Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 02:28

Alma Redemptoris Mater,quae pervia coeli porta manes,

Et stella maris, succure cadenti, surgere qui curat, populo,

Tu quae genuisti, natura mirante, tuum sanctum Genitorem,

Virgo prius ac posterius, Gabrielis ab ore sumens illud

Ave,Peccatorum miserere.

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 20:13

Extrait du discours du cardinal Pacelli  ( futur Pie XII) à Notre Dame de Paris le 13 juillet 1937 :

" A la France d' aujourd' hui qui l' interroge, la France d' autrefois va répondre en donnant à cette hérédité son vrai nom : la vocation.

Car mes frères, les peuples comme les individus ont leur vocation providentielle, comme les individus ils sont prospères ou misérables. Ils rayonnent ou demeurent obscurément stériles selon qu' ils sont dociles ou rebelles à leur vocation ".

Je me dis que cette interrogation d' un peuple, s'applique aussi à soi-même : personne ne sait de quoi demain sera fait. Qui eût prévu il y a dix ou vingt ans a fortiori en 1937, tous les bouleversements qu' a connus notre pays ?

 La vocation de chacun c' est donc d' interroger notre histoire personnelle pour répondre aux questions d' aujourd' hui, sans savoir de quoi demain sera fait. Il ne sert à rien de prévoir, car les bouleversements socio-politiques et économiques détruisent toujours nos opinions toutes faites sur le futur. C'est un signe de vitalité. Aujourd' hui comme hier, l' absence de référence à notre histoire personnelle et collective nous rend sourds à notre vocation, prisonniers de nos inquiétudes. 

La vocation, c'est le signe de notre fertilité, de la vie qui se transmet.

S' interroger pour s' interroger ( c'est à dire créer artificiellement du sens ) vaut moins à mon avis que s' interroger pour vivre, et donc répondre par  l' action elle-même procréatice dans la fidélité à un moi collectif et  personnel qui se transmet. Ainsi mon interrogation trouve du sens. Car elle répond à une interrogation, un appel : " Et toi que dis-tu que Je suis ? "

L' évitement pseudo-narcissique est une censure de soi, un mépris de soi, et implique une absence de dialogue. La jouissance d' un soi limité à l' instant est moindre que la jouissance provoquée par un appel qui me renvoit à l' appel de l' Autre, qui m' interroge sur ce que JE suis, c' est à dire ce que j' ai été.

La vocation du Christ est le contraire de l' autisme affectif qui se déguise sous la frénésie compensatoire de consommation : J' achète donc je suis. Or la vocation d' un peuple ne se limite pas à l' abondance matérielle. La prospérité matérielle-certes valeur positive-qui n'a du sens qu' en soi, qui est le but unique de notre société cache bien trop souvent un autisme spirituel. 

Un autisme qui nous empèche de dialoguer, de vivre ensemble, d'avoir un discours raisonnable sur ma culture et la culture de l'autre.

Quelles sont les communautés chrétiennes fidèles à leur vocation ? Il n' y a pas d' autre moyen que de mesurer leur " fertilité " !  " Croissez et multipliez " : cela s' applique aussi aux vocations spirituelles...

La vocation ce n' est pas reproduire des gestes, reproduire mon miroir narcissique, la vocation c' est de multiplier ma réponse.

Multiplier mon oui que je prononce avec l' autre. Multiplier ma fidélité, transmettte l' amour qui m' a été donné. La vocation est fertile. Elle est restauration et transmission de l' Amour.

Une communauté ou une église qui se vide est un signe de rébellion à l' Amour. Comme dans la parabole du Bon Samaritain, le Christ a besoin d' être soigné,  accueilli, restauré. Je ne vais pas à l' église d'abord pour être soigné, accueilli, restauré ( tant mieux si je le suis ), mais pour soigner, accueillir et soigner l' Amour qui est méconnu. 

Comment mon pays le soigne-t-il ?  Je pense que la France l' aime ( je ne suis pas pessimiste ) ; mais elle est souvent trop occupée à se distraire pour fuir ses inquiétudes présentes...

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 19:59

Aujourd' hui nous fêtons:

Sainte Valérie de Limoges, martyre du IIIème siècle, fille spirituelle de Saint Martial.

Saint Victor, évêque de Plaisance ( 300-375 ), fils spirituel de Saint Ambroise.

Saint Pierre Fourrier, jésuite lorrain ( 1565-1640 ).

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 02:06

Je veux chanter l' Immaculée

Anges ravis de sa splendeur,

Inspirez-moi l' hymne sacrée

Qui de mon coeur monte à son coeur.

Debout chrétiens ! Saluons notre Mère

Dans un élan d' espérance et de foi.

Et poussons tous ce cri d'amour sincère:

Je suis à Dieu, je suis à Toi !

Repost 0
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 00:57

L' ORDRE NATUREL est celui dans lequel Dieu communique à ses créatures l' ETRE. Dans cet ordre, Dieu est la loi éternelle et la fin de l' univers entier.

 

 

L' ORDRE DE LA GRACE est celui dans lequel Dieu communique à la créature spirituelle sa VIE INTIME. Il la rend participante de sa propre nature.

Ainsi l' homme est fait pour Dieu, et par grâce il est fait pour l' intimité de Dieu.

 

L' ORDRE HYPOSTATIQUE est celui dans lequel le Verbe de Dieu s' unit personnellement à une nature humaine dans le sein de la Très Sainte Vierge Marie et restaure ainsi par la rédemption l' ordre naturel blessé par le péché originel.

 

La Sainte Vierge Marie est véritablement Mère de Dieu, parce qu' elle est vraiment Mère d' un Fils qui est vraiment Dieu, Jésus-Christ. Prédestinée à être la Mère du Fils de Dieu, elle est la TOUTE PURE. 

 

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 00:28

 l' Immaculée Conception est non marquée par le péché originel. Elle est le contraire du péché. Elle écrase la tête du serpent.

 

Le dogme de l' Immaculée Conception ( Pie IX, 8 décembre 1854 ) est venu couronner une longue tradition millénaire. Déjà dans les Eglises d' Orient, la Mère de Dieu est invoquée comme la Très Pure, l' Immaculée, la Beauté de l' Innocence, etc...A partir du XIème siècle en Occident les chrétiens se sont de plus en plus tournés vers elle.

Au Moyen-Age, le franciscain écossais Jean Duns Scot avait eu l' intuition que la rédemption de la Vierge était prédestinée pour la venue du Sauveur son Fils. En 1476, le calendrier romain étendit  cette dévotion à l' Eglise Universelle lors de la fête de la Conception de Marie. Les franciscains se sont toujours mis sous son patronage.

au XIXème siècle, les apparitions à  Sainte Catherine Labouré à Paris, puis à Sainte Bernadette à Lourdes permirent à l' Eglise de diffuser son message encore plus profondément.

 

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 16:48

Michel Onfray est un esthète athée, avec une détestation particulière pour le christianisme. C'est son droit. C'est un homme raffiné avec des choix esthétiques qu' il voudraient jubilatoires. Toujours jouir, jouir...Pourquoi pas, mais de quoi ?

Il y a un hic :  un grand  " sur moi "  chrétien nous empêche de jouir sans entraves, comme on disait en 1968 !

Maintenant  Michel Onfray, après son traité d' athéologie de l' année dernière, est invité par le Figaro à répandre ses idées, en particulier celle de l' eugénisme prétendument libertaire,  les temps changent ! (1)

 

 

 

Je suis d'accord avec lui lorsqu' il affirme : " Toute relation à autrui est médiatisée par une passion et l' on n' échappe pas, dans l' hypothèse d' une morale nouvelle, à une pathétique singulière "

 

Cela me fait sourire, on dirait du langage chrétien des premiers siècles ! La Passion du Christ comme base d' un nouveau lien entre les hommes ( anciennement païens ) est VRAIMENT singulière.

 

Mais non, Onfray utilise ce langage CONTRE le message chrétien:  " Le temps est venu d' en finir avec la BARBARIE qui consiste à éradiquer purement et simplement les passions partout où elles se trouvent pour vider l' homme de sa substance et le transformer en cadavre avant l' heure ". Je suis  d' accord sur le sens de cette phrase car le christianisme ne vise pas du tout à éteindre les passions au contraire, mais à les TRANSFORMER en amour, dans l' Amour .

 

Je suis moins d' accord sur l' expression trop violente de sa phrase : En effet, comment en finir ? en baillonnant les barbares ? en les réduisant à des non-citoyens ? Il y a toujours de la violence sous-jacente chez les utopistes moralistes .Je me dis  donc qu' il vise des néo-stoïciens ou bien des adeptes du  " zen " soft si à la mode aujourd' hui qui en effet se méfient de l' amour, des passions et aspirent au grand néant ?

 

Eh bien non, pour lui les barbares, ce sont les chrétiens !  Beau renversement des valeurs...Notre nouveau Julien l' Apostat , tire une phrase de son contexte PERINDE AC CADAVER ( la devise d' obéïssance au pape des Jésuites ) pour en faire le commandement numéro un des chrétiens...Belle malhonnêteté ! Qui a parlé des sépulcres blanchis ? Qui a dit laissons les morts enterrer leurs morts ?

 

Mais Onfray prétend l' ignorer, et fait du christianisme un simple message stoïque au mieux, au pire un message suicidaire.  Beau racourci ! A sa décharge il  parle aussi  dans la suite de son texte "des" éthiques du renoncement. Donc les chrétiens, principaux visés, partageraient  le même sort que les philosophes orientaux, merci ! Pour eux, pour nous: un seul destin: EN FINIR... on entrevoit la mort lente qui nous serait réservée !

 

Eugène Delacroix, Dante et Virgile aux enfers, 1822

 

Une conclusion pour lui donc : " Tout est acceptable qui procure de la jouissance " dans une perspective sélective et  " aristocratique " de la jouissance qui serait la seule " éthique " limitant notre barbarie. Oui quand même, il ne faudrait pas réveiller les tréfonds de la jouissance que le XXème siècle passé a expérimentés dans les camps d' extermination par exemple...Alors après avoir taté de la sélection, il s' aventure sur le terrain de l' utilitarisme au sens anglo-saxon: Finalement c' est mon intérêt qui prime et je mets en balance la somme des plaisirs face à celle des souffrances...Bon rien que du bon sens, la montagne accouche d' une souris ! Mais baser l' éthique sur mon seul intérêt,  quel intérêt finalement ?

 

Alors notre auteur se ressaisit devant cette petite souris, et déclare : " le principe sélectif d'une éthique exigeante est LE  SUBLIME " c'est à dire la sculpture alchimiste de soi ( quel soi ?) pour transformer ses propres énergies ".  Après l' utilitarisme, nous voilà dans la physique et la dynamique énergétique. C'est fort sympathique et je ne suis pas contre; mais Onfray s' arrête en chemin...L' éthique, après avoir parlé d' utilitarisme, pour lui c'est l' unanimité, la souveraineté de " l' empire triomphant dans la majesté d' une énergie qui rayonne "...

 

Bref ces comparaisons solaires, vaguement nietzschéennes ( lui au moins était un poète, en plus d' être un philosophe ) ne me réchauffent pas, au contraire elles me glacent ! L' unanimité, les foules enthousiastes tendues vers le même but, ça ne vous rappelle pas quelque chose ? 

 

Pire: " Plus le général est induit par un particulier, plus on peut dire sublime le premier moteur " J'espère que ce " particulier " serait sage et raisonnable au moins, sinon quels lendemains qui chantent nous seraient promis par Michel Onfray, sans jeu de mot : quels bruits de moteur, pour ce principe premier ?

 

Et notre hédoniste superficiel de nous prévenir : le chrétien est  " pareil au cadavre, impassible, bienveillant ( mot honni par lui ), neutre devant l' immonde ".

 

 Lorsque l' on connaît l' histoire chrétienne on ne peut que RIRE devant ces syllogismes. Le point de départ étant que l'amour du prochain est impossible pour Onfray, car masquant une forme hypostasiée de soi...Alors où est l' économie hédoniste ?  

 

 

 

Et voilà l' accusation : le chrétien est neutre devant l' immonde ( on sait ce que mot signifie pour nos contemporains occidentaux), bref il s' en faut de peu que le chrétien  ne soit un collaborateur de l' immonde sinon l' immonde lui-même !

 

Mais Onfray a un peu compris les leçons du XXème siècle tout de même. Faudrait-il tuer, violer, pratiquer la loi du talion vis-à-vis des chrétiens ? Non, simplement une seule attitude est envisageable par lui : LE MEPRIS !

 

Voilà comment avec un philosophe ( amant de la sagesse n'est-ce pas ?) sous couvert de plaisir, enseigne le mépris, le non-dialogue....Heureusement que le XXème siècle l'a arrêté en chemin, sinon jusqu' où irait-il ?

Personne n' oblige personne à être chrétien... UNE  SEULE  REACTION  VITALE oui vitale, après une telle lecture : LE   RIRE !!!!

 

 

Toutes ces citations sont tirées de Michel Onfray : " La sculpture de soi " Ed Grasset, 1993

(1) Le Figaro du 7 décembre 2006

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 04:30
Saint Ambroise, Des Sacrements, Livre IV : " Nous rappelant donc sa très glorieuse Passion, sa Résurrection des enfers et son Ascension au Ciel, nous t' offrons cette hostie sans tache, cette hostie spirituelle, cette hostie non sanglante, ce pain sacré et le calice de la vie éternelle, et nous te demandons et te prions d' accepter cette oblation par les mains de tes anges sur ton autel d' en-haut comme tu as daigné accepter les dons de ton serviteur le juste Abel, le sacrifice de notre père Abraham et celui que t' a offert le grand prêtre Melchisedech ".
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 03:35

Saint Ambroise ( 339-397), patron de Milan et de la Lombardie, patron des apiculteurs. Saint de l' Eglise catholique et de l' Eglise orthodoxe.

Issu d' une famille sénatoriale et fils d' un  fonctionnaire chrétien envoyé par Constantin à Trèves ( aujourd' hui en Allemagne) comme préfet des Gaules, la légende veut qu' à son berceau une abeille s' échappa de sa bouche, y laissant du miel comme présage de ses futures prédications.

A la mort de son père, il fit des études de droit et de rhétorique à Rome. Il se trouvait à Milan à la mort de l' évêque du lieu en 374, et le peuple ( c'était la coutume à l' époque) acclama le docte fonctionnaire, préfet consulaire, pour qu' il accepte la charge épiscopale, et lutte contre l' arianisme, encore très présent en Lombardie.

Il se dédia toute sa vie à sa tâche, dans la ligne du CONCILE DE NICEE. Il eut pour disciple le futur Saint Augustin et organisa la vie de l' Eglise locale, convertit les populations, et surtout  défendit la liberté de l' Eglise par rapport au pouvoir " laïc ". Ainsi lorsque l' empereur Théodose réprima sauvagement une révolte en Thessalonique, il lui imposa une longue pénitence publique.

Ces écrits ( sur la Foi, le Saint Esprit, l' Ancien Testament, etc...) et son action liturgique ( le rite ambrosien et les Hymnes Latins) et pastorale sont à la base du christianisme fondateur de cette époque. Il est un modèle pour les évêques de tous les temps. Il mourut la nuit de Pâques.   

www.jesusmarie.com/vies_de_saint_ambroise.html

Repost 0
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 01:01

 Aujourd' hui c'est la Saint Nicolas, évêque de Myre . Dans les pays d' Europe centrale, en Allemagne, en Alsace, en Lorraine et dans les pays Flamands les enfants reçoivent des cadeaux .

 Dans les Eglises d' Orient Saint Nicolas protège les foyers. Donc ayons une pensée particulière pour nos enfants et nos familles...

Repost 0