Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 14:21
stanislas-kubski.jpg  Né le 13 août 1876 à Ksiaz ( Xionz ) près de Strzelno en Cujavie-Poméranie, qui fut prussienne de 1772 à 1919, Stanislas ( Stanislaw en polonais ) Kubski entra au séminaire en 1897 et fut ordonné en 1900. Il devint vicaire à Gniezno ( Gnesen ). Il avait une grande dévotion pour ND de Czestochowa.
En 1923 il fut nommé curé de la paroisse Sainte Marie Mère de Dieu à Inowroclaw, l' ancienne Hohensalza. Arrêté en automne 1939 comme un millier d' autres habitants de la ville, il mourut gazé au camp de concentration de Dachau le 18 mai 1942.
Repost 0
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 13:26
saint---ric.jpg 


Saint Eric naquit en Suède en 1120, et fut roi ( Eric IX ) de 1156 à 1160. Il convertit les Finlandais qui progressivement devinrent sujets suédois ( jusqu' au XIXème siècle où la Finlande devint un grand duché rattaché à la couronne russe ). 

Fervent chrétien, il renforça le christianisme dans la région. Il était l' époux d' une princesse danoise.
Il mourut alors qu' il venait d' assister à la messe de l' Ascension à Uppsala le 18 mai 1160. Il fut décapité par des hommes de mains de la dynastie rivale. 

Il est patron de la Suède et considéré comme protecteur de la Scandinavie.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 19:31
Voici quelques extraits de l' interview du journaliste ancien reporter de guerre et écrivain Jean-Claude Guillebaud, recueillie dans le magazine Famille chrétienne n° 1529 du 5 au 11 mai 2007.
guillebaud-1.jpg


 " Je pense que nous vivons une grande mutation, comparable à la fin de l' EMPIRE ROMAIN  ou à la Renaissance. Mais ce grand bouleversement planétaire est très difficile à comprendre, parce qu' il va plus vite que les autres. il est à la fois technologique, économique et religieux. "


" La liberté de la personne par rapport aux disciplines collectives est une invention chrétienne ; tout comme la conviction que les hommes, quels qu' il soient, ont la même dignité en tant qu' humains. "


" Le monothéisme a permis l' essor de la science expérimentale. A partir du moment où vous croyez en un Dieu unique  ( ... )  le monde devient un objet d' étude possible. "


A propos de la concurrence victimaire : " C' est se servir du message évangélique pour opprimer les autres à travers un discours qui exploite l' humiliation. "


" J' ai réalisé que pendant deux mille ans, le message évangélique, transmis de génération en génération grâce à l' institution, s' est toujours REVIVIFIé dans ses marges, avec une sainte Thérèse d' Avila, un saint François d' Assise, ou même un saint Thomas d' Aquin. 
A l' époque, ils n' étaient pas considérés comme des gens fréquentables. Le paradoxe est là : ces gens ont eu le courage de secouer le conformisme de l' institution ; mais si l' institution n' avait pas été là, ce message n' aurait pas été transmis du tout. "

" J' ai sauté dans la Foi proprement dite. Voilà où j' en suis, très humblement et très modestement. "

" Un jour André Frossard m' a confié : 
 -  Quand on dit : j' aime cette femme parce que je la connais ", on dit les choses à l' envers. Il faut dire : " Je connais cette femme parce que je l' aime. " -
Autrement dit, c' est l' amour qui donne les clés de la connaissance, et non l' inverse. "



Lire : " Comment je suis redevenu chrétien "

par Jean-Claude Guillebaud, éditions Albin Michel, 183 pages, 14 euros.

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 20:09
Contre le dualisme qui fait du mal un être subsistant, il est bon de relire les Pères grecs et latins pour qui le mal n' est ni être ni nature.

Saint Augustin : " le mal a pour cause une insuffisance et non une efficience. "

Denys l' Aréopagite : " le mal n' agit et n' est désiré qu' en raison du bien qui lui est adjoint ; de lui-même il est étranger à la fin, il est en dehors de toute volonté et de toute intention. "
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 00:37

Né à Ibarre dans le Pays basque le 15 avril 1797 dans une famille de paysans modestes de cinq enfants, saint Michel Garicoïts entra au séminaire de Dax en 1819 et fut ordonné en 1823.

betharam.jpg

Il devint professeur de philosophie au séminaire majeur de Bétharram dans les contreforts pyrénéens. Pour améliorer la formation des prêtres il fonda l' Institut des prêtres du Sacré-Coeur de Jésus ( ou prêtres de Béthérram ) en 1835.

 

Il mourut le 14 mai 1863.

Lien : http://betharram.fr

Il fut canonisé par Pie XII en 1947.

Repost 0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 23:14

Anniversaire de l' apparition de Notre Dame à Fatima le 13 mai 1917.

ND-Fatima.jpg 

Vierge sainte, Rose vermeille,

Toi dont nous aimons les autels,

Du haut du ciel prête l' oreille

A nos cantiques solennels.

Tu sais que nous voulons te plaire,

T' aimer, te bénir tous les jours :

Vierge, montre-toi notre mère

Toujours, toujours, toujours.

Repost 0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 05:27

At the rally the Pontiff urged tens of thousands of young Catholics packing the stadium to resist the temptations of wealth, power and other snares of evil, and told them to promote life from its beginning to natural end.

benoit_xvi_evangile.jpg

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 22:07

madonna-luca-della-robbia-florence.jpg

Ave maris Stella

Dei Mater alma,

Atque semper Virgo,

Felix coeli Porta.

 

Sumens illud ave

Gabrielis ore,

Funda nos in pace,

Mutans Evae nomen.

 

Solve vincla reis,

Profer lumen caecis,

Mala nostra pelle,

Bona cuncta posce.

 

Monstra te esse Matrem,

Sumat per te preces

Qui pro nobis natus

Tulit esse tuus.

ave-maris-stella.jpg

 

Virgo singularis,

Inter omnes mitis,

Nos culpis solutos

Mites fac et castos.

 

Vitam praesta puram

Inter para tuum,

ut videntes Jesum

Semper collaetemur.

 

Sit laus Deo Patri,

Summo Christo decus,

Spiritui Sancto,

Tribus honor unus.

Amen.

immac.jpg

Repost 0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 20:42

 Hans  Merz  naquit à Banka Luka ( aujourd' hui en Bosnie ) qui faisait partie de l' Empire austro-hongrois. La région était peuplée de Bosniaques et de Croates avec d' autres minorités. Il était lui-même à la confluence de plusieurs cultures que son amour pour l' Eglise catholique allait résumer.

hans-merz.jpg

 

 Son père était officier autrichien et fonctionnaire, il était un Allemand catholique de Bohême-Moravie possession des Habsbourgs depuis des siècles en terre slave, et sa mère issue d' une famille hongroise d' origine juive.

merz-1.jpg

Il reçut une éducation raffinée d' enfant unique de la bourgeoisie autrichienne: tennis, violon, musique.

Il était baigné dans la culture autrichienne, parlait  allemand en famille et fit ses études à l' académie militaire et à la faculté de droit et de philosophie de Vienne, la capitale de cet immense Empire multi-culturel - Empire qui allait éclater et disparaître en 1918.

 

Pourtant il eut très tôt l' amour du peuple qu' il côtoyait, les Croates, jusqu' à assimiler leur culture sous l' influence d' un de ses professeurs de lycée patriote croate qui lui apprit la langue croate.

La synthèse  de toutes ces apparentes contradictions fut l' amour du peuple croate catholique et l' exemple de la culture française, culture qui à l'époque transcendait les nationalismes et était partagée par les personnes de l' élite intellectuelle européenne de Saint-Pétersbourg à Berlin, de Vienne à Rome, de Prague à  Munich ou Copenhague.

Officier sur le front autrichien en Italie, il partit après la guerre pour la France qui parrainait la nouvelle Yougoslavie, royaume édifié autour de la famille serbe des Karageorgévitch.

La France de Clemenceau avait tout fait pour anéantir l' ancien Empire austro-hongrois multi ethnique, Clemenceau ne voulait pas d' une monarchie catholique fédératrice de peuples.

La France républicaine avait mis toutes ses forces diplomatiques pour créer un contrepoids à l' influence germanique dans les Balkans en faisant naître un nouveau pays slave francophile qui partageait les mêmes racines linguistiques à quelques nuances entre ses différents peuples, mais qui se divisait en :

 Croates : catholiques longtemps sous influence latine.

Slovènes : catholiques latinisés dans leur histoire, grâce à l' influence autrichienne et germanique.

Serbes orthodoxes qui furent libérés du joug ottoman par l' influence de leurs frères russes

et enfin Bosniaques souvent musulmans depuis leur assimilation à l' Empire ottoman à la fin du Moyen-Age.

A l' issue de cette guerre qui détruisit la Mitteleuropa de naguère, Hans - désormais Ivan - fut résolument du côté des vainqueurs, mais il ne le fut pas parce qu' il aurait été victime d' un quelconque syndrome de Stockholm, il le fut car il croyait en la synthèse latine de son Eglise, telle qu' elle lui apparut lors de son séjour de deux ans en France où il fit ses études à la faculté catholique de Paris et à la Sorbonne.

Ce n' est pas en la France de Clemenceau qu' il croyait, mais en celle de Lourdes et de Jeanne d' Arc. 

3jeanne.jpg

 Il fit ses études grâce au comité catholique des amitiés françaises à l' étranger. A la Sorbonne il faisait connaître la culture croate. Il fit paraître des articles dans la Croix mettant en garde contre une assimilation de la Yougoslavie à une seule culture, en l' occurence celle des Serbes.

Il s' inscrivit ensuite en 1922 en doctorat à l' université de Zagreb où il enseignait le français et suivait des cours de philosophie chez les Jésuites tandis qu' il prenait des cours particuliers de théologie avec un autre Père jésuite.

Son sujet de thèse en 1923  fut " L' INFLUENCE  DE  LA LITURGIE  SUR LES ECRIVAINS  FRANCAIS  DE CHATEAUBRIAND  A  NOS  JOURS. "

Il avait une culture vaste et raffinée.

hans-merz2.jpg

 

Selon un de ses éditeurs d' aujourd' hui [  cf  lien :  http://www.inxl6.org/article2148.php  ] , il nous " rappelle que le patrimoine légué par le christianisme à la culture occidentale n' est réductible ni à la Bible ni même à la spiritualité. "  *

" Il nous montre comment l' héritage chrétien, dans tout ce qu' il a de positif et de profitable, comprend aussi un ensemble de pratiques sociales, de manifestations publiques et d' EXPRESSIONS  PUBLIQUES  DE  LA  FOI  :  LA LITURGIE. "

 

Il gardait contact avec la France par ses liens tissés là-bas et ses abonnements aux différentes publications des Assomptionistes ( la Croix, le Noël...) qui avaient à l' époque une orientation fort différente de celles d' aujourd' hui. Nous étions au début du pontificat de Pie XI qui tentait par ses appuis aux grands mouvements d' Action Catholique de contrecarrer l' influence de la gauche radicale et athée et de son expression la plus menaçante : le communisme, et d' une autre gauche sociale qui allait s' unir aux déçus de la guerre et des terribles crises économiques pour donner naissance aux monstres totalitaires.

Les  publications des bons Pères Assomptionistes avaient une vision globale de la société chrétienne et défendaient la notion de cité catholique qu' il fallait faire revivre. La notion d' ordre chrétien s' opposait à l' anarchie de l' après-guerre et du péril totalitaire. Il défendaient bec et ongle les droits du Chrétien contre le laïcisme. Leurs positions  étaient intransigeantes par rapport au climat qui sera celui de la fin du XXème siècle.

 

Beaucoup d' intellectuels européens redécouvraient l' Eglise.

Le Pape était considéré à l' intérieur de l' Eglise comme le roc sur lequel se fondait l' Eglise corps du Christ. Elle était en même temps attaquée terriblement à l' extérieur ( Mexique, mouvements républicains radicaux, nouvel hédonisme après les horreurs de la guerre, communisme,  etc... ).

 Ivan Merz baignait dans cette culture de refondation catholique et y adhérait.

hostie---l--vation.jpg

 

Ivan Merz était ouvert aux cultures slave, latine et germanique par sa formation et ses observations d' un monde bouleversé. Il avait une culture d' éducation mixte :  l' allemande dans sa version autrichienne avec son catholicisme impérial, une jeune culture d' affection  :  la croate slave, terrienne et populaire, et une culture d' adoption :  la française à la fois plus politique et plus introspective. Cette dernière était en pointe, car elle était habituée à se défendre du pouvoir politique depuis les lois anticléricales et elle ne cultivait plus dans une certaine élite la nostalgie monarchique ( tentation qui fut celle de l' Autriche ) ou populaire ( tentation qui sera celle de la Croatie ).

 

Il devint dans les six dernières années qui allaient lui rester à vivre professeur de français au lycée archiépiscopal de Zagreb. Il tenta d' élever la formation philosophique de ses élèves. Il écrivait sur Jeanne d' Arc, Lourdes, saint François de Sales, etc...

et aussi sur la liturgie :   C' est en cela qu' il est à mon sens un exemple pour notre époque.

 

Depuis son séjour en France, il n' était plus le simple chrétien d' autrefois : il revint en écrivant à sa mère :  " la Foi catholique est ma vocation de vie et toute ma vie se meut autour du Christ mon Seigneur. " 

Sa Foi se renforçait, il communiait quotidiennement.

Il faisait partie pendant son temps libre de l' organisation catholique des " Aigles ", organisation catholique pour étudiants basée sur trois piliers: le sacrifice, l' Eucharistie, l' apostolat.

A la racine de tout apostolat écrivait-il il doit y avoir la lutte  contre le  péché.

Lui-même avait prononcé des voeux privés de chasteté perpétuelle.

Il aurait voulu fonder une communauté laïque vouée à l' apostolat. Il laissa de nombreux écrits et fut un exemple pour la jeunesse catholique de Croatie.

TOUTE  SA  VIE  IL  FUT  A  L'  ECOLE  DE  LA  LITURGIE, la liturgie de l' époque, liturgie grégorienne remise en valeur par saint Pie X.

Il fut aussi un scientifique littéraire objectif et impartial dans ses méthodes d' analyse et de critique littéraire.

Issu d' un monde muliticulturel, il vivait la liturgie LATINE comme la synthèse de toutes ces cultures.

Il se consumait de maladie, il mourut le 10 mai 1928. La foule d' étudiants à ses obsèques avait compris  qu' " un aigle de la Foi " s' en était allé.

hans-merz3.jpg

 

Il  avait écrit aussi : " si je ne croyais pas ( en l' Eglise et en Jésus-Christ ),  je cesserais d' exister. "

 

Son corps repose à la basilique du Sacré-Coeur de Zagreb.

 

 

* D' où l' importance de conserver notre patrimoine liturgique...

Repost 0
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 20:37

Prêtre du doyenné de Radom en Pologne né le 3 juillet 1899 à Dwikozy, il mourut de faim au camp de Dachau le 9 mai 1941.

chasuble-ihs.jpg

Stefan ( Stéphane ou Etienne ) Grelewski fit ses études au séminaire de Sandomierz ( Sandomir ) jusqu' en 1916 puis entra à l' université catholique de Lublin. Il fut ordonné en 1921. Ensuite il poursuivit un doctorat en droit canonique à la faculté catholique de Strasbourg en France qu' il obtint en 1924. Il s' occupait aussi des paroisses polonaises d' Alsace où se regroupaient les ouvriers émigrés de Pologne.

A son retour en Pologne il devint secrétaire général de l' Action Catholique Ouvrière du doyenné de Radom près de Sandomir. Il publiait aussi des articles dans de nombreuses publications en Pologne et correspondait  à l' étranger en allemand et en français avec d' autres intellectuels catholiques.

Grelewski-S.jpg

Il collaborait au Courrier de Varsovie, à la Voix du Peuple, et à des journaux catholiques. Il fut aussi l' auteur d' ouvrages sur le protestantisme et les sectes en Pologne et sur la vérité catholique.

Arrêté en 1941 avec son frère l' abbé Casimir Grelewski ( 1907-1942), ils furent tous les deux déportés en camp de concentration où ils trouvèrent la mort.

 Les deux frères furent béatifiés par Jean-Paul II en 1999 avec d' autres martyrs de la seconde guerre mondiale en Pologne.  

A Dachau, un bloc sacerdotal avait été créé où furent incarcérés 2720 ministres religieux dont 2579 prêtres ou religieux catholiques parmi lesquels 1780 Polonais.

1034 y trouvèrent la mort dont 868 prêtres ou religieux catholiques polonais.

Repost 0