Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 21:37
marie-marcelline.jpg  Marcelline ( Marcelina en polonais ) naquit, le 28 janvier 1827, dans le domaine familial de Szulaki, ou Choulaki, en Petite Russie ( appellation officielle qui disparut en 1917 ). Cette ancienne province - ou gouvernement - de l' Empire russe fait partie aujourd' hui de l' Ukraine.
L' immense domaine comprenait des villages et des hameaux, dont la population était à 90% ukrainienne et orthodoxe.

Cette région avait été colonisée au cours des siècles par la noblesse polonaise, dont faisait partie la famille de Marcelline - les Kotowicz - qui achetèrent le domaine au XVIIIème siècle,  et intégrée à la Russie qui y fit construire de nombreux forts et villes de cosaques.

Les Kotowicz menaient une vie de grands seigneurs provinciaux, et son père Jean s' occupait de la gestion de ses terres. Cinquième de huit enfants, Marcelline fit ses études à demeure avec des institutrices et des gouvernantes. 
Le pouvoir local se méfiait de cette aristocratie catholique de rite latin et avait donc tendance à favoriser l' ouverture de séminaires et d' églises orthodoxes - majoritaires - plutôt que l' ouverture d' églises et de séminaires catholiques minoritaires et encore moins uniates ( c' est-à-dire catholiques de rite orthodoxe ) qu' il accusait de collision avec cette aristocratie à l' esprit fier et indépendant.

A dix ans, elle fit sa première communion et à douze ans fut envoyée dans un pensionnat catholique d' Odessa, ville alors cosmopolite, opulente et moderne aux multiples nationalités : Grecs, Caucasiens, Turcs, Russes, Ukrainiens, Juifs, Roumains et Polonais...L' un des ports les plus importants de l' Empire, construit une cinquantaine d' années auparavant par un architecte d' origine française, Richelieu.

C' est au couvent qu' elle eut l' inspiration de se consacrer à Dieu. Elle retourna chez ses parents à seize ans. Il était temps de lui trouver un beau parti ; mais Marcelline s' opposa au désir de son père de la voir fonder une famille. Son père fut inflexible. Elle accepta alors le fiancé qu' on lui présenta, Charles ( Karol ) Darowski, issu d' une noble lignée de Podolie, et propriétaire de domaines dans la région de Bratslav.
mariage-marcelline.jpg
 
Elle l' épousa à 22 ans, après avoir subi un choc psychologique ( paralysie partielle des jambes ) de plusieurs mois qui retarda les noces...Le couple eut deux enfants : Joseph et Caroline. Elle fut une épouse exemplaire.

Mais au bout de trois ans de mariage, Charles mourut du typhus, suivi quelques mois après du petit Joseph. Eperdue de chagrin, la jeune veuve de 25 ans fit le voeu de ne plus appartenir à qui que soit, et partit pour un long voyage en Europe. Elle partit pour Berlin, Paris et fut à Rome au printemps 1853. Elle y resta de longs mois et fit connaissance, alors que se préparait la proclamation de l' Immaculée Conception, de la Servante de Dieu Josèphe Karska ( 1823-1860 ).

Celle-ci avait bien compris que sa jeune compatriote était à la croisée des chemins et qu' elle avait besoin d' un guide spirituel. Elle lui fit connaître le Père Jérôme Kajsiewicz**, Résurrectionniste ( d' une Congrégation qui venait d' être fondée en 1836 par trois prêtres émigrés polonais à Paris ). Le Père Kajsiewicz cherchait à fonder une oeuvre d' éducation pour les jeunes filles polonaises de l' élite; afin de garder l' âme de ce pays alors disparu ( partagé entre la Prusse, l' Autriche et la Russie ).
 
Le 12 mai 1854, elle prononça ses voeux privés auprès du Père Kajsiewicz, puis elle se rendit en Pologne, pour régler l' avenir de sa fille Caroline. Elle revint à Rome en 1860, après la mort de Josèphe Karska. Elle prit le nom de Soeur Marie-Marcelline de l' Immaculée-Conception et le nouvel institut celui de Soeurs de l' Immaculée-Conception de la BVM. Elles étaient quatre...
ND-jazlowiec.jpg

La fondatrice prononça ses voeux en 1861, à Rome, assumant la charge de Supérieure. La fondation se transféra ensuite en Galicie, près de Lemberg ( Lwow en polonais ), où la Mère Marie-Marcelline acheta un terrain pour faire construire le premier couvent, à Jazlowiec* . Cette petite bourgade était depuis le XVIème siècle le centre d' un pélerinage à la Vierge et comptait un ancien monastère dominicain. Ruiné par les Ottomans au XVIIème siècle, le bourg retrouva sa prospérité sous l' Empire autrichien; mais le régime joséphiste de l' Empereur Joseph II, inspiré par les " Lumières " , avait fait fermer le monastère. Ce sont les ruines du château attenant que la Mère Dabrowska racheta. Elle fit sculpter une belle statue de marbre : ND de Jazlowiec, qui sera considérée comme miraculeuse après la première guerre mondiale.
marie-marcelline-darowska.jpg
Celle-ci gouverna pendant de longues années la Congrégation, tissant un réseau d' écoles rurales, pour les filles, et parant ainsi au manque d' écoles d' expression polonaise. Elle créa aussi des cours complémentaires et des instituts gratuits pour les pauvres. Les Constitutions furent approuvées par Rome en 1889.
Elle eut de nombreuses difficultés et souffrit de la disparition du Père Kajsiewicz en 1873. Elle aimait à dire que la Croix était le baiser de l' Amour de Dieu. 
jazlowiec-entree.jpgElle mourut à Jazlowiec le 5 janvier 1911, à la veille de ses 84 ans. Les Soeurs étaient 350 dans 6 maisons. Elles formèrent des générations de Polonaises sages et courageuses. 
Selon ses propres termes : " C' est la femme qui doit être la gardienne du nid de la famille. "
La bienheureuse Marie-Marcelline Darowska ne vit jamais renaître la Pologne. Née sujette de l' Empereur de Russie, elle mourut aux confins de l' Empire Austro-Hongrois. Elle laissa une volumineuse correspondance et des écrits mystiques.

jazlowiec.jpg
Les ruines du château et l' ancien Couvent de Jazlowiec

En 1916, les Russes chassèrent les Autrichiens alliés aux Allemands. La Galicie fit partie de la nouvelle république polonaise en novembre 1918. Jazlowiec fut aussi un des théâtres de la guerre civile polono-ukrainienne au début de 1919. 
En 1939, pressentant la guerre, Pie XII fit remettre au Cardinal Hondl une couronne pour la Vierge de la chapelle du Couvent de Jazlowiec. En 1941, le bourg fut occupé par les Allemands, et en 1945 intégré à l' URSS sous le nom de Yablonovka ( Yablonivka en Ukrainien ), et le Couvent fut fermé par les communistes un an plus tard. 
jazlowiec-vue.jpg

La statue de la Vierge de Jazlowiec fut envoyée à côté de Varsovie, à Szymanow, où se situe désormais la Maison Mère.

 Beaucoup de Polonais de la région furent déportés.
Le bourg de Jazlowiec appartient désormais à la nouvelle république d' Ukraine. Le Couvent est devenu récemment un lieu de retraites spirituelles.

Mère Marie-Marcelline de l' Immaculée-Conception fut béatifiée en 1996. 

soeurs-immaculee-conception.jpg
* Prononcer Yazlovets
** Prononcer Kaïssévitch  

Deux filles spirituelles de la bienheureuse Marie-Marcelline Darowska, assassinées par les nazis, furent béatifiées en 1999 :
La bienheureuse Soeur Marthe de Jésus, née Wolowska ( 1879-1942 )
La bienheureuse Soeur Eve, née Noiszewska ( 1885-1942 ).

Lien en polonais ( avec pages en français et en anglais ) :
http://www.niepokalanki.pl

Partager cet article

Repost 0

commentaires