Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

30 juillet 2008 3 30 /07 /juillet /2008 17:49
Serge ( Sergio ) Cid Pazo naquit, le 24 avril 1884, à Allariz en Espagne. Dès sa tendre enfance, il savait qu' il serait prêtre. Aussi entra-t-il au séminaire salésien à Sarria, près de Barcelone. Il fit sa profession chez les Salésiens en 1905. Il eut une vie que l' on peut véritablement qualifier d' exemplaire.
Il était connu pour sa charité et son amour du travail bien fait. A l' été 1936, alors que la situation empirait, il fut obligé de quitter son collège de Sama. Il trouva refuge dans un appartement d' amis, le 22 juillet. Mais comme Notre Seigneur,  il fut lui-aussi dénoncé. Arrêté, il ne nia pas sa condition de prêtre, lors du simulacre de procès tenu par les révolutionnaires espagnols.
Il fut fusillé le 30 juillet 1936, à Barcelone.
Repost 0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 18:35
 
Le 29 juillet, l' Eglise honore la mémoire de 71 Hospitaliers de Saint-Jean de Dieu assassinés pendant la guerre civile espagnole et qui furent béatifiés par Jean-Paul II en 1992.

Parmi eux le P. Correz Diaz de Cerio ( 1897-1936 ) et le P. Egozcuezabal. Celui-ci naquit en Navarre, à Nuin, le 13 mars 1882. Il fut professeur au sein de son Ordre et mourut assassiné, le 27 juillet 1936, à Espuglas près de Barcelone où il est enterré au cimetière de Las Corts.
Repost 0
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 23:55
    La Congrégation des Soeurs de la Charité du Sacré Coeur de Jésus fut fondée en Espagne en 1877. Françoise ( Francisca ) Aldea Araujo était infirmière et soignait sa Supérieure la Mère Rita Dolorès Pujalte Sanchez quand elles furent toutes les deux arrêtées et assassinées lors de la guerre civile espagnole.

La bienheureuse Françoise naquit le 17 décembre 1881 à Somolinos. Elle perdit son père à neuf ans et sa mère à onze ans. Elle fut accueillie comme interne au Collège Sainte-Suzanne de Madrid, tenu par les Soeurs de la Charité du Sacré Coeur de Jésus. Elle entra au noviciat et prononça ses voeux perpétuels en 1910. Elle devint institutrice au Collège, puis en 1916 devint secrétaire générale de la Congrégation.

Lorsque la guerre civile éclata n 1936, elle s' occupait de la Mère Rita Dolorès, âgée et devenue quasiment aveugle. En juillet, la situation empira à Madrid et ce fut le début d' une cruelle persécution religieuse. Les Soeurs étaient restées au Collège afin de s' occuper des orphelines qui n' avaient nulle part où aller. Le 20 juillet, le Collège fut assailli par des hommes des organisations anarchistes, particulièrement excités contre l' Eglise d' Espagne.

Les Soeurs étaient réunies à la chapelle, suppliant les assaillants d' épargner la Mère Rita Dolorès et son infirmière ; mais ils les firent enfermer dans un appartement voisin et deux heures après firent monter les deux religieuses dans un fourgon. Elles furent fusillées dans le faubourg madrilène de Canillejas à 3 heures 1/2 de l' après-midi.

Elles furent béatifiées par Jean-Paul II à Rome,  le 10 mai 1998, en raison de leur vie dévouée aux orphelins et aux malades ainsi que pour leur sang versé à l' exemple du Christ.
Repost 0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 21:48
   Justin ( Justino ) Orona Madrigal naquit à Acoyal dans la province de Jalisco au Mexique, le 14 avril 1877. Prêtre, il fut le fondateur des Soeurs Clarisses du Sacré Coeur. Il était de caractère généreux, dans des temps particulièrement difficiles pour son pays avec la persécution anti-chrétienne du gouvernement de l' époque.

Il avait écrit : " Ceux qui poursuivent le chemin de douleur dans la fidélité au Christ, entreront sûrement dans le Royaume de Dieu. "

Il avait choisi de rester parmi son troupeau, malgré l' interdiction faite à l' Eglise du Mexique de célébrer la Messe et de distribuer les sacrements. " Je resterai parmi eux, vivant ou mort ! "

Une nuit, alors qu' il s' était réfugié avec son vicaire et compagnon de martyre, l' abbé Cruz*, dans un ranch nommé " le Ranch des Croix ", près de Cuquio dans le territoire de Guadalajara, la maison fut assaillie par des hommes des troupes gouvernementales, le 1er juillet 1928. Il ouvrit la porte de sa chambre aux cris de " Vive le Christ-Roi ! ", la réponse fut immédiate : il reçut une pluie de balles...

* Né le 5 octobre 1901, mort et canonisé avec saint Justin Orona.
Repost 0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 19:24
    Trois mois avant de mourir, le jeune Dominique du Très Saint Sacrement s' exprimait ainsi dans une lettre à l' un de ses confrères : "Le Seigneur veut appeler auprès de lui certaines âmes dans la fleur de l' âge, à d' autres il réserve de grandes oeuvres et donc de grands mérites. Ce qui importe, c' est de réaliser le dessein de Dieu. et d' accomplir en tout sa volonté. "
Il avait 26 ans.


Dominique Iturrate Zubero, aîné de onze enfants, naquit le 11 mai 1901 en Biscaye, près de Bilbao. Ses parents, cultivateurs aisés, lui donnèrent une solide éducation chrétienne. Il fit sa première communion à dix ans ; mais déjà il avait l' habitude, selon les usages du temps, de se confesser une fois par mois.
Il aidait le curé du village dans le catéchisme des plus petits et ses parents aux travaux domestiques et agricoles. Il était aussi enfant de choeur. De caractère sensible, il s' emportait parfois ; mais cela n' allait pas jusqu' à l' irascibilité...Il entra à treize ans au collège des Pères Trinitaires d' Algorta. En 1917, il prit l' habit dans cet Ordre, fondé par saint Jean de Matha ( 1160-1213 ) et saint Félix de Valois ( 1127-1212 ). D' après les statistiques de l' Ordre, presque un million de Chrétiens furent sauvés au fil des siècles de l' esclavage en terre musulmane.

Au XVIème siècle, l' Ordre fut réformé par saint Jean-Baptiste de la Conception. Il existera donc désormais deux branches dont celle des Déchaux, plus rigoureuse, est le fruit de cette réforme. Affaibli par le protestantisme et l' esprit de la révolution française, qui fit fermer de nombreux couvents, l' Ordre se relèvera lentement au cours du XIXème siècle. 

Pendant son noviciat, le jeune moine mit toutes ses forces dans l' accomplissement de la volonté divine. On sait d' après des témoignages qu' il traversa, lui aussi, la nuit obscure de l ' esprit et ses souffrances. Il retrouva à la fin de l' année 1918 une certaine sérénité lorsqu' il confia sa profession simple à Notre Dame.
L' année suivante, il partit pour Rome faire des études de philosophie à la Grégorienne, dont il sortit en 1922. Il prononça peu de temps après ses voeux perpétuels au Couvent de Saint-Charles-des-Quatre-Fontaines à Rome. Il poursuivit ses études de théologie à Rome jusqu' en 1926.

Entretemps, il avait été ordonné prêtre à l' automne 1925 en la basilique des Douze-Apôtres. Il était assisant au Couvent pour l' observance de la discipline.
Il avait le désir d' être missionnaire en terre lointaine et païenne et il s' était confié dans ce sens au Père provincial ; mais les Pères qui estimaient sa valeur intellectuelle, le nommèrent Maître des Etudes des étudiants trinitaires...
Ardent admirateur de la spiritualité de saint Louis-Marie Grignon de Montfort, il estimait devoir toujours aller à Jésus en prenant la main de Marie. Mais cette admiration n' était pas qu' intellectuelle : exigeant avec lui-même, il avait fait le voeu d' accomplir ce qui conduisait à la perfection...Ses confrères remarquaient sa fermeté à se tenir à son devoir jusque dans les moindres détails, non pas comme un pharisien, mais comme un amoureux délicat.

C' est alors qu' en juin 1926, il ressentit les premiers symptômes de la tuberculose, si fréquente parmi la jeunesse de cette époque...Il fut envoyé à la montagne, dans l' espoir d' une guérison ; mais son mal était déjà trop avancé. Il fut envoyé dans sa famille en octobre et revit le Pays Basque, après s' être arrêté prier à Lourdes.
Il fut transféré au Couvent de Belmonte. Tout espoir de devenir missionnaire était devenu vain. Il accepta son sort sans rébellion. Au contraire, il s' en remit complètement à Jésus en sanctifiant chaque moment présent.

Il mourut le 8 avril 1926.

Ses restes reposent à Algorta dans la paroisse du Rédempteur, tenue par les Trinitaires.

Il fut béatifié par Jean-Paul II en 1983 qui reconnut en lui la sainteté de " ceux qui font des choses communes de manière non commune ". 

Lien : saint Jean-Baptiste de la Conception ( fêté le 14 février )
http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5640672.html
 
Repost 0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 04:02
mere-angele-de-la-croix.jpg   Mère Angèle de la Croix, née à Séville en 1846, est la fondatrice des Soeurs de la Compagnie de la Croix,  ( ou Institut des Soeurs de la Croix ) approuvée par le Saint Siège en 1904.


Marie des Anges ( Maria de los Angeles ) Guerrero - tel était son nom dans le siècle - commença à travailler à 12 ans chez un chausseur. Elle  passait beaucoup de temps en prières. Un jour la jeune fille eut la vision du Christ en croix, pendant son oraison. Puis elle vit une croix vide. Elle comprit qu' elle était appelée à suivre le Seigneur.


Elle entra chez les Carmélites, mais dut en partir pour raison de santé. Retournée dans sa famille, elle tint un journal où elle notait ses pensées et ses prières, ainsi que les bases de la fondation à laquelle elle songeait. 


Elle voua donc toute sa vie à sa Congrégation, fondée en 1875, qui était tournée vers le soin des malades et des infirmes.

Mère Angèle mourut à l' âge de 86 ans à Séville, sans avoir heureusement connu la terreur qui allait s' abattre sur l' Eglise espagnole par la suite.


Elle fut béatifiée par Jean-Paul II en 1982 à Séville, et canonisée en 2003.
Repost 0
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 01:24
saint-pierre-de-j-sus.jpg  Pour un homme et un prêtre, mourir immédiatement après avoir reçu l' hostie est une grâce insigne. C' est ce qui advint à saint Pierre de Jésus Maldonado Lucero né près de Chihuahua, au Mexique, le 15 juin 1892, et mort le 11 février 1937.
Il fut un prêtre qui vécut pour l' Eucharistie et qui se fit Eucharistie pour ses frères. Il était encore séminariste, lorsqu' il écrivit : " Je voudrais toujours avoir mon coeur tourné vers le ciel et le tabernacle. "
Il fut ordonné par l' évêque d' El Paso au Texas, Mgr Schuler sj, le 25 janvier 1918 et célébra sa première messe au Mexique à Chihuahua, le 11 février 1918, fête de ND de Lourdes. C' est encore le jour de la fête de ND de Lourdes qu' il mourra dix-neuf ans plus tard. 

Il fut prêtre à la paroisse Sainte-Isabelle, à Chihuahua. Toute sa spiritualité et son ministère se concentraient sur Jésus-Hostie. Il fut un admirateur et un zélateur fervent de l' adoration nocturne du Saint-Sacrement, qu' il fit adopter par ses paroissiens. 

En 1926, les lois laïcistes du gouvernement franc-maçon du Mexique provoquèrent une persécution féroce contre les Catholiques, et le culte public fut interdit. La guerre civile qui fit rage jusqu' en 1929 allait provoquer la mort de nombreux fidèles. L' Etat de Chihuahua, grâce aux mesures prudentes des autorités locales, fut relativement épargné par les atrocités. Mais, en 1931, une nouvelle vague de répression allait frapper le peuple. Les prêtres furent persécutés ou exilés. Les fonctionnaires et les enseignants furent forcés de signer une déclaration les obligeant à renier leur Foi.

En 1934, Pierre Maldonado fut arrêté puis contraint à l' exil. Il partit pour El Paso au Texas. En 1936, pensant que la situation était plus calme, il retourna au Mexique, à la Boquilla del Rio, près de la ville de Chihuahua. Il trouva un refuge dans une famille qui l' hébergea dans sa propriété, où il pouvait célébrer la messe pour quelques fidèles, dans la plus grande discrétion.
Il célébra cette année-là la Semaine Sainte avec une certaine solennité. Le Vendredi Saint, il partit pour confesser des fidèles malades, dans les environs. A son retour, il tomba sur la milice fédérale qui le menaça de mort. Heureusement, il fut épargné...

L' année suivante, en 1937, il célébra l' office du Mercredi des Cendres et écouta en confession un groupe de fidèles. C' est alors que fit irruption dans la maison une bande armée prise de boisson. Il fut immédiatement capturé et mené pieds nus aux autorités municipales. Les fidèles l' accompagnaient pendant son chemin de croix et priaient pour lui.

Arrivé à la mairie, il fut battu et un fonctionnaire tira sur lui. Il perdit son oeil gauche qui pendit lamentablement. Baigné de sang, les fonctionnaires le rouèrent de coups, le laissant pour mort. De saintes femmes peu après ces horribles événements réussirent à le transporter à l' hôpital, où il mourut le lendemain, 11 février, après avoir reçu la communion. Des fidèles revêtirent son corps de vêtements sacerdotaux. Il fut accompagné jusqu' au cimetière par une foule d' un millier de personnes récitant le rosaire. Il fut enterré sous une humble pierre portant l' inscription : TU ES PRËTRE.
cath-drale-de-chihuahua.jpg
Son sacrifice ne fut pas vain. Le 26 avril 1937, le gouverneur de Chihuahua permit le culte public. Pour la première fois depuis les lois Calles, après plus de dix ans de silence, les cloches de la cathédrale se mirent à sonner, le 1er mai 1937. Un an plus tard, les persécutions publiques cessèrent contre les Catholiques. 

Il fut béatifié en 1992 et canonisé en 2000 par Jean-Paul II, avec cinq autres prêtres mexicains. Leur fête est fixée au 21 mai.

Link in English : www.kofc.org

Illustration : cathédrale de Chihuahua.




Repost 0
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 19:12
jos--sanchez-del-rio.jpg   Le courage n' est pas donné à tout le monde, et s' il l' est, même à quatorze ans, comme dans le cas de ce jeune bienheureux, il s' agit bien d' une grâce particulière.
José ( en français Joseph ) Sanchez del Rio demanda cette grâce en visitant le tombeau d' Anaclet Gonzalez Flores ( béatifié le même jour que lui ), assassiné, le 1er avril 1927 pendant la guerre des Cristeros, et qui fit une ferme profession de Foi. Il avait été le fondateur de l' Association Catholique de la Jeunesse Mexicaine.

Le jeune José était né le 28 mars 1913 à Sahuayo, au Mexique. En 1926, ses deux frères aînés s' étaient enrôlés dans cette guerre, afin de tenter de redonner au Mexique sa liberté religieuse. L' enfance du garçon fut rythmée par les fêtes religieuses ; mais surtout lui-même s' était engagé dans l' adoration eucharistique de sa paroisse et aidait à faire prier ses jeunes camarades.
A seulement treize ans, il ne pouvait porter les armes, mais il devint l' année suivante porte-bannière du général Luis Guizar, car il voulait suivre ses troupes. Dans une terrible bataille, le 6 février 1928, alors que le cheval du général fut tué, il lui céda sa propre monture, en déclarant : " Votre vie est plus importante que la mienne. "

L' adolescent fut pris peu après par les troupes fédérales. Enfermé dans une église qui servait de prison, on l' entendait prier et chanter entre les séances de sévices. Ses gardiens lui offrirent de renier la Foi catholique en échange de la liberté, ce qu' il refusa aux cris de " Vive le Christ-Roi et vive ND de Guadalupe ! " Il reçut en cachette le viatique de la part de sa tante Madeleine qui soudoya les chefs locaux pour lui rendre visite.
Le 10 février 1928, ses bourreaux lui découpèrent la plante des pieds et le firent marcher sur du sel, puis pieds nus jusqu' au cimetière, où, exaspérés par ses invocations au Christ-Roi, ils l' abattirent d' un coup de pistolet. Le calvaire du jeune garçon eut lieu l' année de ses quatorze ans. Son souvenir est toujours resté vivace au Mexique.

Il fut béatifié le 20 novembre 2005, avec douze autres martyrs mexicains.

Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-6250073.html

Repost 0
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 20:14
marie-louise.jpg   Marie-Louise ( Maria Luisa ) Montesinos Orduna naquit le 3 mars 1901 à Valence, en Espagne. Elle fut baptisée deux jours après sa naissance, et reçut le sacrement de confirmation à l' âge de six ans.
Elevée dans une école religieuse, elle reçut une bonne formation générale. Elle ne se maria pas et prit soin de ses parents. Elle était catéchiste, faisait partie de l' Action Catholique et s' occupait de pauvres et de malades.
Elle recevait la communion tous les jours et était spécialement attachée à la Sainte Vierge.

A l' éclatement de la guerre civile, elle fut appelée à verser son sang et à donner sa vie pour défendre sa Foi en Jésus Christ et son Eglise. Avec elle son père, une de ses soeurs, deux de ses frères et une tante furent tués par les ennemis de la Foi.
Elle fut exécutée le 28 janvier 1937 à Picassent, près de Valence.

Elle fait partie des martyrs espagnols béatifiés par Jean-Paul II, le 11 mars 2001. 
Repost 0
4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 00:38
rigobert-de-anta.jpg  Rigobert ( Rigoberto ) de Anta y de Barrio naquit le 4 janvier 1894 à Sax, près d' Alicante. C' est donc aujourd' hui l' anniversaire de la naissance de ce nouveau bienheureux, béatifié le 28 octobre 2007, à Rome.

Il fit ses études à Murcie, au Collège Saint-Joseph, et fut ordonné prêtre pour le diocèse de Carthagène en 1920. Il devint curé d' Alcadazo, puis, en 1926, curé à El Pozuelo ( Albacete ). C' était un jeune prêtre plein de joie et d' amour pour le sacerdoce.

Lorsque la guerre civile éclata, il était curé à la paroisse de Penas de S Pedro ( Albacete ) et refusa de quitter ses fonctions comme on le lui conseillait.

Il fut détenu, dans les premiers jours d' août, pour l' unique raison de son état sacerdotal. Il fut assassiné le 24 août, avec d' autres prêtres et des laïcs. Il fut fusillé le dernier, après avoir donné l' absolution à chacun de ses compagnons, accomplissant son ministère jusqu' au dernier moment.

Lorsque ce fut son tour, il s' écria à haute voix : " pardonnez-leur, Seigneur, comme je leur pardonne. "

Peu de choses sont rapportées de sa vie, comme si le Seigneur avait voulu cacher sa gloire sur terre, signe, sans aucun doute, que sa gloire au Ciel est grande !

NB Il naquit le jour de la Saint-Rigobert ( évêque de Reims, mort vers 740 ).
Le 4 janvier est aussi le jour de la mémoire de la bienheureuse Angèle de Foligno : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5130786.html
Repost 0