril 1927 un groupe de soldats fit irruption dans la demeure familiale et l' arrêta ainsi que sa mère et l' une de ses soeurs.

Il rejoignit à la caserne Colorado le bienheureux avocat Gonzalez Flores et les frères Vargas Gonzales.

Il exprima le désir de se confesser, mais l' avocat lui répondit :  " tu n' as plus le temps de te confesser, ton propre sang te purifiera. " Les quatre compagnons récitèrent leur acte de contrition. Louis Padilla Gomez offrit sa vie. Il fut fusillé peu après. il avait 26 ans.

Il fut béatifié le 20 novembre 2005.

Repost 0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 21:17

 Dans le contexte de la persécution religieuse mexicaine provoquée par la Constitution laïciste anti-catholique de 1917, l' Eglise se souvient du martyre d' Anaclet ( Anacleto ) Gonzalez Flores et de ses compagnons béatifiés le 20 novembre 2005.

Anaclet Gonzalez Flores naquit le 13 juillet 1888 à Tepatitlan. Il fut le fondateur de l' Association Catholique de la Jeunesse Mexicaine ( ACJM ) à Guadalajara et de l' Union Populaire qui s' opposa aux mesures du gouvernement fédéral ennemi de la liberté religieuse.

Dans le contexte de la guerre civile entre 1926 et 1929 il s' opposait aux mesures coercitives du Président Calles.

D'abord séminariste, il se dirigea vers le Droit avec son ami le bienheureux Michel Gomez Loza. Il devint avocat et fut père de deux enfants. Il reçut ainsi que son ami la croix Pro Ecclesia et Pontifice de la part de Pie XI en reconnaissance de son action d' évangélisation.

Il était le chef intellectuel de la résistance des Cristeros.

Arrêté le 31 mars 1927, alors qu' il était recueilli par la famille Vargas, il fut tué à coups de baïonnette le lendemain avec les jeunes frères Vargas et Louis Padilla. Il s' était écrié avant de mourir: " viva Cristo Rey ! "

Lien :  http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-6105571.html

Repost 0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 20:58

" Dites à la fille de Sion :  Voici votre Roi qui vient à vous plein de douceur."

 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 11:11

 Nathalie Tulasiewicz naquit à Rzezow ( prononcer Jéchouf ) près des Monts Carpathes le 9 avril 1906 dans une famille d' intellectuels polonais. Elle passa son baccalauréat chez les Ursulines de Poznan et étudia la philologie à l' Université Mickiewicz de Poznan où elle passa sa maîtrise. Le sujet en était Mickiewicz et la musique.

 

Elle devint enseignante à l' école privée Saint-Casimir et chez les Ursulines. En 1938 elle préparait un doctorat de lettres. Elle s' intéressait au théâtre, à la philosophie, à la psychologie et à la musicologie. Elle étudiait particulièrement les écrits de saint François d' Assise, sainte Thérèse d' Avila et saint Jean de la Croix.

L' occupation allemande fut un terrible choc pour elle comme pour ses compatriotes. Elle y répondit par l' intensification de ses forces spirituelles devenant une véritable Mulier Fortis. Elle faisait partie de la Sodalité de Marie ( Sodalicja Marianska ) association de laïcs à la spiritualité mariale.

 

En 1940, elle quitta Poznan qui faisait partie de la Pologne annexée au Reich et déménagea à Cracovie siège administratif du Gouvernement Général, où elle recevait quotidiennement la Sainte Communion. Elle avait des contacts avec des Polonais fidèles au Conseil polonais de Londres et donnait des leçons de littérature polonaise et de théologie en cachette. A la même époque à Cracovie un certain Karol Wojtila ouvrier à l' usine de Solvay allait se préparer clandestinement au séminaire...

 Après une récollection près de Varsovie, elle prit la décision d' accompagner volontairement en 1943 un groupe de femmes polonaises au titre du travail obligatoire en Allemagne pour leur apporter un soutien spirituel. Elles travaillèrent dans une usine à Hanovre. Sa décision est comparable à celle en France du bienheureux Marcel Callo.

cf lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-6080691.html 

Comme lui elle organisait des conférences, des cercles de prières, des pièces de théâtre après le travail, etc...

 

Lorsque la Gestapo découvrit cette présence chrétienne en avril 1944, elle fut arrêtée, torturée et incarcérée à Cologne. En septembre 1944, elle fut déportée au camp de Ravensbrück.

 

Le Vendredi Saint 1945 recueillant ses pauvres forces, elle réunit des compagnes pour faire une conférence sur la Passion et la Résurrection du Seigneur.

 

Deux jours après, elle fut envoyée à la chambre à gaz. C' était le jour de Pâques le 31 mars 1945.

 

Le camp fut libéré par l' armée soviétique le 30 avril 1945.

Elle fut béatifiée par Jean-Paul II le 13 juin 1999.

Lien ( en polonais ) www.zrodlo.krakow.pl/Archiwum/2005/24/10.html

Repost 0
31 mars 2007 6 31 /03 /mars /2007 07:37

Sister Marie-Simon-Pierre  ( Mary-Simon-Peter ), born in Cambrai - Northern France -  from a 6 children Catholic family, was 17 when Pope John Paul was elected.

" He was in a way my Pope, the Pope of our generation. When he died, I felt as if I had lost a friend. "

                        Chapel of Sainte Félicité clinic

 

In 2001 she was diagnosed with Parkinson' s disease, she hardly could write and suffered a lot. She was ravaged by the disease week after week. It worsened after Pope John Paul II' s death in April, 2,  2005. They both suffered the same disease.

Her cure came on one night of June 2, 2005 after the Sisters of her fellow Nuns Congregation ( Petites Soeurs des Maternités Catholiques = Little Sisters of Catholic Maternity Wards, founded in 1930 ) had been praying to John Paul II.

 

 

She feels " totally transformed. "

It is " for the Church to say and to recognize wether it is a miracle. "

 

" ALL  I  CAN  TELL  YOU  IS  THAT  I  WAS  SICK  AND  NOW  I  AM  CURED. "

 

 

The Sister works as a nurse in Sainte-Félicité hospital, owned by the Congregation,  in Paris. The Congregation is situated in Puyricard, diocese of Aix-en-Provence near Marseilles ( South of France ) and owns also maternity hospitals in Senegal.

Mgr Slawomir Oder, the Polish prelate spearheading the Pope John Paul II ' s beatification cause, said Bishop Feidt from Aix would announce more details during Palm Sunday. 

Dozen of miracles have been also testified in this case, but only sudden, complete, permanent recoveries, with no scientific explaination can be taken into account. Thousands and thousands of graces received from John Paul II intercession arrived in Rome.

 

 

Link :  http://maternites-catholiques.cef.fr

 

Maternité Sainte-Félicité, 37 rue Saint-Lambert 75015 Paris.

L' Etoile, Maternité catholique de Provence, 13540 Puyricard.

Clinique Saint Vincent de Paul, 98 boulevard de la Libération, 38300 Bourgoin-Jallieu.

http://www.clinique-bourgoin.com 

 

The Congregation was founded in Grenoble ( France ) by Mother Mary John Baptist ( Mère Marie-Jean-Baptiste ) née Marie-Louise Lantelme, the daughter of a wealthy industrialist.

After his wife gave birth to a disabled son,  Mr Louis Lantelme noticed that the female workers in his factory endured mockeries and even threats from their families when they were discovered pregnant.

Marie-Louise wanted to be a nun, but her father told her in 1920 to study in order to become a midwife, because he had the intention to build a maternity hospital to secure and help young mothers. So she did and worked during eight years in a maternity clinic in Le Creusot.

In 1928 Marie-Louise was preparing to be a Salesian missionary to India, and she was worried because her father was about to build the hospital. What her vocation would be ? She came to ask advice to Bishop Caillot ( from Grenoble ) who answered : Go and collaborate to your father' s project, I will take care of your vocation. The Bishop himself was deeply concerned by the new evil trends : eugenism, abortion, birth control, hedonism, etc...

In 1930 the first maternity hospital was built in Jallieu near Grenoble   " to defend human life from the very conception, to magnify the beauty of love, marriage and family. " it was blessed by Bp Caillot.

In september 1932 Father Guerry ( future Bishop of Cambrai ) was in charge of the newly founded Congregation which was warmly welcomed by Pope Pius XI. 

The Congregation was officially approved by the diocese in 1954 and by Rome in 1982.

Alleluia !

 

Lien en français sur le récit de Soeur Marie-Simon-Pierre :   http://www.evangelium-vitae.org

Témoignage paru dans l' Evangile de la Vie numéro 58 du 15 août 2006.

 

Ajout du 2 mai 2011:

 

C'est une grande joie pour l'Eglise de savoir que le miracle opéré sur cette humble soeur a été retenu parmi 270 autres pour la béatification de Jean-Paul II, le 1er mai 2011, le dimanche de la Miséricorde divine. Elle a porté la relique de celui qui souffrit de la même maladie qu'elle. Alléluia, alléluia, alléluia !

 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 14:14

La crise affecte bien sûr les Etats-Unis aussi. Même dans l'archidiocèse de Saint Louis ( Missouri ) qui est au coeur des Etats du Midwest fidèles à la Foi, on constate une accélération des fermetures de paroisses. Les églises sont pour la plupart démolies ou affectées à d' autres usages ( théâtre comme Saint-Boniface, bureaux, logements...). Il n' y a pas obligation pour les municipalités ou autres collectivités territoriales comme en France depuis la loi de 1905 ( paradoxalement une conséquence positive de cette loi, critiquable dans certain de ses aspects...) d' entretenir les édifices construits avant 1905.

 

             Cathédrale de Saint-Louis, Saint Louis ( Missouri )

On frémit rétrospectivement si en France les paroisses étaient tenues d' entretenir les bâtiments...Que de fermetures et de destructions auraient eu lieu !

Nombre de paroisses fermées :

Du début du siècle à 1965 :  11. Ce sont surtout des communautés ethno-linguistiques qui ferment lorsque les populations se fondent dans le reste du diocèse, ou bien comme d' eux d' entre elles Saint Elizabeth et Saint Peter Claver ferment vers 1950 car elles réunissaient des paroissiens noirs, et n' avaient plus raison d' être, les Etats-Unis abandonnant heureusement à cette époque leur politique de séparation raciale.

De 1965 à 1975 le chiffre est relativement modeste : 7

De 1976 à 1985 le chiffre augmente légèrement. Des paroisses fusionnent avec d' autres : 8

De 1986 à 1999 les effets de la crise se font ressentir. Le chiffre explose : 21

Depuis 2000 avec un pic en 2005 le nombre des fermetures est de  47 en seulement  six ans !   Les églises étaient pour la plupart construites par des communautés d' immigrants à la fin du XIXème siècle et constituaient un patrimoine artistique de valeur...Heureusement six d' entre elles sont devenues des chapelles ou oratoires.

Il existe environ 150 paroisses dans l' archidiocèse de Saint Louis. Une dizaine d' églises ont été construites après 1960.

Un tiers des églises a fermé à cause de la crise.

On appelait autrefois Saint Louis :  Rome of the West...Toutefois le dynamisme de son archevêque actuel Mgr Burke est à l' initiative de nouvelles fondations.

Ces chiffres sont les mêmes dans tous les diocèses et beaucoup plus importants dans les diocèses en faillite...

 

Lien : http://www.archstl.org/archives/sacramental/closed.html

Joli site sur les églises de Saint Louis : http://saint-louis.blogspot.com ( in English )

 

 

Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 09:02

  Née le 1er mai 1894 à Hussowitz près de Brünn ( aujourd' hui Brno en république tchèque ),  Hélène Kafka était la sixième des sept enfants d' Antoine  ( cordonnier ) et Marie Kafka, Catholiques de Moravie. Ceux-ci s' installèrent à Vienne, capitale de l' Empire, dont la Moravie faisait partie, en 1896 pour trouver plus de travail.

Capitale d' un Empire multiethnique et plurilingue, Vienne vivait une époque de bouillonnement culturel à la veille de la première guerre mondiale, mais aussi d' essor économique. Elle aidait ses parents à de modestes emplois. Elle avait le désir de non seulement être infirmière, mais aussi religieuse. Ses parents refusèrent sa vocation et elle devint vendeuse pendant deux ans. Ensuite ils se résignèrent et acceptèrent. Hélène était heureuse.

Elle entra donc à 20 ans en 1914 chez les Franciscaines de la Charité Chrétienne de Vienne et prit le nom en 1915 de Marie Restituta ( en l' honneur de sa mère et d' une martyre des débuts du christianisme ). Elle fut surnommée bien vite soeur Resoluta à cause de son esprit de décision. Nous étions en pleine guerre.

Dans ce nouveau petit pays, après la disparition de l' Empire des Habsourgs, elle menait une vie joyeuse d' infirmière à l' hôpital de Mödling à partir de 1919. Admirée des autres soeurs infirmières et des médecins, elle était cordiale, décidée et d' une nature de femme accomplie. Elle travaillait en salle d' opérations et était infirmière anesthésiste. Après chaque opération longue et difficile, elle ne refusait pas une bonne chope de bière pour en fêter le succès !

Lorsqu' en mars 1938 l' Anschluss - accepté par la population - fit de Vienne la capitale d' une province du Reich hitlérien, l' Ostmark ( ou Marches orientales ),  le pays dut subir une nazification brutale. 

                                                    Vienne 1938

Soeur Marie Restituta n' avait que de l' aversion pour ce régime néo-païen. Lorsque les nationaux-socialistes firent ôter les crucifix des hôpitaux, elle les remit tranquillement dans le sien. Ce geste n' était qu' un exemple parmi d' autres de son opposition. Elle fut dénoncée par l' un des médecins, national-socialiste fanatique,  comme ennemie du régime.

 

                                               Hôpital de Mödling

Arrêtée le Mercredi des Cendres 1942, on avait découvert chez elle des lettres critiques à l' égard des nazis, elle fut condamnée à mort en octobre pour conspiration et haute trahison. Pendant toute son incarcération elle se prépara au martyre.

Elle fut guillotinée le 30 mars 1943 ayant déclaré  par écrit auparavant à ses consoeurs : " j' ai vécu pour le Christ, je veux mourir pour lui. "

Elle fut béatifié par Jean-Paul II à Vienne le 21 juin 1998. Il déclara : Tant de choses peuvent nous être enlevées à nous Chrétiens, mais nous ne permettrons à personne de nous enlever la Croix comme signe de salut. Nous ne permettrons pas qu' elle soit exclue de la vie publique. "

 

Mémoire liturgique le 29 octobre, jour de son jugement.

Lien ( auf Deutsch ) www.othmar.at/kirchen/restituta/restituta.html

 

 

Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 08:24

Climaque vient du mot grec klimax qui signifie échelle. En effet le saint abbé écrivit un célèbre guide spirituel  " l' Echelle du paradis. "

Il était moine dans le Sinaï menant une vie de solitude érémitique, et retrouvant ses frères pour la liturgie du dimanche. Puis il se fixa au Sud-Ouest au monastère de Raithou. Il fut abbé vers 60 ans du monastère du Mont-Sinaï où il écrivit son fameux traité. Celui-ci fut bientôt traduit en latin, syriaque, arménien, arabe et slavon. Sa réputation fut rapidement immense dans tout le monde chrétien de l' époque au moment où les invasions arabes allaient détruire de nombreuses chrétientés.

" La vie du moine - écrivit-il - est une contrainte incessante sur la nature et sur les sens. "

" Les larmes du pénitent ont une valeur comparable à l' eau du baptême. "

 

 

Il écrivit aussi une règle inspirée de celle de Saint Grégoire le Grand avec qui il était en correspondance.

Il mourut en 649.

 Lecture : http://www.jesusmarie.com/jean_climaque.html

Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 07:38

 Né à Guadalajara,  Etat de Jalisco, le 20 décembre 1866, il devint prêtre en 1894. Il fut prêtre à Mechoacanejo, village indigène du diocèse d' Aguascalientes ( Jalisco ), où il accomplit toute sa carrière ecclésiastique.

Sa paroisse était pauvre  et il était attentif à secourir les plus démunis. Il portait aussi tout son soin au catéchisme des enfants. Assidu à la récitation du bréviaire et veillant à une célébration de la Sainte Messe empreinte de piété, il était un prêtre de son époque : simple et fidèle aux principes de  saint Pie X notamment dans la réception des sacrements de la part des enfants.

Lorsque la Constitution laïciste de 1917 fut adoptée, les vexations s' intensifièrent contre l' Eglise. Après les lois Calles à partir de 1924, l' exercice public du culte fut suspendu à l' été 1926 et la situation devint insurrectionnelle. Mgr Orozco y Jimenez, archevêque de Guadalajara, avait donné la liberté à ses prêtres pour protéger leur vie soit de se concentrer à Guadalajara en ville, soit de rester au milieu de leurs paroissiens si ceux-ci pouvaient les cacher. Saint Jules Alavarez Mendoza opta pour la seconde solution et administra les sacrements dans des fermes ou des ranchs en changeant de cachettes.

Le 26 mars 1927 le saint curé se dirigeait avec deux garçons ( Gregorio Martinez et Gil Tejada ) vers une ferme  pour confesser et dire la Messe. Mais une unité de soldats les suprit en route. Le curé fut arrêté et incarcéré dans différents endroits, puis à San Julian où l' influence des Cristeros avait été grande.

Le capitaine Grajeda prépara le 30 mars le peloton d' exécution. Le curé lui déclara : " Mon crime est d' être ministre de Dieu. Je vous pardonne et vous demande de ne pas tuer mes deux accompagnateurs qui sont innocents " et il croisa les bras.

 

Il fut béatifié par Jean-Paul II en 1992 et canonisé en 2000.

 

Autre martyr de Jalisco : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5783035.html

Repost 0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 18:56

Quelques vues du désert de Judée pour méditer sur la retraite de Jésus au désert !

 

Au fond le lac de Tibériade

 

 

 

 

" En vérité, en vérité je vous le dis :  si quelqu' un garde ma parole, il ne mourra jamais. "

 

 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article