Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 00:33

Incroyable, lorsque j' ai lu le texte médité pour le Carême mardi dernier devant la Curie et le Pape !

 

Lire  lien : http://www.zenit.org  en date du 27 février 2007.

 

 

" Le christianisme ne doit pas être réduit à un ensemble de valeurs  PARTAGEES  PAR  TOUS  a rappelé le cardinal Giacomo Biffi mardi après-midi lors de sa prédication de la retraite au Vatican consacrée à une réflexion sur le grand penseur russe Wladimir Soloviev.

Le cardinal Biffi a cité ce qu' il appelle " l' avertissement prophétique " de Soloviev ( ... ). Le christianisme ( ... ) ne peut être REDUIT  à un ensemble de valeurs. Ce qui fait en effet le christianisme c' est la rencontre personnelle avec le Christ.

le cardinal Biffi citait la dernière oeuvre de Soloviev  " Les Trois Entretiens " ( 1899-1900 )  et le récit de l' antéchrist.

 

Soloviev présentait l' antéchrist comme PACIFISTE

                                                        ECOLOGISTE

                                                        OECUMENIQUE...

 

L' antéchrist convoque un concile oecuménique et cherche le consensus de toutes les confessions chrétiennes en concédant quelque chose à chacune.

Les masses le suivent, excepté de petits groupes de catholiques, d' orthodoxes et de protestants qui lui disent : " Tu nous donnes tout, sauf ce qui nous intéresse : Jésus-Christ. " 

Le récit commentait le cardinal Biffi " contient pour nous un avertissement. Aujourd' hui nous courons en effet le risque d' avoir un christianisme qui met Jésus, sa Croix et sa Résurrection entre parenthèses. "

 

Le christianisme en résumé n' est pas qu' un simple humanisme...Il peut exister un humanisme chrétien certes, mais le christianisme est  plus  que cela. 

MERCI  AU  CARDINAL  BIFFI  !

                            Soloviev par Kramskoï; Musée russe; Saint-Pétersbourg

 

Ah ces Russes  ! 

   

 

 

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 10:15
Saint Antoine le Grand : " Le temps arrive, lorsque les hommes devenus fous voyant quelqu' un qui ne l' est pas lui déclarent en l' attaquant : tu es fou, puisque tu n' es pas comme nous ! "
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 22:30

Article sur le cardinal Rodé, préfet de la Congrégation des instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique, un article équilibré et lucide : ( in English)

http://www.catholic.org/international/international_story.php?id=18753

Né en Slovénie en 1934, Franc Rodé se réfugia avec sa famille en Autriche en 1945 après la prise de pouvoir des communistes, puis en 1948 en Argentine. 

Il devint lazariste à Buenos-Aires et prononça ses voeux perpétuels en 1957. Il étudia à Rome à la Grégorienne, puis à Paris à l' Institut catholique. Il fut ordonné prêtre en 1960.

Ses supérieurs l' envoyèrent quelques années ensuite dans la Yougoslavie de Tito.Il revint à Rome en 1981 au Secrétariat des non-croyants, et devint ensuite secrétaire du nouveau Conseil pontifical pour la culture.

Il repartit pour la Slovénie en 1997 où il fut consacré archevêque de Ljubljana. Rappelé à Rome en 2004 à la tête de la Congrégation des instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique, il est créé cardinal au consistoire du 24 mars 2006. 

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 04:44

" Et pourtant si de Dieu rien ne peut se dire qui soit digne de lui, il a voulu que nous nous réjouissions de le louer avec NOS  MOTS.

De là vient, en effet, que l' on dit Dieu : en réalité, ce n' est pas à travers le bruit de ces syllabes que nous le connaissons, mais ce son nous incite à penser une nature éminente et immortelle. "

Saint Augustin, Enseigner le christianisme, I, VI

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 14:45

Jésus n' a forcé personne à le suivre. Dans son enseignement, il a laissé les foules et ses disciples croire en lui et le suivre, ou bien le rejeter et s' en aller.

 

 

Ainsi au chapitre VI de l' Evangile selon saint Jean :  " Après ceci beaucoup de ses disciples s' en allèrent et ne le suivirent plus " , lorqu' ils ne comprirent pas la prédication de son sacrifice eucharistique futur.

Aujourd' hui beaucoup de bien-pensants, pétris de bonne conscience suivent Jésus à mi-chemin. Juste avant la croix, cette folie, ce scandale...Il m' aime, comme cela est doux de l' écouter, il me comprend, etc...Et je fais jouer ma sensibilité. Si je suis rassuré par lui, eh bien c' est qu' il a raison.

Je mets déjà une condition à son enseignement : Que Jésus rassure ma sensibilité, rassure mes sens, rassure mon confort, rassure mes préférences. Cet amour va-t-il jusqu' à l'acceptation de mon péché ? Oui nous dit le monde : les esprits mondains, les talk-shows, les rubriques people, les émissions-débats, les lobbies politiques progressistes, les moralisateurs photogéniques, les nouveaux  "clercs " subjectivistes, mondains en quelque sorte.  

 

Non, Jésus est venu pour détruire le péché. Oui casser , briser, détruire, anéantir, couper !! Pas de fusion maternante : non LA  COUPURE !!  La conversion...A moi de le reconnaître. Mon confort matériel et sensuel n' est pas synonyme d' amour du bien.

 

 

Jésus n' a jamais dit que l' amour consistait à aimer le péché, à faire mourir des âmes innocentes, à convoiter la femme de son voisin, à aimer les biens matériels comme unique fin, à aimer la débauche.

 

 

L' amour du bien n' est pas l' amour du mal. A la femme adultère qu' il n' a pas condamnée il a dit : " Va et ne pèche plus ! " ( st  Jean VIII ).

 

C' est ainsi qu' il aime, et me fait continuer mon chemin en me libérant  petit à petit de mon péché. C' est la liberté d' aimer le bien ( et non pas d' aimer indifféremment, aimer quoi ? aimer qui ? ) " Aimez-vous les uns et autres COMME  JE  VOUS  AI  AIMES.  " Pour un chrétien, l' amour de la vie ne signifie pas amour de ce qui détruit.

Ma démarche, c' est-à-dire le fait de le suivre, comme si je me trouvais avec lui sur les collines de Judée et de Galilée, va jusqu' à la restauration de moi-même. Jésus me restaure ( nouvelle manne céleste, multiplication des pains ). C' est le Seigneur qui me donne cette grâce malgré mes chutes. C' est lui qui m' invite à le suivre. A me détourner, à me convertir. 

 

Aimer mon prochain, qui est un pécheur comme moi comme vous, ce n' est pas aimer son péché, ce n' est pas aimer mon péché.

Je dois reconnaître ma faute pour m' en libérer dans l' amour du bien. Reconnaître que d' esclave captif, Jésus me rachète. Cette rédemption, ce rachat, passe par la croix.

 

Aimer et aider mon frère à porter sa croix.

 

Cette croix si détestée des autres, comme s' il suffisait de la nier pour être heureux, pour avoir raison !

Dès que l' on veut ôter une croix, ce n' est pas de liberté qu' il s'agit, mais de haine tout simplement, de haine du symbole même de l' amour du bien.

 

Je regrette sincèrement que les puissants de notre époque qui voudraient tant s' exprimer à la place de l' Eglise, ne trouvent rien de mieux que de la baillonner, de l' exclure. L' Eglise leur fait peur.

Pourquoi leur fait-elle peur ? Songeons au massacre des saints innocents par Hérode qui craignait pour son trône et ses plaisirs. Songeons à tous les martyrs qui se sont opposés aux fausses idoles d' Etat et qui continueront à s' y opposer, car les temps ne sont pas finis. Elle leur fait peur, car elle  leur dit la vérité.

 

Le christianisme collabore à notre culture à notre civilisation, pour que l' humanité si différente ( heureusement ! ) vive en paix ; mais le christianisme est  AUSSI essentiellement une CONTRE-CULTURE.

 

Maintenant que beaucoup de nos lois sont  anti-chrétiennes, l' Eglise ne peut se taire. Parfois elle le fait par prudence.C' est ainsi que l' on mesure par le silence de certains hommes d' Eglise combien la situation de l' Eglise est précaire et faible. On couvre sa voix de ridicule. Combien d' hommes d' Eglise et de chrétiens sont tentés en réaction de faire changer les pierres en pain, pour le rayonnement de la foi ( quelle foi, quelle fidélité alors ? ) et de s' allier les bonnes grâces des nouveaux moralisateurs.

Ce silence ne doit pas mener à la lâcheté, la lâcheté de dire que le péché équivaut au bien, que la culture de mort est égale à l' amour du bien. 

Jésus a répondu à Pilate, il n' a pas tendu la joue en se taisant, il a parlé, il a dit qui il était, c' est pour cela qu' il est détesté par la foule.

 

J' ai une grande méfiance pour ceux qui galvaudent les mots :

La liberté qui devient perdition  ( les pro-choice américains cf une courte analyse d' une aimable bloggeuse http://dustofthetime.blogspot.com/2007/02/choosing-good-choice.html  )

La vie qui devient simple jouissance, et qui du reste se transmet si difficilement.

L' ouverture aux autres qui signifie destruction des liens. L' ouverture ne se fait qu' avec celui qui m' a été donné pour que je le reconnaisse comme mon prochain. Plus mon coeur grandit, plus je vois de " prochains. " L' ouverture pour l' ouverture n' a aucun sens. Les premiers moines fuyaient dans la solitude pour trouver Dieu, c' est ensuite que les fidèles sont venus.

La tolérance qui de son sens originel d' accepter de laisser subsister temporairement un mal pour garantir un bien plus tard, se travestit aujourd' hui en bonne conscience pharisienne.

 

C' est pourquoi je fais attention désormais : Quand je lis liberté, je vois intolérance ; quand je lis vie, je vois stérilité ; quand je lis ouverture, je vois dilution ; quand je lis tolérance ; je lis nouvelle croix imposée...

.

 Pourquoi ?  car à tous ces mots on leur retire leur sens chrétien. Ils n' ont plus le même sens pour un non-chrétien et un chrétien...

 

Le réveil est dur de se dire que nous ne parlons plus la même langue ! Pour le monde d' aujourd' hui nous parlons le langage des fous...

Le vieux langage qui s' oppose au langage du psaume " J' irai vers l' autel de Dieu, celui qui réjouit ma jeunesse ", ce vieux langage a toujours usé des mêmes artifices mensongers pour instiller son désespoir.

 

A chacun de nous de restaurer un langage d' amour, un langage commun, mais en attendant il faut d' abord trouver, écouter, discerner les signes de Dieu.  Nous nous sommes débarrassés des langages de bois des dictatures du XXème siècle, pourquoi accepter maintenant le vocabulaire de ces faux prophètes ?

 

Sans Dieu, sans amour, où serait la jeunesse des coeurs et la liberté d' aimer en vérité ? Il n' y a qu' une liberté, la vérité du bien.

 

Illustrations :  1)  Fra Angelico ( 1387-1455 )

                         2)  Antoine Caron ( 1521-1599 )

                         3-5 ) Maurice Denis ( 1870-1943 )

                         4)  Friedrich Overbeck ( 1789-1869 )

                         

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 10:27

Le 1er  février 2007, le cardinal Ricard archevêque de Bordeaux a érigé une paroisse personnelle qu' il a confiée à l' Institut du Bon Pasteur dont le siège se situe à l' église Saint-Eloi de Bordeaux. Cette église regroupe habituellement cinq cents fidèles. On ne peut que se réjouir, de quelque sensibilité catholique que l' on soit, que l' évangélisation se poursuive dans un pays qui ne compte plus que 51% de catholiques.

   On aperçoit à droite de la Tour de la Grosse Cloche l' entrée de l' église Saint-Eloi

Liens : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5185204.html

http://blog.institutdubonpasteur.org

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 00:43

" Nul n' aime le prochain s' il n' aime Dieu, en sorte qu' il rende ce service, autant qu' il peut, à ce prochain qu' il doit aimer autant que soi-même, pour aimer Dieu ; car s' il n' aime pas Dieu, il n' aime ni soi-même ni le prochain.

De cette manière, un homme aura beau observer toute la loi, s' il pèche en un seul point, il se rend coupable de la totalité, car il agit contre la charité dont dépend toute la loi. Il se rend donc coupable de la totalité en agissant contre cette charité d' où tout dépend " . 

 

 

" Nemo autem diligit proximum, nisi diligens Deum, ut hoc quantum potest proximo inpendat, quem diligit tamquam se ipsum, ut et ille diligat Deum, quem si ipse non diligit, nec se , nec proximum diligit. 

" Ac per hoc qui totam legem servaverit, si in uno offenderit, fit omnium reus ; quia contra caritatem facit, unde tota lex pendet. Reus itaque fit omnium, faciendo contra eam, in qua pendent omnia ".

 

Tout se tient avec saint Jérôme ! C'est clair comme de l' eau de roche ...

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 05:24

Saint Thomas d' Aquin : l' Etat  " ne doit jamais assumer des fonctions qui appartiennent en propre aux organismes secondaires. " 

L'  Etat doit faire ce qui ne peut être fait que par lui ou ne peut l' être sans lui. Son rôle n' est pas de tout faire ( étatisme ) ni de laisser faire ( individualisme ), mais d' aider à faire, d' être en définitive au service de la nation. Un véritable Etat est un Etat concentré sur sa seule raison d' être : la prise en charge des fonctions régaliennes.

Jean Ousset,  " Fondements de la Cité  " : C' est une grave erreur que de voir l' Etat comme principe et fin de la morale, de la formation de la jeunesse, grand maître des cerveaux et des coeurs, c' est Dieu le principe et la fin de la morale et de toutes choses. " 

Pie XII, Message de Noël 1942 : " Toute l' activité polittique et économique de l' Etat est ordonnée à la réalisation durable du  BIEN COMMUN, c'est-à-dire de ces conditions EXTERIEURES nécessaires à l' ensemble des citoyens pour le développement de leurs qualités, de leurs fonctions, de leur vie matérielle, intellectuelle et  RELIGIEUSE  de la nation. " 

 

Léon XIII,  Rerum Novarum : " Une loi ne mérite obéissance qu' autant qu' elle est conforme à la droite RAISON et à la loi éternelle ( de Dieu )."

 

Rien de ce qui peut être fait par l' échelon inférieur ne doit être confié à l' échelon supérieur. cf  Pie XI ( Quadragesimon anno, 1931 ).  

 

 

Benoît XVI,  Deus Caritas est, 2006  : " Nous n' avons pas besoin d' un Etat qui régente et domine tout, mais au contraire d' un Etat qui reconnaisse sincèrement et qui entretienne, dans la  LIGNE  DU PRINCIPE  DE  SUBSIDIARITE, des initiatives qui naissent des différentes forces sociales " .

 

Jean-Paul II, Centesimus annus, 1991 : " C' est par sa réponse à l' appel de Dieu ( ... ) que l' homme prend conscience de sa dignité transcendante. Tout homme doit donner cette réponse ( ... ) et aucun mécanisme social ou sujet collectif ne peut se subsister à lui. La négation de Dieu prive la personne de ses racines, et en définitive incite à réorganiser l' ordre social sans tenir compte de la dignité et de la responsabilité de la personne. "

 

 

 

Voilà en ces temps bien gris de campagne électorale qui s' annonce quelques pistes de réflexion...Mais ce sera mon seul commentaire politique ... 

 

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 12:01

Epître à Polycarpe : " Justifie ta dignité épiscopale par une entière sollicitude de chair et d' esprit. Préoccupe-toi de l' UNION, au-dessus de laquelle il n' y a rien de meilleur. Porte avec patience tous les frères comme le Seigneur te porte toi-même. Supporte les TOUS avec charité, comme tu le fais d' ailleurs ". 

 

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 03:10

 " Pas d' agitation dans notre coeur, pas de mépris dans nos regards, pas d' injures sur nos lèvres.

Ayons de la compassion POUR  LE  PRESENT, de l' espérance POUR L' AVENIR. Alors vous serez de vrais pères, et vous accomplirez un véritable amendement.


Dans les cas très graves, il vaut mieux vous recommander à Dieu, lui adresser un acte d' humilité, plutôt que de vous laissez aller à un  OURAGAN  DE PAROLES  qui ne font que du mal à ceux qui les entendent et d' autre part ne procurent aucun profit à ceux QUI LES  MERITENT ".

 

saint Jean Bosco ( 1815-1888 ) canonisé en 1934.

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article