Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 18:58
wetmanski.JPG    Léon Wetmanski naquit le 10 avril 1886, à Zuramin en Pologne, dans une famille de meuniers. Il fut ordonné en 1912 et fit ses études de théologie à la Faculté catholique de Saint-Pétersbourg, capitale de l' Empire russe, dont dépendait son diocèse d' origine. Il devint aumônier du lycée catholique de jeunes filles Sainte-Catherine à Saint-Pétersbourg, et chapelain à la Faculté catholique de la capitale.

La Révolution d' Octobre le fit rentrer en Pologne.

Il fut vice-recteur du séminaire de Plock* ( prononcer Plotsk ) et s' illustra dans ses cours d' histoire de l' Eglise, et de Droit canonique. Parallèlement à sa charge d' enseignant, il était chapelain des Soeurs passionnistes de la ville. Il créa des associations de lutte contre l' alcoolisme, dans une ville dont la population était affaiblie par l' après-guerre et la crise économique.

En 1928, il fut consacré évêque auxiliaire de Plock.
Il mit en place Caritas dans son diocèse, et jeta les bases de l' Action catholique, voulue par Pie XI ( qui avait vécu plusieurs années en Pologne, pour réorganiser les diocèses, en tant que nonce ). C' était un auxiliaire moderne et actif, mais aussi un chrétien qui organisait et prenait part à de nombreuses récollections....

Il fut arrêté en février 1940. Son évêque, le bienheureux Antoine-Julien Nowowiejski, fut aussi arrêté et mourut en déportation. Mgr Wetmanski fut d' abord assigné à résidence à Slupna, petite bourgade des environs, avant d' être déporté en mars 1941.

Epuisé par les tortures, il mourut du typhus, le 10 octobre 1941, au camp de Soldau, dans l' ancien Ermland.

wetmanski-statue.jpg                         Monument en mémoire de Mgr Wetmanski à Plock


Ancienne capitale médiévale de la Mazovie polonaise, avant que Varsovie n' en devînt la principale ville, elle était l' alliée des Chevaliers teutoniques. Elle s' incorpora ensuite au Royaume de Pologne en 1495. Elle fut annexée par la Prusse en 1793. Après le bref épisode napoléonien, où elle fit partie du Duché de Varsovie, Plock appartint au Royaume du Congrès, entité gouvernée par la Russie, avant d' être complètement intégrée à l' Empire russe.
En 1915, la région fut occupée par les armées germano-autrichiennes.
Plock fut incorporé à la République polonaise en 1918.

Lien sur Mgr Nowowiejski :
http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-10599531.html
Repost 0
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 18:54
detkens.JPG  Edouard Detkens, prêtre diocésain à Varsovie,  naquit en Pologne à Mokotow ( Mazovie ) le 14 octobre 1885.

Il était recteur de la paroisse étudiante de Sainte-Anne*, et animait le groupe de la Juventus Christiana. Il s' occupait de la pastorale des centres académiques pour les étudiants de la capitale. Il avait organisé, comme le souhaitait le Cardinal Hlond, de nombreux pélerinages étudiants à Czestochowa.

Il fut arrêté au début de l' invasion allemande, puis libéré. Il fut à nouveau arrêté par la Gestapo, en mars 1940, et enfermé à la prison de Pawiak, puis déporté à Dachau.

Il mourut  " in odium fidei "  le 10 octobre 1942. Dans le convoi des invalides, qui le menait à la chambre à gaz, il récitait le Cantique de Siméon : " Nunc dimittis servum tuum..."

Il fut béatifié en juin 1999 par Jean-Paul II.


* Paroisse créée pour les étudiants de Varsovie, dans les années 1920, par le Cardinal Kakowski.


nti_bug_fck
Repost 0
5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 01:17
" Dieu nous a parlé par la richesse spirituelle de la bienheureuse soeur Faustine Kowalska. Elle a laissé au monde un grand message de la Miséricorde Divine, et aussi une invitation à se fier entièrement au Créateur.
Dieu lui a donné une grâce toute particulière, afin qu' elle eût l' expérience de sa miséricorde par la voie d' épreuves mystiques, et grâce à un don singulier de prière contemplative. "

Jean-Paul II

faustine-kowalska.jpg

Jean-Paul II a canonisé soeur Faustine ( 25 août 1905 - 5 octobre 1938 ) le 30 avril 2000 à Rome. 
Repost 0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 13:42
maria-antonina.jpg  La bienheureuse Marie-Antonine ( dans le siècle Marie-Anne Kratochwil ), religieuse professe de la Congrégation de Notre-Dame+, naquit dans l' Empire austro-hongrois à Ostrawa-Witkowice en Moravie ( devenue depuis 1918 Ostrava en République tchèque ) le 21 août 1881, de parents polonais, venus de Wegierska Gorka au Sud de la Silésie. 
Cette région de Moravie, outre sa minorité de langue allemande, comportait une importante minorité polonaise, au milieu d' une majorité de langue tchèque, ( celle-ci vivait surtout dans les campagnes ), et de minorités de Juifs dans les villes.

Elle fit ses études chez les Soeurs de Notre-Dame, en Silésie à Bielsko-Biala ( Bielitz-Biala en allemand ), puis elle devint enseignante à Karwin, ville de Moravie à majorité polonaise ( aujourd' hui Karvina en Tchéquie ). En 1910, elle entra au noviciat des Soeurs.

Elle fut envoyée en 1917 en Galicie orientale, à Lwow, ville polonaise de l' Empire autrichien ( Lemberg ), aujourd' hui en Ukraine. Elle y connut la fin de la première guerre mondiale et ses bouleversements, l' écroulement des Empires, et la naissance à quelques kilomètres de la Russie bolchévique.

Ce furent aussi des années, où la Pologne, qui avait été rayée de la carte en tant que pays souverain, renaissait de ses cendres. Elle dut lutter pour son indépendance, contre ses voisins, et même contre sa minorité ruthéno-ukrainienne. En 1925, Soeur Marie-Antonine fut envoyée à Tloumatch ( Tlumacz en polonais, ou Tovmach ), petite ville à l' Est, et à majorité ukrainienne. Elle y fonda une école primaire et un internat polonais. La Pologne reconstruisait ses fondations, même en implantant de nouvelles structures à l' Est. Soeur Marie-Antonine était de caractère pacifique et conciliatrice. Elle sut se faire aimer des deux communautés. En 1932, elle retourna à Lwow.

L' invasion soviétique en 1939 - parallèlement à celle des Allemands à l' Ouest - obligea les Soeurs à abandonner leurs écoles qui furent réquisitionnées par les forces occupantes. Elle se réfugia dans la petite bourgade de Mikuliczyn, où elle prit la tête de sa petite communauté. On se soucia peu des religieuses, on leur interdit de porter l' habit religieux et de tenir une école. Elles aidaient cependant les populations de leurs prières, mais aussi les malades et les réfugiés de leurs soins, de nourritures et au besoin de menus travaux. Soeur Marie-Antonine organisait des réunions de prières et portait discrètement assistance au clergé local.
Lorsque la région fut prise par les Allemands à l' été 1941, la situation se dégrada petit à petit. Elle fut arrêtée avec ses Soeurs par la Gestapo le 9 juin 1942, et incarcérée à Stanislawow, où elle fut torturée et mourut du typhus le 2 octobre 1942. 

Stanislawow fut rattaché après la guerre à la République socialiste soviétique d' Ukraine et unie à l' URSS. Elle a été renommée aujourd' hui Ivano-Frankiskv, et se situe en Ukraine occidentale.

stanislawow-katedra.jpg



Elle fut béatifiée par Jean-Paul II,  le 13 juin 1999, avec 107 autres martyrs polonais.

+ La Congrégation de Notre-Dame, congrégation enseignante, fut fondée par saint Pierre Fourier (1565-1640 ) dans les Vosges, et approuvée par le Pape Paul V en 1616. Saint Pierre Fourier fut canonisé par le Pape Léon XIII en 1899.
Repost 0
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 02:21
rewera.jpg  Antoine Rewera naquit le 6 janvier 1869 à Samborzec. Il devint prêtre du diocèse de Sandomir et professeur de théologie au séminaire. Il fonda une Congrégation de Tertiaires franciscaines, les Soeurs de Saint-François-Séraphique, en 1928 à Sandomir. Elles organisaient et organisent toujours des récollections, enseignent le catéchisme et s' occupent de différentes tâches auprès des prêtres du diocèse.


Il fut arrêté le 16 mars 1942 et déporté à Auschwitz, puis à Dachau où il mourut de tortures le 1er octobre 1942. Sa seule faute était d' avoir confessé la Foi en Jésus-Christ. 



Il fut béatifié en 1999 par Jean-Paul II, avec d' autres martyrs polonais de la seconde guerre mondiale.

soeurs-de-saint-fran--ois-s--raphique.jpg
Repost 0
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 21:04
 Né à Slawin, en Pologne, le 21 janvier 1905, il fit ses études à Ostrowo et entra au séminaire de Poznan. Il poursuivit sa formation à Gniezno, et devint prêtre du diocèse de Poznan en 1929.


En 1936, il fut nommé curé à la paroisse de Saint-Stanislas à Goscieszyn-sur-Obra. Il fut arrêté par la gestapo en octobre 1941. Il refusa de renoncer à son sacerdoce, comme le lui avait intimé les autorités locales hitlériennes, et mourut à Dachau le 18 septembre 1942.


Il fut béatifié par Jean-Paul II le 13 juin 1999.
Repost 0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 19:07
Depuis hier 16 septembre 2007, l' Eglise compte un nouveau bienheureux !

 Jean Papczynski naquit à Podegrodzie, en Pologne, le 18 mai 1631. Il fréquenta l' école paroissiale, puis le collège des Jésuites de Lwow ( ville à l' époque appelée Léopold en français, aujourd' hui en Ukraine ) et celui de Rawa Mazowiecka. A partir de 1654, il entreprit des études philosophie et entra au noviciat des Ecoles Pies de Podoliniec, où il prit le nom de Stanislas de Jésus-Marie. Il déménagea à Varsovie pour sa deuxième année en théologie, et fut ordonné prêtre en 1661.

Il devint à Varsovie un professeur de rhétorique célèbre, mais surtout un prédicateur et un confesseur estimé. Il eut parmi ses pénitents, le cardinal Antonio Pignatelli, nonce apostolique en Pologne, qui deviendra plus tard pape sous le nom d' Innocent XII.


L' Institut des Ecoles Pies de Varsovie était malheureusement divisé en deux factions rivales. Le bienheureux Stanislas de Jésus-Marie n' eut d' autre choix que de démissionner pour pacifier les esprits en 1670. Il décida de fonder un nouvel institut, celui des Clercs Marianistes de l' Immaculée Conception de la BV Marie. 
Les clercs de la nouvelle congrégation reçurent leur habit blanc et se réunirent sous l' impulsion de Stanislas Krajewski, un ermite qui vivait avec plusieurs disciples à Korabiew, aujourd' hui Puszcza Marianskè. Le bienheureux Stanislas de Jésus-Marie fut nommé supérieur de cette nouvelle congrégation par l' évêque Mgr Swiecicki le 24 octobre 1673, date considérée comme celle de la fondation officielle des Marianistes de l' Immaculée Conception.

A la clôture et aux règles strictes de pénitence, la Congrégation ajoutait l' obligation d' aide pastorale, puis en 1676 celle de prier pour les âmes du Purgatoire, en particulier celles des défunts tués à la guerre - les guerres contre les Turcs étaient alors fréquentes - ou celles des victimes de la peste. 
Il ouvrit une nouvelle maison à la Nouvelle Jérusalem qui se situait à Gora Kalwaria ( le Mont du Calvaire ). Lui-même y demeura jusqu' à sa mort, et se tint dans son couvent, contigu à la petite église du Cénacle du Seigneur, où il prêchait souvent.



Il ne reçut l' approbation pontificale qu' en 1699, qui concéda  à la Congrégation la Règle des Dix Vertus de la Bienheureuse Vierge Marie.
Il mourut le 17 septembre 1701, laissant de nombreux écrits spirituels. Les religieux étaient une vingtaine, mais pendant tout le XVIIIème siècle, la Congrégation prit une certaine vigueur, grâce à l' action du Père Casimir Wyszynski qui obtint en 1786 du Pape Pie VI une réforme de la Règle. 

La Pologne fut divisée à cette époque entre la Prusse, l' Autriche et la Russie. En 1908, la Congrégation ne comptait plus qu' un seul membre !  

C' est alors que le bienheureux Georges Matulaitis entra chez les Clercs Marianistes de l' Immaculée Conception et redonna vie à cette congrégation mourante...

Aujourd' hui, elle est présente non seulement en Pologne, mais aussi aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Lithuanie, en Lettonie, au Portugal, au Brésil, en Argentine, en Australie, en Italie ( où se trouve sa Maison généralice à Rome ).  

Si sa cause fut introduite en 1751, ce n' est officiellement qu' hier, 16 septembre 2007 qu' il a été béatifié...

Son mémorial est fixé au 17 septembre.





Repost 0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 19:00
  Sigismond ( en polonais Zygmunt ) Sajna naquit à Zurawlowka le 20 janvier 1897. Il fut ordonné prêtre en 1920. Il fit des études de Droit canonique à Rome, puis s' occupa de plusieurs paroisses à Varsovie.

En 1938, il fut nommé à Gora Kalwaria ( le Mont du Calvaire ). Ses sermons patriotiques attirèrent l' attention des occupants allemands. Il fut d' abord consigné à demeure, puis envoyé à la prison de Pawiak.


Il mourut au village de Palmiry le 17 septembre 1940, lieu d' exécution de milliers de membres de l' intelligentsia polonaise. 

Il fut béatifié par Jean-Paul II en juin 1999.
Repost 0
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 18:18
   Ladislas ( Wladyslaw en polonais ) Miegon naquit à Sandomir ( Sandomierz ) le 30 septembre 1892 au sein d' une famille aisée, profondément religieuse et patriote. A dix ans, après avoir été éduqué à la maison par des précepteurs, il entra au lycée de Sandomir, et à seize ans au séminaire. Il fut ordonné en 1915 pendant la Première guerre mondiale et exerça son ministère dans diverses paroisses de la ville. 

Sandomir était alors possession russe, après avoir fait partie de l' empire autrichien jusqu' au début du XIXème siècle, et elle fut à nouveau occupée alors par l' armée autrichienne. Il apporta donc son soutien spirituel aux soldats de l' armée autrichienne, et en particulier aux Polonais.

sandomir-copie-1.jpg                                                                               Cathédrale de Sandomir

Lorsque la Pologne recouvrit son indépendance en 1918, il demanda à l' automne de cette année de devenir chapelain militaire. Il en obtint la permission au début de l' année 1919, et devint aumônier d' une unité de marine qui se battait contre les Bolchéviques à Modlin. Il organisa ensuite pendant une année des cours de langue et civilisation polonaises, d' histoire et de mathématiques aux marins à la base de Puck, l' ancienne Putzig en Poméranie.
L' année 1920 fut particulièrement cruelle sur le front polono-bolchévique, et il porta secours aux blessés et aux mourants. Il fut lui-même blessé, et ensuite décoré en 1920 par le Maréchal Pilsudski.

A partir de 1924, la Flotte fut basée à Gdynia sur la Mer Baltique, l' ancienne Gdingen prussienne, et il reprit ses cours, ainsi que l' organisation de pièces de théâtre amateur. La base se situait dans le corridor polonais qui coupait la Prusse en deux, et était devenue polonaise en 1920. La marine polonaise, aidée d' un consortium franco-polonais, fit construire un port moderne pour faire face à Dantzig, ville allemande ( aujourd' hui Gdansk ).

Il avait toujours le désir d' inculquer force spirituelle et amour de la patrie à ses marins. Il partit en 1930 pour Lublin étudier le Droit canonique. Il revint en 1934. ll fit construire une chapelle militaire pour la Flotte à Oksywie, dans les environs de Gdynia, qui fut consacrée en 1939, et il reçut le grade de commandant.
Lorsque les Allemands envahirent la région à l' automne 1939, il fut capturé et emmené sur le tristement célèbre paquebot Wilhelm Gustloff à Flensbourg dans le Schleswig-Holstein. Il fut ensuite enfermé à Buchenwald, puis à Dachau.

puck.jpg
                                 Eglise de Puck ( prononcer Poutsk )


Il mourut du typhus à Dachau le 15 septembre 1942, fête de ND des Douleurs, et son corps fut jeté au four crématoire.

Il fut béatifié par Jean-Paul II le 13 juin 1999 à Varsovie.
Repost 0
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 21:22
Jean-François Czartoryski * naquit à Pelkinie ( près de Jaroslaw ) le 19 février 1897 dans une branche provinciale de la célèbre famille princière polonaise des Czartoryski, si étroitement associée à l' histoire de la Pologne, de la Lithuanie et d' autres pays. Il fut éduqué dans un profond esprit marial. Deux des frères de Jean-François devinrent prêtres, et une soeur Visitandine. Il étudia dans un lycée moderne de Cracovie, puis à Lwow ( aujourd' hui en Ukraine occidentale ) où il devint ingénieur architecte.

bienheureux-michel-czartoryski-enfance.jpg

En 1918, il s' engagea dans la nouvelle armée polonaise contre les Bolchéviques et fut décoré en 1920.
Dans les années tourmentées qui prolongèrent l' indépendance de la Pologne, il fit partie d' organisations catholiques à partir de 1921, en particulier " Renaissance " ( Odrodzenie ) à Lwow. Il participa aussi à de nombreuses récollections, notamment en 1924 chez les Rédemptoristes de Cracovie. 

jaroslaw.jpg
                        Couvent de Jaroslaw, fondé en 1777.

En 1926 après avoir séjourné en France et en Belgique, il entra au séminaire latin de Lwow, et en 1927 au noviciat dominicain de Cracovie. Il prit l' habit à la chapelle Saint-Jacques et reçut le nom de Michel en religion ( Michal en polonais ). Il fut ordonné en 1931 dans l' église du couvent dominicain de Jaroslaw  et termina ses études de théologie en 1932. Il participa à l' édification d' un nouveau couvent dominicain à Sluzew ( Varsovie ) de 1937 à 1939. Il y réunit de nouvelles vocations en tant que maître d' études, et raffermit le Tiers-Ordre de Saint Dominique dans la région. 

sluzew.jpg
                                   Sluzew

Il mourut assassiné par des soldats allemands le 6 septembre 1944 lors du soulèvement de Varsovie, alors qu' il était chapelain du groupe de résistance " Konrad ".

bienheureux-michel-czartoryski.jpg

Il fut béatifié par Jean-Paul II en 1999. Il a été proclamé patron de la ville de Jaroslaw, près de laquelle il naquit et où se trouve un célèbre couvent dominicain.

* Prononcer Tchartoryski

Liens :  www.dominikanie.pl
             www.jaroslaw.dominikanie.pl
Repost 0