Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 13:51
Ces deux saints orientaux furent autrefois, aussi bien en Orient qu' en Occident, l' objet d' une grande vénération.


Serge et Bacchus étaient officiers de la légion romaine aux marches de l' Empire. Ils étaient arrivés à un haut poste au palais de Maximien Daïa ( + 313 ), devenu César en 305 pour le gouvernement de la partie orientale des possessions romaines. 
Accusés comme Chrétiens de ne pas vouloir se soumettre aux rites citoyens, ils furent finalement conduits au temple de Jupiter afin de procéder au sacrifice rituel. Les deux  légionnaires refusèrent et furent condamnés à la dégradation. Mais en plus on ordonna de les vêtir en femmes et de leur faire parcourir sous escorte militaire toute la ville sous les injures et les moqueries de la population. 

L' Empereur tenta une seconde fois de les faire apostasier ; mais n' y parvenant pas, ils furent cette fois-ci renvoyés au jugement du préfet de la province de l' Euphrate qui les condamna à mort. Le christianisme qui menaçait la cohésion de la Cité et de l' Empire était alors considéré comme une religion destinée aux catégories inférieures et il était donc inadmissible que des citoyens proches du pouvoir militaire fussent de confession chrétienne. 
Saint Bacchus fut flagellé juqu' à la mort et son corps fut laissé sans sépulture. De nuit des Chrétiens vinrent l' enterrer. Quant à saint Serge, après de longues tortures, il fut décapité au bout d' une semaine à Rosapha*, où on l' enterra. Peu après sur sa tombe, on édifia une chapelle funéraire qui devint un lieu de prières.
Quelques années plus tard, lorsque la persécution contre les Chrétiens cessa, on fit construire non loin une église, ou martyrium, qui recueillit sa dépouille. La translation eut lieu un 7 octobre, jour anniversaire de son martyre.

Le culte de saint Serge en Syrie fut plus important que celui de son compagnon, célébré d' abord le 1er octobre ; ensuite on réunit leur souvenir au jour de la mort de saint Serge pour toute l' Eglise. De plus une grande basilique dédiée à saint Serge fut construite, au cinquième siècle. Elle devint rapidement un lieu de pélerinage, notamment pour les tribus nomades du sud de l' Euphrate, alors chrétiennes...Une petite cité se forma tout autour que l' Empereur Justinien ( 527-565 ) fit fortifier et qu' il nomma Sergiopolis. Les ruines de la basilique qui existent encore sont splendides et témoignent de l' importance à cette époque du christianisme, dans ce que nous appelons aujourd' hui le Moyen-Orient. La cité avec ses églises fut ruinée au XIIIème siècle par l' invasion mongole et le pélerinage cessa...
 Les miracles qui eurent lieu contribuèrent au culte de ce saint qui fut aussi connu en Occident dès le Haut Moyen-Age. Des églises dédiées aux deux légionnaires furent édifiées aussi bien à Rome qu' à Ravenne. Les deux saints furent un lien parmi d' autres entre le culte de l' Eglise latine et le culte de l' Eglise grecque. Pendant la période - dite aujourd' hui - byzantine, ils furent considérés comme saints protecteurs des armées et des milices et leurs reliques furent distribuées en de nombreuses églises. Sur les icônes grecques, on les représente vêtus comme des dignitaires de la Cour.

La ville de Trieste a dans ses armoiries une lance ou hallebarde, dite lance de saint Serge ; car saint Serge qui appartenait à la XVème Légion Appolinaire en tant qu' officier ( ou tribun ) y fut cantonné. C' est ici qu' il se convertit. Selon la tradition, lorsqu' il fut appelé à la Cour pour comparaître devant l' Empereur, les autres officiers et soldats chrétiens qui craignaient pour sa vie lui demandèrent un signe s' il venait à rejoindre le Royaume des Cieux. Et c' est ainsi - toujours selon les récits anciens - que, lorsqu' il fut décapité en Syrie, une hallebarde apparut dans le ciel de Trieste au même moment. Ses compagnons comprirent alors qu' un nouveau Témoin de la Foi pouvait prier pour eux...
Depuis le Moyen-Age on vénère une lance, dite lance de saint Serge, dans la cathédrale de Trieste.

* Aujourd' hui Ressafa ou Résafé en Syrie.

Liens :
 http://al.amidache.free.fr/sergiopolis.htm

 http://album.syrie.be/ressafa
Repost 0
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 13:17
Après avoir étudié la médecine en Syrie, les deux frères jumeaux Côme et Damien pratiquèrent leur métier dans les provinces d' Asie Mineure de l' Empire Romain, notamment dans la province d' Euphratésie. Ils se servaient aussi de leur art comme instrument d' apostolat et exerçaient gratuitement.
Ils furent décapités pendant la persécution de Dioclétien en 303, près d' Antioche de Syrie. Leur culte dès lors demeure extrêmement vivace, notamment dans les pays orthodoxes.
 Le 26 septembre est la fête de la dédicace de la basilique que le Pape Félix IV fit édifier à Rome au VIème siècle en leur mémoire.
Repost 0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 13:54
Saint Lambert naquit entre 633 et 638 au sein d' une noble et riche famille de Maastricht ( qui se situe aujourd' hui aux Pays-Bas ), alors dépendante du diocèse de Liège. Il avait reçu une bonne éducation chrétienne, à une époque où subsistait encore des traces de paganisme. Il devint prêtre. Il était humble et prudent, pur de moeurs et extrêmement pieux. Passionné de lectures, il avait aussi une robuste constitution et un tempérament de lutteur. Vers 670, il devint évêque de Tongres-Maastricht.
Pendant cinq ans, sa carrière fut agitée par les remous qui se produisirent après la mort de Childéric II qui gouvernait la Neustrie et la Bourgogne. Ebroïn, le maire du palais le fit exiler et il trouva refuge à la cour du roi des Francs saint Dagobert II ; mais celui-ci, au bout de quelques temps, demanda aux moines de Malmédy de l' accueillir, car il jugeait qu' il ne pouvait plus assurer sa sécurité dans un royaume assailli de toutes parts. Il le fit remplacer par un autre évêque au siège de Liège ; et c' est ainsi que saint Lambert connut une période de sept ans pendant laquelle il partagea la vie des moines, pria et eut tout le temps de penser aussi à son avenir...
En 680 Ebroïn fut assassiné et remplacé par Pépin le Bref ; ce dernier pour assurer son pouvoir fit immédiatement réinstaller les évêques exilés sur leur siège épiscopal. Aussi saint Lambert retourna-t-il à Maastricht, plein de zèle et d' énergie. En plus de sa charge épiscopale, le saint évêque devait aussi veiller à la conversion de populations restées encore païennes, notamment dans le Brabant. Avec la collaboration de sainte Landrade, il fonda une abbaye féminine à Munsterblizen.
Il y eut plusieurs versions du martyre du saint évêque, empreintes pour certaines d' aspects légendaires. Selon une version célèbre, il serait mort transpercé par une lance à l' église des Saints-Côme-et-Damien de Liège, pour avoir dénoncé la relation adultérine de Pépin le Bref avec sa belle-soeur Alpais, soeur de son épouse sainte Plectrude. D' autres biographes mettent en avant le fait que l' on avait voulu se venger des taxes qu' il avait imposées à l' église de Notre Dame de Maastricht.

Cet apôtre des terres flamandes et brabançonnes mourut le 17 septembre 705. Il fut immédiatement vénéré par le peuple. Une église lui fut dédiée à Liège, ville dont il devint le saint patron. 
Repost 0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 16:23
Aujourd' hui se fête en France, en Belgique, au Luxembourg et en Rhénanie la Saint Fiacre, moine du VIIème siècle bien connu des jardiniers, dont il est le patron. Ce moine - était-il d' origine irlandaise ? - vécut en Brie dans le diocèse de Meaux et faisait l' admiration de tous par le jardin du nouveau monastère qui venait d' être fondé.
Repost 0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 18:50
Saint Loup naquit à Toul vers 383. Après avoir distribué tous ses biens aux pauvres, il devint moine à Lérins. Il fut ensuite choisi comme évêque de Troyes en 426 et défendit la cité contre la furie des Huns qui envahirent la Gaule.
Il combattit aussi avec saint Germain l' Auxerrois l' hérésie arienne.
Son culte est célébré le 29 juillet dans le diocèse de Troyes et aussi dans le Bénévent en Italie dont il est le patron. Une abbaye bénédictine lui fut dédiée. De nombreux villages en France portent son nom.

Illustration : procession des grains dans le Bénévent sous le patronnage de saint Loup ( Photographie des années 1950 ).
Repost 0
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 14:02
   En ce jour de la fête de Marie-Madeleine, nous fêtons aussi en France, saint Wandrille. Il naquit près de Verdun au début du VIIème siècle.

Il était officier à la Cour du roi Dagobert et marié, lorsqu' il reçut la vocation. D' un commun accord avec sa femme, les époux se séparèrent pour entrer chacun de leur côté dans la vie religieuse. Wandrille devint moine à Montfaucon ; mais bientôt il préféra se retirer dans les montagnes du Jura, à Saint-Ursitz, afin de mener une vie érémitique de solitude et de pénitence. Il s' inspirait en cela du grand saint irlandais Colomban qui évangélisait la France, ainsi que ses disciples.

Le moine Wandrille était célèbre pour sa vie d' austérité, et il fut appelé au monastère de Bobbio dans le nord de l' Italie, puis en Tarantaise. C' est donc au bord de l' Isère qu' il reçut l' ordination presbytérale des mains de saint Ouen, le fameux évêque de Rouen.

Il fut appelé par celui-ci en Normandie, où saint Wandrille fonda, près de la forêt de Jumièges, la célèbre abbaye de Fontenelle inaugurée en 657. On y suivait la règle de saint Colomban et l' abbaye fut un immense centre d' érudition et de vie spirituelle, avec de nombreuses fondations.

Saint Wandrille mourut en juillet 668.

 
Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 20:02
   Marcelline naquit au sein d' une famille patricienne, vers 327. Son père fut un haut fonctionnaire impérial nommé à Trèves.
Elle se convertit dans sa prime jeunesse au christianisme et éduqua dans la Foi ses frères cadets, Satyre et Ambroise, surtout après la mort de leur mère.


Son frère Ambroise devint plus tard le célèbre saint évêque de Milan.
A la Noël 353, la jeune femme reçut le voile des Vierges des mains du Pape Libère à Saint-Pierre de Rome.
Lorsque son frère saint Ambroise devint évêque de Milan, elle vint y habiter avec son autre frère Satyre, en 374. Elle poursuivit dans la grande cité lombarde sa vie communautaire avec ses autres compagnes religieuses et collabora à l' oeuvre évangélisatrice de son frère. Ce dernier décrivit la vie de sa soeur dans " De Virginibus ".


Elle mourut en 397, quelques mois après la mort de saint Ambroise. Ses restes reposent en la basilique Saint-Ambroise.


En 1838, Mgr Biraghi fonda à Milan une Congrégation féminine, les Soeurs de Sainte-Marcelline, pour l' éducation culturelle et morale des jeunes filles.
Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 13:54
Saint Héliodore naquit au milieu du IVème siècle en Dalmatie. De bonne heure, il suivit l' enseignement de son compatriote saint Jérôme - traducteur de la Bible -  et s' attacha à lui.
Disciple de l' évêque d' Aquilée saint Valérien, Héliodore vécut dans cette ville d' Illyrie en se consacrant à la prière et à l' étude. Il accompagnit en Orient saint Jérôme lors d' un voyage pour visiter les monastères.

Au cours de ce voyage, éprouvant le désir de revoir la Dalmatie et sa famille, Héliodore quitta saint Jérôme en lui promettant de le rejoindre plus tard. Le temps passa et saint Jérôme s' inquiéta de ne le revoir, pensant qu' il avait peut-être préféré les attraits du monde. Il lui écrivit une lettre touchante pour lui rappeler sa vocation.

Saint Héliodore revint en Italie - dans l' actuelle Vénétie - à Altinum ( aujourd' hui près de Quarto d' Altino ), dont il deviendra l' évêque. Il prit parti contre les Ariens et fut renommé pour sa charité et sa science.

Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-12727133.html
Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 13:35
Quand le Seigneur Jésus décida de retourner en Judée à Béthanie, où était mort son ami Lazare, les apôtres craignirent pour leur sécurité. L' apôtre Thomas fit part de son pessimisme ; mais se refusa à l' abandonner. Il l' accompagna. Saint Thomas nous montre que la Foi n' est pas un don facile et que nous cheminons avec des doutes et des faiblesses. Le célébre passage, après la Résurrection de NSJC, où il fait part de son incrédulité est symbolique de notre condition. Il s' exclame après l' avoir reconnu : " Mon Seigneur et mon Dieu ! "

Combien de fois les événements de la vie nous font-ils revenir dans le droit chemin et nous font nous écrier comme saint Thomas : " Mon Seigneur et mon Dieu ! "

Repost 0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 12:57
Saint Jean-Baptiste est l' unique saint, hormis la Mère de Notre Seigneur Jésus-Christ, dont l' Eglise fête la naissance selon la chair et la naissance au Ciel.
Il est le plus grand prophète car il annonça la venue de l' Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde. Il est dit le Précurseur car il a annoncé la naissance du Christ et il a pu en paroles et en actes préparer sa venue et sa mission. Il fut baptisé dans la pénitence.
Sa fête, trois mois avant celle de l' Annonciation et six mois avant celle de Noël, est fixée selon l' Evangile de saint Luc.
Repost 0