Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 03:55
sainte-elisabeth-de-hongrie.jpg   
Mariée à 14 ans à Louis IV de Thuringe, la fille d' André II, roi de Hongrie, avait trois enfants quand elle devint veuve à 20 ans.


Chassée de son château de la Wartbourg, elle supporta l' humiliation avec patience ; une fois rétablie, elle mena une vie pénitente, toute dévouée au service des pauvres et des malades : affiliée au Tiers-Ordre franciscain, elle en est la patronne.


Morte à 24 ans, le 19 novembre 1231, elle fut canonisée quatre ans plus tard par Grégoire IX.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 19:16
En 1383, des Franciscains arrivèrent d' Europe pour grossir les rangs des Franciscains dans leur couvent du Mont Sion, en Terre Sainte. l' Ordre des Frères Mineurs est en effet le gardien des Lieux Saints et depuis le Moyen Age jusqu' à nos jours est organisé en Custodie.

Pendant huit ans, ces nouveaux Frères, Nicolas Tavelic, Adéodat Aribert de Rodez, Etienne de Coni et Pierre de Narbonne, vécurent selon la règle de saint François, s' occupant des Chrétiens confiés à leur protection, et s' efforçant de réaliser un apostolat, pratiquement infructeux, au sein des Musulmans.

Le 11 novembre 1391, ils furent convoqués devant le Cadi de Jérusalem pour exposer leur Foi. Ils firent une lecture publique d' un exposé théologique qu' ils avaient préparé avec grand soin. Après une audition attentive de leur présentation, les autorités leur intimèrent de se rétracter. Les Franciscains refusèrent et furent aussitôt condamnés à mort. Enfermés pendant trois jours, ils furent exposés à de cruels sévices.

Le 14 novembre, on leur demanda d' abjurer. Ils refusèrent à nouveau. Ils furent battus à mort, écartelés et brûlés. Leur martyre fut décrit par le Père Gérald Calveti dans une lettre envoyée à son Ordre. Il devait lui-aussi mourir peu de temps après.

tavelic.jpg

Ceux-ci furent toujours honorés chez les Frères Mineurs. En 1889, le Pape Léon XIII confirma la mémoire liturgique du bienheureux Nicolas Tavelic qui était spécialement vénéré en Yougoslavie.

En 1966, le Pape Paul VI confirma la mémoire liturgique des trois autres Franciscains, fixant leur fête au 17 novembre, alors que la mémoire de ces martyrs était fixée au 14 novembre au sein de l' Ordre. Finalement le 21 juin 1970, Paul VI canonisa les quatre Franciscains, fixant leur fête au 14 novembre. Ils sont les premiers saints martyrs de la Custodie de Terre Sainte.

Nicolas Tavelic, Croate,  était originaire de Dalmatie, où il naquit vers 1340. Il entra adolescant chez les Franciscains, et devenu prêtre, évangélisa la Bosnie et prêcha avec le Père Adéodat de Rodez contre la secte des Bogomiles qui niait la nature divine du Christ, et avait une vision manichéenne de l' existence, en définissant un esprit du mal égal à l' esprit du bien. Les Bogomiles ( appelés au Moyen Age, les Bougres ) niaient aussi la Trinité, et refusaient le baptême ainsi que le sacrement de mariage.

Adéodat de Rodez prêcha à partir de 1372 avec le Père Nicolas, avant de se rendre en Palestine avec lui.

Pierre de Narbonne fut envoyé en 1368 en Ombrie par le bienheureux Paul de Foligno ( 1309-1391 ) où il vécut dans la prière et la méditation. En 1381, il partit en mission pour la Palestine.

Etienne de Coni avait vécu à Gênes, puis avait été envoyé par ses supérieurs en Corse. De Corse, il partit en mission pour la Terre Sainte en 1383.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 20:16
djidjov.jpg    Joseph Dijdjov naquit en Bulgarie à Plovdiv, l' ancienne Philippoli, le 19 juillet 1919, au sein d' une famille catholique de rite latin. En 1926, il devint élève du collège des Assomptionnistes. Il aimait les mathématiques et le football. Dès sa prime adolescence, il avait le désir d' être prêtre.
Le 2 février 1938, il entra comme aspirant chez les Assomptionnistes de Nozeroy, en France dans le Jura. Il prit le nom de Paul, comme l' Apôtre des Gentils. Ainsi qu' il était de coutume alors dans cette Congrégation, les nouveaux religieux prenaient un nouveau  nom de religion, comme pour marquer le début d' une nouvelle vie et leur détachement de l' esprit du monde. Il avait 18 ans.

Ensuite il poursuivit ses études de théologie au noviciat des Pères Assomptionnistes, près de Paris à Lormoy. La France entra en guerre peu de temps après. Pendant l' occupation, les vivres vinrent souvent à manquer. Les novices, conduits par le Frère Paul, élevèrent des moutons...Il retourna en Bulgarie en 1942 poursuivre ses études. Il fut ordonné à la fin de la guerre en janvier 1945. Quelques mois plus tard, l' Armée Rouge faisait capituler le régime bulgare satellisé par le IIIème Reich.

Le bienheureux Paul fut envoyé par ses supérieurs à Varna, au bord de la Mer Noire, pour étudier l' économie et la gestion, afin d' améliorer le fonctionnement de sa congrégation en Bulgarie. Il fut un élève attentif et respecté.Il animait aussi le foyer franco-bulgare qui avait été créé avant la guerre par les Assomptionnistes bulgares tous formés par la Congrégation française.

Il ne cachait pas son engagement religieux et son identité de prêtre, bien que vêtu en civil, puisque la Congrégation, par prudence autorisa ses religieux à s' habiller ainsi, pour ne pas attirer l' attention des nouvelles autorités, alliées au pouvoir communiste. Le parti communiste ne gouvernait pas encore seul, mais tenait de plus en plus les rouages socio-économiques du pays et surtout les milieux intellectuels - le Kremlin était le siège de Staline, vainqueur d' Hitler - et de plus en plus les milieux politiques, tant en province qu' à Sofia.

Après son diplôme, il revint au Collège de Plovdiv, pour en devenir l' économe, et ensuite l' économe de tout le Vicariat Oriental des Assomptionnistes. En 1948, la Bulgarie tomba aux mains des communistes. Une loi discriminatoire contre tous les cultes ( nous sommes en pays majoritairement orthodoxe ) fut promulguée en  février 1949.

Déjà quelques mois plus tôt, en août, le collège avait été fermé par les autorités.

La Congrégation des Assomptionnistes de Bulgarie n' a donc dès lors plus les moyens de vivre, et certains pour ne pas être condamnés de parasitisme social prennent des emplois en ville, ou donnent des leçons plus ou moins clandestinement. Le Père Djidjov est constamment surveillé par la police politique. On le suit dans la rue. De nombreux prêtres sont arrêtés, certains disparaissent...

Une violente campagne de presse débuta en 1949 contre l' Eglise catholique. L' Ennemi commence toujours par la diffamation et lance toujours des rumeurs avant les persécutions, pour diviser les Chrétiens et ruiner l' estime de l' Eglise. Il en est bien sûr de même de nos jours. Le pouvoir médiatique est rarement élogieux à l' égard des Catholiques, et toujours suspicieux vis-à-vis de l' Eglise. C' est une constante.
A l' époque, en Europe centrale, de violentes campagnes voulues par Moscou étaient lancées contre les Catholiques. Ils résistèrent en Pologne où ils étaient majoritaires ; mais ils ne purent faire grand chose en Bulgarie, où ils étaient minoritaires.

Le Pape Pie XII était officiellement traité de " chacal moribond ", il était clairement identifié comme l' ennemi des communistes.

pie-XII-1939-1958.jpg

On confisque tous les biens de l' Eglise catholique, ainsi qu' une grande partie de ceux de l' Eglise orthodoxe.

En 1951, le supérieur du collège, le Père Chichkov ( 1884-1952 ), est arrêté.

En juin 1952 dans une lettre de réponse aux Assomptionnistes français qui envoyaient un peu d' argent à leurs Frères sans ressources, le Père Djidjov écrit en commentant l' arrestation de nombreux prêtres, tant catholiques qu' orthodoxes : " que la volonté de Dieu soit faite, nous attendons notre tour ! "

Son tour survint en juillet. La milice communiste vint le chercher le 4 de ce mois, avec son confrère le Père Vitchev ( 1893-1952 ).

Une mise en scène est organisée pour que le procès soit un exemple pour les foules. Des articles diffamatoires paraissent dans la presse. On est alerté à l' étranger, mais que faire ? Pendant plusieurs jours les religieux, ainsi que  l' évêque Passionniste Mgr Eugène Bossilkov, font pâle figure : torturés dans leurs cachots, obligés de signer des fausses déclarations, ils se contredisent, épuisés, éclatant souvent en sanglot. Le but était de les ridiculiser auprès de la population. Ils sont condamnés à mort le 3 octobre pour " trahison, en tant qu' espions du Vatican et comploteurs contre la Bulgarie..."

Enfermés dans des cellules individuelles et enchaînés, les condamnés se préparaient à l' autre passage. Un autre condamné, mais non condamné à mort, le Père Kourchev, raconte qu' un jour qu' il était de corvée de ménage dans le couloir, il réussit, en faisant mine de passer la serpillère sur le sol, à donner l' absolution au Père Djidjov qui se tenait derrière la porte de sa cellule...

On apprendra des années plus tard qu' ils furent fusillés dans la nuit du 11 au 12 novembre 1952, à la prison de Sofia.

Radio-Vatican, dès le mois de septembre, avait parlé des honteuses calomnies qui frappaient l' Eglise de Bulgarie et avait dénoncé ce procès inique et préparé de longue date. Mais personne ne sut quand ils moururent, une chape de silence s' était abattue sur la moitié de l' Europe...Comme tant d' autres, ils furent peu à peu oubliés, en dehors de certains milieux ecclésiastiques.



Le procès en béatification, comme un procès réparateur, des martyrs bulgares aboutit le 26 mars 1994. Ils ont poursuivi dans leur chair la Rédemption accomplie par le Seigneur Jésus.



Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 00:40
Les corps des saints furent les temples du Saint-Esprit. Ils seront glorifiés pour l' éternité lors de la résurrection générale. Tels sont les fondements doctrinaux du culte des reliques.
D'autre part, les martyrs se sont unis au sacrifice du Christ d' une façon particulière : c' est pourquoi l' Eglise place dans la pierre sacrée de tous les autels des reliques de martyrs et de saints.
Elle nous rappelle ainsi que le Christ ne s' offre pas seul à son Père, et que l' acceptation de la volonté divine, quelles qu' en soient les exigences, est le moyen de nous unir pleinement, comme les martyrs, au sacrifice rédempteur.

reliques-de-saint-antoine-de-padoue.jpg
                  Reliques de saint Antoine de Padoue
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 20:48
Saint Hubert fut le disciple de saint Lambert; évêque de Tongres et de Maëstricht, auquel il succéda en 705. 

Il était d' une famille de noblesse mérovingienne et accéda à des fonctions éminentes à la Cour des Francs de Neustrie, puis à celle des Francs d' Austrasie. Après sa conversion lors d' une chasse en forêt, le jour du Vendredi Saint, jour de pénitence, il vécut dans l' expiation et l' étude monastique. Il devint prêtre à l' appel de saint Lambert, puis lorsque celui-ci fut assassiné devint à son tour évêque.
 Il évangélisa les Ardennes, qui comptaient de nombreux païens, en ces temps d' invasions. A partir de 718, il résida habituellement à Liège. Il mourut à Tervueren ( aujourd' hui en Belgique ), le 30 mai 727.

saint-hubert.jpg

En 825, ses reliques furent transférées de Liège au monastère d' Andain, qui prit le nom de Saint-Hubert. Ses restes disparurent en 1568, lors de la révolte des Gueux. 

La légende de saint Hubert; patron des chasseurs, s' enrichit d' un épisode, hagiographique et symbolique, celui de l' apparition, au cours de cette fameuse chasse du Vendredi Saint, d' un cerf portant dans sa ramure un crucifix invitant le chasseur à se convertir.

Des Ardennes, où le culte du saint évêque était vivace dans ce pays forestier, celui-ci se répandit dans tout l' Occident et particulièrement dans les pays où les Francs étaient nombreux. C' est-à-dire dans le Nord et le Nord-Est de la France actuelle, les Ardennes belges et luxembourgeoises, les contrées aujourd' hui flamandes et la Franconie germanique. 

En Allemagne l' Ordre des Chevaliers de Saint-Hubert a subsisté jusqu' en 1918.

Sa fête fut fixée dès le IXème siècle au 3 novembre. Il est aussi le patron de Liège. 
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 18:59
Saint Luc, évangéliste né à Antioche de Syrie, et auteur des Actes des Apôtres, fut appelé par saint Paul, son  " cher médecin. "

saint-luc.jpg

Il fut son fidèle accompagnateur lors de ses voyages missionnaires, et le réconforta en prison. Son Evangile, qui met en lumière l' universalité du Salut, et la prédilection de Jésus envers les pauvres, offre des témoignages particulièrement originaux, comme l' Evangile de la Sainte Enfance, les paraboles de la miséricorde, et d' autres passages qui reflètent sa sensibilité envers les malades et les souffrants.

Dans les Actes, il décline la figure de l' Eglise idéale, qui persévère dans l' enseignement du Christ, et dans la communion de charité.
La tradition chrétienne en fait un peintre, en particulier de la Sainte Vierge.

Il est représenté par un boeuf ailé, symbole des sacrifices de l' Ancienne Loi, puisqu' il ouvre son Evangile en évoquant Zacharie, prêtre et sacrificateur.

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 20:25
Sébastien Kimura naquit en 1565 au Japon, dans la ville de Firando, d' une famille convertie au catholicisme au moment de la mission de saint François-Xavier. Il était cousin de deux autres futurs martyrs japonais : Léonard Kimura et Antoine Kimura.

A onze ans, il se mit au service de l' église des Jésuites de Firando, puis entra au séminaire des Jésuites de Bungo. A 19 ans, il demanda son entrée dans la Compagnie de Jésus.
Il devint alors catéchiste, puis fut transféré à Macao, possession portugaise en Chine,  où il étudia la théologie. Il retourna au Japon en 1610, et il fut le premier Japonais à être ordonné prêtre, à Nagazaki.

Lors de la seconde persécution contre les Chrétiens, le Père Kimura fut habile à se camoufler sous les identités les plus diverses : médecin, soldat, marchand, paysan, etc... Il réussit à gagner les endroits les plus périlleux, comme par exemple  les prisons, pour réconforter ses frères dans la Foi prisonniers.
Il savait qu' il était  recherché, c' est pourquoi le Père provincial des Jésuites lui demanda de se cacher à Nagazaki ; mais il était trop tard.  Le 30 juin 1621, trahi par une esclave coréenne, il fut arrêté  alors qu' il se trouvait dans la maison d' un Catholique coréen.  Toute la maisonnée fut arrêtée, ainsi que des catéchumènes des environs. Ils furent enfermés à la prison de Suzuta, où se trouvaient d' autres prisonniers chrétiens, comme le Père Charles Spinola ( 1564-1622 ) et quatre novices - certains étant  là depuis quatre ans.
Ils furent à peine tenus en vie, dans un froid terrible, et souffrant de la faim. Ils traversèrent mutuellement ces épreuves dans la prière et le soutien spirituel.

nagazaki.jpg

Le 9 septembre 1622, les prisonniers - les Pères Kimura et Spinola et 22 novices et fidèles catholiques - furent condamnés à mort par le gouverneur. Ils furent transférés en barque dans la région de Nagazaki et rejoints par d' autres prisonniers. On avait déjà préparé des bûchers sur les collines qui dominaient la ville.
Le lendemain, 22 d' entre eux furent brûlés vifs, parmi eux les PP Spinola et Kimura, et  30 furent décapités. Une foule immense assistait au supplice qui dura de longues heures. Le bienheureux Sébastien Kimura, premier prêtre japonais, mit trois heures avant d' expirer. Il fut le dernier à rendre l' âme.



Nagazaki, ville qui abritait la plus importante communauté chrétienne du Japon, fut choisie par l' armée américaine pour subir avec Hiroshima le bombardement atomique de 1945.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 00:03
Joseph Sarto naquit d' une humble famille le 2 juin 1835 à Riese ( province de Trévise ). Successivement vicaire à Tombolo, curé de Salzano, puis chancelier et profeseur de théologie, il devint évêque de Mantoue en 1884, et patriarche de Venise en 1893.
Le 4 août 1903, il était proclamé Pape sous le nom de Pie X. Son action clairvoyante s' étendit à la formation du clergé, à la réforme du bréviaire, à la restauration du droit ecclésiastique, du chant grégorien et à la dignité du culte.
Saint Pie X reste avant tout le Pape de l' Eucharistie, qui fut la source de son éminente sainteté sacerdotale.
Il mourut le 20 août 1914 au Vatican. Son corps fut déposé dans la basilique Saint-Pierre de Rome.
Il fut canonisé par Pie XII en 1954. Sa mémoire est fêtée le 21 août dans le Nouvel Ordo.
saint-Pie-X.jpg


Ps 88
J' ai tiré mon élu du milieu du peuple, je l' ai consacré de mon huile sainte ; ma main sera toujours avec lui, mon bras sera sa force.
L' amour du Seigneur à jamais je le chante, d' âge en âge mes lèvres annoncent sa fidélité. 
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
2 septembre 2007 7 02 /09 /septembre /2007 23:17
Etienne, fils du païen Géza duc des Hongrois, fut élevé par une mère chrétienne. Vers 995, il épousa une princesse chrétienne : Gisèle de Bavière. Il fit appel aux moines de Cluny pour évangéliser son royaume.
Ami de la paix, il donna au pays des Magyars son organisation civile et religieuse.
Il mourut le 15 août 1038. En l' an 1000, il reçut du Pape Sylvestre II la  " sainte couronne " , appelée à devenir le symbole de l' unité nationale hongroise. 

roi-etienne-de-hongrie.jpg
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 19:39
Cette fête a des origines antiques ( en France dès le Vème siècle ) et est liée à la dédicace de l' église de Sébaste en Samarie sur les lieux supposés de son martyre, et aux reliques du saint confiées à l' église de Saint-Sylvestre à Rome.
S' étant publiquement élevé contre le comportement scandaleux d' Hérode Antipas et d' Hérodiade, il fut emprisonné sur les bords de la Mer Morte. Lors du festin d' Hérode, Salomé, la fille d' Hérodiade,  dansa devant les convives. Impressionné par sa  beauté, Hérode lui offrit en récompense ce qu' elle avait demandé à l' instigation de sa mère : c ' est-à-dire la tête du Baptiste...
UItime prophète et premier apôtre, il donna ainsi sa vie à sa mission.


martyre-de-saint-jean-baptiste-amiens.jpg
                              Cathédrale d'  Amiensi_bug_fck
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article