Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 13:12
François ( Francisco ) Casteller naquit le 3 octobre 1901 à Forcall, dans une famille singulièrement bénie : seul l' aîné se maria, les six autres enfants prononcèrent tous des voeux religieux. Jacques, François et Pierre entrèrent dans la Congrégation des Ecoles pies, fondée par saint Joseph Calasanz en 1597. Dominique et Emmanuel devinrent Augustins, et  l' unique fille, Marie, Dominicaine.

A 13 ans, il entra chez les Frères des Ecoles pies, à Morella, en tant que postulant. Il se signala comme un adolescent exemplaire, aimant le silence. Il était modeste et ponctuel, pieux et recueilli.

carceller.jpg

Il reçut l' ordination sacerdotale en 1925 à Lérida, puis il fut nommé au Collège de Saint-Antoine à Barcelone et enfin à celui de Notre-Dame. Lorsque ses proches s' inquiétèrent de lui, au début de la guerre civile, il leur répondait que la plus grande grâce qu' il pourrait recevoir, serait celle du martyre, car elle lui assurerait le paradis. 
Il fut arrêté, alors qu' il avait trouvé refuge chez sa mère, à l'aube du 29 août. Il fut emprisonné avec une trentaine d' autres prêtres. Il fut condamné à mort par le tribunal populaire, pour avoir déclaré être prêtre pour l' éternité, et n' avoir aucun lien avec la politique.
Il fut fusillé avec un autre prêtre, l' Abbé Isidore Bover Oliver, devant un amas de cadavres de personnes exécutées, au cimetière de Forcall. Il avait 35 ans.

Il fut béatifié par Jean-Paul II, avec 13 autres martyrs espagnols des Ecoles pies, le 1er octobre 1995.


Lien : mon article du 27 août 2007 sur saint Joseph Calasanz :  http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-12003881.html
  
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 12:51
florence-caerols.jpg   Florence Caerols Martinez naquit le 20 février 1890 à Caudete, près de Valence. 

Elle était ouvrière dans une une usine textile. Elle était appréciée de ses compagnes de travail. Au début de la guerre civile, elle aurait pu se mettre du côté des anarcho-socialistes qui tenaient la ville ; mais elle était à la tête de la section féminine locale du syndicat catholique espagnol, fondé à Valence par le serviteur de Dieu Manuel Pérez  Arnal.

Elle faisait aussi partie de l' Action catholique et d' autres organisations catholiques, vouées à l' apostolat auprès des laïcs, ainsi que d' organisation charitables. Elle s' occupait aussi de catéchisme dans sa paroisse.

Elle fut évidemment arrêtée le 23 septembre 1936, et dans la nuit du 1er au 2 octobre, elle fut fusillée aux abords de la ville.

Parmi toutes les femmes de l' Action catholique qui moururent dans l' archidiocèse de Valence, 18 d ' entre elles furent béatifiées en plus de la bienheureuse Florence Caerols.

Le mémorial des 233 martyrs de Valence est fixé au 22 septembre.
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 12:18
Bartholomée Blanco Marquez naquit le 25 novembre 1914 à Pozoblanco en Espagne. Il devint orphelin de mère à quatre ans, et perdit son père à douze ans. Il entra en apprentissage dans le laboratoire de son cousin. Lorsque les Salésiens arrivèrent en ville en 1930, il fréquenta leur oratoire et les aida comme catéchiste.
Le Père do Munio, Salésien,  l' entraina à poursuivre sa formation intellectuelle, culturelle et spirituelle. Il entra à l' Action catholique locale, dont il fut le secrétaire, et y donna le meilleur de lui-même.
Il fut nommé à Madrid pour poursuivre sa formation apostolique auprès des milieux ouvriers. Il fut un ardent défenseur de la doctrine sociale de l' Eglise.


bartholom--e-blanco.jpg


Il obtint une bourse d' études et voyagea en France, en Belgique et en Hollande pour observer les méthodes d' apostolat des organisations ouvrières catholiques.
Revenu en Espagne, il fonda onze sections syndicales catholiques. Il était cohérent dans ses convictions, et menait une vie de chrétien unifiée. Il luttait pour les valeurs de l' Evangile, et se nourissait de la prière.

Evidemment ses convictions politiques étaient en concurrence avec celles des socialistes, et c' est pour cela qu' il fut détesté par les membres des cellules locales. Il fut arrêté pour ses convictions catholiques, mais aussi parce qu' il représentait pour eux la négation même des méthodes des Rouges auprès des ouvriers.

Le 30 juin 1936 - il avait 21 ans - il revint dans sa ville natale pour se mettre à la disposition de la Garde civile, afin de lutter contre les Républicains. Mais la ville fut prise par ces derniers, et il fut arrêté pour rébellion le 18 août.
Il eut un comportement exemplaire en prison. " Afin de mourir en martyr, il faut s' offrir à Dieu " déclara-t-il. Il fut fusillé le 2 octobre à Jaen.

" Vous avez voulu me perdre en me condamnant à être fusillé, mais vous m' avez fait un immense bien, car c' est une couronne que vous m' offrez. "
Repost 0
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 01:38
Alvaro Sanjuan Canet naquit près d' Alicante à Alcocer de Planes, dans une famille profondément chrétienne, le 26 avril 1908.
Il entra au petit séminaire de Campello à 11 ans. De caractère joyeux et expansif, il fut apprécié de ses condisciples et de ses maîtres. Il fit ses études de théologie ensuite à Turin, en Italie, au noviciat des Salésiens, et fut ordonné prêtre près de Barcelone en 1934.

bienheureux-alvaro-sanjuan-canet.jpg

Il exerça son ministère quelques temps à Alicante, mais au début de la guerre civile dut se réfugier chez ses parents à Cocentaina. Il fut découvert au bout de deux mois et arrêté à Alicante. Ses parents firent de nombreuses tentatives auprès des autorités civiles pour le faire libérer.
Dans la nuit du 1er au 2 octobre, il fut emmené aux abords de la ville, avec l' un de ses compagnons de prison et fusillé sur la route.

95 martyrs salésiens furent assassinés en Espagne pendant la guerre civile, et 31 d' entre eux furent béatifiés par Jean-Paul II en 2001.
Repost 0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 17:00
Né en 1916 en Catalogne, le jeune François-Xavier, après des études au Collège de Moya à Barcelone, entra chez les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu, au service des malades et des infirmes.

Il avait à peine vingt ans, lorsqu' il fut assassiné à Saint-Félix de Codinas+, en haine de la Foi, par les Républicains en 1936.


+ Sant Feliu de Codines, en catalan.
Repost 0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 15:47
Joseph Tarrats Comaposada naquit à Manrèse, près de Barcelone en Espagne, le 29 août 1878. Il entra à la Compagnie de Jésus en 1895. Il fut tailleur pendant son scolasticat, puis portier et infirmier dans diverses maisons jésuites, notamment à Saragosse et à Valence à partir de 1910. 


La Compagnie de Jésus fut interdite par l' Espagne républicaine en 1932. La communauté se dispersa alors dans différents logements en ville. Il devint infirmier chez les Petites Soeurs des Pauvres de Valence, pour s' occuper de ses frères Jésuites âgés qui demeuraient dans leur hospice. Il fut dénoncé à la police comme religieux jésuite , et assassiné à Valence le 28 septembre 1936, à l' âge de 58 ans. Plusieurs autres Jésuites de la province furent aussi fusillés. La Compagnie de Jésus, en Espagne, fut entièrement décimée : 122 Jésuites furent assassinés par les Rouges - communistes ou anarchistes - la plupart en 1936...

espagne-valence.jpg


Depuis 2001, année de sa béatification, ses reliques reposent à la cathédrale de Valence.
Repost 0
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 01:52
 maria-del-olvido.jpg La bienheureuse Marie del Olvido Noguera Albelda naquit dans une famille aisée le 30 décembre 1903 à Carcagente ( en dialecte valencien : Carcaixent ). Elle fit sa première communion en 1912 à la chapelle du Collège de Marie Immaculée. 
Elle reçut une éducation pousée chez les religieuses de son collège, puis se dédia à l' apostolat laïc, et notamment à l' éducation dans les milieux ouvriers.
Le 30 novembre 1936, cette belle jeune femme fut emprisonnée avec son frère. Les miliciens du Front populaire abusèrent d' elle, et la tuèrent sous les yeux de son frère qu' ils fusillèrent par la suite.
Elle fut béatifiée en 2001 par Jean-Paul II. 
Repost 0
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 00:01
Marie de la Purification Vidal Pastor naquit à Alcira ( province de Valence ) le 14 septembre 1892 dans une famille aisée. Elle devint enseignante et adhéra à l' Action catholique. Elle s' occupait aussi de la jeunesse défavorisée et soignait des personnes âgées ou malades.
Elle menait une vie intense de piété eucharistique et mariale.
Durant la persécution religieuse, elle intensifia encore ses activités apostoliques et défendit l' Eglise. 
Elle restait, malgré le danger, à Alcira et affirmait : " si je devais mourir, que mon sang lave les péchés d' autrui ! "

vidal-pastor.jpg

Elle fut emprisonnée avec ses deux soeurs, et subit le martyre le 22 septembre 1936 aux cris de " Vive le Christ-Roi ! " 
Elle fut béatifiée en mars 2001 par Jean-Paul II, avec une autre laïque de l' Action catholique, assassinée le même jour à Alcira : Josèphe  ( Josefa )  Moscardo ( 1880-1936 ).

Le mémorial des 233 martyrs valenciens est fixé au 22 septembre.
Repost 0
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 19:44
   Francisca ( Françoise ) Cuallado Baixauli naquit le 3 décembre 1890 à Valence. Elle fut baptisée le 5 décembre, et fit sa première communion le 11 mai  1911, à l' église paroissiale de Saint-Pierre-de-Masanasa.

Très tôt, elle fut orpheline de père, et s' occupa de sa mère malade. Elle vivait de son travail de couturière, et faisait partie d' un syndicat catholique féminin. Elle s' occupait de pastorale sociale.
Elle communiait quotidiennement, et récitait le rosaire tous les jours. Inscrite à l' Action catholique féminine, elle faisait le catéchisme. Elle se dévouait auprès de familles nécessiteuses, en plus de ses tâches quotidiennes.

A la mi-septembre  1936, elle fut emprisonnée par les Rouges, et subit le martyre, quelques jours plus tard, le 19 septembre à Benifayo...Avant de mourir, elle eut la langue coupée, pour avoir crié : " Vive le Christ-Roi ! "

Cette femme travailleuse, au coeur simple et à la Foi ardente, fut béatifiée le 11 mars 2001 par Jean-Paul II, avec 232 autres martyrs de la guerre civile espagnole, issus de l' archidiocèse de Valence.
Repost 0
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 19:20
Marie de la Yglesia y Varo naquit à  Cabra le 25 mars 1891, et à huit ans devint élève du tout nouveau collège des Soeurs des Ecoles Pies. Elle fit sa profession religieuse dans cette congrégation, le 11 décembre 1911, au Collège de Carabanchel, où elle fut une enseignante exemplaire.


Elle fut ensuite éducatrice à Santa Vitoria et à Madrid. En 1935, lorsqu' elle devint supérieure de la maison de Madrid, elle continua avec abnégation à enseigner, alors que la situation religieuse, depuis plusieurs années, était devenue difficile pour les Congrégations. Elle était d' autant plus courageuse, que sa santé s' était fortement détériorée.
Le 18 juillet 1936, après que l' école fut fermée, elle se réfugia dans un appartement en ville, au 5 de la rue Ferraz ; mais elle fut découverte par les miliciens rouges, et conduite au martyre le 19 septembre 1936.


Dolorès Aguiar-Mella naquit le 29 mars 1897 à Montevideo, en Uruguay, d' un père espagnol et d' une mère uruguayenne. Lorsqu' elle eut deux ans, la famille déménagea en Espagne à Madrid, où son père exerça le métier d' avocat.
Devenue orpheline de mère,  elle entra au Collège des Soeurs des Ecoles Pies à Carabanchel, où elle accomplit toute sa scolarité. En 1918, à 21 ans, elle obtint un emploi au Ministère du Trésor. Elle vivait une vie simple, animée d' une Foi profonde, et gardait des liens étroits avec ses anciennes éducatrices.

Quand le 18 juillet 1936, les Soeurs se réfugièrent dans un appartement  en ville, elle se joignit à elles pour les aider - la Mère Marie de Jésus étant de santé fragile. Elle n' eut pas peur des menaces, et resta ferme  dans sa décision. Elle partagea leur sort jusqu' au bout, lorsqu' elles furent toutes menées aux abords de Madrid pour être fusillées par des miliciens fanatiques le 19 septembre 1936.



Consuelo Aguiar-Mella naquit le 29 mars 1898 à Montevideo, et eut le même parcours que sa soeur aînée. Elle eut , elle aussi, une jeunesse fervente. Lorsque leur père mourut en 1929, elle partit quelques temps pour Tolède. Elle retourna à Madrid, et vécut dans l' appartement paternel, avec ses deux frères* qui étaient déjà mariés. Elle craignait pour la sécurité de sa soeur qui vivait avec les Religieuses. Lorsqu' elle apprit leur arrestation, elle se joignit à elles, et reçut donc, elle aussi, la palme du martyre...


*L 'un deux était vice-consul d' Uruguay.
Repost 0