Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 04:54

" N' oubliez  jamais que les pires hérésies ont commencé sous le couvert d' élans surnaturalistes exacerbés : exaltation de la seule foi, au mépris d' une nature, et d' une RAISON que l' Eglise est à peu près seule aujourd' hui à défendre contre la quasi-totalité des systèmes philosophiques contemporains ( ... ) Car le Jésus que nous aimons et devons servir est vrai Dieu autant qu' il est vrai homme. C' est ainsi qu' en lui d' abord et POUR  TOUJOURS s' établit et se scelle l' indissoluble alliance du divin et de l' humain; l' indissoluble alliance de la foi et de la raison ( ... ) Oui la raison !  Avec son amour de l' expérience et sa vénération de la leçon DES  FAITS.

Jean Ousset, Lausanne 1976

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 11:34

Né an 55 ap JC,  le consul et historien Tacite a écrit ses annales en 116. Il y  fait mention dans un passage célèbre d' une nouvelle " superstition ", et qualifie nos ancêtres d'  " ennemis du genre humain ". Rien de moins...Cette accusation fut depuis cette époque reprise par tous les puissants contre l' Eglise jusqu' à nos jours, et ensuite par les voltairiens et les marxistes. C'est pourquoi l' expression a contrario d' amis du genre humain est souvent suspecte, car elle concerne alors des ennemis de l' Eglise.

                                          Néron, Rome musée du Capitole

  

" Pour anéantir la rumeur [ qui attribuait l' incendie de Rome en 64 à l' empereur ], Néron* supposa des coupables et infligea des tourments raffinés à ceux que leurs abominations faisaient détester et que la foule appelait chrétiens.

 

Ce nom leur vient du Christ que, sous le principat de Tibère, Ponce Pilate le procurateur avait livré au supplice. Réprimée sur le moment, cette DETESTABLE  SUPERSTITION perçait de nouveau, non seulement en Judée où le mal avait pris naissance, mais encore à Rome où ce qu' il y a de plus affreux et de plus honteux dans le monde afflue et trouve une clientèle. [ les Romains cultivés méprisaient ces représentants des basses classes. Saint Pierre fut emprisonné et crucifié la tête en bas après l' incendie. ]

 

 On commença donc par se saisir de ceux qui confessaient leur foi, puis sur leurs révélations [ torturés certains livraient les noms des chrétiens ], d' une multitude d' autres dont leur crime fut moins celui d' incendie que de HAINE CONTRE LE GENRE HUMAIN ( odium humani generis ).

 

On ne se contenta pas de les faire périr : on se fit un jeu de les revêtir de peaux de bêtes pour qu' ils fussent déchirés par les dents des chiens; ou bien il étaient attachés à des croix, enduits de matières inflammables et, quand le jour avait fui, ils éclairaient les ténèbres comme des torches.

 

 

Néron prêtait ses jardins pour ce spectacle ( ... ). Aussi quoique ces hommes FUSSENT  COUPABLES et eussent mérité les dernières rigueurs, les coeurs s' ouvraient à la compassion en pensant que ce n' était pas du bien public, mais de la cruauté d' un seul qu' ils étaient immolés. " 

( Tacite, Annales, XV, 44 ) 

 

 

* Néron empereur romain ( 37-68 )

Affiche du film de Guido Malatesta, l'incendie de Rome, 1963

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 15:06

Dans son ouvrage : " l' illusion libérale ", le grand journaliste ultramontain Louis Veuillot ( 1813-1883 ) écrivait : " Jusqu' ici la chapelle libérale n' a point d' entrée, et semble n' être qu' une porte de sortie de la grande Eglise. L' explosion de haine continue dans le camp libéral non chrétien : elle allume au milieu du monde une sorte de fureur, non seulement contre l' Eglise, mais même contre la simple idée de Dieu. Il se manifeste une émulation générale parmi les CHEFS DES PARTIS QUI GOUVERNENT A PRESENT L' EUROPE, pour briser toute union entre l' homme et Dieu " . 

Ainsi ces débats ne datent pas d' hier. Veuillot vivait à l' époque d' Edgard Quinet qui déclarait  comme un appel au meurtre vouloir étouffer le catholicisme dans la boue.. Quant aux libéraux catholiques ennemis de Veuillot, ils croyaient bien faire en composant avec l' esprit du temps afin sans doute de ne pas plonger la France dans des divisions meurtrières qu' elle n'avait que trop connues pendant le XIXème siècle...

Ce fut bientôt aussi le début de la persécution contre les congrégations. Encore une génération et le XXème siècle allait naître -n' ayant rien retenu de 1793- avec ses athéismes triomphants et entre autres horreurs la persécution contre les chrétiens ( de la Russie léniniste au Mexique maçonnique, en passant par l' Espagne rouge puis la catastrophe hitlérienne et son racisme pseudo-scientifique et ensuite le rideau de fer et les divers goulags communistes ).

Aujourd' hui on n'a pas le droit de dire que l' Eglise a souffert et continue bien souvent de composer en particulier en Asie ( en Asie mineure ou orientale ) et en Afrique. Le dénigrement libéral est de mise en Occident. Restant sourds aux menaces concurrentes d' autres civilisations nous nous bouchons les oreilles pour ne pas entendre les clameurs, et dire bien sûr que tout va mieux dans le meilleur des mondes lorsque le message chrétien, et en particulier celui de son Eglise catholique, est nié...

Finalement la parole du Christ en agonie se comprend mieux dans ce XXème siècle que nous avons heureusement quitté. Bernanos ne disait-il pas de façon prophétique : " LA PLUS HAUTE FORME DE L' ESPéRANCE C' EST LE DéSESPOIR SURMONTé ". Louis Veuillot n' aurait pas renié le témoignage de Bernanos.

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 07:59

Rémi Fontaine dans " le livre noir des évêques de France " éd. Renaissance Catholique coll. Controverses 2006 ( 15 euros ) démontre que les évêques pour ne pas s' aliéner la société soutiennent une laïcisation effrénée de notre pays et une sécularisation de l' Eglise. Mallheureusement l' intention droite de nos évêques n' est pas mise en avant dans ce livre. Mais les résultats catastrophiques sont là...

Rémi Fontaine, né en 1956, professeur de philosophie est l' auteur d'ouvrages sur le scoutisme dont " l' âme du scoutisme " éd . de Paris ( 15 euros ), " Riaumont, citadelle de l' espérance, la vie et l' oeuvre du Père Revet " éd. Elor 1991.

Il est l' auteur de " la laïcité dans tous ses débats " éd. de Paris 2004

liens : www.renaissancecatholique.org

www.laporterie.com/acatalog/index.html

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 01:46

" Je vois ce que l' homme ajoute à la nuit et que la plus douce ne serait qu' horrible sans la passion de notre coeur. Mais la limpidité d' une matinée de printemps pose une autre question : son innocence, nous savons bien qu' elle n' est pas en nous. Elle existe en elle-même, mais elle demande d' être exprimée ".

Nouveaux mémoires intérieurs

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 01:14

Selon l' ancien calendrier nous fêtons aujourd' hui la Sainte Famille et le baptême de Jésus dans le nouveau calendrier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                               Giotto

 

Voici ce que disait François Mauriac dans ses Nouveaux Mémoires intérieurs :

" Dans chaque famille, peut-être UN SEUL fidèle suffit-il à tirer après soi tous les autres qui ne le sont pas. Ce petit garçon qui communie auprès de moi, si frêle, porte le salut de toute une race. De génération en génération, ce torrent d'amour creuse son lit à travers les hérédités funestes. Ce n'est pas seulement, comme il est écrit, l' épouse fidèle qui sanctifie l' époux infidèle. Personne ne prie jamais sans que tous les siens ne prient avec lui. La Rédemption ne nous concerne pas seulement en tant que nous sommes rachetés, mais parce que nous rachetons. Chaque fidèle en état de grâce est rédempteur. Qui a compris cela est sauvé du désespoir ".  

C' est une phrase à méditer dans nos familles si divisées. Oui le fidèle isolé dans sa famille n' est pas seul.

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 04:27

 Simone Weil ( 1909-1943 ) : " Quand un homme se détourne de Dieu, il se livre simplement à la pesanteur. Il croit ensuite vouloir et choisir, mais il n' est qu' une chose, une pierre QUI TOMBE. Si l' on regarde de près, d' un regard vraiment attentif, les âmes et les sociétés humaines, on voit partout où la vertu de la lumière surnaturelle est absente, tout obéit à des LOIS MECANIQUES aussi aveugles et aussi précises que les lois  de la chute des corps. Ce savoir est bienfaisant et nécessaire. Ceux que nous nommons criminels ne sont que des tuiles détachées d' un toit par le vent et tombant au hasard. Leur seule faute est le choix initial qui a fait d' eux ces tuiles " .

( in l' Amour de Dieu et le malheur, Gallimard 1990 p. 699 )

J'aime cette philosophe ardente qui avait compris que le mystique est celui qui est à la croisée de deux nécessités : celle de la nature, de la brutalité du monde, et celle de l' appel divin, de la grâce...

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 12:32

" La géographie religieuse réelle ne correspond pas à la géographie officielle. Voilà quelle est la raison de me consoler. Et je vous assure que la jeunesse, la meilleure partie de la jeunesse, celle qui a des préoccupations autres que sa réussite matérielle et que le plaisir est plus nombreuse qu' on ne croit. Elle peut n' être pas chrétienne apparemment. Elle l' est tout de même. Je veux dire qu' elle a la préoccupation de son âme ".

Interview de François Mauriac par Michel Droit ( Paris-Match 30 septembre 1961 ). 

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
28 décembre 2006 4 28 /12 /décembre /2006 23:05
Alexandre Zinoviev : " l' argent, le sexe, la violence, ces trois piliers de la démocratie totalitaire ".
Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 09:23

Martin Mosebach est un écrivain allemand né en 1951 à Francfort dont je viens de terminer la lecture d' un livre paru en 2002 en Allemagne " Häresie der Formlosigkeit : die römische Liturgie und ihr Feind ". En français : " la liturgie et son ennemie, l' hérésie de l' informe ". Publié aux éditions Hora Decima en 2005.

 

Dans les pays de langue germanique Mosebach est un écrivain reconnu qui a publié de nombreux romans, des scénarios de film et même des livrets d' opéra. Il a reçu le prix de la Fondation Jürgen Ponto en 1980, le prix Heimito von Doderer en 1999, le prix Heinrich von Kleist en 2002 et le prix de littérature suisse Spycher en 2003.

 

Rien ne le prédisposait à écrire sur la liturgie et la crise qualifiée par lui d' iconoclaste des quarante dernières années du catholicisme. Comme il le dit dans ses premières lignes : " Je ne suis ni converti ni prosélyte " . Ses racines religieuses sont fragiles, mais la rencontre avec l' ancien rite latin qu' il avait connu dans son enfance, lui écrivain distingué par les milieux artistiques et intellectuels de son époque et absolument pas confiné aux sacristies, a été le début d' un long approfondissement personnel sur le message de la liturgie. Et je me dis que cela a dû aussi bouleverser sa vie, même s' il ne le mentionne pas...

Que l' on adhère ou non à ses réflexions, son livre ne peut manquer d' interroger le lecteur sur un fait  unique au sein d' une religion : l' interdiction d' un rite plus que millénaire pour en créer un autre sans passer par la case réforme...Auparavant on quittait son Eglise d' origine pour créer ou suivre une autre religion, ou bien les hommes d' Eglise ( les papes ) réformaient par petites touches le rite pour mieux signifier le fond de la foi transmise. C' est-à-dire sa réalité. Mais depuis quarante ans l' informe en perpétuelle fascination masochiste de soi vient brouiller la réalité d' un corps offert.

 

 

Je ne vais pas revenir sur un débat qui agite les communautés catholiques et qui n' est pas près d' être tranché à mon avis !

 

 

Mais j' ai aimé les comparaisons qu' il établit avec les premiers chrétiens qui se réunissaient en secret à cause des persécutions romaines et le rite latin ancien dont le Canon romain est encore plus ancien que les rites fidèlement transmis jusqu' à aujourd' hui des Eglises orientales. Ces premiers textes et ces premiers gestes viennent directement de l' époque apostolique et étaient lus ou produits EN SECRET. C' est pour cela que la notion de mystère et de secret est essentielle pour Mosebach car depuis l' effondrement des pratiques liturgiques catholiques la redécouverte du rite latin comme source directe de l' origine de la Foi est proche des conditions dans lesquelles il a été établi...L' interruption d' une vie liturgique qui s' est déployée depuis l' origine du christianisme représente pour lui un acte tyrannique lui-même porteur d' une violence inouïe qui n' a pas fini de s' exercer contre la Foi elle-même.

 

Qu' on en juge : d' après un sondage récent ( paru dans la Vie ) 27% des Français par exemple affirment que Jésus est Fils de Dieu. Je ne sais pas si les réponses étaient exclusives, car il y avait aussi d' autres réponses: c'est un guide, un prophète, un grand homme, etc...et je parie que répondre Jésus est un guide ( sous entendu un guide pour moi dans ma vie ) n' exclut pas forcément la première réponse, malgré les cris de joie des athées ou des laïcistes - comme l' émission de ce matin sur France-Culture, avec entre autres le rédacteur en chef du Monde des religions un spiritualiste très hostile à l' institution catholique, où l' on commentait ce sondage- le christianisme n' est pas mort...

Je suis étonné par les moyens énormes qui sont mis à la disposition des Eglises évangéliques qui recrutent à foison et sont les seules à part quelques exceptions à concurrencer la fulgurante expansion musulmane ou à apporter une réponse à l' individualisme déshumanisant contemporain.

 

 

 

Et pendant ce temps-là un livre en secret, en catimini vient rappeler des évidences que le rite chrétien à l' origine ( malgré la piètre théâtralisation actuelle ) c' est de toucher, d' honorer, presque à la manière d' un Saint Thomas, un corps, celui du Christ...

La liturgie c'est un acte d' amour à ce corps, un acte d' amour de ce corps qui se donne en sacrifice et une adhésion à ce déploiement de signes de la présence mystique du Christ. Ce n' est en aucun cas " l' expression d' une assemblée ".

La réalité de l' acte sacrificiel divin voilà ce qui importe à Mosebach, mais il réalise que cette liturgie a été irrévocablement réduite à quelques conservatoires...Il n' y a pas " le moindre droit à l' espoir, qu' il soit politique, historique ou sociologique. Qui reste fidèle au rite sacrificiel quinze fois centenaire de la messe est comme un oiseau qui plane dans le vide. Ce rite est abandonné par une hiérarchie qui a été créée pour sa protection "(p 54). Mais il écrit aussi que cela ne le gêne pas d'être classé parmi les dinosaures et les arriérés.  

 

 

Ce n'est pas la doctrine, mais la PERSONNE de l' Homme-Dieu (p 76) qui se montre dans un rite, et la Foi ne peut vivre qu' avec la présence physique de cet Homme-Dieu...C' est ce qu' avaient compris les premiers apôtres. Ce n' était pas une question de doctrine mais d' abord de présence.

Comme c' est simple et finalement d' une beauté inexprimable !  Nous avons un Dieu que d' une certaine manière nous pouvons toucher, voir pendant la messe, alors que tant d' autres n' en ont qu' un souvenir dans leurs  " assemblées "...

 

Je passe sur le chapitre sur l' iconoclasme moderne (arracher les images des coeurs ) qui est remarquable, et sur les phrases de Mosebach d' une simplicité lapidaire : " C'est parce que le Christ désirait l' actualisation de son sacrifice qu' il le coula dans la forme de l' art liturgique " (p128). Mais ce qui est le plus nouveau pour moi dans ce livre c' est toute la fin du livre sur le dévoilement par l' envoilement qui fait écho à des mystiques et des systèmes de pensée très profonds et au bout du compte très parlants ! Je n' en dirai pas plus ...

Bref quelle que soit son opinion sur la crise dramatique de l' Eglise, c' est un livre à lire !

cf lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5307877.html

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article