Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 14:03

En Provence dans les diocèses de Fréjus et de Gap on fête Sainte Roseline ( 1263-1329 ). Fille du baron Arnaud de Villeneuve et de Sibylle de Sabran, elle était la nièce de Saint Eléazar de Sabran, qui s' occupa de son éducation à la mort de Sibylle, et de sa femme la Bienheureuse Delphine de Sabran.

Elle devint religieuse à la chartreuse de Bertaud près de Gap, puis prieure de la chartreuse de Celle-Roubaud ( ancienne abbaye bénédictine dédiée à Sainte Catherine ) dans la paroisse des Arcs près de Fréjus, à la suite de sa tante Jeanne de Villeneuve. Elle était la dirigée du pape Jean XXII résidant à Avignon, ancien évêque de Fréjus.

Son frère templier Hélion de Villeneuve Grand-Maître de l' Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem de retour des croisades fut un grand bienfaiteur du monastère et y fit construire une église  consacrée par leur frère Eléazar, évêque de Digne. Roseline mourut le 17 janvier 1329 et son frère Hélion la fit enterrer dans l' église de la chartreuse où des miracles furent constatés.

Comme Sainte Rose de Viterbe on raconte qu' elle fut à l' origine d' un prodige " floral ". Allant jeune fille apporter de la nourriture aux pauvres, elle fut questionnée par son père lui demandant où elle se rendait.  Elle ouvrit son tablier et son père y découvrit alors des roses. Cette légende permet de comprendre que par rapport à d' autres hagiographies de saintes ( comme par exemple Sainte Barbe ou Barbara) les rapports familiaux ( en particulier père-fille ) ont évolué.

Son corps repose dans une châsse à la chapelle Sainte-Roseline de l' abbaye de Celle-Roubaud ( construite en 1038 ) aujourd' hui propriété privée. La chapelle est ouverte au public certains jours de la semaine et pour des pélerinages cinq jours par an. Elle comprend un reliquaire des yeux de la sainte et des oeuvres d'art dédiées à Sainte Roseline par Chagall, Bazaine, Giacometti, etc... 

cf lien : www.ville-lesarcs.com/histoire/SainteRoseline.htm   site de la ville des Arcs-sur-Argens avec historique

 cf lien concernant Louis XIV et le prodige des yeux de la sainte : www.coldev.org/sanctuaires/index.php?r=cons&sr=con&id=161

Repost 0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 11:57

 Saint Antoine naquit au IIIème siècle à Côme ( aujourd' hui Quams ou Qeman ) en Haute-Egypte près d' Héracléopolis dans une famille chrétienne fortunée.

 

 A vingt ans à l' appel de l' Evangile selon saint Matthieu, il vendit tous ses biens et mena une vie d' anachorète dans les grottes du  désert à 95 km à l 'ouest d' Alexandrie. Il fut assailli de terribles tentations terrestres et charnelles. C'est pourquoi il est souvent représenté avec des porcs, symboles de ces tentations. Il les vainquit en se réfugiant dans la solitude près de la Mer Rouge, mais vécut une période d'obscurité spirituelle à l' issue de laquelle il eut des visions du Christ lui offrant son secours.

Il se rendit en 311 à Alexandrie pour conforter ses frères dans la foi pendant la persécution de l' empereur Maximien Daïa.

 

 Il s' installa vers l'âge de 35 ans dans une ancienne forteresse romaine près de Pispir, aujourd' hui Der El Memoum en 313, puis près de la colline de Qolzum dans le désert de Thébaïde à 155 km au sud-est du Caire où il cultiva un potager et instruisit une foule de disciples qui fondèrent des monastères dans les grottes environnantes près du Nil.

 C' est pourquoi il est nommé patriarche du monachisme. Le monachisme existait déjà, mais saint Antoine fut un modèle pour de nombreuses laures ou monastères, et la rapide propagation des écrits de saint Athanase son contemporain et  de saint Jérôme en grec et en latin dans toute l' Eglise d' Orient et d' Occident en fit le fondateur des modalités du monachisme.

 

            Jardins du monastère Saint-Antoine en Egypte où il fonda sa thébaïde

 

Il eut la visite du moine saint Hilarion ( 292-372 ) qui fonda au début du IVème siècle le premier monastère palestinien de Gaza à Majumas Gazae ( ancienne Néapolis, aujourd' hui Al Minah ).

Il était ami de saint Athanase, évêque d' Alexandrie ( 295-373 ), qu' il aida dans son combat contre l' arianisme. Celui-ci écrivit sa vie et conserva ses écrits et ses exhortations à l' empereur Constantin. cf lien: http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-4964432.html

Il conseilla saint Paul de Thèbes ( mort en 345 ) et mourut dans les bras de ses disciples saint Macaire d' Egypte  son successeur ( mort en 391) et Athémas.

           Saint Paul de Thèbes, vêtu de palmes, et saint Antoine, icône copte décrivant les prodiges du corbeau apportant du pain au saint. Saint Paul de Thèbes fut enterré par saint Antoine sous le regard de deux lions.

 

 

 

L' iconographie représente saint Antoine avec un bâton d' ermite en forme de T, le " tau " lettre de l' alphabet grec, symbole des fins dernières. C'est aussi la lettre grecque symbolisant le  " thauma " prodige ( de guérison ).

 

En 356 à sa mort, de nombreux monastères avaient été créés, comme celui de Deir Mar Antonios ( Saint-Antoine ), près de la grotte où il mourut à Magharah au bord du Nil. La liturgie copte s' y déploie depuis 1600 ans. A l' époque des débuts de sa fondation les pélerins de la chrétienté pouvaient prier dans les églises du monastère dans plusieurs langues liturgiques ...

Ses reliques furent transférées à Alexandrie, puis à Constantinople après les invasions musulmanes. Au VIIème siècle on estimait à 200 000 le nombre des moines et des moniales en Egypte. Ils furent massacrés ou dispersés par les envahisseurs musulmans. Des milliers d' entre eux s' exilèrent dans les territoires byzantins encore chrétiens, un petit nombre resta en Egypte.

 Certaines reliques furent transportées en Occident et à Novgorod en Russie, et surtout en France au XIème siècle à Saint Antoine-en-Viennois ( Dauphiné ) où une abbaye fut construite. cf lien : http://www.saintantoinelabbaye.fr/index.html

 A l' abbaye, les bénédictins de Montmajour ( près d' Arles ) eurent la garde des reliques autour desquelles fut créé l' ordre hospitalier de Saint-Antoine regroupant des moines médecins vêtus de noir qui essaimèrent en Occident et accompagnaient le succès des ordres mendiants et des moines chevaliers. Ils soignaient aussi les pélerins qui les firent connaître partout et élevaient des cochons. IIs se  soumirent à la règle des chanoines de Saint Augustin au XIIIème siècle. L' Ordre des Antonins fut absorbé en 1775 par l' Ordre de Malte.

 Ses principales reliques sont vénérées à la cathédrale Saint-Trophime d' Arles. Pendant l' année 2006 elles ont voyagé dans différents diocèses d' Italie.

 Thaumaturge, saint Antoine était considéré au Moyen-Age comme guérisseur du mal des ardents, et protecteur du bétail, contre la rage en particulier. Il est le patron des vanniers, des tanneurs, des bouchers et charcutiers, des potiers, des arquebusiers, des hospitaliers, des fossoyeurs etc... 

 

Liens :

 http://www.adolphus.nl/xcrpts/antoinabbaye.doc   en français :  à propos des hospitaliers et des reliques.

http://www.adolphus.nl/xus/antonkunst.html.

remarquable site ( en néerlandais ) sur l' histoire et l' iconographie de Saint Antoine.

www.touregypt.net/featurestories/monasteries.htm

A propos des monastères coptes en particulier celui de Saint-Antoine près du Nil à Al Zaafarana, en anglais

www.coptic.net

Sur les débuts de l' Eglise d' Egypte, en anglais.

Il est fêté le 30 janvier dans l' Eglise copte orthodoxe, et dans l' Eglise copte catholique.

cf livre d' Ivan Gobry : " les moines en Occident, tome 1, les origines orientales " éd. François-Xavier de Guibert, Paris, 1997.

 

Vocabulaire pour comprendre le monachisme de l' Eglise primitive :

Moine : ( du grec monachos= solitaire ) A l'origine un homme vivant seul dans la continence sans femme. 

Ascète : ( venant du mot ascèse, du grec askésis=exercice ) Homme pratiquant la pénitence à la périphérie de la ville ou près d' une église pour recevoir les sacrements.

Anachorète : ( du grec anakhôrein=s' éloigner ) Celui qui se tient à l' écart, qui s' est retiré dans un lieu désert. Souvent il est relié à une laure ( grottes ou cellules dispersées ).

Ermite : ( du grec érêmos=désert ) Solitaire ou à la rigueur avec deux ou trois compagnons retiré dans un lieu à l' écart des hommes.

Vie cénobitique : ( du grec koïnos=commun; koïnobion= vie en commun ) Vie du moine se regroupant avec d' autres moines sous un même toit et sous une même règle. Saint Pacôme ( 292-346 ), jeune contemporain de saint Antoine, fut le fondateur des règles du cénobitisme. Plusieurs anachorètes s' étaient regroupés autour de lui pour suivre son enseignement au sud du désert de Thébaïde à Tabenne ( au bord du Nil ). Ayant dépassé la centaine, saint Pacôme, décidé à les maintenir sous son magistère, codifia ( en langue copte ) les usages communs sous une règle qui fut traduite par saint Jérôme. Il créa aussi une branche féminine avec sa soeur Marie comme abbesse.

Cependant dès l' origine de l' Eglise notamment en Palestine et dans le désert du Sinaï des monastères d' hommes ou de femmes avec des règles codifiant strictement le jeûne et l' abstinence avaient déjà été fondés. En Occident aussi, comme à Lyon, des monastères furent créés au début du IIIème siècle et ensuite à Rome. Le monachisme inspiré par les Pères du Désert égyptiens se répandit partout : en Gaule ( autour de saint Martin de Tours au IVème siècle ) et en Cappadoce ( autour de saint Basile ). 

                                       Vélasquez, musée du Prado , Madrid

Lien pour comprendre la spiritualité des Pères du désert d' Egypte : http://www.scourmont.be/studium/dupont/vol1/table.html

L' icône grecque en haut à gauche représentant saint Antoine date du XVIème siècle et se trouve au monastère Saint-Denis du Mont Athos.

Repost 0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 00:54

Pour remettre en perspective nos déceptions, nos désillusions et notre espérance, voici un commentaire de Mauriac dans son Bloc-notes il y a tout juste cinquante ans :

" Le royaume de Dieu n' a jamais été que quelques mesures de levain perdues dans la pâte, même aux époques où le christianisme triomphait politiquement et où César se servait de la Croix. Le monde, à aucun moment de l' histoire, n'a été, ne sera chrétien. La Croix sera toujours une folie à ses yeux et un scandale et elle l' a toujours été, même au temps du roi très chrétien. Mais le levain n' a jamais manqué au monde et ne lui manquera jamais " . 

 

C'est aussi cela mon espérance : que notre pain quotidien nous soit donné,et que le sel ne s' affadisse pas.

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 16:36
Marcel Ier fut pape en 308 et 309 et dut redonner des structures à l' Eglise après les persécutions dioclétiennes. Son attitude à l' égard des relaps, c' est-à-dire des chrétiens ayant renié leur foi par peur des massacres, nous est connue. Contrairement aux évêques d' Afrique -où la répression contre l' Eglise fut terrible- qui ne voulaient pas admettre à nouveau les renégats repentants, Saint Marcel permit leur réadmission après une période de pénitence. Sous l' empereur Maxence, dont la cruauté était moindre que celle de son prédecesseur Dioclétien, Saint Marcel fut arrêté et fouetté pour ne pas avoir sacrifié aux idoles et condamné à travailler comme palefrenier dans les écuries impériales où il mourut d' épuisement.
Repost 0
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 15:06

Dans son ouvrage : " l' illusion libérale ", le grand journaliste ultramontain Louis Veuillot ( 1813-1883 ) écrivait : " Jusqu' ici la chapelle libérale n' a point d' entrée, et semble n' être qu' une porte de sortie de la grande Eglise. L' explosion de haine continue dans le camp libéral non chrétien : elle allume au milieu du monde une sorte de fureur, non seulement contre l' Eglise, mais même contre la simple idée de Dieu. Il se manifeste une émulation générale parmi les CHEFS DES PARTIS QUI GOUVERNENT A PRESENT L' EUROPE, pour briser toute union entre l' homme et Dieu " . 

Ainsi ces débats ne datent pas d' hier. Veuillot vivait à l' époque d' Edgard Quinet qui déclarait  comme un appel au meurtre vouloir étouffer le catholicisme dans la boue.. Quant aux libéraux catholiques ennemis de Veuillot, ils croyaient bien faire en composant avec l' esprit du temps afin sans doute de ne pas plonger la France dans des divisions meurtrières qu' elle n'avait que trop connues pendant le XIXème siècle...

Ce fut bientôt aussi le début de la persécution contre les congrégations. Encore une génération et le XXème siècle allait naître -n' ayant rien retenu de 1793- avec ses athéismes triomphants et entre autres horreurs la persécution contre les chrétiens ( de la Russie léniniste au Mexique maçonnique, en passant par l' Espagne rouge puis la catastrophe hitlérienne et son racisme pseudo-scientifique et ensuite le rideau de fer et les divers goulags communistes ).

Aujourd' hui on n'a pas le droit de dire que l' Eglise a souffert et continue bien souvent de composer en particulier en Asie ( en Asie mineure ou orientale ) et en Afrique. Le dénigrement libéral est de mise en Occident. Restant sourds aux menaces concurrentes d' autres civilisations nous nous bouchons les oreilles pour ne pas entendre les clameurs, et dire bien sûr que tout va mieux dans le meilleur des mondes lorsque le message chrétien, et en particulier celui de son Eglise catholique, est nié...

Finalement la parole du Christ en agonie se comprend mieux dans ce XXème siècle que nous avons heureusement quitté. Bernanos ne disait-il pas de façon prophétique : " LA PLUS HAUTE FORME DE L' ESPéRANCE C' EST LE DéSESPOIR SURMONTé ". Louis Veuillot n' aurait pas renié le témoignage de Bernanos.

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 07:59

Rémi Fontaine dans " le livre noir des évêques de France " éd. Renaissance Catholique coll. Controverses 2006 ( 15 euros ) démontre que les évêques pour ne pas s' aliéner la société soutiennent une laïcisation effrénée de notre pays et une sécularisation de l' Eglise. Mallheureusement l' intention droite de nos évêques n' est pas mise en avant dans ce livre. Mais les résultats catastrophiques sont là...

Rémi Fontaine, né en 1956, professeur de philosophie est l' auteur d'ouvrages sur le scoutisme dont " l' âme du scoutisme " éd . de Paris ( 15 euros ), " Riaumont, citadelle de l' espérance, la vie et l' oeuvre du Père Revet " éd. Elor 1991.

Il est l' auteur de " la laïcité dans tous ses débats " éd. de Paris 2004

liens : www.renaissancecatholique.org

www.laporterie.com/acatalog/index.html

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 19:45

                                   Fresque romane, église de Brinay

" Sa mère dit à ceux qui  servaient : faites ce qu' il vous dira ".

S Jean, II

Repost 0
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 05:06

l' Eglise catholique fête le 13 janvier du calendrier grégorien et les Eglises orthodoxes le 13 janvier du calendrier julien les saints Hermile et Stratonique de Singidon ( l' actuelle Belgrade ) en Haute Mysie. En 315,  Saint Hermile ( ou Hermyle ) jeune diacre fut condamné, après avoir été torturé, à être noyé dans le Danube. Son ami Stratonique confessa alors lui aussi sa foi aux autorités romaines et fut jeté aux flots. Les deux amis subirent le baptême du martyre à la même date que celle du baptême de Jésus.

 

Kiev église Sainte-Sophie XIème siècle, fresque représentant Saint Hermile

 

Prions pour la Serbie contre laquelle les forces anti-chrétiennes se déchaînent !

Repost 0
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 03:27

Commémoration dans l' ancien calendrier du baptême de NSJC.

                                           icône arménienne XIIIème siècle

.

 Je suis chrétien, voilà ma gloire,

Mon espérance et mon soutien,

Mon chant d' amour et de victoire :

Je suis chrétien, je suis chrétien.

 

Je suis chrétien, l' eau du baptême

Lava mon âme, y mit la foi :

Je fus marqué du sceau suprême,

La grâce vit et règne en moi.

 

Je suis chrétien, je suis le temple

Du Saint-Esprit, du Dieu d' Amour

Celui que tout le ciel contemple

En moi veut faire son séjour.

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 05:03

Vous avez encore dix jours pour aller voir la magnifique exposition des oeuvres du peintre Maurice Denis ( 1870-1943 ) au musée d' Orsay à Paris que j' ai vue hier. La poésie délicate de ce Nabi s' inspire souvent des thématiques chrétiennes, d' une incarnation simple des mystères du Christ dans la vie de tous les jours. Couleurs irisées, mouvements légers s' accordent pour nous faire méditer vers l' envol de la foi.

                            Maurice Denis : " les arbres verts "  1893

L' exposition a lieu jusqu' au 21 janvier 2007.

Voir aussi le musée départemental Maurice Denis, ancienne demeure de l' artiste et sa chapelle décorée par lui-même. Maurice Denis était membre du Tiers-ordre franciscain.

2bis rue Maurice Denis 78100 Saint-Germain-en-Laye.

Téléphone : 01 39 73 77 87

liens :

http://www.musee-mauricedenis.fr

www.abcgallery.com/D/denis/denis3.html

http://www.musee-orsay.fr

Repost 0
Published by Eric - dans Art
commenter cet article