Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 12:32
Une persécution eut lieu contre les chrétiens à Lyon en 177, après les édits de Marc-Aurèle. Le Martyrologium Romanum rapporte que le 2 juin un groupe de 48 chrétiens fut jeté aux lions in odium fidei. Ils étaient originaires de Lyon et de Vienne. L' Eglise de Gaule en raconte les détails dans une lettre adressée aux Eglises d'Asie Mineure et de Phrygie et Eusèbe de Césarée mentionne cet événement dans son Historia Ecclesiastica.
Ce groupe de chrétiens était dirigé par l'évêque saint Potin. Il y avait parmi eux Blandine, une jeune domestique chrétienne arrêtée avec sa maîtresse. Elle fut exceptionnellement courageuse, déclarant qu'elle ne craignait rien, puisqu'elle était chrétienne. Elle fut exposée aux moqueries du public,  et martyrisée la dernière. La légende déclara que les lions l'épargnèrent. Elle fut alors attachée à une croix de bois et, recouverte d'un filet, subit les assauts d'un taureau qui la tua à coups de cornes, avant d'être achevée à coups d'épée, sous les rires de l'assistance.
Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 10:45
Saint Venance Fortunat a écrit la vie de son ami Germain qui vécut au VIe siècle et qui naquit près d'Autun, sans doute en 496. La mère du futur évêque ne souhaitait pas sa naissance, mais elle ne parvint heureusement pas à avorter. Ces temps de grandes migrations étaient rudes et troublés, les moeurs étaient encore barbares, presqu'à l'instar de notre époque. Aussi, les communautés monastiques offraient-elles des ilots de paix et la possiblité de transmettre le savoir. 

Germain étudie à Avallon (aujourd'hui dans le département de l'Yonne) auprès de son oncle le moine Scapilion et devient moine. Au bout d'une quinzaine d'années, l'évêque d'Autun, Agrippin, lui confère les Ordres en 530, avec mission d'évangéliser les populations locales. Saint Germain devient abbé de Saint-Symphorien d'Autun, où l'on appliquait la Règle de saint Antoine le Grand et de saint Basile, pères du désert. Plus tard, le fils de Clovis et de sainte Clotilde, le roi Chidebert, l'appelle à Paris, afin d'améliorer les conditions de vie matérielles et spirituelles de la population de la ville sans cesse grandissante. 


Saint Germain devient abbé de l'abbaye de Sainte-Croix-Saint-Vincent qui abritait la tunique de saint Vincent de Saragosse enlevée aux Arabes et qui deviendra ensuite Saint-Germain des Prés, une des abbayes* les plus importantes de la France de l'Ancien Régime. Il est sacré évêque de Paris en 555. Saint Germain fera beaucoup de bien, avant et après sa mort aux Parisiens (guérisons ordinaires ou miraculeuses et libération des esclaves)  en cette époque où les moeurs barbares prédominaient . Il aida aussi sainte Radegonde à fonder à Poitiers l'abbaye de Sainte-Croix. Il mourut en 576.


* Détruite lors des invasions normandes, la nécropole mérovingienne sera reconstruite entre le Xe siècle et le XIe siècle.

Illustration : l'abbaye Saint-Germain des Prés au XVIIIe siècle.
Repost 0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 16:44
D'après Eusèbe de Césarée, saint Siméon fut le deuxième chef de la communauté chrétienne naissante de Jérusalem au Ier siècle. Ce successeur de l'apôtre Jacques le Mineur (tué en 63), appelé déjà évêque, n'était pas destiné à lui succéder; l'époque étant troublée par l'agitation des Juifs qui mena les Romains à les chasser et à détruire le Temple.

Saint Hégésippe* fait référence à l'élection de Siméon au siège de Jérusalem, dans ses écrits rédigés au IIe siècle qu' Eusèbe mentionne. Il écrivit que les personnalités importantes choisies par les communautés chrétiennes étaient souvent issues de la parentèle de Notre Seigneur, dont la majeure partie était encore en vie à cette époque. EIles se réunirent pour choisir qui serait digne de succéder à saint Jacques en ces temps de troubles. Siméon, fils de Cléophas, fut choisi à l'unanimité. Il était aussi l'un des pèlerins d'Emmaüs et un parent de Jésus par un cousinage avec la bienheureuse Vierge Marie.


Il fut donc appelé à gouverner une communauté qui était formée dès le départ d'Hébreux convertis. La plupart d'entre eux dut émigrer et rejoindre la diaspora. Ils formèrent le noyau d'une communauté chrétienne importante à Pétra de l'autre côté du Jourdain (aujourd'hui en Jordanie) dans un site magnifique et protégé des attaques.

Saint Siméon vécut une longue vie pleine de sagesse, mais il fut dénoncé par des hérétiques, comme faisant partie des agitateurs chrétiens, et d'être un descendant du roi David.  Il fut torturé et crucifié.

*Fêté le 7 avril, cf l'article de ce jour.
Repost 0
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 20:40
Aujourd'hui mardi saint, nous nous souvenons aussi d'un historien de l'Eglise qui vécut au IIe siècle après Jésus-Christ et qui écrivit l'histoire des premières communautés chrétiennes à partir de la passion de Notre seigneur.



Juif de Palestine né aux environs de l'année 110, Hégésippe se convertit au christianisme et partit vivre à Corinthe puis à Rome, où il put mieux connaître sa foi. Il y vécut de 157 à 177 pendant le pontificat d' Eleuthère et celui d'Anicet. Lui qui connaissait l'hébreu, le grec et le syriaque écrivit dans un style clair et simple l'Histoire des Actes ecclésiastiques jusqu'à son époque.

Après Rome, il retourna en Orient, où il mourut près de Jérusalem à un âge avancé. Ses écrits connurent un grande popularité dans les premières communautés qui se transmettaient ainsi les prédications apostoliques. ils sont divisés en cinq livres et s'opposent au gnosticisme alors à la mode. Ils ne nous sont pas parvenus intégralement, mais les commentaires qu'en fit Eusèbe de Césarée sont toujours vivants. Ce dernier l'estima grandement et témoigna qu'il servit de secrétaire aux papes de son temps.
Repost 0
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 13:28
Saint Benjamin, diacre mourut en Perse vers 420, et fit partie de ces martyrs chrétiens qui souffrirent la persécution du roi des Perses Yazdgard Ier - qui pourtant leur avait été favorable au début de son règne - et de son successeur Vahram-Gor. Leur histoire est relatée par les synaxaires byzantins, mais les dates sont souvent imprécises.

Ces chrétiens s'étaient opposés au culte du feu et à l'adoration du soleil des zoroastriens à Ergol. En conséquence leur évêque Abdas et sa hiérarchie, des prêtres, des diacres et deux laïcs furent arrêtés par les autorités et condamnés à mort.



En 422, avec la conquête de Théodose II, les chrétiens de Perse obtinrent la liberté de culte.

Illustration : tête de Théodose II (Musée du Louvre)
Repost 0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 12:45
Aujourd'hui, nous avons une pensée particulière pour les Joseph du monde entier, dont le patron (selon saint Matthieu, 1, 19) était un homme juste et fidèle.
Repost 0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 14:50
   Saint Théodose, dit saint Théodose le Cénobiarque, naquit en Cappadoce, en 423. Il entra au service de l'Eglise comme lecteur, ou psalmiste,. Il désirait visiter les Lieux Saints, aussi se mit-il en route, à l' exemple des nombreux pèlerins de l' époque.  L' Eglise ancienne était volontiers pèlerine.

Au cours de son voyage, il rendit visite à saint Siméon le Stylite qui lui prodigua de bons conseils.  Arrivé à Jérusalem, Théodose se mit sous la direction spirituelle d'un bon moine du nom de Longin. Au bout de quelques temps, Longin invita Théodose à prendre la direction d'une petite communauté, située sur la route de Bethléem. Plus tard, Théodose ne résista pas à l' envie de se retirer, en tant qu' anachorète, dans une grotte non loin, mais il fut bientôt suivi de disciples.

Accoutumé à la règle de saint Basile, qui comme lui était originaire de Cappadoce, saint Théodose en fait se découvrit plus enclin à la vie cénobitique. Il ouvrit donc un monastère, le Cathismus, qui en peu de temps  se remplit de moines. Il avait la particularité de comporter une infirmerie pour les malades, mais aussi séparément une infirmerie pour les malades mentaux et un asile de vieillards.

Il y avait quatre églises dans le monastère : une pour les malades, une pour la liturgie de la parole en langue slave, une autre pour la liturgie de la parole en langue grecque, et la troisième pour la liturgie de la parole en langue arménienne. Tous les moines se regroupaient ensuite pour l' Eucharistie. La règle du monastère était assez proche de celle de la règle bénédictine, alternant exercices spirituels et travaux manuels. 

L'originalité de ce monastère fit que bientôt on l' imita dans toute la Palestine. Salluste,  patriarche de Jérusalem, nomma bientôt Théodose archimandrite de tous les monastères cénobitiques de Palestine, d' où son nom de Cénobiarque, tandis que saint Sabas devenait visiteur et supérieur des monastères érémitiques.

A une époque où la politique s' exprimait par la religion, les deux saints - qui vivaient en bonne entente - furent mêlés aux controverses sur le monophysisme, défendu par l' Empereur Anastase. Ils purent petit à petit convaincre le nouveau patriarche, nommé par l' Empereur, de revenir à la vraie Foi. Ce dernier avait essayé de corrompre saint Théodose en lui envoyant de l' argent pour subventionner ses oeuvres, en échange d' une signature d' un document appuyant les thèses monophysites. Théodose le Cénobiarque refusa et fit distribuer l' argent aux pauvres.

La pression se faisant plus forte, saint Théodose parcourut toute la Terre Sainte pour convaincre les monastères de demeurer fidèles aux Conciles, celui de Chalcédoine inclus. Le peuple était toutefois apeuré, soumis à un édit d' Anastase. Saint Théodose fut  banni de Palestine par l' Empereur et ne put  y retourner qu' à l'arrivée au pouvoir de Justin, en 518.

Saint Théodose mourut de maladie, supportant ses souffrances avec un grand héroïsme. Ses obsèques furent suivies par une immense foule. Il fut souvent invoqué par la suite au moment de l'invasion de Jérusalem par les Perses.

cf lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5210533.html
 
Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 17:08
   Sainte Mélanie naquit dans une illustre famille de Rome à la fin du IVème siècle. Elle descendait par son grand-père paternel d' une lignée de préfets urbains et était l' unique héritière d' une fortune considérable. A quatorze ans, elle épousa un cousin, Pinien, fils du préfet de Rome, dont elle eut deux fils. Lorsque ceux-ci moururent en bas-âge, elle convainquit son mari de mener avec elle une vie chaste et pénitente. Elle suivait en cela les exhortations de saint Jérôme qui avait converti de nombreuses dames de l' aristocratie romaine.

Elle s' entoura de ses domestiques et de ses gens qui volontairement partagèrent avec elle une vie retirée dans une de ses grandes villas de Campanie. Petit à petit, elle organisa dans la maison une vie communautaire de prière. Sa famille influente, et qui appartenait au Sénat, comprit qu' elle voulait créer une communauté monastique et s' opposa alors à ses désirs ; car la liquidation de ses immenses biens pouvait remettre en question l' économie même de l' Etat. Seule, sa grand-mère paternelle, prénommée elle-aussi Mélanie, prit son parti ; car elle avait fait elle aussi ce choix une dizaine d' années auparavant.

En 406, Mélanie partit pour Nole retrouver son parent, saint Paulin, et reçut son enseignement. C' était l' époque des invasions barbares qui semaient la désolation et qui surtout détruisaient les structures de l' Etat romain.
Elle affranchit huit mille de ses esclaves et céda les autres - qui préféraient pour des raisons matérielles conserver leur condition - à son beau-frère, le sénateur Sévère, opposé à la dilapidation des biens des patriciens en ces temps de périls. En 408, elle se rendit dans ses immenses domaines de Sicile pour vendre ses biens et fuir les Goths. Elle fit distribuer le résultat des ventes -des milliers de pièces d' or - par bateaux pour bâtir des églises en Orient et aider les communautés chrétiennes de ces contrées.
Deux ans plus tard, elle se rendit encore dans ses domaines, cette fois-ci en Afrique du Nord, où elle rencontra saint Augustin, nouant une solide amitié spirituelle. Grâce à l' intervention de la nièce de l' impératrice, elle avait  donc pu liquider une grande partie de ses biens en fondant des églises et des monastères. Elle profita des années passées à Thagaste et à Hippone pour s' initier à la gestion pratique de deux monastères ( l' un pour les hommes, l' autre pour les femmes ) fondés par elle, et à l' étude des Ecritures et des écrits patristiques ; tandis que son époux renonçait à l' ordination presbytérale pour des raisons d' apaisement politique ; car sa fortune était convoitée par différentes communautés chrétiennes.. 

Elle prit la décision de se rendre en Orient, toujours entourée d' une centaine de ses gens, familiers, domestiques et compagnes de prière. Elle était aussi accompagnée de son mari et de sa mère Albine.
Elle partit pour l' Egypte qui était alors le centre du monachisme de la chrétienté naissante. Des dizaines de milliers de moines, d' ascètes et de moniales vivaient dans la Thébaïde et autres déserts pour chercher Dieu. Elle y fit la connaissance de saint Cyrille d' Alexandrie.

Finalement en 417, elle se rendit à Jérusalem, où elle rencontra enfin saint Jérôme et sa cousine sainte Paule, et y mena une vie plus érémitique. Recevant de l' argent de ses domaines d' Espagne, en 419, elle se rendit à nouveau en Egypte pour financer ses projets. A son retour, elle visita plusieurs communautés ainsi que les basiliques de l' Eglise primitive, florissantes à cette époque. La Terre Sainte était alors une terre chrétienne.
Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-12727133.html

Sa grand-mère Mélanie avait fondé une communauté avec saint Rufin près du Mont des Oliviers, et Mélanie la Jeune ( telle qu' elle est nommée pour la différencier de sa grand-mère ) chercha elle aussi à vivre une vie de pénitence plus intense. Elle s' installa en recluse dans une cellule au Mont des Oliviers.

Elle fit construire un monastère pour femmes, le monastère de l' Apostaleion, puis plus tard un monastère pour hommes, dans lesquels elle fit appliquer une règle extrêmement sévère de pénitence et de jeûne, sur les conseils de moines égyptiens, et refusa d' en être la supérieure. La liturgie était celle de l' Eglise d' Orient, avec toutefois des influences latines et romaines.

Son mari mourut en 432 et elle le fit inhumer à l' Apostaleion, entrant ensuite dans un deuil rigoureux. En 436, elle se rendit à Constantinople, afin de persuader un de ses oncles demeuré païen - qui était venu de Rome en ambassade pour négocier le mariage de la future impératrice Eudoxie* avec Valentinien III - de se convertir. Subitement malade, il demanda le baptême à l'article de la mort. Mélanie, elle-même malade, recouvra alors la santé. Elle rencontra aussi dans la capitale de l' Empire des partisans de Nestorius qu' elle convainquit de renoncer à leurs erreurs.
Elle en profita aussi pour inviter la mère de la jeune épousée qui se nommait aussi Eudoxie**, épouse de l' empereur romain d' Orient Théodose II, à visiter la Terre Sainte et ainsi à se défaire de l' influence des hérésies. Mélanie se mit en route pour pouvoir accueillir Eudoxie quelques mois plus tard dans son monastère. 

L' impératrice fit donc son pélerinage en Terre Sainte et revint dans la droite doctrine. Elle rendit visite à Mélanie qui demanda pour l' occasion à son ami saint Cyrille d' Alexandrie de procéder, en mai 438, à la dédicace de l' église de Saint-Etienne et d' une chapelle sur le Mont de l' Ascension, qu' elle avait fait construire.

Sainte Mélanie mourut le 31 décembre 439. Elle avait partagé ses biens avec les pauvres pour soulager leurs souffrances, et pour consolider ses fondations ; sa réputation était grande en Terre Sainte.
Son monastère fut détruit en 614, lors des invasions perses ; mais on vénère encore sa grotte au Mont des Oliviers.
Son culte a été introduit en Occident au IXème siècle, et en 1908 a été à nouveau confirmé par le pape.
                   Licinia Eudoxia, BNF, Paris, Département des Monnaies

* Eudoxie ou Licinia Eudoxia, fille d' Eudoxie et de l' empereur d' Orient Théodose II le Calligraphe ( 401-450 ), née en 422 et morte en 462, épousa à Constantinople, le 29 octobre 437, son cousin l' empereur d' Occident Valentinien III ( 419-455 ). Après l' assassinat de son mari, elle fut contrainte d' épouser Pétrone Maxime ( 396-455 ) qui fut proclamé empereur, et soupçonné d' avoir fait assassiner son prédécesseur. Au bout d' un peu plus de deux mois, il fut lui-même lapidé par la foule, alors que les troupes du roi des Vandales, Genséric ( sans doute appelé par Eudoxie ), s' apprêtaient à saccager Rome quelques jours plus tard.
Emmenée avec sa famille à Carthage, qui appartenait aux Vandales, elle y resta sept ans en captivité et donna sa fille Eudoxie - comme convenu avant le sac de Rome -  en mariage à Hunéric, le fils de Genséric, tous les deux ariens.
Elle finit ses jours à Constantinople.
    Mosaïque représentant Eudoxie, Musée archéologique d' Istanbul, provenant de l' église Saint-Jean-Baptiste du monastère féminin du même nom ( Xème s ), transformée en mosquée au XVème s.

** La mère de cette dernière, prénommée d' abord Athénaïs, prit le nom d' Eudoxie ou Eudocie, lors de sa conversion au christianisme. Elle était la fille d' un célèbre rhéteur athénien et elle-même fort cultivée. Elle écrivit des poèmes, des hagiographies et des écrits de méditation religieuse. Née vers 400, elle devint la protégée de Pulchérie, la soeur de Théodose II le Calligraphe qu' elle épousa en 421. Théodose était faible et sous l' influence de sa soeur qui combattait le nestorianisme et voulait imposer un climat d' austérité religieuse à la Cour. Eudoxie parvint à le mettre sous son influence, pendant un règne marqué par les querelles dogmatiques. Il convoqua le concile d' Ephèse en 431 contre le nestorianisme, le concile de Constantinople en 448 contre le monophysisme et le second concile d' Ephèse en 449 qui absolva Eutychès et qui sera heureusement dénoncé plus tard par le concile de Chalcédoine de 451.
Faussement accusée d' infidélité, à son retour de Jérusalem en 439, Eudoxie fut à nouveau exilée en Terre Sainte en 443 par sa belle-soeur Pulchérie qui reprit de l' influence. Théodose mourut en 450 et sa soeur prit le pouvoir avec son époux l' empereur Marcien.
L' impératrice Eudoxie consacra le reste de ces jours à des fondations d' églises, de monastères et d' hospices en Terre Sainte, ainsi qu' à la rédaction d' ouvrages religieux. Elle était toutefois favorable au parti des monophysites de Palestine, représentés par un certain nombre de monatères qui s' opposaient au Patriarche de Jérusalem, Juvénal. Ce n' est que plus tard, grâce à l' influence de saint Euthyme le Grand, qu' elle revint à la pure doctrine, mettant de côté pour toujours son hostilité envers ceux qu' elle qualifiait de partisans de Pulchérie... 
Elle mourut en 460 et fut canonisée par l' Eglise orthodoxe pour sa vie de pénitente et les largesses de ses fondations.
Enterrée dans la crypte de la basilique Saint-Etienne, ses restes disparurent lors de l' invasion perse de 614.
Pulchérie, pour sa défense du concile de Chalcédoine et la vie de chasteté qu' elle imposa à son époux Marcien, fut canonisée par l' Eglise catholique et par l' Eglise orthodoxe.

cf article du 20 janvier 2007 sur saint Euthyme le Grand :
http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5323738.html
Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 10:45

   Saint Saturnin de Toulouse ne doit pas être confondu avec un autre saint Saturnin, Carthaginois martyrisé à Rome en 304 et fêté aussi le 29 novembre.

 

Saint Saturnin ( autre variante : Seurin ) est très populaire en Espagne et en France méridionale ; car il est le patron des corridas. Il vint - sans doute d' Afrique du Nord - en 250 à Toulouse pour inaugurer le nouveau siège épiscopal. Dans cette ville romaine florissante, les Chrétiens formaient un petit groupe actif. Au Capitole de Toulouse de magnifiques temples romains s' élevaient - notamment celui de Jupiter pour lequel on sacrifiait des taureaux - mais saint Saturnin réussit à bâtir une petite église et à convertir un nombre important de Gaulois.

 

Cela suscita évidemment la jalousie des païens...Arrêté, on le força à sacrifier un taureau, ce que bien évidemment il refusa. Il fut donc condamné à être attaché et traîné par un taureau et son corps fut abandonné au milieu de la chaussée.

Sur le lieu de sa sépulture on construisit plus tard une église à l' emplacement actuel de ND du Taur.

Repost 0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 20:43
Angadrême ( en latin Angadrisma ) est une sainte vénérée à Beauvais, dont les reliques reposent à la cathédrale. Elle était la cousine de saint Lambert, alors abbé de Fontenelle et futur évêque de Lyon, qui assura son éducation à Thérouanne avec saint Omer.
Jolie et cultivée, sa puissante famille la destinait au jeune seigneur Ansbert de Chaussy* ; mais elle désirait prendre le voile. Pour empêcher cette future alliance, elle pria afin de devenir laide ! Peu de temps après, une maladie de peau ( que l' on qualifia de lèpre ) la défigura...Alors qu' elle allait recevoir le voile des mains de saint Omer, elle fut immédiatement guérie...
Cette jolie histoire ne nous fait pas oublier qu' elle devint une abbesse respectée par ses vertus, à l' abbaye d' Oroër-des-Vierges, près de Beauvais, où elle mourut vers 695, et que de nombreux miracles eurent lieu grâce à son intercession. Elle est la patronne de la ville de Beauvais. 

*Ansbert, qui fut chancelier à la Cour de Clothaire III, deviendra moine après la rupture de ses fiançailles et abbé de l' abbaye de Fontenelle. Il prendra la succession de saint Omer sur le siège épiscopal de Rouen ; puis, après avoir été exilé par Pépin le Jeune, il se retirera jusqu' à sa mort -  la même année que sainte Angadrême -  à l' abbaye d' Hautmont. Il est lui aussi considéré comme saint et fêté le 9 février.

Illustration : cathédrale Saint-Pierre de Beauvais
Repost 0