Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 18:14
La rencontre de sainte Louise de Marillac avec saint Vincent de Paul à la fin de 1624 provoque un changement de la vie religieuse de l'époque : " Vous avez désormais pour couvent " répétait saint Vincent de Paul aux premières Filles de la Charité " les maisons des malades et pour chapelle l'église paroissiale, pour cloître les rues de la ville, pour clôture le voeu d'obéissance, pour grâce la crainte de Dieu, et pour voile la sainte modestie." 

Ce sont ces paroles qui décrivent le mieux la sainte, intelligente et humble,  meilleure collaboratrice du saint. " Dieu seul connaît la force d'âme qu'elle possédait " disait-il, malgré les tribulations de sa vie et sa mauvaise santé.

Louis de de Marillac était la fille naturelle d'un conseiller au Parlement, seigneur de Ferrières. A la mort de celui-ci, lorsqu'elle eut quatorze ans, elle dut quitter son collège et sa vie aisée pour retourner vivre avec sa mère. Elle mûrit le désir de devenir religieuse, mais sa famille en décida autrement. Elle épousa un secrétaire de Marie de Médicis, Antoine Le Gras, et donna le jour à un fils, Michel, le 19 octobre 1613. Les déboires financiers et la piètre santé de son mari furent une épreuve pour Louise, lorsque celui-ci devint de plus en plus difficile à son endroit, à tel point qu'elle songea même à la séparation.
Les entretiens qu'elle eut avec saint François de Sales, qu'elle rencontra à partir de 1618, l'aidèrent à surmonter ces épreuves. Ensuite, saint Vincent de Paul l'associa à la fondation des Filles de la Charité. Antoine Le Gras mourut en décembre 1625 et son fils entra au séminaire. Louise put donc accueillir chez elle les premières jeunes filles, venues souvent de leur village, pour aider au soin des malades, grâce au soutien des Dames de la Charité réunies par saint Vincent de Paul. Celles-ci, issues de la bourgeoisie ou de l'aristocratie, finançaient les projets du saint. 

Louise fut sur la brêche jusqu'à son dernier souffle, le 15 mars 1660. Saint Vincent de Paul, avec qui elle était en totale harmonie, mourut quelques mois plus tard et la congrégation prenait son envol jusqu'à la révolution française. Elle renaîtra de ses cendres à partir des années 1830, connut  l'époque des missions et un grand rayonnement jusque dans les années 1960. Depuis la crise de l'Eglise en Occident, cette congrégation est l'une de celles qui résistent le mieux à l'effondrement des vocations.

Partager cet article

Repost 0

commentaires