Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 16:47
   Henri ( Enrico ) Rebuschini naquit à Gravedona, le 28 avril 1860, dans une famille de la bourgeoisie lombarde. A dix-huit ans, Henri était un étudiant doué ; mais il souffrait d' anxiété et cela se manifestait aussi dans le domaine spirituel. Il se sentait appelé à la vie religieuse ; mais son père avait d' autres desseins.
Après diverses tentatives, il surmonta l' opposition paternelle et, à vingt-quatre ans, entra au séminaire de Côme, puis,à Rome à la Grégorienne.
A l' issue de ses études, il eut encore une crise de dépression et dut retourner dans sa famille. Il se confia à la miséricorde divine et connut une guérison progressive. Il se sentit alors appelé à soigner les personnes malades et s' orienta vers les prêtres de la Congrégation de Saint-Camille de Lellis qui soignaient les souffrances physiques et morales. Il retrouva ainsi un certain équilibre psychologique.


Il entra à vingt-sept ans dans leur séminaire, à Vérone. Il fut ordonné prêtre en 1889 par Mgr Sarto, le futur saint Pie X, et émit ses voeux perpétuels en 1891. Pendant une dizaine d' années, il exerça son ministère à Vérone, en tant que professeur au noviciat, puis comme aumônier de l' hôpital militaire et enfin comme aumônier de l' hôpital civil jusqu' en 1899.
Il déménagea alors à Crémone, où il devint Supérieur de la Communauté et ensuite économe des Camilliens. Il gagna l'  estime de la ville en étant à l' écoute de toutes les souffrances. Il mourut d' une broncho-pneumonie, le 10 mai 1938 et fut béatifié en 1997 par Jean-Paul II.


Il vivait l' idéal de sainteté dans ses tâches quotidiennes, aidant dans le silence et l' humilité les pauvres et les malades.En se donnant, il réussit à surmonter son penchant à la dépression. Il se dédiait entièrement au sacrement de la confession et aidait ses pénitents à se déprendre de leurs tendances à la rigidité et aux défenses psychiques. Il avait un immense amour de l' Eucharisitie qu' il réalisait dans sa propre vie.

Aujourd' hui, nous fêtons aussi le bienheureux Jean Merz ( voir mon article de l' année dernière ) et sainte Solange, martyre aquitaine du IXème siècle.

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 20:32
Madeleine naquit dans une illustre famille italienne à Vérone en 1774. Orpheline de père à sept ans, elle fut délaissée par sa mère et éduquée par des institutrices et des gouvernantes. A dix-sept ans, elle entra au Carmel de Trente, puis à celui de Conigliano, près de Trévise.
En 1801, après la fermeture des couvents contemplatifs par les lois napoléoniennes, elle retourna chez elle, dans le palais familial, en prenant soin de deux orphelines qu' elle avait recueillies. 

En 1808, entourée de plusieurs jeunes filles, elle fit l' expérience de la vie en communauté dans l' ancien couvent des Dames Augustines de Vérone, qu' elle avait acquis avec la permission de Napoléon, pour porter assistance aux filles en difficulté. C' est ainsi que naquit la Congrégation des Filles de la Charité de Vérone, attachée à l' éducation et au secours des filles pauvres.
En 1812, elle fut appelée à Venise par les deux frères abbés Cavanis pour fonder une nouvelle maison d' éducation féminine gratuite.
Par la suite, elle en créa d' autres à Milan, Bergame, Trente, etc...
Elle mourut à Vérone le 10 avril 1835.
Sa Congrégation compte aujourd' hui plus de 2000 religieuses.

Elle fut canonisée par Jean-Paul II en 1988.
Repost 0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 21:44
  L' Ordre des Mercédaires fête aujourd' hui saint Alexandre de Sicile, moine qui vécut dans le couvent de l' Ordre de la Merci à Palerme, puis dans celui de Bonaria ( près de Cagliari ).


Il fut envoyé à Tunis pour une " rédemption ", c' est-à-dire une mission afin de libérer, moyennant le paiement d' une rançon, des Chrétiens prisonniers et réduits en esclavage. C' était le but de cette Congrégation fondée par saint Jean de Matha* et  approuvée par Innocent III en 1198.

Mais il fut dénoncé par un esclave renégat, qui avait apostasié la Foi chrétienne, d' avoir voulu le convertir ( à nouveau pourrait-on dire...). Or le fait de convertir un musulman est considéré comme criminel par le Coran et donc puni par la peine de mort. Il en est parfois encore ainsi de nos jours dans certaines contrées...


Il fut donc brûlé en public devant le palais de Moulay Mahomet à Tunis, pour servir de divertissement au peuple. C' était en 1317.

* Fêté le 8 février.
Lien sur saint Jean de Matha : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5572690.html
Repost 0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 20:51
   Ludovic ( Lodovico ) Pavoni naquit à Brescia, le 11 septembre 1784, dans une famille de la noblesse locale. Il se révéla rapidement comme un jeune garçon ouvert d' esprit et vif. Doté d' une grande intelligence, il fit de bonnes études. Il aimait la chasse et peignait avec talent.

Il fut ordonné prêtre en 1807. Il fonda un " oratoire ", c' est-à-dire une oeuvre destinée à l' éducation des garçons pauvres. En effet, après les lois napoléoniennes, beaucoup d' institutions charitables tenues par des religieux avaient été purement et simplement interdites. Beaucoup d' enfants étaient livrés à eux-mêmes ou étaient tôt employés dans une ambiance peu chrétienne et âpre au gain.

Il occupait donc pendant la journée les adolescents à diverses activités et les catéchisait, à l' instar des patronages qui allaient éclore quelques décennies plus tard jusqu' au milieu du XXème siècle.
En 1812, il fut nommé secrétaire de l' évêque et put continuer son oeuvre qui recueillait alors une centaine de garçons. En 1818, il devint chanoine et, sur les bases de l' oratoire, fonda un collège d' enseignement qui prit le nom, en 1821, d' Institut Saint-Barnabé.
Ce collège était destiné aux enfants de classes pauvres et comptera plus tard, sous son impulsion, une section pour élèves sourds-muets. Pendant trente ans, il se dévoua totalement à son oeuvre, comptant en ce XIXème siècle parmi les éducateurs les plus éclairés de la péninsule italienne. Il développait un modèle d' apprentissage alternant les cours et le travail en atelier, préfigurant les premières écoles professionnelles.
Les élèves étaient orientés en majorité vers les métiers de la typographie et de l' imprimerie. Il créa ainsi un noyau cultivé et chrétien de jeunes ouvriers.

Face au développement rapide de l' Institut et des ateliers, il fonda en 1821 une Congrégation pour se mettre au service de cette mission, et ceci bien avant les orientations de Rerum novarum...Les Fils de Marie-Immaculée ( les Pavoniens ) furent reconnus après de nombreuses années de travaux exténuants et d' hésitations épiscopales.

Le bienheureux Ludovic Pavoni rendit l'âme le 1er avril 1849 à Saiano, un couvent qu' il avait fondé à douze kilomètres de Brescia et qui comportait une colonie agricole destinée à la formation de ses élèves. A peine vingt ans plus tard, les Congrégations durent fermer leurs couvents, heureusement pour quelques années pour la plupart, à cause des prétendues lois de l' époque. Son Institut pour sourds-muets fut néanmoins autorisé à subsister sous une forme sécularisée.

Il fut béatifié par Jean-Paul II en 1987.


Repost 0
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 23:41
Saint Dominique Savio naquit à Riva di Chieri, près de Turin, le 2 avril 1842. Il mourut de phtisie le 9 mars 1857, âgé de quinze ans. Il était l' élève de Don Bosco et avait fondé avec ses amis la Compagnie de l' Immaculée Conception.
Il fut canonisé en 1954 par Pie XII.
San_Domenico_Savio.jpg
Voici la prière qu' il prononça en 1854, année de la proclamation du dogme de l' Immaculée Conception, pour se consacrer à la Sainte Vierge :

" Marie, je vous donne mon coeur. Faites qu' il soit toujours vôtre. Jésus et Marie, soyez toujours mes amis, mais de grâce faites-moi mourir plutôt que d' avoir le malheur de commettre un seul péché. "

Il est fêté le 6 mai.

Lien ( en français et en italien ) : www.donbosco-torino.it 
Repost 0
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 20:01
Charles-Gaëtan ( Carlo Gaetano ) Calosirto naquit le 15 août 1654 au sein d' une famille de la petite noblesse, dans l' île d' Ischia. Les Pères Augustiniens lui donnèrent dans leur école sa première formation, puis à 15 ans,  ayant décidé d' embrasser la vie religieuse, il entra à Naples au couvent des Franciscains déchaussés de la réforme de saint Pierre d' Alcantara. Il était attiré par leur vie austère et il fut guidé au noviciat par le Père Joseph Roblès.

Ayant pris le nom de Frère Jean-Joseph de la Croix, il devint un moine zélé et humble. Il fut ordonné en 1677 à Piedimonte d' Alife, où un nouveau couvent avait été construit. Jean-Joseph se retirait dans un petit ermitage perdu dans les bois à proximité du couvent. Il devint maître des novices à Naples, puis Gardien du couvent de Piedimonte.
jean-joseph.JPGVers 1700, des dissensions eurent lieu entre Franciscains déchaussés qui prenaient le parti des Espagnols ( maîtres du royaume ) et ceux celui des Italiens. Le Père Jean-Joseph, à la tête de 200 moines italiens, procéda à des réformes et fit approfondir les études des Frères. Il fut par la suite chargé par l' évêque de Naples, Mgr Pignatelli, de faire veiller plus d' une soixantaine de couvents à la bonne application de la Règle franciscaine.

Il compta alors de nombreux dirigés fameux, parmi lesquels saint Alphonse de Liguori. Le Seigneur lui donna aussi à cette époque de nombreux charismes, comme celui de la prophétie, de la lecture des coeurs ou des apparitions de la Sainte Vierge et de l' Enfant Jésus. On le vit aussi à Naples alors qu' il était en pleine extase.


En 1722, les couvents issus de la branche de saint Pierre d' Alcantara se réunirent à nouveau. Le couvent de sainte Lucie al Monte de Naples revint donc aux Italiens et c' est dans ce lieu béni que mourut saint Jean-Joseph de la Croix, le 5 mars 1734.


Il fut béatifié par le pape Pie VI, le 24 mai 1789, et canonisé par le pape Grégoire XVI, le  26 mai 1839.ans une famillenti_bug_fck
Repost 0
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 15:51
Né à Ravenne en 1007, saint Pierre Damien ajouta à son nom de baptême celui de son frère Damien qui le tira de la misère où il avait passé son enfance.
pierre_damien.gif
Devenu Camaldule à 28 ans, il fut employé par le Pape à la réforme de l' Eglise et devint cardinal évêque d' Ostie. Il tonna avec la vigueur d' un prophète contre les vices du clergé de son temps.

Redevenu volontairement simple moine, il mourut le 22 février 1072.
Repost 0
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 21:35
Nièce de sainte Claire, elle était destinée à épouser un chevalier. Elle était jolie et frivole. Lors d' une visite à sa tante, elle se convertit subitement.
Elle entra chez les Clarisses en 1213, au couvent de Saint-Damien. A la mort de sa tante, arpès avoir été guérie par elle d' une maladie, celle-ci lui demanda :  
" Vides tu, filia, regem gloriae quem ego aspiscio ? " 
Chiesa.jpg

Elle mourut en 1254. Sa dépouile fut transférée au couvent de Sainte-Claire dans la chapelle Saint-Georges. Au XVIIème siècle, l' évêque Crescent d' Assise réunit les reliques de la sainte avec celles de la bienheureuse Benoîte ( première abbesse ) et de la bienheureuse Agnès ( soeur de sainte Claire ).
Repost 0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 22:11
Vers 1233, alors que Florence était soumise à des luttes fratricides, sept marchands florentins, déjà membres d' une fraternité laïque dévouée à la Sainte Vierge, décidèrent de mener une vie en commun, afin de se retirer dans la solitude dans une vie de pénitence et de contemplation. Ils distribuèrent leurs biens aux pauvres. En 1245, ils se retirèrent sur le Mont Senario, près de Florence, où ils firent construire une demeure et un oratoire.

Beaucoup de fidèles venaient profiter de leur enseignement et partager leurs prières, si bien que les sept compagnons organisèrent leur communauté sous la règle de saint Augustin dans une une nouvelle Congrégation : l' Ordre des Servites de Marie.
servites.jpg

Ils furent canonisés en 1888 par Léon XIII.

Il s' agit de saint Bonfils, premier prieur, mort le 1er janvier 1262 ;
de saint Bienvenu qui fut aussi prieur général. Homme austère et doux, il mourut le 31 août 1267 ;
de saint Manet. Organisateur, il fut à l' origine de la fondation des Servites en France. Il mourut le 20 août 1268 ;
de saint Amédée, homme de grande charité qui mourut le 18 avril 1266 ;
de saint Sosthène et de saint Hugues qui vécurent toute leur vie dans une grande amitié spirituelle et moururent le même jour, le 3 mai 1282 ;
et de saint Alexis Falconieri, oncle de sainte Julienne Falconieri, dont la vie fut une incessante louange à Dieu. Humble et pur, il mourut le 17 février 1310 fort âgé.
saint-alexis-falconieri.jpg

Les Servites sont aujourd' hui près d' un millier dans le monde. Ils tiennent notamment un établissement d' enseignement primaire et secondaire réputé à Bruxelles.




Repost 0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 11:46
bienheureux-luc-belludi.jpg  Issu de la noble famille des Belludi de Padoue, le bienheureux Luc Belludi, après avoir fréquenté l' université de Padoue, entra chez les Franciscains de cette ville à 25 ans.

Devenu prêtre, il rencontra saint Antoine de Padoue, dont il deviendra un fidèle disciple jusqu' à la mort de ce dernier. C' est pourquoi il fut surnommé Luc de Saint-Antoine. Il fut aussi le rédacteur de certains sermons ( Sermones ) du saint.
 Il mourut le 17 février 1286 fort âgé.
Le Pape Pie XI a confirmé la mémoire du bienheureux, le 18 mai 1927. Il est considéré en Italie comme protecteur des étudiants passant leurs examens.
Excellent prédicateur et homme érudit, ses écrits sont conservés à la bibliothèque antonienne, à Padoue. 

On se souvient aussi aujourd' hui, en ce deuxième dimanche de Carême, du martyre du bienheureux Antoine Leszczewicz ( 1890-1943 ).
lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5679458.html
Repost 0