Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 01:17
" Dieu nous a parlé par la richesse spirituelle de la bienheureuse soeur Faustine Kowalska. Elle a laissé au monde un grand message de la Miséricorde Divine, et aussi une invitation à se fier entièrement au Créateur.
Dieu lui a donné une grâce toute particulière, afin qu' elle eût l' expérience de sa miséricorde par la voie d' épreuves mystiques, et grâce à un don singulier de prière contemplative. "

Jean-Paul II

faustine-kowalska.jpg

Jean-Paul II a canonisé soeur Faustine ( 25 août 1905 - 5 octobre 1938 ) le 30 avril 2000 à Rome. 
Repost 0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 14:43
 
Francois-d-Escoubleau-Cardinal-de-Sourdis-1575-1628-marble.jpg

 Cardinal François de Sourdis ( 1575-1628 ) had facilitated in Bordeaux the establishment of a Carthusian monastery in the 17th century, on the marshes on the outskirts of the town.
Its foundation had been made possible thanks to a donation from a monk named Blaise de Gascq, and it marked the return to Bordeaux of an Order which had first arrived in the town in 1361 when, as a result of the One Hundred Years'  War, it had been forced to flee its community in Périgord, and resettle on the banks of the Garonne, on a stretch of wasteland to which it gaves its name ( Chartrons ).

The monastery was set up in 1611 and, on 29th March 1620, its chapel, by then a church, was consecrated by the Community' s protector, the Cardinal.

bordeaux-saint-bruno-vierge.jpg

It was an austere church dedicated to St. Bruno. It has a nave 150 ft long containing a number of superb works of art, many of which were commissioned by Cardinal de Sourdis from Bernini ( father and son ).

france-bordeaux-saint-bruno-fa--ade.jpg

St. Bruno' s Church was pillaged during the French Revolution; but it nevertheless retained the frescoes by Berinzago and Gonzales and a fine portrait of St. Bruno ( 17th century ). The reredos in the chancel is decorated with marble taken from the Turks. On each side of the altar stand statues by Bernini.
The reredos behind the High Altar is decorated with an Assumption by Philippe de Champaigne ( 1673 ). To the left of the chancel, is the Sourdis family tomb ( 1691 ).

france-bordeaux-saint-bruno.jpg

The famous Carthusian Gardens ( Jardin des Chartreux ) which was also laid out on land reclaimed from the marshes, once drew the admiration of visitors for its design and its decoration. From the French Revolution onwards, it became the city' s main cemetery.

From " Visiting Bordeaux  ", Editions Sud Ouest, 2007.

saint-bruno-vierge-du-bernin.jpg


Qui était le Cardinal de Sourdis qui fut à l' origine de la construction de cette église ? 


François d' Escoubleau de Sourdis naquit le 25 octobre 1574 à Châtillon-sur-Sèvre en Poitou. Il hérita du titre de comte de La Chapelle. Il était le cousin de la favorite d' Henri IV, Gabrielle d' Estrées ( 1573-1599 ).
Il n' était pas destiné à la carrière ecclésiastique en tant que fils aîné, et fit ses humanités au Collège royal de Navarre à Paris. Il prit part au siège de Chartres.

Lors d' une visite à Rome, il rencontra le Cardinal Frédéric Borromée, cousin de saint Charles Borromée et archevêque de Milan. Il fit aussi la connaissance de saint Philippe Néri, fondateur de l' Oratoire.
Il décida d' entrer dans les Ordres et fut nommé abbé commendataire de Preuilly, Montréal et Aubrac.

Le Pape Clément VIII le nomma cardinal en 1599. Il avait 24 ans...

Il bénéficia donc d' une dispense d' âge pour être nommé archevêque de Bordeaux, le 5 juillet 1599 et fut consacré par le Cardinal de Joyeuse en décembre 1599, en l' abbaye de Saint-Germain-des-Prés, à Paris. Il reçut sa barrette de cardinal un an après. Il fit partie du cercle de Madame Acarie, future bienheureuse Marie de l' Incarnation ( 1566-1618 ).

Acarie.jpg

A Bordeaux, il fit assainir les marais ( palus ) des faubourgs de la ville, fit renover la basilique Saint-Michel et construire la Chartreuse de Bordeaux avec son église Saint-Bruno.

Il accueillit aussi de nombreuses Congrégations, ainsi qu' un groupe de quarante Irlandais menés par l' Abbé  Mc Carthy, fuyant la répression protestante menée par les Anglais en Irlande, et qui fut à l' origine de l' université irlandaise de Bordeaux. Il fit approuver par le Pape Paul V les constitutions de la Compagnie des Filles-de-Notre-Dame, fondée par sainte Jeanne de Lestonnac.

jeanne-de-lestonnac.jpg

En 1607, il baptisa Gaston d' Orléans, fils d' Henri IV, et le 26 novembre 1615 célébra en la cathédrale Saint-André de Bordeaux les mariages d' Elisabeth de France ( 1602-1644 ) avec le futur Philippe IV d' Espagne ( 1605-1665 ) et de Louis XIII ( 1601-1643 ) avec l' infante Anne d' Autriche ( 1601-1666 ), mariages hautement politiques des deux frères et des deux soeurs, voulus par Marie de Médicis.

Il mourut en 1628.

Illustration : buste en marbre du Cardinal de Sourdis par le Cavalier Bernin ( 1598-1680 ).

NB : l' église de Saint-Bruno vient récemment ( 2008 ) d' être confiée aux prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre.
Repost 0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 01:02
Jaime Pellicer Munoz naquit le 10 avril 1914 à Bellreguart, dans la province de Valence, au sein d' une famille profondément chrétienne. A onze ans, il entra au petit séminaire franciscain de Benisa, et il revêtit l' habit de saint François le 25 août 1930, à seize ans. Il reçut le nom de religion d' Alfred, et émit ses voeux solennels le 5 juillet 1936, quelques jours avant le début de la guerre civile.

alfred-pellicer-munoz.jpg

Il revint habiter dans sa famille après le 18 juillet. Il avait 22 ans, et ses parents lui conseillèrent de reprendre ses études dans le monde, et d' abandonner l' habit.
Il accepta de quitter sa robe de bure, car il aurait été certainement fusillé, mais il refusa fermement de renoncer à sa vocation.
Ouvert et joyeux, c' était aussi un jeune homme humble de caractère, et soucieux d' accomplir son devoir.

Le 4 octobre, jour de la Saint-François-d' Assise, il fut arrêté, et fusillé à trois heures de l' après-midi.

Les miliciens du Front populaire, qui l' avaient arrêté, lui avait déclaré qu' il aurait la vie sauve, s' il reniait ses voeux et rejoignait leurs rangs, et enfin s' il promettait de se marier...

Il leur avait répondu qu' il préfèrerait mille fois la mort, plutôt que de renier sa Foi et de dénoncer ses voeux !

Le jeune Frère Alfred fut béatifié en 2001 avec trois autres Franciscains tués à Valence.
Repost 0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 00:43
" Tirez mon âme, Seigneur, de sa prison, afin qu' elle aille chantez vos louanges  !  "

saint-fran--ois-dassise-giotto.jpg

O alto e glorioso Dio,
illumina le tenebre
del cuore mio.

Dammi una fede retta,
speranza certa,
carità perfetta
e umiltà profonda.

Dammi Signore,
senno e discernimento
per compiere la tua vera
e santa volontà.
Amen.
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 03:34
garcia-pobo.jpg   Crescent ( Crescencio ) Garcia Pobo naquit dans le village de Celladas près de Teruel, en Espagne, le 5 avril 1903. Tôt orphelin de père, il fut élevé à l' école Saint-Nicolas-de-Bari, à Teruel, par des Pères capucins du Tiers-Ordre franciscain. Au fil de ses études, Crescent sentit l' appel du Seigneur à la vie religieuse.

le 15 septembre 1921, jour de la fête de ND des Douleurs, il prononça ses premiers voeux dans la branche du Tiers-Ordre franciscain, fondée par le vénérable Louis Amigo y Ferrer ( 1854-1934 )*, les Capucins de ND des Douleurs, et ses voeux perpétuels six ans après. L' année suivante, il reçut l' ordination sacerdotale des mains de son vénérable fondateur à Godella, près de Valence.

Il commença son ministère dans des maisons de redressement. Il avait comme modèle le Bon Pasteur, qui n' abandonne pas ses brebis. Il était de stature moyenne, le visage rond, plutôt corpulent. De caractère extraverti, il gardait sa jeunesse d' esprit. C' était un jeune homme joyeux ; mais, aussi plein d' humilité, il savait garder son intériorité :  Il était mortifié et bon religieux.

Esprit ordonné et méthodique, il se distinguait par un dévouement généreux. Il se sacrifiait personnellement pour la réinsertion de ces jeunes gens à problèmes, dont il avait la responsabilité, et s' efforçait de les remettre sur le droit chemin.

Aux premiers jours de la guerre civile, il revenait des Asturies, où se trouvait la Maison tutélaire, pour se rendre à la Maison de Carabanchel, dans les faubourgs de Madrid. Mais il dut la quitter à cause de la tourmente, et put trouver un refuge miséricordieux à la pension de Dona Pilar Torres à la Plaza del Angel à Madrid, où il se fit passer pour un étudiant en médecine.

Il fut découvert le 2 août 1936, et , n' ayant aucun papier, il fut détenu à la Direction générale de la Sécurité. Un ordre d' exécuter les détenus parvint le 2 octobre, il fut fusillé le lendemain...


Luis-Amigo.png



* Louis de Massamagrell était le nom de religion de José Maria Amigo y Ferrer; Capucin, et fondateur des Soeurs Tertiaires Capucines de la Sainte-Famille et des Frères Tertaires Capucins de ND des Douleurs. Il naquit à Massamagrell ( province de Valence ) en 1854. Dans sa jeunesse, il fut membre de diverses organisations charitables d' aides aux marginaux. En 1874, à presque vingt ans, il entra chez les Capucins de Bayonne, en France dans le département des Basses-Pyrénées ( aujourd' hui Pyrénées-Atlantiques ). En effet, la plupart des Congrégations avaient été expulsées d' Espagne, lorsque la Première République espagnole fut proclamée en 1873. Certaines l' avaient été déjà  au cours du XIXème siècle lors de la lutte entre Légitimistes et Carlistes.  
Louis de Massamagrell rentra en Espagne en 1877, dans un couvent d' Andalousie, deux ans après la chute de la République.  Les Congrégations avaient été à nouveau autorisées.
Il fut ordonné en 1879, dans la province de Santander, et commença son ministère à la prison de Dueso. Il avait un charisme certain auprès de la jeunesse abandonnée en prison. Il revint dans sa province natale en 1881. Plus tard il fut Custode et enfin Ministre provincial.
Il fonda en 1885, au sanctuaire de ND de Montiel, une nouvelle branche de Tertiaires Capucines, et en 1889, une nouvelle branche de Tertiaires Capucins, ces deux fondations orientées vers la réinsertion des jeunes délinquants ou marginaux.
En 1907, il devint évêque de Solsona ( en Catalogne ), et en 1913 fut nommé au siège de Segorbe ( province de Valence ).
Il mourut le 1er octobre 1934 à Godella, dans la Maison-mère de ses Capucins, où il est enterré. Il fut déclaré vénérable en 1992.
Les deux branches de sa famille religieuse comptent aujourd' hui 1300 religieux et religieuses dans différents pays.
Repost 0
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 02:11
En 1897, au Carmel de Lisieux meurt à 24 ans une religieuse dont la charité ardente a constamment animé la courageuse et silencieuse fidélité aux devoirs, parfois monotones, du cloître.

En 1925, l' Eglise célèbre en sainte Thérèse de Lisieux la sainte qu' aime le monde entier.

therese-de-lisieux.jpg
Le message simple et exigeant contenu dans son autobiographie, " l' Histoire d' une âme " , est fait pour tous, et spécialement pour les plus petits. Il répand la douce et pure lumière de l' Evangile dans les âmes que paralyse la crainte ou qu' alourdit l' orgueil. 

Reconnaître son néant, s' en réjouir même, et s' abandonner avec confiance à l' infinie bonté du Père céleste : sainte Thérèse de l' Enfant-Jésus et de la Sainte-Face ne sait pas autre chose. Cette science est la seule vraie. Elle avait compris, malgré ses tourments, que Dieu est Amour.

De cette pure contemplative, Pie XI en a fait la patronne des missions, Pie XII la patronne secondaire de la France, et Jean-Paul II un Docteur de l' Eglise ( Lettre apostolique Divini Amoris Scientia ).

Elle avait promis " de passer son Ciel à faire du bien sur la terre. "

rose-th--r--se-de-lisieux.jpg


( Texte d' après les Bénédictins d' Hautecombe, 1964.)

Lien : www.jesusmarie.com/therese_de_lisieux.html
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 18:27
Maria Francesca Ricart naquit le 23 février 1881, près d' Albal en Espagne. Malgré son caractère expansif et démonstratif, elle nota très tôt en elle une aspiration à la vie contemplative. " Jésus fut toujours pour moi un ami secret ". Elle aimait à se retirer pour le prier.

A seulement 15 ans, en 1896, elle entra au couvent de la branche féminine des Servites de Marie à Mislata, près de Valence.  L' Ordre a été fondé au XIIIème siècle par sept laïcs florentins - dont saint Alexis Falconieri - pour honorer le culte de la Vierge Marie.
" Je sais très bien ce que je suis en train de faire, car Jésus m' appelle. " Elle prit le nom de Marie de la Guadeloupe, ou Maria Guadalupe, et fit sa profession solennelle le 19 juin 1900.

ricart-maria-guadalupe.jpg

Elle accomplit plusieurs charges, et fut en particulier prieure de son couvent entre 1931 et 1934. Entre 1928 et 1931, elle fut maîtresse des novices, ainsi qu' entre 1934 et 1937 jusqu' à la fin de sa vie...Tous les témoignages concordent pour la caractériser par son humilité, sa dévotion à la Vierge des Douleurs, et son amour envers la Passion de NS Jésus-Christ.

Depuis 1934, les Congrégations religieuses étaient en proie à l' hostilité des Républicains, mais la persécution culmina à partir de 1936, au début de la guerre civile. Les religieuses durent abandonner leurs couvents et quitter leurs habits religieux. Mère Maria Guadalupe trouva refuge chez une de ses nièces. La jeune femme était enceinte, et Mère Maria Guadalupe craignit de compromettre sa nièce, car des cas d' atrocités commises par les miliciens anarcho-socialistes , contre les personnes abritant des  prêtres, des religieux ou des religieuses commençaient à être connus de la population de la ville. Elle ne resta qu' une huitaine de jours, et partit chez sa soeur Philomène, fin juillet 1936. 

En pleine nuit, le 2 octobre entre une et deux heures du matin, Philomène fut réveillée par des cris sous ses fenêtres. Pendant que son mari dormait dans la chambre, celle-ci somnolait dans le salon assise dans un fauteuil, car elle avait peur pour sa soeur, et se tenait prête au pire. Quatre hommes armés firent irruption dans l' appartement, et perquisitionnèrent partout, au cas où il y aurait des armes. En effet, les armes venaient à manquer à Albal pendant cet épisode de la guerre, et des milices du Front populaire cherchaient des armes chez les particuliers. 

Les hommes tenaient le mari de Philomène, pour l' empêcher de s' échapper. 

C' est alors que Mère Maria Guadalupe sortit de sa chambre, un livre de prières à la main, et vêtue en civil. Les hommes trouvèrent dans sa chambre un scapulaire de ND du Mont-Carmel. " Vous êtes religieuse ? " s' écrièrent-ils. " Oui, leur répondit-elle, je suis religieuse, et si j' avais pu naître encore mille fois, cela aurait été au pied de la Croix ! "

ricart.jpg   Elle n' offrit pas de résistance, lorsque les hommes l' emmenèrent avec eux. Dans leur voiture, au bas de l' immeuble, deux Franciscaines d' Albal, soeurs de sang, étaient déjà prisonnières...
Philomène raconte : "  Quand elle se dirigea vers la voiture, elle remercia mon mari pour tout ce qu' il avait fait pour elle. Je l' embrassai pour lui dire adieu. Quant à elle, elle demeurait tranquille et sereine. "

Finalement satisfaits d' avoir mis la main sur une telle  " proie ", les Rouges revinrent peu après chez la soeur de Mère Maria Guadalupe, et l' avertirent qu' elle et son mari risquaient de passer devant le tribunal populaire pour avoir donné asile à une religieuse et pour avoir gardé chez eux des images et des objets religieux.

Pendant ce temps, les pauvres religieuses durent subir de telles atrocités, qu' un témoin oculaire de l' époque se refusa à en relater les détails lors du procès en béatification.

Son corps fut abandonné vers quatre heures du matin, et jeté ensuite dans une fosse commune. Depuis 1940, il repose au couvent des Soeurs à Valence.

jesus-de-la-flagellation-grenade.jpg

" Beaucoup d' années nous séparent de cette nuit terrible ; mais le souvenir de Maria Guadalupe nous remplit l' âme d' admiration, et nous invite à nous recueillir dans la prière, afin d' obtenir la grâce de vivre nous aussi l' union intime à Dieu, dans la fidélité à notre propre vocation, et dans la disponibilité à être totalement abandonnés à la volonté divine, ainsi qu' elle a pu le faire, en cette nuit, dans cette rue, s' immolant avec joie pour honorer son Amour. "

Son procès en béatification commença en 1958, et en mars 2001, elle fut proclamée bienheureuse.


Lien ( en français, in English, in italiano, en espanol , auf Deutsch ) :  http://www.servidimaria.org



Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 13:42
maria-antonina.jpg  La bienheureuse Marie-Antonine ( dans le siècle Marie-Anne Kratochwil ), religieuse professe de la Congrégation de Notre-Dame+, naquit dans l' Empire austro-hongrois à Ostrawa-Witkowice en Moravie ( devenue depuis 1918 Ostrava en République tchèque ) le 21 août 1881, de parents polonais, venus de Wegierska Gorka au Sud de la Silésie. 
Cette région de Moravie, outre sa minorité de langue allemande, comportait une importante minorité polonaise, au milieu d' une majorité de langue tchèque, ( celle-ci vivait surtout dans les campagnes ), et de minorités de Juifs dans les villes.

Elle fit ses études chez les Soeurs de Notre-Dame, en Silésie à Bielsko-Biala ( Bielitz-Biala en allemand ), puis elle devint enseignante à Karwin, ville de Moravie à majorité polonaise ( aujourd' hui Karvina en Tchéquie ). En 1910, elle entra au noviciat des Soeurs.

Elle fut envoyée en 1917 en Galicie orientale, à Lwow, ville polonaise de l' Empire autrichien ( Lemberg ), aujourd' hui en Ukraine. Elle y connut la fin de la première guerre mondiale et ses bouleversements, l' écroulement des Empires, et la naissance à quelques kilomètres de la Russie bolchévique.

Ce furent aussi des années, où la Pologne, qui avait été rayée de la carte en tant que pays souverain, renaissait de ses cendres. Elle dut lutter pour son indépendance, contre ses voisins, et même contre sa minorité ruthéno-ukrainienne. En 1925, Soeur Marie-Antonine fut envoyée à Tloumatch ( Tlumacz en polonais, ou Tovmach ), petite ville à l' Est, et à majorité ukrainienne. Elle y fonda une école primaire et un internat polonais. La Pologne reconstruisait ses fondations, même en implantant de nouvelles structures à l' Est. Soeur Marie-Antonine était de caractère pacifique et conciliatrice. Elle sut se faire aimer des deux communautés. En 1932, elle retourna à Lwow.

L' invasion soviétique en 1939 - parallèlement à celle des Allemands à l' Ouest - obligea les Soeurs à abandonner leurs écoles qui furent réquisitionnées par les forces occupantes. Elle se réfugia dans la petite bourgade de Mikuliczyn, où elle prit la tête de sa petite communauté. On se soucia peu des religieuses, on leur interdit de porter l' habit religieux et de tenir une école. Elles aidaient cependant les populations de leurs prières, mais aussi les malades et les réfugiés de leurs soins, de nourritures et au besoin de menus travaux. Soeur Marie-Antonine organisait des réunions de prières et portait discrètement assistance au clergé local.
Lorsque la région fut prise par les Allemands à l' été 1941, la situation se dégrada petit à petit. Elle fut arrêtée avec ses Soeurs par la Gestapo le 9 juin 1942, et incarcérée à Stanislawow, où elle fut torturée et mourut du typhus le 2 octobre 1942. 

Stanislawow fut rattaché après la guerre à la République socialiste soviétique d' Ukraine et unie à l' URSS. Elle a été renommée aujourd' hui Ivano-Frankiskv, et se situe en Ukraine occidentale.

stanislawow-katedra.jpg



Elle fut béatifiée par Jean-Paul II,  le 13 juin 1999, avec 107 autres martyrs polonais.

+ La Congrégation de Notre-Dame, congrégation enseignante, fut fondée par saint Pierre Fourier (1565-1640 ) dans les Vosges, et approuvée par le Pape Paul V en 1616. Saint Pierre Fourier fut canonisé par le Pape Léon XIII en 1899.
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 13:12
François ( Francisco ) Casteller naquit le 3 octobre 1901 à Forcall, dans une famille singulièrement bénie : seul l' aîné se maria, les six autres enfants prononcèrent tous des voeux religieux. Jacques, François et Pierre entrèrent dans la Congrégation des Ecoles pies, fondée par saint Joseph Calasanz en 1597. Dominique et Emmanuel devinrent Augustins, et  l' unique fille, Marie, Dominicaine.

A 13 ans, il entra chez les Frères des Ecoles pies, à Morella, en tant que postulant. Il se signala comme un adolescent exemplaire, aimant le silence. Il était modeste et ponctuel, pieux et recueilli.

carceller.jpg

Il reçut l' ordination sacerdotale en 1925 à Lérida, puis il fut nommé au Collège de Saint-Antoine à Barcelone et enfin à celui de Notre-Dame. Lorsque ses proches s' inquiétèrent de lui, au début de la guerre civile, il leur répondait que la plus grande grâce qu' il pourrait recevoir, serait celle du martyre, car elle lui assurerait le paradis. 
Il fut arrêté, alors qu' il avait trouvé refuge chez sa mère, à l'aube du 29 août. Il fut emprisonné avec une trentaine d' autres prêtres. Il fut condamné à mort par le tribunal populaire, pour avoir déclaré être prêtre pour l' éternité, et n' avoir aucun lien avec la politique.
Il fut fusillé avec un autre prêtre, l' Abbé Isidore Bover Oliver, devant un amas de cadavres de personnes exécutées, au cimetière de Forcall. Il avait 35 ans.

Il fut béatifié par Jean-Paul II, avec 13 autres martyrs espagnols des Ecoles pies, le 1er octobre 1995.


Lien : mon article du 27 août 2007 sur saint Joseph Calasanz :  http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-12003881.html
  
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 12:51
florence-caerols.jpg   Florence Caerols Martinez naquit le 20 février 1890 à Caudete, près de Valence. 

Elle était ouvrière dans une une usine textile. Elle était appréciée de ses compagnes de travail. Au début de la guerre civile, elle aurait pu se mettre du côté des anarcho-socialistes qui tenaient la ville ; mais elle était à la tête de la section féminine locale du syndicat catholique espagnol, fondé à Valence par le serviteur de Dieu Manuel Pérez  Arnal.

Elle faisait aussi partie de l' Action catholique et d' autres organisations catholiques, vouées à l' apostolat auprès des laïcs, ainsi que d' organisation charitables. Elle s' occupait aussi de catéchisme dans sa paroisse.

Elle fut évidemment arrêtée le 23 septembre 1936, et dans la nuit du 1er au 2 octobre, elle fut fusillée aux abords de la ville.

Parmi toutes les femmes de l' Action catholique qui moururent dans l' archidiocèse de Valence, 18 d ' entre elles furent béatifiées en plus de la bienheureuse Florence Caerols.

Le mémorial des 233 martyrs de Valence est fixé au 22 septembre.
Repost 0