Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 16:47
   Henri ( Enrico ) Rebuschini naquit à Gravedona, le 28 avril 1860, dans une famille de la bourgeoisie lombarde. A dix-huit ans, Henri était un étudiant doué ; mais il souffrait d' anxiété et cela se manifestait aussi dans le domaine spirituel. Il se sentait appelé à la vie religieuse ; mais son père avait d' autres desseins.
Après diverses tentatives, il surmonta l' opposition paternelle et, à vingt-quatre ans, entra au séminaire de Côme, puis,à Rome à la Grégorienne.
A l' issue de ses études, il eut encore une crise de dépression et dut retourner dans sa famille. Il se confia à la miséricorde divine et connut une guérison progressive. Il se sentit alors appelé à soigner les personnes malades et s' orienta vers les prêtres de la Congrégation de Saint-Camille de Lellis qui soignaient les souffrances physiques et morales. Il retrouva ainsi un certain équilibre psychologique.


Il entra à vingt-sept ans dans leur séminaire, à Vérone. Il fut ordonné prêtre en 1889 par Mgr Sarto, le futur saint Pie X, et émit ses voeux perpétuels en 1891. Pendant une dizaine d' années, il exerça son ministère à Vérone, en tant que professeur au noviciat, puis comme aumônier de l' hôpital militaire et enfin comme aumônier de l' hôpital civil jusqu' en 1899.
Il déménagea alors à Crémone, où il devint Supérieur de la Communauté et ensuite économe des Camilliens. Il gagna l'  estime de la ville en étant à l' écoute de toutes les souffrances. Il mourut d' une broncho-pneumonie, le 10 mai 1938 et fut béatifié en 1997 par Jean-Paul II.


Il vivait l' idéal de sainteté dans ses tâches quotidiennes, aidant dans le silence et l' humilité les pauvres et les malades.En se donnant, il réussit à surmonter son penchant à la dépression. Il se dédiait entièrement au sacrement de la confession et aidait ses pénitents à se déprendre de leurs tendances à la rigidité et aux défenses psychiques. Il avait un immense amour de l' Eucharisitie qu' il réalisait dans sa propre vie.

Aujourd' hui, nous fêtons aussi le bienheureux Jean Merz ( voir mon article de l' année dernière ) et sainte Solange, martyre aquitaine du IXème siècle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires