Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 03:35

Aujourd' hui les anciens du peuple de Jérusalem et les chefs des prêtres se réunissent au Temple pour décider du moyen de se débarrasser de Jésus qui avait été accueilli triomphalement dans la ville. Il vaut mieux décident-ils laisser passer la Pâque juive avant de mettre la main sur lui.

 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 02:34

Aujourd' hui Jésus se rend au Temple après avoir passé la nuit à Béthanie. En chemin ses disciples voient le figuier desséché que le Seigneur avait maudit la veille.

Il leur dit : Celui qui dira à cette montagne ; Ote-toi, et va te jeter dans la mer; s' il n' hésite pas dans son coeur, mais s' il croit fermement à l' accomplissement de ce qu' il vient de dire, celui-là verra l' effet de sa parole. Quand vous demanderez une chose dans la prière, croyez que vous l' obtiendrez et il en sera ainsi. "

                            Galilée lac de Tibériade

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 01:34

Prêtre diocésain né à Jordanow le 21 juin 1908, il mourut à Auschwitz le 3 avril 1942. il fut béatifié par Jean-Paul II le 13 juin 1999.

Il étudia au séminaire de Cracovie et à la faculté de théologie de l' Université Jagellon. Il devint chapelain à Cracovie puis vicaire dans diverses paroisses dont la dernière ( 1935-1941 )  fut à Zakopane dans ses montagnes natales des Carpathes.

Il veillait particulièrement au catéchisme des enfants des écoles et à la direction spirituelle des Soeurs Albertines. Il était aussi reçu dans l' élite intellectuelle de la petite ville. Il écrivit des ouvrages de méditation et fut candidat aux élections locales.

En 1940 pendant l' occupation allemande, il entra dans une organisation de résistants sous le pseudonyme de Jordan.

Il utilisait un matériel de radio dans sa cure avec son frère Stanislas pour entrer en contact avec des résistants de Slovaquie, Roumanie ou Hongrie de l' autre côté des montagnes.

Il fut arrêté le 10 mai 1941 et emprisonné à Tarnowo. Puis il fut déporté à Auschwitz où il rejoignit l' abbé Puczka qui témoigna plus tard de son héroïsme. Il était affecté aux commandos de travaux forcés pour l' usine IG Farben et soutenait ses camarades de sa Foi. Le 3 avril 1942 il fut gazé. Avant d' aller à la mort il dit à ses compagnons: au-revoir au Ciel ! "

                                  Jordanow

 

Repost 0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 00:48

 José Luciano Ezequiel Huerta Gutierrez, né au Mexique à Magdalena le 6 janvier 1876, était un père de famille nombreuse qui menait une vie ordinaire de chrétien. il était organiste de profession et possédait une belle voix de ténor dramatique.

Lorsque le Mexique fut plongé dans la guerre civile à partir de 1926 il continua à recevoir fréquemment la Communion. Il avait deux frères prêtres qui étaient pourchassés par le régime, puisque la religion catholique était interdite.

Lorsque le bienheureux Anaclet Gonzalez, l' un des chefs civils de la résistance des Cristeros, fut exécuté, il rendit hommage à sa dépouille dans la chambre ardente de Guadalajara où il reposait.

Suspecté pour ses sympathies à l' égard des Cristeros il fut immédiatement arrêté. nous étions le 2 avril 1927. Il fut torturé. Cet homme pacifique de 51 ans avait la force de dire lorsqu' il reprenait ses esprits : " vive mon Christ, vive mon Roi  ! "

Il fut fusillé avec son frère Salvador le 3 avril 1927.

Ils furent béatifiés le 20 novembre 2005.

Son frère José Salvador ( Joseph-Sauveur ) naquit à Magdalena le 18 mars 1880. Il était le mécanicien le plus renommé de Guadalajara. Père de famille, il était aussi un amant fervent de Jésus en son Sacrement. Il communiait tous les jours et pratiquait l' adoration eucharistique.

La situation étant devenu insoutenable pour les Catholiques, surtout après 1926, il aidait les prêtres pourchassés.

Le 2 avril 1927, il se rendit au cimetière pour rendre hommage aux dépouilles du bienheureux Anaclet Gonzalez et de ses compagnons. Il fut arrêté à son retour et torturé car on voulait lui faire avouer où se cachaient ses deux frères prêtres.

Il retrouva le lendemain au cimetière de Mezquitan son frère Ezéchiel condamné pour les mêmes raisons. Devant le peloton d' exécution, ils' écria : vive le Christ-Roi et ND de Guadalupe ! Tirez ! Je meurs pour mon Dieu que j' aime par-dessus tout ! "

Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/archive-04-01-2007.html

Repost 0
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 15:57

Dans la journée Jésus était à Jérusalem, au Temple. Il maudit le figuier qui aussitôt devint sec.

 

 

Le soir il partit se reposer à Béthanie chez Marthe et Marie et leur frère Lazare.

 

  " Laissez-la, elle a gardé ce parfum pour le jour de ma sépulture. "

Repost 1
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 13:18

Saint François de Paule né en Calabre en 1436, mort à Tours en 1507 fonda les Ermites de Saint François d' Assise ou Ordo Minimorum ( les Minimes, appelés autrefois en France les Bons Hommes ). La fondation fut approuvée par Sixte IV en 1474 et Alexandre VI en 1501 fixa la règle écrite avec en plus des trois voeux traditionnels celui de  " vita quadragesimalis " c'est-à-dire de jeûne perpétuel. Jules II en 1506 approuva la règle définitive. Ce fut le dernier grand ordre  " médiéval "  à être créé. Il allait connaître un grand essor après le Concile de Trente. 

Accueilli par Louis XI en France l' Ordre mendiant se répandit rapidement surtout à partir du XVIème siècle. En Europe notamment, en plus de l' Italie, il fut actif en Bohème et en Bavière pour lutter contre l' influence du luthéranisme. Les Minimes étaient spécialement tournés vers la confession et la création de paroisses. Ils furent nombreux en Amérique latine.

Les idées des Lumières puis celles de la révolution française allaient rapidement provoquer le déclin de l' Ordre. De 6 500 frères et 150 couvents dans le monde, ils n' eurent plus au début du XXème siècle que 19 couvents ( un seul en dehors de l' Italie ). Tous les couvents en France disparurent et ceux de l' Empire autrichien fermèrent à la période du joséphisme et pendant le XIXème siècle.

Il connut un renouveau après la première guerre mondiale et les années 1930 jusqu'  aux années 1960. Aujourd' hui l' Ordre des Minimes a 41 couvents : plus d' une vingtaine en Italie et trois en Espagne, trois au Brésil, un à Los Angeles ( Etats-Unis ), un à Medellin ( Colombie ), un au Mexique, un en république tchèque et un nouveau couvent vient d' être construit en Inde. Les frères sont au nombre de 178 dans le monde. Son avenir s' il veut subsiter se situe surtout en dehors de l' Europe désormais...

              Maison mère des Minimes en Calabre à Paule

L' Ordre a une branche féminine et un Tiers-Ordre laïc.

Saint François de Paule est fêté le 2 avril.

Lien ( en italien )  http://www.ordinedeiminimi.it

Repost 0
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 01:05

  Né huitième de neuf enfants dans une famille de la noblesse hongroise à Segesvar dans la partie hongroise de l' Empire austro-hongrois ( aujourd' hui Roumanie ), Guillaume ( Vilmos en hongrois ) Apor vit le jour le 29 février 1892.

Son père mourut à 47 ans en 1898 et il fut élevé par sa mère et des précepteurs particuliers, puis il fut élève au lycée jésuite de Kalksburg en Autriche, et à Kalcsa en Hongrie.

En 1909 il entra au séminaire de Györ dont le recteur était un de ses parents.

                           Györ, église Saint-Ignace

Il fit sa théologie à l' Université des Jésuites d' innsbruck et fut ordonné en 1915 pendant la guerre. Il devint vicaire à Gyula puis chapelain militaire pour la Croix Rouge austro-hongroise.

A la fin de la guerre il fut préfet du séminaire de Nagyvarad et à 26 ans devint curé à Gyula.

L' après-guerre fut une période de chaos matériel et moral dans une nouvelle Hongrie indépendante qui se sentait flouée par le Traité du Trianon qui avait accordé des terres hongroises à la Roumanie qui avait combattu du côté des vainqueurs.

La révolution communiste et l' invasion militaire de Gyula par les Roumains ajoutaient au désordre. Pendant ces temps de confusion il fit preuve de force d' âme et le jeune curé acquit une réputation d' homme de décision. Il avait pris la défense d' otages.

Pendant les années du régime Horthy, Protestant méfiant à l' égard de l' ancienne monarchie catholique et de son élite, il s ' éleva contre les lois scolaires reniant les droits de l' Eglise.

En 1938 après l' Anschluss de l' Autriche par Hitler, la Hongrie peinait à garder sa neutralité et l' influence pro-allemande se faisait plus pressante.

L' abbé Apor stigmatisait l' esprit anti-chrétien du national-socialisme et la menace qu' il faisait subir à la chrétienté hongroise autrefois si fière de sa liberté.

                   Cardinal Pacelli, Budapest 1938

Le cardinal Pacelli, qui allait devenir Pie XII un an après,  fit un voyage triomphal en Hongrie lors du Congrès Eucharistique de Budapest en mai 1938 en tant que légat pontifical. Le Congrès réunit des foules immenses. Le thème du Congrès était : l' Eucharistie, lien d' amour. Hitler avait interdit aux Allemands d' y participer. Les foules du Congrès ne purent masquer le fait que le pays était rongé de l' intérieur. Aux Catholiques de fortifier leur Foi avant les assauts du mal. Le bienheureux Guillaume Apor avait bien compris le message du Congrès et de Mgr Pacelli...

                          Györ, Palais épiscopal

En janvier 1941 il fut nommé évêque de Györ par Pie XII. La Hongrie bascula dans le camp d' Hitler qui avait menacé le pays si la Hongrie ne se battait pas aux côtés du IIIème Reich. Le régime s' était laissé séduire à la perspective de reconquérir les territoires hongrois dévolus à la Roumanie.

Lorsqu' en 1944 la Hongrie fut finalement occupée par le Reich et que des lois raciales furent promulguées, Mgr Apor s' éleva contre ces mesures, protesta contre la création d' un ghetto à Györ et fit parvenir des secours aux Juifs déportés. Il multiplia à ses risques les sermons.

Mais la région stratégiquement importante était constamment sous le feu de l' Armée rouge. La ville fut prise par les Soviétiques et reprise par les Allemands.

En novembre 1944 les Soviétiques étaient aux portes de la ville à nouveau. Il la prirent définitivement en mars 1945 pendant la Semaine Sainte.

Le 28 mars 1945 Mercredi saint, des soldats soviétiques se présentèrent à l' échêché qui accueillait un nombre important de femmes réfugiées des environs.

Craignant pour leur vie et leur honneur, l' évêque refusa de les laisser sortir à l' ordre des soldats.

Le Jeudi Saint il célébra sa dernière messe.

le Vendredi Saint un groupe des soldats de la veille revint à la charge ; ils exigeaient des femmes...Mgr Apor répliqua qu' elles étaient sous sa protection.

Furieux de l' opposition de l' évêque ils ouvrirent le feu et le blessèrent de trois balles. Ils s' enfuirent.

Transporté d' urgence à l' hôpital Mgr Apor n' eut que la force de murmurer : "  je remercie le Seigneur de m' avoir donné la grâce d' un tel Vendredi Saint. " On l' opéra.

Il reçut la Sainte Communion pour le jour de Pâques et mourut le lundi de Pâques ayant confié les prêtres à la miséricorde de Dieu en appelant à leur fidélité à l' Eglise et à leur patrie.

Après 1948 le souvenir de Mgr Apor fut étouffé par les autorités communistes.

 

Il fut béatifié par Jean-Paul II à Rome en 1997.

 

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 23:10

Raymond ( Ramon en espagnol ) Vargas Gonzalez, frère du bienheureux Georges Vargas Gonzalez, naquit le 22 janvier 1905 à Ahualulco le septième de onze enfants. C' était un garçon roux, grand et joyeux.

La famille déménagea à Guadalajara et il décida de suivre les traces de son père et de devenir médecin. A la faculté il se distinguait pas son charisme, sa bonne humeur et sa claire identité de Catholique.

Il allait terminer ses études en pleine époque de persécution de l' Eglise lorsque sa famille accueillit le bienheureux Anaclet Flores Gonzalez un jour de mars 1927. Celui-ci était pourchassé par le régime du Président Calles. C' était un grand ami de Georges.

 Il avait remarqué les dons du jeune Raymond et il lui proposa d' aider la résistance des Cristeros en tant qu' infirmier. Le jeune étudiant accepta à condition que ce soit pour lui, l' avocat fondateur de l' Association de la Jeunesse Catholique, et non pas pour le goût des armes.

L' avocat murissait ses projets lorqu' une perquisition de la police eut lieu dans la demeure familiale. Tout le monde fut arrêté, mais Raymond réussit à s' enfuir. Bientôt revenant sur ses pas il décida de retrouver les siens et se constitua prisonnier à la caserne. Trois des frères Vargas furent condamnés à mort : Florent, Georges et lui-même. Le général Ferreira proposa de commuer sa peine en raison de sa jeunesse, mais il refusa et échangea son sort contre celui de son frère plus fragile Florent.

Il fut fusillé après avoir fait son signe de croix le 1er avril 1927. Il avait 22 ans.

Il fut béatifié avec ses compagnons le 20 novembre 2005 à Guadalajara.

Lien ( en espagnol )  www.uag.mx/cristeros

Repost 0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 22:25

  Georges Vargas Gonzalez, fils de médecin, naquit à Ahualulco au Mexique le 28 septembre 1899. Sa famille déménagea à Guadalajara et il grandit dans un pays dont le gouvernement devenait de plus en plus anti-catholique. A partir de 1917 et de la nouvelle Constitution, le régime se durcit jusqu' aux lois de 1924 et le paroxysme de la guerre civile qui débuta en 1926.

En 1926 au début de la résistance des Cristeros, il travaillait à la Compagnie Hydro-Electrique. La demeure familiale accueillait des prêtres en fuite. A la fin de mars 1927 la famille Vargas Gonzalez reçut le bienheureux Anaclet Gonzalez Flores fondateur de l' union Populaire et célèbre avocat recherché par la justice du gouvernement franc-maçon. Il vivait depuis quelques jours dans la chambre de Georges, lorqu' une perquisition fit arrêter toute la maisonnée. Leur mère s' écria : " mes fils, au Ciel ! " 

Les trois frères Vargas, Florent, Raymond et Georges furent enfermés dans la même cellule à côté de celle des bienheureux Anaclet Gonzalez Flores et Louis Padilla. Georges fit comprendre à travers les barreaux à Louis qu' ils seraient bientôt fusillés. Ils se lamentaient de n' avoir pu communier. Raymond leur rétorqua : " n' ayez pas peur; si nous mourons notre propre sang nous lavera de nos fautes. "

Florent fut séparé de ses frères et Georges fut emmené pour être torturé. Il fut fusillé le 1er avril 1927 par le 201ème bataillon de la ville. Il avait 26 ans.

A leurs obsèques leur mère reconnut que ses deux fils Georges et Raymond  avaient reçu la couronne du martyre.

Il fut béatifié avec ses compagons le 20 novembre 2005 à Guadalajara.

Lien ( en espagnol )  www.beatificacionesmexico.com.mx

             Cathédrale de Guadalajara aujourd' hui

 

 

Repost 0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 21:48

  José Dioniso Luis Padilla Gomez naquit à Guadalajara au Mexique le 9 décembre 1899. Il reçut une éducation soignée dans une famille distinguée et chrétienne. Il entra en 1917 au séminaire de Guadalajara, mais il le quitta en 1921 car il sentait que sa vocation n' était pas là. Elle sera celle du martyre offert comme celle du Souverain Prêtre.

Il donnait des leçons gratuites aux enfants pauvres et menait une vie simple de jeune homme pieux et dévoué à la BVM. Il devint l' un des premiers membres de l' Association Catholique de la Jeunesse Mexicaine fondée par le bienheureux Anaclet Gonzalez Flores et entra à l' Union Populaire qui luttait contre les mesures du gouvernement de Plutarco Calles. Dans un contexte de guerre civile, il restait fidèle à la Foi et aux dévotions de l' Eglise entrée dans la clandestinité.

Le 1er avril 1927 un groupe de soldats fit irruption dans la demeure familiale et l' arrêta ainsi que sa mère et l' une de ses soeurs.

Il rejoignit à la caserne Colorado le bienheureux avocat Gonzalez Flores et les frères Vargas Gonzales.

Il exprima le désir de se confesser, mais l' avocat lui répondit :  " tu n' as plus le temps de te confesser, ton propre sang te purifiera. " Les quatre compagnons récitèrent leur acte de contrition. Louis Padilla Gomez offrit sa vie. Il fut fusillé peu après. il avait 26 ans.

Il fut béatifié le 20 novembre 2005.

Repost 0