Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 18:54
detkens.JPG  Edouard Detkens, prêtre diocésain à Varsovie,  naquit en Pologne à Mokotow ( Mazovie ) le 14 octobre 1885.

Il était recteur de la paroisse étudiante de Sainte-Anne*, et animait le groupe de la Juventus Christiana. Il s' occupait de la pastorale des centres académiques pour les étudiants de la capitale. Il avait organisé, comme le souhaitait le Cardinal Hlond, de nombreux pélerinages étudiants à Czestochowa.

Il fut arrêté au début de l' invasion allemande, puis libéré. Il fut à nouveau arrêté par la Gestapo, en mars 1940, et enfermé à la prison de Pawiak, puis déporté à Dachau.

Il mourut  " in odium fidei "  le 10 octobre 1942. Dans le convoi des invalides, qui le menait à la chambre à gaz, il récitait le Cantique de Siméon : " Nunc dimittis servum tuum..."

Il fut béatifié en juin 1999 par Jean-Paul II.


* Paroisse créée pour les étudiants de Varsovie, dans les années 1920, par le Cardinal Kakowski.


nti_bug_fck
Repost 0
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 19:20
Le Pape Jean-Paul II a canonisé le 21 novembre 1999 saint Innocent de l' Immaculée, Passioniste, et ses compagnons, Frères des Ecoles Chrétiennes.

Emmanuel ( Manuel ) Canoura Arnau naquit en Espagne le 10mars 1887 à Ste Lucie del Valle d' Oro ( Lugo ).

innocent.JPG

A 18 ans, il entra chez les Passionistes, Congrégation fondée par saint Paul de la Croix au XVIIIème siècle. Fervent dévot de la Vierge, il prit le nom d' Innocent de l' Immaculée, et fit sa profession religieuse en 1905. Après des études de philosophie et de théologie, il fut ordonné prêtre en 1913. Très vite il fut nommé par ses supérieurs dans diverses communautés passionistes, chargées de l' apostolat en milieu étudiant, et notamment dans la Province du Très Précieux Sang à Madrid.

Le 4 octobre 1934, il demeurait dans sa communauté des Asturies. Les Frères des Ecoles Chrétiennes de la ville de Turon lui avaient demandé de faire une journée de confessions dans leur école. Mais le 5, éclatait ce qu' on appellera  la Révolution des Mineurs dans toute la région des Asturies. ( cf mon article sur le Frère Bernard Fabrega, http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-12865631.html )
Des révolutionnaires athées firent irruption dans le collège, et capturèrent le Père Innocent, ainsi que les huit Frères...Il furent jetés en prison. Pendant ces quelques jours, il réconforta les jeunes Frères, les préparant à leur sacrifice, qui eut lieu le 9 octobre. Il furent tous fusillés dans le cimetière de Turon, simplement pour avoir confessé la Foi.

innocent.jpg

Ces Frères des Ecoles Chrétiennes, au nombre de huit, étaient :

Le Frère Cyrille Bertrand ( José Sanz Tejedor ) né en 1888, près de Burgos, dans une famille modeste. Directeur de la Communauté de Turon, il était entré chez les Frères en 1905. Il venait juste de faire une retraite spirituelle à Valladolid auparavant.

Le Frère Marcien Joseph ( Philomeno Lopez Lopez ) né en 1900 dans une famille ouvrière. Il souffrait d' une incapacité auditive, et aidait la communauté dans des travaux manuels. Entré à 19 ans chez les Frères, il venait d' arriver à Turon, en remplacement d' un autre Frère qui, craignant l' atmosphère enfiévrée des Asturies socialistes, avait demandé sa mutation ailleurs.

Le Frère Victorien Pie ( Claudio Bernabè Cavo ) né en 1905 dans la province de Burgos. Il avait émis ses premiers voeux en 1923. Il était passionné de musique et avait formé une chorale à Turon, où il venait d' arriver un mois auparavant. 

Le Frère Julien Alfred ( Vilfrido Fernandez Zapico ) né en 1903 dans la province de Léon. L' exemple d' un oncle prêtre, qui s' occupa de son éducation après la mort de sa mère, lui fit aimer la vie religieuse. A 17 ans, il entra chez les Capucins, mais dut revenir chez lui, après une maladie. Il sollicita à 22 ans son entrée chez les Frères des Ecoles Chrétiennes et prononça ses voeux perpétuels en 1932. Il était depuis deux ans à Turon, lorsqu' il dut consommer son martyre.

Le Frère Benjamin Julien ( Vicente Alonso Andres ) né dans la province de Burgos en 1908. Il était devenu aspirant des Frères des Ecoles Chrétiennes à l' âge de douze ans.Il venait d' émettre ses voeux perpétuels, à Turon. 

Le Frère Benoît de Jésus ( Hector Valdivielso ) né en Argentine le .31 octobre 1910. Ses parents étaient retournés en Espagne, puis il avait étudié au noviciat des missionnaires des Frères des Ecoles Chrétiennes, en Belgique. Ce jeune homme avait été transféré à Turon pour compléter sa formation.
IL  EST  LE PREMIER  SAINT  D'  ARGENTINE.

Le Frère Anicet Adolphe ( Manuel Seco Gutierrez ). Il venait d' avoir 22 ans, et était le plus jeune de la Communauté, étant né en 1912 près de Santander. Orphelin de mère, il fut élevé chrétiennement par son père ( qui mourut en 1930 ). Trois de ses frères de sang devinrent Frères des Ecoles Chrétiennes. Il venait de recevoir son diplôme d' enseignant, et avait enseigné à Valladolid l' année précédente. Ses assassins furent impressionnés par son sourire et sa sérénité.

Le Frère Auguste André ( Roman Martine Fernandez ) né en 1910 à Santander dans une famille d' officier. Il avait su convaincre sa mère qui s' était opposée à sa vocation. Il était admiré de ses élèves. Ce jeune homme de 24 ans n' avait pas eu le temps d' émettre ses voeux perpétuels...

Repost 0
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 19:20
Avant qu' il ne soit trop tard, et que les municipalités  votent la démolition de nos églises, voici quelques conseils donnés par le magazine Famille chrétienne, numéro 1542, semaine du 4 août au 10 août 2007 :

Avant qu' il ne soit trop tard :
1) s' intéresser à son église, même sur son lieu de vacances, et à son histoire, sa construction, son originalité.

2) la faire vivre ( chapelets, pèlerinage, etc...), organiser des visites et des animations qui tiennent comptent de sa dimension spirituelle.

3) Mettre en place, en lien avec le curé, un système de gardiennage qui permette son ouverture.

4) Proposer un plan d' entretien à long terme.

5) En cas de dégradations lourdes, se mobiliser, se constituer en association, lancer des souscriptions, MOTIVER le curé et le maire ( qui peut obtenir des subventions du département, ainsi que du conseil régional ).
Et ne pas négliger l' appel au mécénat et à la récolte de fonds privé ( c' est parfois eux qui permettent de déclencher les procédures, en débloquant rapidement de l' argent ).

 Quelques adresses :

SAUVERGARDE  DE  L' ART  FRANCAIS : tél : 01 48 74 49 82 
sauvergardeartfrancais@noos.fr

FONDATION  DU  PATRIMOINE : tél : 01 53 67 76 00
www.fondation-patrimoine.com

COMITE  DU  PATRIMOINE  CULTUEL : tél : 01 40 15 76 05 
Repost 0
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 23:51
DomGu--ranger-copie-1.jpg

  Le célèbre Dom Guéranger écrivait au XIXème siècle, dans l' Année liturgique, à propos du saint Rosaire que nous fêtons aujourd' hui :

"  Soliman II, le plus grand des sultans, avait mis à profit la dislocation de l' Occident par Luther; et rempli  le XVIème siècle de la terreur de ses exploits.
Il laissait à son fils, Sélim II, l' espoir fondé enfin de réaliser le programme de sa race :
l' humiliation, sous le croissant, de Rome et de Vienne, sièges de la Papauté et de l' Empire !

La flotte turque, maîtresse de la Méditerranée presque entière, menaçait d' aborder l' Italie, quand le 7 octobre 1571, eut lieu sa rencontre au golfe de LEPANTE, avec les galères pontificales, soutenues des forces de l' Espagne et de Venise.

C' était un dimanche ! ( - comme cette année - ) 

Par tout le monde, les confréries du Rosaire accomplissaient leur oeuvre de supplication.

L' oeil éclairé d' en haut, saint Pie V suivait du Vatican l'action engagée du chef de son choix : don Juan d' Autriche, contre les trois cents vaisseaux de l' Islam.

Journée mémorable, où la puissance des Ottomans fut anéantie...

L' illustre pontife, dont l' oeuvre était achevée, ne devait point célébrer ici-bas l' anniversaire du triomphe, mais il voulut toutefois en immortaliser le souvenir par une commémoration annuelle de Sainte-Marie-de-la-Victoire.

saint-pie-V-l--pante.jpg

Son successeur, Grégoire XIII, changea ce titre en celui de Sainte-Marie-du-Rosaire, et désigna le 1er dimanche d' octobre pour la fête nouvelle..."



Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 23:04
Aujourd' hui nous fêtons ND du Rosaire.

france-bordeaux-notre-dame-fa--ade-saint-dominique.jpg

Redire à Marie, sans se lasser, la salutation de l' Ange est une forme de dévotion belle et ancienne.

En plus, les fils de saint Dominique propagèrent la prière du Rosaire qui unit l' Ave Maria aux mystères du Christ.
La série actuelle des mystères se fixa au XVème siècle.
Instituée par le Pape Grégoire XIII, la fête de ND du Rosaire fut étendue à toute l' Eglise latine par Clément XI en 1716. 

Ave Maria gratia plena,
Dominius tecum !
Benedicta tu in mulieribus,
Et benedictus Fructus ventris tui Jesus !

Sancta Maria Mater Dei, ora pro nobis, peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae.
Amen.


Illustration : façade de l' église Notre-Dame à Bordeaux, Notre Dame donnant le Rosaire à saint Dominique.  
Repost 0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 00:30
bienheureux-bernard-fabrega.jpg  Le Frère Bernard ( dans le siècle Placide Fabrega ) est l' un des 498 martyrs espagnols, morts entre 1934 et 1937, qui seront béatifiés par Benoît XVI, le 28 octobre de cette année.



Il est né le 18 février 1889 à Camallera en Espagne dans une famille de paysans pauvres de Catalogne, le sixième de huit enfants. Il devient orphelin de père à cinq ans, et connait une enfance précaire, mais digne. Comme l' un de ses frères aînés*, il entre, adolescent, chez les Frères Maristes des Ecoles ( ou Société des Petits Frères de Marie ), Congrégation fondée en France par saint Marcellin-Jean-Baptiste Champagnat au XIXème siècle. Il étudie près de Barcelone.


Lorsqu' il est assassiné " in odium fidei " le 6 octobre 1934, avant le début de la guerre civile espagnole, pendant le régime du Front populaire,  il est supérieur de sa communauté, et directeur de l' école de Barruello de Santullan dans la province des Asturies.

La cérémonie de béatification aura lieu le dimanche 28 octobre à 10 heures en la basilique Saint-Pierre de Rome. Une messe d' action de grâces aura lieu le lendemain. 

Avec le Frère Bernard, 46 autres Maristes espagnols, martyrisés à cette époque, seront béatifiés lors de cette cérémonie. Il s' agit des premiers bienheureux pour la Congrégation des Frères Maristes des Ecoles. 



En 1933, les Maristes commencent à être persécutés, et un certain nombre d' entre eux se sécularisent pour continuer à donner une instruction aux enfants des classes pauvres, confiant la direction de leurs écoles à des laïcs. D' autres résistent et gardent leurs méthodes. A partir de 1934, la fièvre augmente,  et en 1936, la Province d' Espagne des Maristes des Ecoles est entièrement décimée : le provincial, le vice-provincial, le visiteur, le maître des novices, le directeur du scolasticat, et presque tous les directeurs des écoles et collèges d' Espagne sont tués en plus de personnes proches de la Congrégation...

" Un Frère Mariste ne doit pas avoir de politique autre que le Christ ! " ( Frère Laurentin**, lettre aux communautés d' Espagne, janvier 1933 )


Le sang des Martyrs est la semence des Chrétiens !  Sanguis Martyrum, semen Christianorum !



* Le Frère André fut Mariste en Uruguay et mourut en 1976.
* *Le Frère Laurentin, Provincial, sera assassiné - comme 172 de ses frères - en 1936. Il sera aussi béatifié le 28 octobre.

sacr--coeur-copie-1.jpg
Qui était le Frère Bernard ?

Très tôt, il est dévoué au Sacré-Coeur de Jésus, et animé d' une grande dévotion eucharistique. Sa simplicité de caractère, et son esprit d' initiative le font remarquer par ses maîtres d' école. Il reçoit l' habit des Marianistes à quinze ans !

Lorsqu' il sera lui-même Mariste, il se tournera avec amour vers l' enfance défavorisée, comme dans la région minière de Vallejo de Orbo, où il demeure à partir de 1925. Beaucoup de garçons de familles pauvres, une fois terminée leur école primaire, tombaient dans le vagabondage, ne pouvant travailler dans les mines avant seize ans.
le Frère Bernard crée donc des cercles d' études du soir, pour compléter leur instruction, et forme pour l' aider une " élite " parmi ces jeunes gens qu' il fait entrer à l' Action catholique locale, comme tant de prêtres de l' époque; se conformant ainsi aux désirs du Pape Pie XI, qui était soucieux de contrecarrer l' influence marxiste auprès des classes ouvrières. Il leur donne une formation spirituelle et humaine. 

Lorsqu' il est directeur d' école - comme au Collège San José de Barcelone qu' il fonde en 1916 - il s' efforce, en lien avec les familles, et toujours avec un esprit de sacrifice et un grand amour marial, de discerner les vocations et d' accompagner les aspirants. 
Il suivait en cela l' exemple de saint Marcellin Champagnat.
C' est aussi un Frère qui avait compris la phrase de son Fondateur : " Il n' y a pas de rédemption sans sacrifice. " Il porte souvent le cilice, multiplie les sacrifices pour le salut des âmes, et fait la promotion des neuf Premiers Vendredis du mois.

barruelo.jpg

En 1934, il est à Baruello depuis trois ans. C' est une importante ville minière des Asturies. Le Frère Bernard organise des conférences du soir, met sur place un secours mutuel pour les familles de mineurs accidentés. Il est respecté de toute la ville, même si tous ne partagent pas ses vues.  
Depuis les élections de janvier, les sections socialistes échauffent les esprits. Les mineurs travaillent dans de terribles conditions, et leur situation est misérable. A la Maison du Peuple de la ville, avec ses 2000  " encartés ", on attise le feu. L' école entre autre est prise pour cible, ou plutôt comme bouc émissaire : les Frères doivent quitter leur habit religieux, et il arrive que les 350 élèves soient conduits en classe sous escorte policière...

L' été 1934 est particulièrement agité et la propagande rouge se déchaine. On en vient à fabriquer des cocktails Molotov et les armes circulent. La situation est insurrectionnelle. Le 4 octobre, le journal socialiste régional appelle à la grève générale. Le Frère Bernard avait depuis l' année dernière évoqué le martyre pour le salut de ses compatriotes.

asturies.jpg 
Le 5 octobre, des insurgés armés menacent le Frère Bernard devant ses élèves, pendant qu' il fait la classe. Mais il continue son cours, affichant une sérénité surnaturelle, et se rend à l' église pour la messe paroissiale du Premier Vendredi du mois. 

Le soir, un dîner fraternel regroupe la communauté, et celle d' un bourg voisin, pour la fête du directeur : la Saint-Placide (  nom de baptême du Frère Bernard ).

Peu après dans la nuit, la mairie ainsi que l' église paroissiale sont incendiées, tandis que la foule chante l' Internationale.

L' école des Maristes se situait à côté de l' église, et un groupe fanatisé l' envahit. Les Frères prennent la fuite par la porte du jardin donnant sur une rivière, obéisssant à leur directeur. Puis celui-ci fait face aux hommes, pour donner le temps à ses Frères de fuir.
 Il est battu à mort vers quatre heures du matin. Ses dernières paroles sont : " pardonnez-leur, Ave Maria ". Il est la première victime des 35 religieux morts pendant ces journées révolutionnaires.

Toutes les Asturies se sont embrasées : Ce fut la Révolution dite " des Mineurs "..

fr--re-bernard-fabrega.jpg

En 1935, une souscription parmi les mineurs fait ériger un monument au cimetière, sur la tombe du Frère Bernard...

Gravement ébranlée par les insurrections de 1934, la 2nde République espagnole s' effondrera entre février et juillet 1936.

Illustration : affiche marxiste de 1937, commémorant les événements d' octobre 1934 dans les Asturies.

Lien ( en espagnol ) : site des Maristes d' Argentine avec biographie du Frère Bernard.
 www.maristas.com.ar


 
Repost 0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 00:02
saint-bruno.jpg
 Né à Cologne en 1032, Bruno, après avoir enseigné la théologie à Reims, se retira dans la solitude pour " chercher Dieu assidûment, le trouver promptement, le posséder pleinement ".
Ce but est celui de ses fils, les Chartreux, Ordre dont le nom vient de la montagne où saint Bruno avait trouvé la solitude parfaite en 1084. Cette montagne était  " la Chartreuse ", près de Grenoble, diocèse de son ami saint Hugues.
Le Chartreux fidèle à son idéal féconde,par sa prière et sa pénitence, les labeurs de ceux qui se vouent à un apostolat actif.
Appelé à Rome par son ancien disciple, le Pape Urbain II, en 1089, saint Bruno fonda en Calabre l' ermitage della Torre, où il mourut le 6 octobre 1101.

saint-bruno-apotheose.jpg
 
Repost 0
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 22:31
Pour les amateurs de musique d' orgue, voici un lien vers un blog ( en allemand ) très intéressant :

http://karlrichtermunich.blogspot.com

et un lien pour écouter la toccata et fugue de JS Bach intérprétées par Karl Richter :

http://quovadis.canalblog.com/archives/2007/08/06/5822466.html
Repost 0
Published by Eric - dans Art
commenter cet article
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 02:05
 bordeaux-sainte-croix-tympan.jpg
  Once the minster of the Benedictine abbey, the sumptuous Romanesque Holy Cross Church ( église Sainte-Croix ) was built between the 10th and the 13th Centuries. The interior, which has ribbed vaulting, contains some interesting Gothic capitals, a 16th-Century bas-relief, and fine 17th-Century paintings.
The church was restaured in the 19th Century by Paul Abadie.

france-bordeaux-sainte-croix.jpg

The nave has five bays, two side aisles, a transept, and a nine-sided apse preceded by a bay and two apsidal chapels.

france-bordeaux-sainte-croix-nef.jpg

Between the south aisle and the transept, there is a Romanesque capital ( " Abraham' s sacrifice " ). Two more Romanesque capitals can be seen further on : " Daniel in the lions ", and " Jesus amidst the Pharisees ".

The minster was originally part of the Benedictine abbey. The monks settled in what was then an isolated spot in the 7th Century, far from any town, and it was in their abbey that circa 679, St. Monmolin, Abbot of Fleury-sur-Loire, now Saint-Benoît-sur-Loire, died when he was passing through Bordeaux.

Ravaged by the Vikings, the Benedictine monastery was destroyed, but the chapel containing the saint' s relics was left standing.

bordeaux-sainte-croix-portail.jpg
Two centuries later, the monastery came back in existence and its church thought to have been built between 1091 and 1120. The cloister was demolished during the French Revolution. Bishop d' Aviau reconsecrated the church at the beginning of the 19th Century.
In 1893 digs uncovered a number of stone tombs from the Merovingian period.

bordeaux-orgues-de-sainte-croix.jpg
Famous organ, built by Dom Bedos de Celles ( 1706-1779 ).

From " Visiting Bordeaux ", Editions Sud-Ouest, 2007 
Repost 0
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 01:17
" Dieu nous a parlé par la richesse spirituelle de la bienheureuse soeur Faustine Kowalska. Elle a laissé au monde un grand message de la Miséricorde Divine, et aussi une invitation à se fier entièrement au Créateur.
Dieu lui a donné une grâce toute particulière, afin qu' elle eût l' expérience de sa miséricorde par la voie d' épreuves mystiques, et grâce à un don singulier de prière contemplative. "

Jean-Paul II

faustine-kowalska.jpg

Jean-Paul II a canonisé soeur Faustine ( 25 août 1905 - 5 octobre 1938 ) le 30 avril 2000 à Rome. 
Repost 0