Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 19:44
Aimée-Adèle Le Bouteiller naquit à Percy, le 2 décembre 1816, dans une famille de petits propriétaires terriens, cultivateurs et tisserands.  Sa vocation fut encouragée par une tertiaire de l'Ordre du Carmel , Soeur Marie Farcy, qui fut son enseignante. Le père d'Aimée mourut en 1827, à l'âge de 39 ans, et elle dut aider sa mère, avant de devenir domestique à l'âge de 20 ans.

Avec la Soeur Farcy, elle avait l'habitude d'aller en pèlerinage à la Chapelle-sur-Vire, où elle fit la connaissance de la Congrégation des Ecoles chrétiennes de la Miséricorde, fondée en 1804 par sainte Marie-Madeleine Postel.  Elle décida donc en 1841 d'y entrer et de se consacrer à l'éducation chrétienne des fillettes. La fondatrice l'accueillit à l'abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte. Elle eut comme maîtresse des novices la bienheureuse Placide Viel (1815-1877) qui succéda à la fondatrice et donna un élan extraordinaire à la Congrégation.


Le 14 septembre 1842, la jeune femme prit l'habit sous le nom de Soeur Marthe, puis partit pour la Chapelle-sur-Vire. Ensuite la bienheureuse Marthe fut chargée de travaux à la cuisine, à la blanchisserie et à toute sorte d'humbles services. Elle accomplit tout avec esprit d'obéissance, faisant avec grandeur les petites choses. Elle lisait aussi les auteurs du courant de l'Ecole française de spiritualité et passait sa vie en méditations et humbles tâches de service.

Elle s'occupait aussi des hôtes de passage et distribuait des vivres et du vin, jusquà 500 par jour pendant la guerre de 1870. Elle se fractura la jambre pendant l'hiver 1875-1876 et sa santé déclina. Elle mourut d'une congestion cérébrale à l'âge de 67 ans, le dimanche des Rameaux, 18 mars 1883.

Elle fut béatifiée par Jean-Paul II, le 4 novembre 1990. La fête de cette bienheureuse humble et discrète, mais forte dans la Foi, est le 4 novembre.

 Illustration : église abbatiale de Saint-Sauveur, où sont vénérées les reliques de sainte Marie-Madeleine Postel et des bienheureuses Placide et Marthe.

Partager cet article

Repost 0

commentaires