Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 03:22

Saint Damase ( 305-380 ) fut pape en 366, cinquante trois ans après l' édit de Constantin mettant fin aux persécutions officielles des chrétiens, et trois ans après la fin du règne de Julien l' Apostat  qui voulait rétablir le paganisme.
Il a organisé des fouilles archéologiques dans les catacombes des premiers chrétiens, souvent martyrs, pour développer leur culte et a combattu l' arianisme.

Il a consolidé la liberté du Saint Siège Apostolique et a ordonné à Saint Jérôme de traduire la Bible en latin ( la Vulgate ). Il est le patron des archéologues.

Sur cete photo , Benoît XVI sur la place d' Espagne à Rome vient honorer vendredi dernier l' Immaculée Conception, dont on aperçoit la colonne. Qu' il ait la force d'accomplir sa tâche ! Quoiqu' il fasse, l' esprit du monde le contredit. Que le Saint Esprit le guide !

Lien :  http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-12727133.html

Repost 0
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 03:35

Saint Ambroise ( 339-397), patron de Milan et de la Lombardie, patron des apiculteurs. Saint de l' Eglise catholique et de l' Eglise orthodoxe.

Issu d' une famille sénatoriale et fils d' un  fonctionnaire chrétien envoyé par Constantin à Trèves ( aujourd' hui en Allemagne) comme préfet des Gaules, la légende veut qu' à son berceau une abeille s' échappa de sa bouche, y laissant du miel comme présage de ses futures prédications.

A la mort de son père, il fit des études de droit et de rhétorique à Rome. Il se trouvait à Milan à la mort de l' évêque du lieu en 374, et le peuple ( c'était la coutume à l' époque) acclama le docte fonctionnaire, préfet consulaire, pour qu' il accepte la charge épiscopale, et lutte contre l' arianisme, encore très présent en Lombardie.

Il se dédia toute sa vie à sa tâche, dans la ligne du CONCILE DE NICEE. Il eut pour disciple le futur Saint Augustin et organisa la vie de l' Eglise locale, convertit les populations, et surtout  défendit la liberté de l' Eglise par rapport au pouvoir " laïc ". Ainsi lorsque l' empereur Théodose réprima sauvagement une révolte en Thessalonique, il lui imposa une longue pénitence publique.

Ces écrits ( sur la Foi, le Saint Esprit, l' Ancien Testament, etc...) et son action liturgique ( le rite ambrosien et les Hymnes Latins) et pastorale sont à la base du christianisme fondateur de cette époque. Il est un modèle pour les évêques de tous les temps. Il mourut la nuit de Pâques.   

www.jesusmarie.com/vies_de_saint_ambroise.html

Repost 0
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 01:01

 Aujourd' hui c'est la Saint Nicolas, évêque de Myre . Dans les pays d' Europe centrale, en Allemagne, en Alsace, en Lorraine et dans les pays Flamands les enfants reçoivent des cadeaux .

 Dans les Eglises d' Orient Saint Nicolas protège les foyers. Donc ayons une pensée particulière pour nos enfants et nos familles...

Repost 0
5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 00:34

SAINT SABAS, ou Sabbas ( Savva, Sava dans les langues slaves, Saba dans les langues latines ) est un saint des Eglises d' Orient et de l' Eglise catholique. Fêté le 5 décembre.

           Saint Jean-Baptiste, modèle des ermites et Saint Sabas, art russe XVIème s. Pskov

 

Saint Sabas naquît vers 443 dans une famille chrétienne grecque d'Asie Mineure en Cappadoce qui le fit étudier au monastère Sainte-Flaviane près de Césarée de Cappadoce ( aujourd' hui devenue Kayseri ville turque d' Asie Mineure).

Très tôt il eut la vocation monastique, malgré la tradition militaire de sa famille. A 17 ans, il obtint la bénédiction de son supérieur pour accomplir un pélerinage en Terre Sainte. Il y fréquenta des moines ermites ( anachorètes) qui vivaient dans des grottes ou dans le désert, comme Saint Jean-Baptiste. Il fit la connaissance du vieux moine Saint Euthyme le Grand qui convertissait beaucoup d' Arabes nomades et avait été le conseiller spirituel de l' impératrice Eudoxie, épouse de l' empereur byzantin Théodose II.

Mais dans un premier temps,  le vieux moine qui n'avait pas l' habitude de recevoir de jeunes moines le recommanda à un autre père, Saint Théoctiste qui se chargea de son instruction et l' introduisit dans une vie plus érémitique. Ensuite il revint trouver Saint Euthyme, et ils parcoururent la région du Jourdain et de la Mer Morte. Il recueillit son dernier souffle en 473 et s'ensuivirent plusieurs années de solitude et de contemplation dans les grottes du désert.

 On aperçoit sur la photo la vallée du Cédron, et les grottes des moines.

Finalement s' agrégèrent à lui des ermites qui ne se rassemblaient que lors des vigiles et de la liturgie du dimanche, et  pour prier dans une laure (monastère). Les moines expérimentés vivaient aux alentours de la laure, tandis que les plus jeunes menaient une vie plus communautaire selon la règle de Saint Basile.

Petit à petit Saint Sabas organisa la laure où il fit construire une église et structurer le noviciat, tandis que les plus jeunes moines qui n'avaient pas l'âge adulte étaient envoyés à un autre abbé Saint Théodose.

En 492 Sabas, qui avait été rejoint par de nombreux moines, reçut l'ordination sacerdotale et le patriarche Salluste de Jérusalem le choisit pour remettre de l'ordre dans le monachisme de cette époque. Il fut nommé archimandrite (abbé) exarque de tous les anachorètes de Palestine, tandis que son ami Saint Théodose recevait la responsabilité des moines cénobites ( communautaires).

L' opposition à Saint Sabas fut sévère, car l'archimandrite bousculait les habitudes des plus anciens et recommandait plus d' étude et de discipline. Certains moines eurent raison de lui et il dut partir fonder une nouvelle laure près du lac de Tibériade.

Sur le plan doctrinal, Saint Sabas défendit le CONCILE DE CHALCEDOINE qui avait eu lieu en 451 et qui définissait notamment la personne du Christ et ses deux natures divine et humaine. Au contraire le monophysisme surtout développé en Asie Mineure ( dans l' ancienne Arménie) en Cilicie et en certains endroits d' Egypte rencontrait les faveurs de beaucoup, et de l' empereur byzantin Anastase en particulier. Saint Sabas dut se rendre à Constantinople pour le faire renoncer à son hérésie et ...car un saint est souvent réaliste, lui demander d' alléger les impôts des Palestiniens !

Il revint au monastère de la vallée du Cédron où il vécut très âgé au milieu des chrétiens de Palestine et mourut en 532. 

Ce monastère de Saint-Sabas ou Mar Saba* connut jusqu' à nos jours tribulations et dévastations. Il se situe en Cisjordanie, aujourd'hui administrée par l' Etat d'Israël, toujours entouré de vastes murs donnant sur des grottes vides, car le monastère est devenu depuis longtemps cénobitique. A ses pieds les ruines d' un palais d' Hérode dresse ses colonnes, et au loin Bethléem se profile avec ses minarets et ses églises...

A l' intérieur des murs du monastère, la liturgie byzantine en langue grecque continue de se déployer depuis 1600 ans, là où vécut Saint Jean Damascène deux siècles plus tard au temps des invasions qui ne cessèrent jamais alentours !

liens :

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5210533.html

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-4776022.html

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5323738.html

*Le monastère connut d' importantes restaurations en 1840 commandées par l' empereur Nicolas Ier de Russie. En 1900, il comptait une cinquantaine de moines, aujourd' hui ils sont une quinzaine. Le monastère est fréquemment visité par les pélerins ( en particulier les jeunes couples ) qui viennent prier Saint Sabas dont le corps est exposé dans une châsse dans la petite chapelle centrale.

En 645 un groupe de moines de Mar Saba fuyant les Arabes se réfugia à Rome, où ils fondèrent le monastère grec de Saint-Sabas ( titulaire actuel le cardinal Medina ) ou Cellae Novae en référence aux cellules des ermites du monastère de Mar Saba. Ses moines jouèrent un rôle diplomatique important en représentant le pape lors de délégations à Constantinople. Ensuite le monastère passa aux bénédictins. L' église reconstruite au Xème et au XIIIème siècles conserve des reliques du saint dans la crypte. Elle est confiée aux Jésuites.

Repost 0
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 23:25

 Sainte Barbara ( ou Barbe ), patronne des étudiants, des artilleurs, des sapeurs, des pompiers, des fusiliers, des mineurs et des architectes. Invoquée pour se protéger des morts violentes. Fêtée le 4 décembre.

Il existe plusieurs versions de la vie de Barbara ( du grec, étrangère) qui mélangent la légende à des faits précis. Certaines la font naître près d' Antioche, d' autres en Egypte ou en Syrie, les sources les plus fréquentes citent Nicomédie et surtout Héliopolis, près de l' actuelle Baalbek . Il semble que sa vie retrace celle de plusieurs jeunes filles chrétiennes qui eurent à souffrir de l' opposition de leur père à leur foi chrétienne.

Celle qui nous intéresse vécut sous le règne de l' empereur Maximien ( 305-311). Elle était une jeune femme lettrée et réservée, qualités que les préjugés de son temps qualifiaient de " barbares ", c'est à dire étrangères à Rome.

Son père Dioscure, haut fonctionnaire de l' empereur, étant veuf, résolut d' établir sa fille unique en lui donnant une éducation poussée, et la confina dans une tour où elle ne fréquentait que des précepteurs et des lettrés.

La légende décrit l' admiration que la jeune fille éprouvait de sa fenêtre à la vue de la nature. Elle s' interrogeait sur l ' origine de la création, et en vint par ses lectures à découvrir l' existence du Créateur.

Elle refusait les riches partis que son père lui proposait, préférant se consacrer à l' étude et à l' approfondissement de sa foi naissante. Furieux de l' opposition de sa fille, son père lui permit dans un premier temps de se confronter au monde dans l' espoir qu' elle renoncerait à ses méditations; mais elle rencontra des paysannes chrétiennes et reçut le baptême.

Il la fit enfermer alors à nouveau, et la légende rapporte que son père lui fit construire une chambre dans une tour avec deux fenêtres, mais la jeune fille fit ouvrir une troisième fenêtre pour méditer sur la Trinité.

Refusant toujours de se marier, son père la dénonça aux autorités de la ville ( le préfet Marcien ), et son procès dura trois jours. Le 2 décembre, elle refusait toujours d' abjurer et la force du credo de Barbara convertit une jeune paysanne du nom de Julienne qui dès lors partagea son sort.

Elle fut condamnée à être décapitée, et son père exécuta lui-même la sentence avec son épée. la légende ajoute que son abominable père fut alors foudroyé !

 

Ce témoignage ( ce martyre ) nous informe que :

1° l' Eglise dès les premiers temps poussaient les femmes à étudier et à s' interroger sur la Création, contre les préjugés des sociétés exagérément patriarcales de l' Orient.

2° L' étude n' est qu'une première étape, la deuxième étant la contemplation qui est aussi accessible àux âmes simples ( Barbara est convertie par des paysannes qui lui avaient fait découvrir la prière).

3° La force de son caractère et la fermeté de sa foi sont un message pour d' autres femmes ( Julienne).

4° Le pouvoir du père qui est dévoyé, puisqu' il s' exerce contre la liberté de sa fille, est anéanti.

C' est ainsi que dès le VIème siècle, l' empereur Justin fit transférer ses reliques à Constantinople et son culte se répandit dans tout l' Orient pour la liberté des femmes. En Occident son culte fut connu vers le VIIIème siècle et surtout répandu avec les premières croisades. Une partie de ses reliques fut transférée en Italie par les Vénitiens, une autre par Barbara la fille de l' empereur byzantin Alexis Comnène ( 1081-1118) qui grâce à son mariage avec le prince russe Michel de Kiev les confia à la cathédrale Saint-Wladimir de Kiev où elles se trouvent toujours.

Repost 0
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 00:40

 

                                                                                                                                               

                                                     Statue du Bernin, église sainte Bibiane, Rome

 

Sainte Viviane ( Bibiane ou Vivienne) vierge martyre.

Julien l' Apostat qui règna de 361 à 363 renia son baptême pour galvaniser Rome et lutter contre les Perses qui menaçait son empire. Toute dissidence, et en particulier le culte chrétien, fut sévèrement réprimée, non pas directement de manière sanglante, car il était lettré et fort intelligent, mais par l'édiction de lois pour renforcer le culte de sa personnalité et refonder une politique patriotique...Lui-même était adepte de l' occultisme et de la théurgie.

 

Ainsi il imposa des lois scolaires pour provoquer l'apostasie de la jeunesse et le retour au paganisme politique. Il fit publier des textes philosophiques insistant sur la cruauté du Dieu jaloux des Juifs. Il réserva la fonction publique et les emplois militaires aux seuls païens, et rendit publics des édits discriminatoires à l' égard des chrétiens qu' il nommait la secte des Galiléens. Il renia la personne divine du Christ en lui opposant sa nature humaine purement politique.

 Julien l' Apostat (331-363), neveu de Constantin.

 

La famille de Viviane d' origine consulaire était respectée et inspirée par de fermes convictions chrétiennes. Le père de Viviane, le préfet saint Flavien fut donc mis à mort, sa mère sainte Dafrose ( fêtée le 4 janvier ) soumise au supplice de la faim puis décapitée et sa soeur sainte Démétrie frappée à mort.

Restée seule après 363, Viviane fut exposée aux assauts de Rufine envoyée par les autorités pour la faire abjurer, après que les biens de sa famille lui furent confisqués. Elle refusait toujours d' apostasier si bien que le préfet Apronien ordonna de l'attacher à une colonne et de la fouetter à coups de lanières plombées, puis il fit jeter son corps aux bêtes.

Un prêtre chrétien nommé Jean l'enterra près de la sépulture de sa mère et de sa soeur.

Peu après les chrétiens construisirent une chapelle sur sa tombe, puis une égise fut construite par le pape Simplice pour remplacer la chapelle. En 1628 le pape Urbain VIII fit construire une nouvelle église. Au-dessus de l' autel où se trouvent les reliques des martyres, le Bernin éleva une statue de la sainte, il exécuta aussi la façade de l' église. 

Prions avec Viviane qui résista au totalitarisme  et au viol des consciences !

Elle est un exemple pour les jeunes femmes fermes dans la foi.

Repost 0
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 21:15

Saint Eloi ou Eligius (590-659) né dans le Limousin, patron des orfèvres, évêque de Noyon (640-659).

D'abord conseiller de Clotaire II, il devint à partir de 629 grand argentier du roi Dagobert qu' il aida à restaurer la prospérité du royaume franc. Dagobert soumit les Gascons et imposa sa suzeraineté à la Bretagne.

Saint Eloi secourut les pauvres et racheta les esclaves; et conseilla plus tard la reine sainte Bathilde, épouse du fils de Dagobert de faire de même. ( Elle interdit l' esclavage à partir de sa régence ). Il construisit le monastère de Solignac dans le Limousin. Il déclara au roi : " Ce monastère sera une échelle par où nous pourrons tous les deux monter au Ciel ". Ami de Saint Ouen, qui fut garde des Sceaux de Dagobert et qui écrivit la biographie du saint après sa mort, il fut un financier avisé du royaume. Comme son ancêtre Clovis, Dagobert avait compris qu' un clergé instruit serait un soutien efficace à sa politique d'unité.

 

Eloi se retira à la fin de sa vie dans son évêché de Noyon qu' il administra sagement dans une période troublée.

Après sa mort des légendes lui attribuèrent des miracles.

Il aurait éconduit le diable déguisé en femme en lui attrapant le nez avec des tenailles. Cette légende illustre sans doute la volonté du haut clergé de cette époque de christianiser les moeurs matrimoniales des seigneurs. Dagobert lui-même avait de nombreuses concubines ( allusion à la fameuse chanson du XVIIIème siècle), et le saint avec douceur avisa son roi.

La seconde légende fait allusion encore au travail de saint Eloi qui, devant ferrer le sabot d' un cheval, arracha la jambe de l'animal et sa tache accomplie la lui remit en place. On peut y voir encore la volonté de l' évêque de sanctifier son labeur, le chrétien ne séparant pas la prière de l'action; ou encore une illustration de la vertu de patience en vue de l'action future à accomplir : certes l'action est immobilisée pendant la " réparation ", mais avec les sacrements ( image du fer à cheval), le chrétien poursuit de plus belle sa route. C' est à cette époque aussi que la confession privée fut reçue par les évêques. Le fer à cheval serait alors l'image de l'absolution donnée lors du sacrement de pénitence pour fortifier le chrétien dans sa route.

Saint Eloi ne sépare pas le labeur du chemin de perfection.

                                     

 

  

 

On bénit les chevaux ainsi que les bêtes de somme à la Saint-Eloi.              

Lien : http://www.catholic.pf/Eloi.htm                                                                                                                             

Repost 0
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 19:40

                                       Saint André est né en Galilée, dans sa partie nord où les Grecs étaient nombreux, et leur langue répandue parmi les autres peuples. Le nom André signifie   "  homme viril  "  dans le sens de courageux, vaillant.

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quand Jean le Baptiste a commencé à prêcher sur les bords du Jourdain, André et Jean de Zébédée le suivirent pour obtenir de lui une réponse à leurs questions spirituelles. Beaucoup profitaient de son enseignement et l'on disait qu' il était le Messie. Jean le Baptiste déclara qu' il n'était pas le Messie, mais qu' il préparait le chemin du Messie.

Lorsque Jean le Baptiste baptisa le Seigneur Jésus dans les eaux du Jourdain, il dit à ses disciples: " Voici l' Agneau de Dieu qui prend sur Lui les péchés du monde ".

Ecoutant cela, André et Jean vinrent vers Jésus, et lui demandèrent: "Maïtre, où demeures-Tu ? "

Jésus leur répondit : "Suivez-Moi, et vous verrez . "

Et depuis ce moment, ils devinrent Ses disciples.

André vint voir son frère Simon-Pierre et lui dit : " Nous avons trouvé le Messie ". C'est ainsi que Pierre rejoignit les disciples du Christ .

André, Simon-Pierre, et les frères Jean et Jacques ne quittèrent pas tout de suite leurs familles et leur occupation de pêcheurs; ce ne fut que quelques mois plus tard que Jésus au bord du lac de Galilée leur dit : " Suivez-Moi et Je vous ferai pêcheurs d' hommes ". C'est alors qu' ils laissèrent tout derrière eux,  leurs filets et leur ancienne vie pour le Seigneur. 

 

André fut donc appelé plus tôt que les autres apôtres. C'est pour cela qu' il est nommé dans les Eglises orientales:  " André-Premier Appelé ". Il assista le Christ dans toute sa vie publique dès son baptême et après la Résurrection, Jésus le bénit au jour de l' Ascension.                 

Après la Pentecôte, les apôtres partirent pour répandre la Bonne Nouvelle. Pour André, ce fut les bords du Pont Euxin ( la Mer Noire actuelle), la partie nord de la péninsule balkanique et dans des tribus scythes de la future Rous. D'après la Tradition, André prêcha en Tauride, et le long du Dniepr vers le nord.

Il parcourut  et évangélisa la Grèce, vécut à Patras, en Corinthe. Ses prêches rencontrèrent l' hostilité des autorités politiques locales, et notamment du proconsul Egée qui le traita d' insensé et finit par le condamner à être supplicié sur une croix en forme de X, supplice lent et particulièrement douloureux .

Saint André avait déclaré qu' il ne sacrifiait qu' à l' Agneau sans tache qui demeure entier et plein de vie après son sacrifice.

Il mourut en  62 après Jésus-Christ, rendant grâce d'avoir une mort qui ressemblait à celle de son Seigneur.

                                                                                                                                                                                      

Repost 0