Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 00:05

 Sainte Chrétienne, ou Christiane de Géorgie, appelée Nino en géorgien, Nina en russe, Nouné en arménien ( sans doute venant du mot nonna, nonne ) est fêtée aujourd' hui dans l' Eglise latine et le 14 janvier dans les Eglises orthodoxes et dans l'  Eglise orthodoxe géorgienne dont elle fut l' apôtre.

 

Sa vie nous est connue par les écrits de Rufin d' Aquilée en 395 ( Histoire ecclésiastique), et elle a été remise à l' honneur par le martyrologue romain au XVIème siècle.

Probablement née en Cappadoce, foyer du christianisme de cette époque ( aujourd' hui presque totalement disparu car situé en Turquie orientale ) il semble qu' elle ait vécu ensuite en Terre Sainte où elle s'est familiarisée avec les lieux saints et l' Ecriture au contact de l' Eglise et de ses monastères. Enlevée, elle devint esclave en Ibérie ( partie intérieure de la Géorgie actuelle ) et prit la fuite.

 En plus du grec, elle parlait l' araméen ce qui lui permettait de communiquer avec des femmes juives vivant en Ibérie et en Colchide qui lui servirent au début d' interprètes. Sa beauté, son instruction et sa foi chrétienne la firent introduire à la cour du roi païen Mirian où elle conquit l' amitié de la reine qu' elle guérit de la maladie.

Le roi voulant la récompenser, elle lui dit préférer sa conversion. La pression des Perses zoroastriens aux frontières de l' Est et des tribus de la steppe au delà des monts du Caucase était aussi un argument politique en faveur de la conversion du royaume. Il fit donc demander à Constantinople*, où le christianisme était récemment libéré, de lui envoyer un évêque en 337. Celui-ci, l' évêque Jean accompagné de prêtres et de diacres, constata que l' évangélisation du royaume avait déjà commencé.

 Le roi se fit baptiser et c' est ainsi que la Géorgie fut le deuxième royaume du Caucase, après l' Arménie à devenir chrétien. Cependant dans les siècles à venir, déchirée entre Byzance et la Perse, la Géorgie dut subir à plusieurs reprises l' invasion des Perses sassanides puis des musulmans qui imposèrent des conversions forcées, des massacres et le paiement de lourds tributs en signe de soumission. Les Mongols ne furent pas en reste, puis Tamerlan et enfin les Turcs et à nouveau les Perses... mais la population contrairement à certains de ses rois réussit à sauvegarder sa foi. 

 

 

Sainte Chrétienne, ou Nino, fit construire des églises puis se retira dans la région de Bobdé en Kakhétie où un monastère fut fondé ( ses reliques y  sont toujours vénérées à l' église Saint-Georges ). A Mzékheta ou Mtskheta ancienne capitale royale ( à 24km à l' Ouest de l' actuelle Tbilissi ) une chapelle construite peu après sa mort rappelle le baptême de la Géorgie.

 

Le pape Jean-Paul II a visité Tbilissi et Mtskheta le 8 et 9 novembre 1999. Plus de la moitié de la population est fidèle à la foi orthodoxe de l' Eglise autocéphale géorgienne, le reste étant marqué par l' athéisme des années soviétiques; mais il y a aussi une petite minorité arménienne, une minorité orthodoxe russe et 2% ( soit 50 000 baptisés ) de catholiques. Le protestantisme, surtout baptiste sous  influence américaine, commence à s' installer aussi. Enfin 20% de la population se déclarent musulmans...

            Egise Saint-Georges où sont vénérées les reliques de la sainte de Géorgie.

 

*Constantinople était l' héritière de Rome qui avait conclu en 55 avant JC un traité instituant une lointaine vassalité sur la Colchide et l' Ibérie.

 

Pendant la révolution française, en Moselle un couple sans enfant M. et Mme de Méjanès fonda une congrégation des " Soeurs de l' Enfance de Jésus et de Marie " sous le patronage de Sainte Chrétienne de Géorgie. L' évêque de Metz en 1807 lui donna des statuts dans un esprit ignatien pour soigner et éduquer. Ces Soeurs de Sainte-Chrétienne exercent encore aujourd' hui  dans plusieurs pays du monde leur service dans des activités sociales, éducatives et de soins. Elles ont réorienté leur charisme après le Concile de Vatican II vers une priorité de justice sociale.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Agnan KROICHVILI 10/11/2011 15:02



merci pour cet article