Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 21:26

Aujourd' hui nous fêtons l' artisan saint Joseph qui était charpentier à Nazareth. Etre charpentier, c ' était accéder à une condition de petit notable. Non loin le chantier de la ville de Sépphoris était important, nul doute que saint Joseph y avait des commandes. D' autre part il participait à la construction et à la restauration de nouvelles maisons dans toute la région.

Il est donc avant tout un bâtisseur et participe ainsi à l' oeuvre du Créateur. L' Eglise construit et bâtit avant tout : elle tisse des liens, elle ne démolit pas, elle reconstruit inlassablement .

 

Saint Joseph reste dans l' ombre, mais son silence est significatif. Il s' occupe de la Sainte Famille, il est le charpentier de l' Eglise - Notre Eglise - qui comme un navire franchit les mers, symboles de toutes les époques, avec le Seigneur à la barre.

Ainsi Jésus a obéi et profité de l' enseignement de son père adoptif lors de son apprentissage. Sachons offrir notre travail, notre labeur quotidien, afin que grandisse le vaisseau de l' Eglise !  

Litanies de saint Joseph : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-6067856.html

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 21:37

Née près de Verdun en 1046,  sainte Ide, fille du duc de Lorraine Godefroy le Barbu et nièce du Pape Etienne IX,  épousa à 17 ans le comte Eustache II de Boulogne dont elle eut plusieurs enfants parmi lesquels trois fils furent célèbres : le fameux Godefroy de Bouillon chef de la première croisade et libérateur des Lieux Saints à Jérusalem en 1099, Eustache III de Boulogne, et Baudoin futur roi de Jérusalem. Le comte Eustache II de Boulogne sauva la vie de Guillaume le Conquérant dont il était porte-étendard à la bataille d' Hastings en 1066.

                   Statue de Godefroy de Bouillon à Bruxelles

Elle s' occupa personnellement de l' éducation religieuse de ses enfants. Elle fuyait les distractions mondaines et se mortifiait. Elle secourait les indigents et faisait restaurer les églises du comté. Elle eut une forte influence politique dans les cours du Moyen-Age. Elle était la belle-soeur de Geoffroy, évêque de Paris et chancelier du roi de France Philippe Ier ( 1052-1060-1108 ).

A la mort de son mari vers 1090-1093, elle se mit sous la direction spirituelle de saint Anselme, futur archevêque de Cantorbéry et réformateur des monastères des Flandres. Elle aida à la fondation de monastères.

Elle était aussi proche de l' esprit clunisien. Elle mourut le 13 avril 1113 en l' abbaye de la Capelle en Calaisis.

Le comté de Boulogne sera détaché des Flandres et rattaché à la couronne de France au XIIIème siècle.

 

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 01:05

  Né huitième de neuf enfants dans une famille de la noblesse hongroise à Segesvar dans la partie hongroise de l' Empire austro-hongrois ( aujourd' hui Roumanie ), Guillaume ( Vilmos en hongrois ) Apor vit le jour le 29 février 1892.

Son père mourut à 47 ans en 1898 et il fut élevé par sa mère et des précepteurs particuliers, puis il fut élève au lycée jésuite de Kalksburg en Autriche, et à Kalcsa en Hongrie.

En 1909 il entra au séminaire de Györ dont le recteur était un de ses parents.

                           Györ, église Saint-Ignace

Il fit sa théologie à l' Université des Jésuites d' innsbruck et fut ordonné en 1915 pendant la guerre. Il devint vicaire à Gyula puis chapelain militaire pour la Croix Rouge austro-hongroise.

A la fin de la guerre il fut préfet du séminaire de Nagyvarad et à 26 ans devint curé à Gyula.

L' après-guerre fut une période de chaos matériel et moral dans une nouvelle Hongrie indépendante qui se sentait flouée par le Traité du Trianon qui avait accordé des terres hongroises à la Roumanie qui avait combattu du côté des vainqueurs.

La révolution communiste et l' invasion militaire de Gyula par les Roumains ajoutaient au désordre. Pendant ces temps de confusion il fit preuve de force d' âme et le jeune curé acquit une réputation d' homme de décision. Il avait pris la défense d' otages.

Pendant les années du régime Horthy, Protestant méfiant à l' égard de l' ancienne monarchie catholique et de son élite, il s ' éleva contre les lois scolaires reniant les droits de l' Eglise.

En 1938 après l' Anschluss de l' Autriche par Hitler, la Hongrie peinait à garder sa neutralité et l' influence pro-allemande se faisait plus pressante.

L' abbé Apor stigmatisait l' esprit anti-chrétien du national-socialisme et la menace qu' il faisait subir à la chrétienté hongroise autrefois si fière de sa liberté.

                   Cardinal Pacelli, Budapest 1938

Le cardinal Pacelli, qui allait devenir Pie XII un an après,  fit un voyage triomphal en Hongrie lors du Congrès Eucharistique de Budapest en mai 1938 en tant que légat pontifical. Le Congrès réunit des foules immenses. Le thème du Congrès était : l' Eucharistie, lien d' amour. Hitler avait interdit aux Allemands d' y participer. Les foules du Congrès ne purent masquer le fait que le pays était rongé de l' intérieur. Aux Catholiques de fortifier leur Foi avant les assauts du mal. Le bienheureux Guillaume Apor avait bien compris le message du Congrès et de Mgr Pacelli...

                          Györ, Palais épiscopal

En janvier 1941 il fut nommé évêque de Györ par Pie XII. La Hongrie bascula dans le camp d' Hitler qui avait menacé le pays si la Hongrie ne se battait pas aux côtés du IIIème Reich. Le régime s' était laissé séduire à la perspective de reconquérir les territoires hongrois dévolus à la Roumanie.

Lorsqu' en 1944 la Hongrie fut finalement occupée par le Reich et que des lois raciales furent promulguées, Mgr Apor s' éleva contre ces mesures, protesta contre la création d' un ghetto à Györ et fit parvenir des secours aux Juifs déportés. Il multiplia à ses risques les sermons.

Mais la région stratégiquement importante était constamment sous le feu de l' Armée rouge. La ville fut prise par les Soviétiques et reprise par les Allemands.

En novembre 1944 les Soviétiques étaient aux portes de la ville à nouveau. Il la prirent définitivement en mars 1945 pendant la Semaine Sainte.

Le 28 mars 1945 Mercredi saint, des soldats soviétiques se présentèrent à l' échêché qui accueillait un nombre important de femmes réfugiées des environs.

Craignant pour leur vie et leur honneur, l' évêque refusa de les laisser sortir à l' ordre des soldats.

Le Jeudi Saint il célébra sa dernière messe.

le Vendredi Saint un groupe des soldats de la veille revint à la charge ; ils exigeaient des femmes...Mgr Apor répliqua qu' elles étaient sous sa protection.

Furieux de l' opposition de l' évêque ils ouvrirent le feu et le blessèrent de trois balles. Ils s' enfuirent.

Transporté d' urgence à l' hôpital Mgr Apor n' eut que la force de murmurer : "  je remercie le Seigneur de m' avoir donné la grâce d' un tel Vendredi Saint. " On l' opéra.

Il reçut la Sainte Communion pour le jour de Pâques et mourut le lundi de Pâques ayant confié les prêtres à la miséricorde de Dieu en appelant à leur fidélité à l' Eglise et à leur patrie.

Après 1948 le souvenir de Mgr Apor fut étouffé par les autorités communistes.

 

Il fut béatifié par Jean-Paul II à Rome en 1997.

 

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 23:28

  Emilien Kovtch ( Kowcz en polonais ) naquit le 20 août 1884 en Ruthénie qui était intégrée à la province de Galicie orientale appartenant à l' Empire austro-hongrois. Elle faisait partie avant le XVIIIème siècle d' une province polonaise depuis le XIVème siècle.

Il vit le jour à Kosmach près de Kosiv ( aujourd' hui en Ukraine occidentale ) un bourg des montagnes carpathiques.

D' origine ruthène ( de la famille des Ukrainiens ) son père était prêtre de l' Eglise gréco-catholique. Cette Eglise de rite oriental ou byzantin ( comme les Eglises orthodoxes ) s' était réunie à Rome. Il s' agit donc d' une Eglise uniate. Elle permet AVANT leur ordination ( et non pas après ) d' ordonner des hommes mariés comme le font les Eglises séparées de l' orthodoxie qui ont les mêmes rites et traditions.

Emilien ( Omelian en ukrainien ) décida comme son père d' embrasser l' état ecclésiastique et sa vocation fut confirmée après des études de théologie et de philosophie au Collège ukrainien de Rome lorsqu' il fut ordonné en 1911. Il était marié et eut six enfants. Il vécut à Lemberg ( Lwow en polonais, Lvov en russe ).

De 1919 à 1921 il fut chapelain de l' Armée ukrainienne galicienne ( UHA ) qui à l' effondrement des Empires centraux avait pris les armes des dépots autrichiens pour d' abord combattre les Polonais puis après la défaite des Ukrainiens elle se mit à combattre les Bolchéviks ( pendant que le général Denikine de l' Armée russe blanche les combattaient aussi en novembre 1919 ). Les Bolchéviks prirent la région de Lwow, qui fut ensuite libérée par la Pologne, et prirent Kiev à l' Est .

Le bienheureux Emilien Kovtch ne s' engagea uniquement que lorsque l' UHA combattit contre les Soviétiques qu' il fallait repousser de Kiev, et non plus contre les Polonais qui avaient fini par les soutenir contre le nouvel ennemi commun. Elle fut encadrée par d' anciens officiers allemands et autrichiens ou des Russo-Ukrainiens de l' ancienne armée impériale, comme le colonel Mikhail Omélianovitch-Pavlenko, tandis que la troupe était ukrainienne ainsi que les officiers subalternes. D' anciens ennemis se battaient ensemble contre un nouvel ennemi...( Une partie de l' Armée s' enrôlera ensuite sous la bannière de l' Armée Rouge...)

Il accompagna avec sa famille en 1920 son unité en exil en Yougoslavie ( dans la province de Bosnie-Herzégovine ) et avait charge d' âme des émigrés ukrainiens dont beaucoup étaient d' anciens soldats qui avaient refusé de rentrer en Russie bolchévique ( qui allait devenir quelques années plus tard l' URSS ) et d' autres avaient fui comme civils ou émigré pour des raisons économiques. Pendant tout le XIXème siècle la Galicie, pauvre,  fut une terre d' émigration.

 

En 1922 il rentra dans sa région natale non loin de Stanislawow qui sera administrée par la Pologne jusqu' en 1939. Du temps des Autrichiens elle s' appelait Stanislau ( Stanislaviv en Ukrainien ) de 1772 à 1918, puis elle fut nommée Ivano-Frankovsk par les Soviétiques en 1962 d' après l' écrivain Ivan Franko et enfin Ivano-Frankisk depuis l' indépendance de l' Ukraine aujourd' hui...

                                             L' église Saint-Nicolas aujourd' hui

 

Il s' établit dans la petite ville-5 000 habitants- de Przemyslany ( ou en ukrainien prononcer Peremychlany ) où il avait organisé un orphelinat pour les nombreux enfants de différentes origines dans ces temps troublés ( guerre mondiale entre Russes et Autrichiens; puis guerre des Polonais contre les Bolchéviques, guerre des Ukrainiens contre les Bolchéviques et tensions ethniques entre les Ukrainiens ruthènes majoritaires et les Polonais minoritaires ). Ils les élevaient avec ses propres enfants.

La ville faisait partie de la province ( Voïvodie ) de Tarnopol à l' extrême sud-est de la Pologne et jouxtait les régions de Lwow et de Stanislawow à l' Ouest, la Volhynie polonaise au Nord, l' URSS à l' Est et la Roumanie carpathique au Sud au-delà du Dniestr. La province comprenait 60% de Gréco-Catholiques ( Ruthènes ) et 32% de Catholiques latins ( majoritairement polonais et quelques villages allemands ) et 5% de Juifs ( dans les villes ) et des Protestants sur environ 1 million 1/2 d' habitants. Certains villages paysans étaient peuplés d' habitants descendants de colons germanophones majoritairement protestants qui étaient restés après 1918.

45% des habitants déclaraient en 1931 avoir le polonais comme première langue. Elle accueillit de nombreux polonais qui à l' aube de la seconde guerre mondiale furent à égalité en nombre avec les Ruthènes. Les Polonais pratiquaient la polonisation des cadres de la province et imposaient une politique linguistique discriminatoire.

Cette région avait été autrefois un rempart contre les invasions tatares et turques.

 Il était secourable envers les pauvres de sa paroisse ( Saint-Nicolas ) et animait des oeuvres pour la jeunesse ukrainienne. Il établit des coopératives. Il faisaient participer ses paroissiens à des congrès eucharistiques. Il finit par entretenir de bons rapports avec les Catholiques polonais, ayant par son passé d' étudiant romain cotoyé nombre de séminaristes polonais à Rome, mais défendit toujours les droits religieux et linguistiques des Ruthènes, menacés par la polonisation.

 La guerre était heureusement finie et il fallait reconstruire, en priant pour le sort des frères ukrainiens plus à l' Est sous le joug soviétique...L' exarchat gréco-catholique de Lwow avait été auparavant visité par Mgr Ratti ( futur Pie XI ), nonce en Pologne jusqu' en 1921, qui avait tenté de faire nommer des évêques et mettre en place des structures pour ramener la paix entre les communautés.

 

Sa vie de curé de paroisse aurait pu se poursuivre paisiblement si la guerre encore une fois n' avait frappé son pays. Les armées d' Hitler anéantirent rapidement la Pologne à l' Ouest et les Soviétiques envahirent, comme il était convenu selon les accords secrets Ribbentropp-Molotov, l' Est du pays. Tarnopol tomba sans presque aucune résistance le 17 septembre 1939 et Stanislawow le 18. Il devint veuf peu après.

Des mesures vexatoires frappèrent tout de suite les Chrétiens; surtout les Uniates, et des Polonais furent déportés, tandis que les Ukrainiens étaient soumis à une intense propagande bolchévique. Lui-même fut emprisonné quelques temps au début de 1941 et lorsque les Allemands bombardèrent la région, les soldats soviétiques menacèrent de tuer ses filles.

Il fut libéré lorsque les Allemands à l' été 1941 chassèrent l' Armée rouge et intégrèrent la région au Gouvernement Général de Varsovie. Les Allemands enrôlaient des Ukrainiens qui avaient à se venger des Polonais et des Rouges. A nouveau la région était en proie aux luttes fratricides. Mais lorsqu' en 1942 fut créé un ghetto de Juifs dans la petite ville ( elle avait une  modeste synagogue ) dont un certain nombre était arrrivé de l' Ouest sous la période soviétique, le Père Kovtch mit toute son énergie pour tenter de sauver ces populations de la déportation. Déjà à l'été 1942 le ghetto de Tarnopol avait été exterminé.Il fit donc de faux certificats de baptêmes et fit parvenir des subsides clandestinement.

                                                      SS à Tarnopol

En septembre 1942 plus de 2 000 Juifs de la région  furent déportés à Belzec. Il ne pouvait plus tenir tête longtemps aux autorités et le 30 décembre 1942 sous l' accusation de l' administration de faux certificats de baptêmes il fut déporté au camp de Majdanek près de Lublin où il mourut d' une thrombose le 25 mars 1944. Son corps fut brûlé. Le Conseil juif d' Ukraine le déclara juste en 1999.

Il avait écrit du camp à ses enfants : " hier cinquante prisonniers ont été fusillés. Si je n' avais été là pour les aider à endurer ce moment pénible, que pourrai-je demander de plus au Seigneur ? Ne vous inquiétez pas de moi, mais réjouissez-vous avec moi ! "

 

Il fut béatifié par Jean-Paul II avec d' autres Ukrainiens le 22 juin 2001.

 

Link in English : http://www.baran.ca

 

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 13:12

Pascal Ier, ancien abbé bénédictin de Saint-Etienne à Rome, fut consacré pape le 25 janvier 817. L' empereur Louis le Pieux ( 814-840 ) par sa lettre  " Pactum cum Paschali Pontefice "  octroya aux clercs romains la possiblité de choisir librement le pape, en échange de quoi le pape devait confirmer son alliance avec l' empereur. Par la suite le pouvoir juridictionnel du pape fut limité sur ses territoires, même si la possession des territoires pontificaux confirmés par Charlemagne, fut garantie au Saint-Siège. Pascal Ier couronna Lothaire Ier en 823. Il accueillit les Grecs, fuyant les persécutions des iconoclastes, envoya des missions chez les Danois et les Vikings. Il fit construire des églises pour honorer les restes des martyrs des catacombes comme sainte Cécile, et la célèbre basilique Sainte-Praxède. Sa chapelle Saint-Zénon ( où se trouve la tombe de la mère du pape ) est fameuse par ses admirables mosaïques.

Pascal, dont la noblesse romaine ne pardonna pas l' autoritarisme, mourut le 11 février 824.

                                          Autel de la basilique Sainte-Praxède

                                       Autel de la BVM à Sainte-Praxède

           

                                        Crucifixion au dessus de l' autel

                                           Mosaïques de la basilique

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 16:53

  Saint Jean de Matha ( 1160-1213 ) était le fils d' un seigneur espagnol Euphème de Matha qui reçut de Raymond Béranger la terre de Faucon en Provence.

Il fit ses études à Marseille, où à l' exemple de sa mère Marthe il visitait les malades, les pauvres et les prisonniers. Devenu docteur en théologie à Paris, il devint prêtre en 1194. Lors de sa première messe dans la chapelle de l' évêque de Paris, Maurice de Sully, il a la vision d' un homme vêtu de blanc avec une croix rouge et bleue sur la poitrine posant les mains sur un prisonnier blanc et un prisonnier maure.

Sa vocation se dessine. Il part prendre du recul comme on dirait aujourd' hui , et se rend donc auprès d' un ermite, Félix de Valois, en forêt à Cerfroid où les deux hommes, comme dans le psaume, voient un cerf buvant à une source. Les deux hommes devinent une croix dans les bois du cerf.

Parti pour Rome afin de savoir si un ordre de rachat des captifs pouvait être viable, il a une audience auprès du pape Innocent III qu' il avait connu à l' université de Paris. Celui-ci lui confie avoir les mêmes objectifs. L' Ordre des Trinitaires ( Ordre de la Très Sainte Trinité et de la Rédemption des Captifs ) est fondé le 17 décembre 1198. Nous sommes à la fin des Croisades et il faut libérer les prisonniers des mahométans, par la négociation sonnante et trébuchante... Jérusalem avait été prise par Saladin en 1187 et Saint-Jean d' Acre allait suivre. C' était l' effondrement des conquêtes croisées.

Le but de l' Ordre était aussi de racheter les esclaves captifs des mahométans sur les côtes. En effet ce provençal ne pouvait ignorer que les côtes méditerranéennes étaient régulièrement razziées par les sarrazins, et que les bateaux étaient capturés en mer pour fournir une main d' oeuvre à bas prix aux musulmans. La Méditerranée fut à cet égard jusqu' au début du XIXème une mer dangereuse... 

Il fait construire un monastère à Cerfroid ( qui fut le siège de l' Ordre jusqu' à la révolution* ) aujourd' hui Brumetz dans l' Aisne, puis à Planels et à Bourg-la-Reine.

Le roi Philippe-Auguste l' aide  à établir un monastère à Paris près de l' église Saint-Mathurin, aujourd' hui détruite ( d' où leur nom de mathurins par lequel il furent connus en France ).

 

 

Au fil des époques, l' Ordre racheta des dizaines de milliers d' esclaves chrétiens prisonniers en Afrique du Nord et dans les territoires barbaresques. De nombreuses chapelles en Normandie et en Bretagne, pays de marins, portent le nom de Saint-Mathurin, en l' honneur des Trinitaires. Il installa aussi des hôpitaux et des écoles. Un tiers des revenus était consacré aux rançons des captifs. Les opérations de rachat se nommait des rédemptions.

Le grand Cervantès ( le père de Don Quichotte ) fut racheté par les Trinitaires, lorqu' il fut captif à Alger en 1598.

 

Saint Jean de Matha vécut ensuite à Rome où il mourut en odeur de sainteté le 17 décembre 1213. L' Ordre ne se préoccupa qu' au XVIIème siècle d' introduire sa cause. Innocent XI ajouta les deux amis Félix et Jean au martyrologe romain en 1671. Il fut canonisé pour toute l' Eglise catholique en 1694. Il est fêté aussi le 17 décembre.

Une réforme de l' Ordre eut lieu en 1599 pour le retour aux  valeurs contemplatives et de pauvreté d' origine, grâce à saint Jean-Baptiste de la Conception ( 1561-1613 ). Ce fut la Congrégation des frères réformés et déchaussés de l' Ordre de la Très Sainte Trinité qui naquit en Espagne.

  Photo de la province de Madagascar

Une maison de spiritualité trinitaire se trouve aujourd' hui à Faucon, son village natal près de Barcelonnette dans un couvent trinitaire fondé au XVIIème siècle et plusieurs fois fermé par les autorités de la IIIème république française.

*Cerfroid fut racheté en 1867 par un père trinitaire, et après bien des vicissitudes, les pères revinrent en 1970 pour y fonder une maison de spiritualité, et un noviciat en 1986.

Les Trinitaires sont 600 dans le monde. En France, ils sont une quinzaine dans quatre couvents. La délégation française qui renait de ses cendres après les années 1970 s' occupe surtout d' accueil, de pastorale des prisons et de santé.

La dernière " rédemption " eut lieu en 1905 en Somalie. Récemment l' Ordre a été à l' initiative de la création d' une ONG pour racheter des esclaves africains, et mener des actions de libération des nouveaux esclavages modernes, drogue, prostitution, etc...

Des congrégations furent fondées au cours des siècles dans l' esprit des Trinitaires pour la contemplation ( moniales ), l' apostolat des missions, le soin des malades, l' enseignement, etc...se référant à la devise du saint : " A la Trinité, la gloire ; aux captifs, la liberté ". 

Liens : http://www.trinitari.org/francese/ordre.html 
http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/13554730.html  ( sur saint Félix ) 

Ave, Fille du père

Ave, Mère du Fils

Ave, Epouse du Saint Esprit

Ave, Temple de la Très Sainte Trinité

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 12:43

 Le pape Pie IX ( Jean-Marie Mastai-Ferreti 1792-1878 )  a été déclaré bienheureux le 3 septembre 2000 par Jean-Paul II.

Quelques dates:

1827 : archevêque de Spolète ( à 35 ans ! )

1832 : siège épiscopal d' Imola.

1840 : cardinal.

1846 : il commence un long pontificat de 32 ans !

1848-1850 : exilé à Gaëte. Début du Risorgimento, et de la Via Crucis de ce pape.

8 décembre 1854 : définition du dogme de l' Immaculée Conception.

8 décembre 1864 : encyclique Quanta Cura et le Syllabus

1869-1870  : concile Vatican I , constitutions Dei Filius et Pastor Aeternus.

1875 : consécration de l' Eglise au Sacré Coeur de Jésus.

7 février 1878 : mort de Pie IX.

A sa mort, les Etats pontificaux ( Romagne, Marche, Latium, Ombrie ) créés par Pépin le Bref en 750 pour le Siège apostolique n' existaient plus. Ce fut la fin du pouvoir temporel du pape de plus de 1100 ans ( avec les interruptions du Directoire, puis Pie VII emprisonné par Napoléon pour créer le département du Tibre ), avant la signature des Accords du Latran de 1929 reconnaissant la souveraineté du pape sur le quartier du Vatican et certains établissements à Rome. Les quatre papes suivants ne quittèrent plus le Vatican   ( Pie XII se rendit dans la banlieue romaine lors de bombardements contre la population civile, et Jean XXIII fut le premier à quitter son diocèse de Rome pour aller en pélerinage à Assise et en Ombrie ). 

Liens : sites sur les zouaves pontificaux, une cause perdue d' avance, mais qui sauva l' honneur : www.military-photos.com/zouaves-P-index.htm

http://www.geneaguide.com/doc/divers/zouaves.htm

http://www.zouavenmuseum.nl ( sur les Hollandais qui constituaient une forte proportion des troupes ; en néerlandais, mais une page d' explication en français ) 

Lire : Yves Chiron, Pie IX un pape moderne, Paris 1995

 

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 12:15

 

Pierre ( Petro ) Verhun* naquit en Galicie orientale à Gorodok près de Lvov, l'ancienne Lemberg ( Leopoli en latin, Lviv en ukrainien ) en 1890 et ordonné en 1927 selon le rite grec-catholique ( rite byzantin uniate pour les Ruthènes ).

La région appartint à la Pologne jusqu' à la seconde guerre mondiale.

 

Il fut nommé visiteur apostolique des émigrés ruthènes, originaires d' Ukraine sub-carpathique et d' autres pays limitrophes dans l' ancienne Autriche-Hongrie, et les grecs-catholiques ukrainiens de Berlin. Il vécut donc en Allemagne.

 

En 1945, il fut arrêté par le régime communiste soviétique et déporté dans un goulag sibérien. A sa libération en 1953, il fut relégué à Angarsk près de Krasnoïarsk, où il mourut le 7 février 1957.

 

Il a été béatifié en 2001 par Jean-Paul II avec d' autres martyrs originaires d' Ukraine.

La translation de ses reliques eut lieu le 26 juillet 2004 à l' église de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu à Stryi ( Ukraine occidentale), ainsi qu' à Gorodok et à la paroisse grecque-catholique de Munich.

* prononcer :  Vergoun

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 10:18

Saint Luc le Thaumaturge, ou saint Luc d' Hellade provenait d' une famille de petits propriétaires de l' île d' Egine en Grèce qui durent fuir les invasions sarrazines...

 

Ayant tôt reçu la vocation monastique, il partit à la recherche de moines dans la région comprise aujourd' hui entre la Hongrie et la Bulgarie, mais il fut pris pour un esclave fugitif et molesté. Il fut reconduit à la maison familiale où il fut maltraité.

 

Il se rendit près d' Athènes dans une communauté religieuse, mais le supérieur au bout d' un certain temps lui ordonna de retourner chez lui pour subvenir aux besoins de sa mère Euphrosyne. Elle accepta finalement la vocation de son fils. 

Il mena une vie érémitique austère sur un mont près de Corinthe, après avoir été obligé de fuir lors des invasions des païens venus du nord. Il est fêté le 7 février, jour de sa mort en 955,  par le Martyrologium romanum ainsi que par les Eglises grecque et slaves.

 

Cette vie illustre l' esprit d' obéissance et de sacrifice par la pérégrination, forcée ( les invasions ) ou acceptée ( la vie monastique ).

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 03:33

En France et au Canada on fête  Sainte Marguerite Bourgeoys né à Troyes en 1620 morte à Montréal en 1700. Fondatrice des soeurs de la congrégation de ND de Montréal. Canonisée en 1982.

En Russie le calendrier julien fête le 12 janvier ( 25 janvier dans notre calendrier grégorien ) Sainte Tatiana ( ou Tatienne ) patronne des étudiants. Elle est fêtée aussi dans l' Eglise latine aujourd' hui. Sa vie nous est connue par le martyrologe grec et par Guillaume de Mamesbury dans la Gesta Regum Anglorum écrite au VIIème siècle. Jeune vierge martyre à Rome une église lui était consacrée au Quirinal. Fille d' un consul romain chrétien en secret, elle se consacra aux pauvres et fut diaconesse. Sous Alexandre Sévère ( 222-235 ) elle refusa de prier devant les idoles au temple d' Apollon et au temple de Diane. A chaque fois elle fit le signe de croix. On lui arracha les yeux. Elle fut battue à coups de barres de fer, puis le troisième jour jetée aux lions.

 

Le Bienheureux Antoine Fournier ( 1736-1794 ) artisan  père de famille fut fusillé par les révolutionnaires le 12 janvier 1794 avec d' autres martyrs du diocèse d' Angers près d' Avrillé.

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article