Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 18:46

   Il y a quarante ans, le samedi 17 décembre 1966,  voici ce que François Mauriac ( 1885-1970 ) écrivait dans son "Bloc-notes " à la suite d' un commentaire sur le "Paysan de la Garonne" de Jacques Maritain ( 1882-1973 ) qui s' inquiétait du néo-modernisme.

" Jamais la foi ne nous a paru si menacée qu' aujourd' hui parce que trop de ceux qui ont reçu le dépôt hésitent, détournent les yeux, soulèvent les épaules, branlent la tête, et non pas sur un petit nombre de points controversés, mais tout au long d'une immense frontière, qui embrasse l'apologétique et l'exégèse.

...C' est pourquoi tout scribe versé dans ce qui regarde le Royaume des Cieux ressemble à un père de famille qui tire de son trésor des CHOSES NOUVELLES et des CHOSES ANCIENNES...

Ce texte de Saint Matthieu prend aujourd' hui une signification singulière. Quelles sont ces CHOSES NOUVELLES ? Et les ANCIENNES, les rejetterons-nous ?

Non, puisqu' elles font partie du trésor, puisqu' elles le constituent.

Quant aux CHOSES NOUVELLES, elles S' Y TROUVAIENT DEJA, puisque le père de famille les y découvre, mais il les détenait sans les connaître.

Je m' interromps, en songeant qu' il est fou de s' interroger sur ces choses qui n' intéressent plus personne..."

Je trouve ce texte bien moderne: ce qui est nouveau dans la Foi c' est ce que nous avons déjà, mais que nous ne connaissons pas encore, et qu' il nous faut REDECOUVRIR...

Sinon la nouveauté n' est qu' artifice. La Révélation est close. La Foi est transmission.On ne transmet plus lorsqu' on laisse mourir ce dépôt, on la fait vivre lorsqu' on communique ce trésor que nous avons reçu ...

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 00:05

 Sainte Chrétienne, ou Christiane de Géorgie, appelée Nino en géorgien, Nina en russe, Nouné en arménien ( sans doute venant du mot nonna, nonne ) est fêtée aujourd' hui dans l' Eglise latine et le 14 janvier dans les Eglises orthodoxes et dans l'  Eglise orthodoxe géorgienne dont elle fut l' apôtre.

 

Sa vie nous est connue par les écrits de Rufin d' Aquilée en 395 ( Histoire ecclésiastique), et elle a été remise à l' honneur par le martyrologue romain au XVIème siècle.

Probablement née en Cappadoce, foyer du christianisme de cette époque ( aujourd' hui presque totalement disparu car situé en Turquie orientale ) il semble qu' elle ait vécu ensuite en Terre Sainte où elle s'est familiarisée avec les lieux saints et l' Ecriture au contact de l' Eglise et de ses monastères. Enlevée, elle devint esclave en Ibérie ( partie intérieure de la Géorgie actuelle ) et prit la fuite.

 En plus du grec, elle parlait l' araméen ce qui lui permettait de communiquer avec des femmes juives vivant en Ibérie et en Colchide qui lui servirent au début d' interprètes. Sa beauté, son instruction et sa foi chrétienne la firent introduire à la cour du roi païen Mirian où elle conquit l' amitié de la reine qu' elle guérit de la maladie.

Le roi voulant la récompenser, elle lui dit préférer sa conversion. La pression des Perses zoroastriens aux frontières de l' Est et des tribus de la steppe au delà des monts du Caucase était aussi un argument politique en faveur de la conversion du royaume. Il fit donc demander à Constantinople*, où le christianisme était récemment libéré, de lui envoyer un évêque en 337. Celui-ci, l' évêque Jean accompagné de prêtres et de diacres, constata que l' évangélisation du royaume avait déjà commencé.

 Le roi se fit baptiser et c' est ainsi que la Géorgie fut le deuxième royaume du Caucase, après l' Arménie à devenir chrétien. Cependant dans les siècles à venir, déchirée entre Byzance et la Perse, la Géorgie dut subir à plusieurs reprises l' invasion des Perses sassanides puis des musulmans qui imposèrent des conversions forcées, des massacres et le paiement de lourds tributs en signe de soumission. Les Mongols ne furent pas en reste, puis Tamerlan et enfin les Turcs et à nouveau les Perses... mais la population contrairement à certains de ses rois réussit à sauvegarder sa foi. 

 

 

Sainte Chrétienne, ou Nino, fit construire des églises puis se retira dans la région de Bobdé en Kakhétie où un monastère fut fondé ( ses reliques y  sont toujours vénérées à l' église Saint-Georges ). A Mzékheta ou Mtskheta ancienne capitale royale ( à 24km à l' Ouest de l' actuelle Tbilissi ) une chapelle construite peu après sa mort rappelle le baptême de la Géorgie.

 

Le pape Jean-Paul II a visité Tbilissi et Mtskheta le 8 et 9 novembre 1999. Plus de la moitié de la population est fidèle à la foi orthodoxe de l' Eglise autocéphale géorgienne, le reste étant marqué par l' athéisme des années soviétiques; mais il y a aussi une petite minorité arménienne, une minorité orthodoxe russe et 2% ( soit 50 000 baptisés ) de catholiques. Le protestantisme, surtout baptiste sous  influence américaine, commence à s' installer aussi. Enfin 20% de la population se déclarent musulmans...

            Egise Saint-Georges où sont vénérées les reliques de la sainte de Géorgie.

 

*Constantinople était l' héritière de Rome qui avait conclu en 55 avant JC un traité instituant une lointaine vassalité sur la Colchide et l' Ibérie.

 

Pendant la révolution française, en Moselle un couple sans enfant M. et Mme de Méjanès fonda une congrégation des " Soeurs de l' Enfance de Jésus et de Marie " sous le patronage de Sainte Chrétienne de Géorgie. L' évêque de Metz en 1807 lui donna des statuts dans un esprit ignatien pour soigner et éduquer. Ces Soeurs de Sainte-Chrétienne exercent encore aujourd' hui  dans plusieurs pays du monde leur service dans des activités sociales, éducatives et de soins. Elles ont réorienté leur charisme après le Concile de Vatican II vers une priorité de justice sociale.

Repost 0
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 07:12

A Poitiers, on fête Saint Venance Fortunat, mort vers 607. Troubadour né près de Ravenne en Italie, il fut ordonné prêtre après un pélerinage pour guérir d' une ophtalmie à Saint Martin, et devint évêque de Poitiers. Il composa de nombreux poèmes et des hymnes ( Pange Lingua...). On lui doit le Vexilla Regis de la Semaine Sainte composé lors de la translation des reliques de la Sainte Croix offertes par l' empereur Justinien II et l' impératrice Sophie à la reine Sainte Radegonde, veuve de Clotaire, retirée dans son couvent près de Poitiers.

Vexilla regis prodeunt

Fulget crucis mysterium,

Qua vita mortem pertulit

Et morte vitam protulit.

 

Les étendards du Roi s' avancent

Le mystère de la Croix resplendit

Par laquelle la vie a souffert la mort

Et par laquelle la mort a rendu la vie.

( Dans la version originale, ces deux derniers vers étaient : Quo carne carnis conditor, suspendus est patibulo = là où pend dans sa chair le Créateur de la chair. )

 

Quae vulnerata lanceae

Mucrone, diro, criminum

Ut nos lavaret sordibus,

Manavit unda et sanguine.

( Avant Urbain VIII : Quo vulneratus insuper mucrone diro lanceae, ut nos lavaret crimine manavit unda et sanguine = Achevé là par la terrible pointe d' une lance, il perdit l'eau et le sang, afin de nous laver de notre crime. )

Impleta sunt quae concinit

David fideli carmine,

Dicens in nationibus

Regnavit a ligno Deus.

 

Voici qu' est accompli ce que chantait

Dans ses vers fidèles

David qui proclama devant les nations :

Dieu a régné par le bois.

 

Arbor decora et fulgida

Ornata regis purpura

Electa digno stipite

Tam sancta membra tangere.

 

Arbre noble et resplendissant

Que pare la pourpre du Roi,

Il est choisi comme potence

Que touche des membres sacrés.

 

Beata cujus brachiis

Pretium pependit saeculi,

Statera facta corporis

Tulitque praedam tartari.

 

Bienheureux arbre dont les bras

soutiennent la rançon des siècles,

En échange de ce corps,

L' enfer a été dépouillé.

 

 

O crux ave, spes unica

In hac triumphi gloria ( pendant l'exaltation de la Croix ), ou

Hoc passionis tempore, ( pendant la Passion ) mundi solus et gloria.

Auge piis justitiam

Reisque dele crimina

 

Te, fons salutis, Trinitas,

Collaudet omnis spiritus :

Quibus crucis victoriam

Largiris adde praemium.

( ou : Quos per crucis mysterium, salvas, rege per saecula. )

Amen.

 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 06:13

 On fête aujourd' hui dans l' ancien calendrier Saint Arsène,  né à Rome en 354 dans une famille chrétienne. Il reçut une éducation soignée, parlait latin et grec, et fut ordonné diacre par le pape Saint Damase. Lorsqu' il eut 29 ans, l' empereur d' Orient Théodose ( 379-395 ) l' appela à Constantinople pour l' éducation de ses fils. Mais il finit par tout quitter au bout de quelques années préférant la solitude du désert de Scété près d' Alexandrie où il mena une vie de moine anachorète et mourut en 449. Il avait le don des larmes.

Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-4857297.html

Il est particulièrement révéré par l' Eglise copte et les Eglises orientales. Fêté le 19 juillet dans le nouveau calendrier.

Lien : http://www.coptic.net/EncyclopediaCoptica

Saint Nicaise martyr, évêque de Reims, fut décapité par les envahisseurs Vandales adeptes de l' arianisme en 407 avec sa soeur Eutrope sur le seuil de sa cathédrale.

Repost 0
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 05:39

" Jésus-Christ est très peu connu de ceux qui se croient ses amis, car nous les voyons rechercher en lui non ses amertumes, mais leur propre consolation. "

 

" Quand vous vous arrêtez à quelque chose, vous cessez de vous abandonner au TOUT, car pour venir du TOUT au TOUT il faut se renoncer du TOUT au TOUT;  et quand vous viendrez à avoir TOUT, il faut l' avoir sans rien vouloir, car si vous vous voulez avoir quelque chose en TOUT vous n' avez pas purement en Dieu votre trésor. "

 

" Pour parvenir à l' union d' amour mystique avec Dieu, l' âme doit suivre la voie du dépouillement absolu. "

 

 

 " O flamme vive d' amour

Qui tendrement blesse

Mon âme dans son centre le plus profond,

Puisque tu n' es plus rétive -

Si tu le veux bien -

Achève donc !

Romps la toile de cette douce rencontre ! "

 

" L' inquiétude est toujours vanité. "

" Au soir de cette vie, vous serez jugés sur l' Amour. "

www.ocarm.org

 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 05:06

 Saint Jean de la Croix ( Juan de Yelpes ) naquit en 1542 en Vieille Castille, fils d' un marchand de soie qu' il perdit à l' âge de deux ans, et dont la mort plongea la famille dans la pauvreté. Il devint apprenti charpentier, sculpteur sur bois puis étudia chez les jésuites, et fut infirmier pour payer ses études. Il entra chez les Frères de la Vierge, où il prit le nom de frère Jean de Saint Matthias. Il poursuivit ses études de théologie et de philosophie à Salamanque et reçut l' ordination sacerdotale en 1568.

Il avait rencontré un an auparavant Sainte Thérèse d' Avila qui menait dans la difficulté et les oppositions les fondations de carmels revenant à la règle primitive des carmes déchaux. Il devint Jean de la Croix et avec des compagnons à Duruelo vécut une vie de prédication. Il dirigea les carmélites d' Avila de 1572 à 1577, mais finit par rencontrer l' hostilité des carmes mitigés. Il fut enlevé et enfermé en décembre 1577 dans un cachot au monastère de Tolède, où il composa les Cantiques spirituels, puis réussit à s' échapper au bout de neuf mois et à trouver refuge auprès de ses soeurs carmélites déchaussées.

Il fonda le collège carme de Baeza, et devint prieur du carmel de Grenade après la mort de son amie Sainte Thérèse d' Avila en 1582. il fut élu vicaire général de l' Ordre en Andalousie en 1585 et prieur de Ségovie. Mais en 1591 il fut écarté par les autorités ecclésiastiques effrayées par son mysticisme et renvoyé au couvent des carmes déchaux d' Ubeda où il mourut malade dans la nuit du 13 au 14 décembre 1591 à 49 ans entouré de ses frères qui lui lisaient le Cantique des cantiques. Canonisé en 1726, il fut déclaré Docteur de l' Eglise par Pie XI en 1926.

Il est l' auteur de la Montée du carmel, la Nuit obscure, les Cantiques spirituels, la Vive flamme d'amour

www.carmel.asso.fr

Repost 0
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 04:13

Les expressions comme le trip, le kif, cachent bien souvent la misère des paradis artificiels dus à la drogue ou à des habitudes toxiques, et par extension à la recherche d' excitation pour échapper à la souffrance d' ici-bas, et accéder à un état, un lieu prétendument d' élection.

Faire des expériences, expression qui était  naguère réservée au vocabulaire scientifique, cache souvent maintenant la tentation désespérée de certains d'  " explorer " leurs limites, en fait de mettre en jeu leur instinct de vie, de jouer à la roulette russe en consommant des drogues qui contrairement à la promesse de recevoir du plaisir ou de la force, conduisent à la destruction de soi, à la violence et finalement à la mort prématurée.

Le désespoir instillé par la censure moderne sur tout ce qui concerne le christianisme ou toute recherche philosophique mettant en cause l' athéisme ou l' agnosticisme d' aujourd' hui pousse beaucoup de jeunes gens au suicide. Seul l' islam simplificateur figuré uniquement dans nos médias dans ses dérives suicidaires ( le terrorisme ) trouve grâce aux yeux des puissants d' aujourd' hui car il illustre selon eux LA religion : voyez disent nos médias, TOUTES les religions sont irrationnelles et poussent à la guerre ou à la mort.

Une seule issue pour nos puissants est offerte aux masses obéissantes : la recherche de la satisfaction matérielle dans une égalité indifférenciée qui ne remette pas en cause leur pouvoir. Aux autres: le suicide ou l' ostracisme.

 

Certes le progrès matériel est un moteur puissant de vie. Mais il n' en est ni le  principe ni le but.

Le progrès de la connaissance n' est pas au service unique du progrès matériel.

La connaissance de l' autre, de soi passe par des relations initiés par un regard sur soi, sur l' autre.

La connaissance est d' abord un regard, la CONTEMPLATION est un mode de connaissance ( theoria en grec ), d' expérience.

La contemplation se rattache donc à la philosophie.

Dans la religion chrétienne, la contemplation concerne la vision de Dieu.

Déjà chez PLATON ( Phèdre, la Banquet ) ou chez ARISTOTE ( Ethique à Nicomaque ) la contemplation  comme intuition intellectuelle est un outil de la philosophie, ou même le but ultime. Contempler est un chemin et un but.

 

Chez le chrétien, la contemplation des objets les plus divins, des concepts de l' Amour de Dieu et de son action dans notre vie se traduit par un état de BONHEUR qui est beaucoup plus prometteur que le néant, le rien des athées ou du néo-zen. Sans parler du suicide dû au " kif", ou aux " trips " des substances toxiques largement offertes  et diffusées pour éliminer une partie de la jeunesse.

 

Le drame du mal c' est qu' il se déguise sous l' apparence de la jeunesse, alors qu' il est vieux comme le monde. Lorsque le monde se laisse aller à ses séductions, les premiers qui en souffrent ce sont les forces vives que le monde jaloux de sa finitude veut détruire. Au lieu d' élever la jeunesse à l' amour, on la détruit, car le monde a peur de la jeunesse et de ses capacités d' amour.

 

  " J' irai vers l' autel de Dieu qui réjouit ma jeunesse ". La jeunesse est éternelle lorsqu' elle est le moteur de l' amour et muée par lui . A la fois outil et but, instrument et  stade suprême. C' est pourquoi le désespoir est un instrument du mal pour empécher l' amour et en premier lieu l' amour divin.

Chez Saint Augustin, la contemplation est la relation, le rapport le plus intime, le mode le plus proche de la relation avec Dieu.

Elle provoque la béatitude, la lumière. Ainsi les icônes, les images saintes diffusent la lumière de Dieu. Ainsi la prière qui est un mode de relation à Dieu permet d' accéder à une illumination intuitive intérieure. Ainsi la recherche philosophique aboutit à la connaissance, à un regard de Dieu.

Cette contemplation que l' on constate chez les saints- qui sont comme des modèles, c 'est-à-dire des balises qui indiquent un chemin ou transmettent au-delà des âges leur expérience- se traduit par une pratique.

Cette pratique ( la réalité de l' acte de contempler ) prescrit de méditer et de prier dans l' amour, par amour, pour l' amour.

Ainsi la contemplation pour un chrétien est d' abord acte d' amour ( qui se traduit par l' amour de soi et du prochain comme Jésus nous l'a prescrit et enseigné dans l' amour du Père ).

La prière pour soi comme simple mécanique n' a aucun intérêt pour un chrétien. C' est une technique morte. Comme une drogue pour accéder à une fausse béatitude détruit, la prière sans amour  assèche. Mais la technique de la prière pour accéder à l' amour est un premier palier.

Les grecs liaient la bios theoretikos et la bios praktikos, la théorie et la pratique, l' otium et le negotium des latins,  toutes notions souvent défigurées aujourd' hui lorsqu' on met l' accent sur l' un au DETRIMENT de l' autre. Naguère il était à la mode de privilégier la praxis sociale pour se libérer soi-disant. De quoi ? Non pas de la pauvreté ou de l' injustice, mais finalement de  l' amour...C'est-à-dire l' instrument et le but même de la contemplation divine.

 

Enfin en conclusion, cette contemplation de Dieu et cette contemplation par et pour Dieu abolit la différence entre l' infini et le fini. Là il faudrait réléchir sur la Trinité et j' en suis peu capable pour l' instant tellement ce mystère est INFINI, énorme, fécond, insondable ! Je n'ai pas de mot... Mais je peux discerner que lorsqu' un saint ou un chrétien avancé dans l'amour est en contemplation, en relation vraiment intime avec Dieu, alors il ECHAPPE à sa limitation...Comme nous sommes loin du " trip " défini plus haut !

 Il échappe à sa subjectivité, l' âme se fond en l' Amour de Dieu et atteint une vision synoptique de la Vérité.

 La vision synoptique c' est le regard d' une seule âme ( privilégiée donc choisie par la grâce de Dieu ) qui atteint tout un ensemble des parties du mystère de Dieu. Cette vision que ce saint ou cette sainte expérimente comme être unique  est transmise au sein de l' Eglise. Elle nous dit : voyez ce philosophe, cette paysanne, ce soldat, cette mère de famille, cet enfant ont pu entrevoir la béatitude dans leur vie de telle et telle manière, dans telle et telle circonstance, et des personnes AUJOURD' HUI continuent d 'entretenir des relations avec le TOUT.

Il y a des chemins de l' âme plus intellectuels et d' autres plus affectifs. A chaque époque des exemples de vie, de témoignages sont donnés. Comme tout cela est infiniment plus fécond que les faux paradis achetables, vendables consommables et meurtriers que le monde d' aujourd' hui distribue à sa jeunesse pour l' empécher d' aimer ! 

 

 

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 03:05

  Sainte Odile, ou Ottilia ( morte le 13 décembre 720 ) était la fille du duc Adalric ( ou Aldéric ) d' Alsace. Née aveugle elle aurait retrouvé la vue lors de son baptême à l' abbaye de Beaume-les-Dames. Son père au départ violemment hostile à sa vocation se laissa fléchir et fonda pour elle l' abbaye bénédictine de Hohenbourg ( aujourd' hui Mont-Sainte-Odile ou Odilienberg ) dont elle devint l' abbesse. Elle était fort instruite et attentive au sort des malades et des pauvres. Elle fit construire un hôpital et une autre abbaye. Elle est particulièrement vénérée dans les pays de langue germanique, notamment à Munich, à Meissen, en Autriche et en Alsace dont elle est la patronne  ainsi que dans les régions où le monachisme bénédictin s' est étendu.  

Repost 0
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 02:48

 Sainte Lucie, morte martyre le 13 décembre 304 est l' une des sept femmes mentionnées au Canon Romain ( Saint Grégoire le Grand ). Dès 384 un église lui est consacrée ( à Ravenne ) et des épigraphes écrits peu après sa mort attestent du témoignage de sa foi . Sa vie est mentionnée dans la Passion latine ainsi que dans le plus ancien Martyrion grec. Saint Jean Damascène a composé un office en son honneur dans la liturgie grecque. Saint Anselme, Saint Léon le Grand, Sainte Catherine de Sienne avaient une dévotion particulière à son égard. Saint Thomas d' Aquin la cite dans la Somme théologique. Elle est particulièrment vénérée en Suède aujourd' hui luthérienne ainsi que dans de nombreux pays dont l' Italie.

C' est après s'être rendue sur le martyrium de sainte Agathe de Catane qu'elle se consacra à la virginité.

Repost 0
12 décembre 2006 2 12 /12 /décembre /2006 09:05
Aujourd' hui : Saint Corentin de Quimper, ermite Vème siècle, saints Epimaque et Alexandre, martyrs du IIIème siècle en Egypte, Saint Spiridion, évêque IV ème siècle, Notre Dame de Guadeloupe ( ou Guadalupe ) au Mexique...
Repost 0