Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 04:44

" Et pourtant si de Dieu rien ne peut se dire qui soit digne de lui, il a voulu que nous nous réjouissions de le louer avec NOS  MOTS.

De là vient, en effet, que l' on dit Dieu : en réalité, ce n' est pas à travers le bruit de ces syllabes que nous le connaissons, mais ce son nous incite à penser une nature éminente et immortelle. "

Saint Augustin, Enseigner le christianisme, I, VI

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 13:12

Pascal Ier, ancien abbé bénédictin de Saint-Etienne à Rome, fut consacré pape le 25 janvier 817. L' empereur Louis le Pieux ( 814-840 ) par sa lettre  " Pactum cum Paschali Pontefice "  octroya aux clercs romains la possiblité de choisir librement le pape, en échange de quoi le pape devait confirmer son alliance avec l' empereur. Par la suite le pouvoir juridictionnel du pape fut limité sur ses territoires, même si la possession des territoires pontificaux confirmés par Charlemagne, fut garantie au Saint-Siège. Pascal Ier couronna Lothaire Ier en 823. Il accueillit les Grecs, fuyant les persécutions des iconoclastes, envoya des missions chez les Danois et les Vikings. Il fit construire des églises pour honorer les restes des martyrs des catacombes comme sainte Cécile, et la célèbre basilique Sainte-Praxède. Sa chapelle Saint-Zénon ( où se trouve la tombe de la mère du pape ) est fameuse par ses admirables mosaïques.

Pascal, dont la noblesse romaine ne pardonna pas l' autoritarisme, mourut le 11 février 824.

                                          Autel de la basilique Sainte-Praxède

                                       Autel de la BVM à Sainte-Praxède

           

                                        Crucifixion au dessus de l' autel

                                           Mosaïques de la basilique

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 01:31

                                   La basilique au début du XXème siècle

 

 Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde, mais dans l' autre. Voulez-vous avoir la grâce de venir ici pendant quinze jours ?

 

 

 

 

 

 

Pénitence, pénitence, pénitence ! Priez Dieu pour les pécheurs.

 

 

 

 

JE  SUIS  L' IMMACULEE  CONCEPTION 

 

 

 

 

Repost 0
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 14:45

Jésus n' a forcé personne à le suivre. Dans son enseignement, il a laissé les foules et ses disciples croire en lui et le suivre, ou bien le rejeter et s' en aller.

 

 

Ainsi au chapitre VI de l' Evangile selon saint Jean :  " Après ceci beaucoup de ses disciples s' en allèrent et ne le suivirent plus " , lorqu' ils ne comprirent pas la prédication de son sacrifice eucharistique futur.

Aujourd' hui beaucoup de bien-pensants, pétris de bonne conscience suivent Jésus à mi-chemin. Juste avant la croix, cette folie, ce scandale...Il m' aime, comme cela est doux de l' écouter, il me comprend, etc...Et je fais jouer ma sensibilité. Si je suis rassuré par lui, eh bien c' est qu' il a raison.

Je mets déjà une condition à son enseignement : Que Jésus rassure ma sensibilité, rassure mes sens, rassure mon confort, rassure mes préférences. Cet amour va-t-il jusqu' à l'acceptation de mon péché ? Oui nous dit le monde : les esprits mondains, les talk-shows, les rubriques people, les émissions-débats, les lobbies politiques progressistes, les moralisateurs photogéniques, les nouveaux  "clercs " subjectivistes, mondains en quelque sorte.  

 

Non, Jésus est venu pour détruire le péché. Oui casser , briser, détruire, anéantir, couper !! Pas de fusion maternante : non LA  COUPURE !!  La conversion...A moi de le reconnaître. Mon confort matériel et sensuel n' est pas synonyme d' amour du bien.

 

 

Jésus n' a jamais dit que l' amour consistait à aimer le péché, à faire mourir des âmes innocentes, à convoiter la femme de son voisin, à aimer les biens matériels comme unique fin, à aimer la débauche.

 

 

L' amour du bien n' est pas l' amour du mal. A la femme adultère qu' il n' a pas condamnée il a dit : " Va et ne pèche plus ! " ( st  Jean VIII ).

 

C' est ainsi qu' il aime, et me fait continuer mon chemin en me libérant  petit à petit de mon péché. C' est la liberté d' aimer le bien ( et non pas d' aimer indifféremment, aimer quoi ? aimer qui ? ) " Aimez-vous les uns et autres COMME  JE  VOUS  AI  AIMES.  " Pour un chrétien, l' amour de la vie ne signifie pas amour de ce qui détruit.

Ma démarche, c' est-à-dire le fait de le suivre, comme si je me trouvais avec lui sur les collines de Judée et de Galilée, va jusqu' à la restauration de moi-même. Jésus me restaure ( nouvelle manne céleste, multiplication des pains ). C' est le Seigneur qui me donne cette grâce malgré mes chutes. C' est lui qui m' invite à le suivre. A me détourner, à me convertir. 

 

Aimer mon prochain, qui est un pécheur comme moi comme vous, ce n' est pas aimer son péché, ce n' est pas aimer mon péché.

Je dois reconnaître ma faute pour m' en libérer dans l' amour du bien. Reconnaître que d' esclave captif, Jésus me rachète. Cette rédemption, ce rachat, passe par la croix.

 

Aimer et aider mon frère à porter sa croix.

 

Cette croix si détestée des autres, comme s' il suffisait de la nier pour être heureux, pour avoir raison !

Dès que l' on veut ôter une croix, ce n' est pas de liberté qu' il s'agit, mais de haine tout simplement, de haine du symbole même de l' amour du bien.

 

Je regrette sincèrement que les puissants de notre époque qui voudraient tant s' exprimer à la place de l' Eglise, ne trouvent rien de mieux que de la baillonner, de l' exclure. L' Eglise leur fait peur.

Pourquoi leur fait-elle peur ? Songeons au massacre des saints innocents par Hérode qui craignait pour son trône et ses plaisirs. Songeons à tous les martyrs qui se sont opposés aux fausses idoles d' Etat et qui continueront à s' y opposer, car les temps ne sont pas finis. Elle leur fait peur, car elle  leur dit la vérité.

 

Le christianisme collabore à notre culture à notre civilisation, pour que l' humanité si différente ( heureusement ! ) vive en paix ; mais le christianisme est  AUSSI essentiellement une CONTRE-CULTURE.

 

Maintenant que beaucoup de nos lois sont  anti-chrétiennes, l' Eglise ne peut se taire. Parfois elle le fait par prudence.C' est ainsi que l' on mesure par le silence de certains hommes d' Eglise combien la situation de l' Eglise est précaire et faible. On couvre sa voix de ridicule. Combien d' hommes d' Eglise et de chrétiens sont tentés en réaction de faire changer les pierres en pain, pour le rayonnement de la foi ( quelle foi, quelle fidélité alors ? ) et de s' allier les bonnes grâces des nouveaux moralisateurs.

Ce silence ne doit pas mener à la lâcheté, la lâcheté de dire que le péché équivaut au bien, que la culture de mort est égale à l' amour du bien. 

Jésus a répondu à Pilate, il n' a pas tendu la joue en se taisant, il a parlé, il a dit qui il était, c' est pour cela qu' il est détesté par la foule.

 

J' ai une grande méfiance pour ceux qui galvaudent les mots :

La liberté qui devient perdition  ( les pro-choice américains cf une courte analyse d' une aimable bloggeuse http://dustofthetime.blogspot.com/2007/02/choosing-good-choice.html  )

La vie qui devient simple jouissance, et qui du reste se transmet si difficilement.

L' ouverture aux autres qui signifie destruction des liens. L' ouverture ne se fait qu' avec celui qui m' a été donné pour que je le reconnaisse comme mon prochain. Plus mon coeur grandit, plus je vois de " prochains. " L' ouverture pour l' ouverture n' a aucun sens. Les premiers moines fuyaient dans la solitude pour trouver Dieu, c' est ensuite que les fidèles sont venus.

La tolérance qui de son sens originel d' accepter de laisser subsister temporairement un mal pour garantir un bien plus tard, se travestit aujourd' hui en bonne conscience pharisienne.

 

C' est pourquoi je fais attention désormais : Quand je lis liberté, je vois intolérance ; quand je lis vie, je vois stérilité ; quand je lis ouverture, je vois dilution ; quand je lis tolérance ; je lis nouvelle croix imposée...

.

 Pourquoi ?  car à tous ces mots on leur retire leur sens chrétien. Ils n' ont plus le même sens pour un non-chrétien et un chrétien...

 

Le réveil est dur de se dire que nous ne parlons plus la même langue ! Pour le monde d' aujourd' hui nous parlons le langage des fous...

Le vieux langage qui s' oppose au langage du psaume " J' irai vers l' autel de Dieu, celui qui réjouit ma jeunesse ", ce vieux langage a toujours usé des mêmes artifices mensongers pour instiller son désespoir.

 

A chacun de nous de restaurer un langage d' amour, un langage commun, mais en attendant il faut d' abord trouver, écouter, discerner les signes de Dieu.  Nous nous sommes débarrassés des langages de bois des dictatures du XXème siècle, pourquoi accepter maintenant le vocabulaire de ces faux prophètes ?

 

Sans Dieu, sans amour, où serait la jeunesse des coeurs et la liberté d' aimer en vérité ? Il n' y a qu' une liberté, la vérité du bien.

 

Illustrations :  1)  Fra Angelico ( 1387-1455 )

                         2)  Antoine Caron ( 1521-1599 )

                         3-5 ) Maurice Denis ( 1870-1943 )

                         4)  Friedrich Overbeck ( 1789-1869 )

                         

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 01:27

 

Sainte Scholastique ( 480-547 ) était la soeur jumelle de saint Benoît. Plutôt que de fuir le monde dans la solitude érémitique, ou la pénitence itinérante si chère aux moines irlandais, saint Benoît créa une règle de vie de stabilité et d' équilibre ( ora et labora ) dans des monastères communautaires. L' Italie était secouée par la conquête de Bélisaire venu de la Rome d' Orient ( Byzance ) , et par celle dévastatrice des Goths venus du Nord.

Sainte Scholastique qui s' était vouée tôt à la chasteté comme témoignage de la résurrection, fonda un monastère près du Mont-Cassin où se trouvaient son frère et ses disciples.

Saint Grégoire le Grand a raconté sa vie dans ses dialogues : le frère et la soeur se rencontraient une fois par an pour une longue journée de colloque fraternel. La dernière fois, à cause d' un violent orage, que sainte Scholastique avait appelé de ses voeux, ils purent rester ensemble plus longuement, plus longuement que la règle ne le permettait. La charité ferme de sa soeur avait doucement vaincu le frère...

Trois jours après, elle mourut, et saint Benoît en voyant une colombe s' élancer au loin, comprit que l' âme de sa soeur était partie rejoindre les secrets du ciel, in columba specie coeli secreta penetrare...Il la fit reposer dans la tombe qu' il s' était préparée et il la rejoignit quelques temps après.

C' est une belle histoire d' amour fraternel. Prions pour nos frères et soeurs de sang que nous devons aimer jusqu' au soir de notre vie.

 

Repost 0
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 01:09

" Pour certains de nos contemporains, l' enfer c' est les autres, mais, pour nous, les autres c' est le Christ. Il nous a dit lui-même que le Fils de l' homme était venu chercher et sauver ce qui était perdu - oui, tout ce qui était perdu, et non pas seulement tel ou tel à qui il aurait consacré en particulier une avare goutte de sang ".

François Mauriac, Paroles catholiques, Plon 1954  

 

cf  liens  Mauriac et l' expérience : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5518844.html

                Mauriac et le monde : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5284138.html

                Mauriac et l' innocence : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5197038.html

                Mauriac et Noël : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-4999808.html

                Mauriac et les promesses faites à Pierre : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-4962989.html

                Mauriac et le néo-modernisme : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-4935034.html

Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 16:53

  Saint Jean de Matha ( 1160-1213 ) était le fils d' un seigneur espagnol Euphème de Matha qui reçut de Raymond Béranger la terre de Faucon en Provence.

Il fit ses études à Marseille, où à l' exemple de sa mère Marthe il visitait les malades, les pauvres et les prisonniers. Devenu docteur en théologie à Paris, il devint prêtre en 1194. Lors de sa première messe dans la chapelle de l' évêque de Paris, Maurice de Sully, il a la vision d' un homme vêtu de blanc avec une croix rouge et bleue sur la poitrine posant les mains sur un prisonnier blanc et un prisonnier maure.

Sa vocation se dessine. Il part prendre du recul comme on dirait aujourd' hui , et se rend donc auprès d' un ermite, Félix de Valois, en forêt à Cerfroid où les deux hommes, comme dans le psaume, voient un cerf buvant à une source. Les deux hommes devinent une croix dans les bois du cerf.

Parti pour Rome afin de savoir si un ordre de rachat des captifs pouvait être viable, il a une audience auprès du pape Innocent III qu' il avait connu à l' université de Paris. Celui-ci lui confie avoir les mêmes objectifs. L' Ordre des Trinitaires ( Ordre de la Très Sainte Trinité et de la Rédemption des Captifs ) est fondé le 17 décembre 1198. Nous sommes à la fin des Croisades et il faut libérer les prisonniers des mahométans, par la négociation sonnante et trébuchante... Jérusalem avait été prise par Saladin en 1187 et Saint-Jean d' Acre allait suivre. C' était l' effondrement des conquêtes croisées.

Le but de l' Ordre était aussi de racheter les esclaves captifs des mahométans sur les côtes. En effet ce provençal ne pouvait ignorer que les côtes méditerranéennes étaient régulièrement razziées par les sarrazins, et que les bateaux étaient capturés en mer pour fournir une main d' oeuvre à bas prix aux musulmans. La Méditerranée fut à cet égard jusqu' au début du XIXème une mer dangereuse... 

Il fait construire un monastère à Cerfroid ( qui fut le siège de l' Ordre jusqu' à la révolution* ) aujourd' hui Brumetz dans l' Aisne, puis à Planels et à Bourg-la-Reine.

Le roi Philippe-Auguste l' aide  à établir un monastère à Paris près de l' église Saint-Mathurin, aujourd' hui détruite ( d' où leur nom de mathurins par lequel il furent connus en France ).

 

 

Au fil des époques, l' Ordre racheta des dizaines de milliers d' esclaves chrétiens prisonniers en Afrique du Nord et dans les territoires barbaresques. De nombreuses chapelles en Normandie et en Bretagne, pays de marins, portent le nom de Saint-Mathurin, en l' honneur des Trinitaires. Il installa aussi des hôpitaux et des écoles. Un tiers des revenus était consacré aux rançons des captifs. Les opérations de rachat se nommait des rédemptions.

Le grand Cervantès ( le père de Don Quichotte ) fut racheté par les Trinitaires, lorqu' il fut captif à Alger en 1598.

 

Saint Jean de Matha vécut ensuite à Rome où il mourut en odeur de sainteté le 17 décembre 1213. L' Ordre ne se préoccupa qu' au XVIIème siècle d' introduire sa cause. Innocent XI ajouta les deux amis Félix et Jean au martyrologe romain en 1671. Il fut canonisé pour toute l' Eglise catholique en 1694. Il est fêté aussi le 17 décembre.

Une réforme de l' Ordre eut lieu en 1599 pour le retour aux  valeurs contemplatives et de pauvreté d' origine, grâce à saint Jean-Baptiste de la Conception ( 1561-1613 ). Ce fut la Congrégation des frères réformés et déchaussés de l' Ordre de la Très Sainte Trinité qui naquit en Espagne.

  Photo de la province de Madagascar

Une maison de spiritualité trinitaire se trouve aujourd' hui à Faucon, son village natal près de Barcelonnette dans un couvent trinitaire fondé au XVIIème siècle et plusieurs fois fermé par les autorités de la IIIème république française.

*Cerfroid fut racheté en 1867 par un père trinitaire, et après bien des vicissitudes, les pères revinrent en 1970 pour y fonder une maison de spiritualité, et un noviciat en 1986.

Les Trinitaires sont 600 dans le monde. En France, ils sont une quinzaine dans quatre couvents. La délégation française qui renait de ses cendres après les années 1970 s' occupe surtout d' accueil, de pastorale des prisons et de santé.

La dernière " rédemption " eut lieu en 1905 en Somalie. Récemment l' Ordre a été à l' initiative de la création d' une ONG pour racheter des esclaves africains, et mener des actions de libération des nouveaux esclavages modernes, drogue, prostitution, etc...

Des congrégations furent fondées au cours des siècles dans l' esprit des Trinitaires pour la contemplation ( moniales ), l' apostolat des missions, le soin des malades, l' enseignement, etc...se référant à la devise du saint : " A la Trinité, la gloire ; aux captifs, la liberté ". 

Liens : http://www.trinitari.org/francese/ordre.html 
http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/13554730.html  ( sur saint Félix ) 

Ave, Fille du père

Ave, Mère du Fils

Ave, Epouse du Saint Esprit

Ave, Temple de la Très Sainte Trinité

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 13:54

Saint Etienne de Muret ( 1046-1124 ) fils du vicomte de Thiers, en Auvergne, passa son adolescence chez son oncle, ancien chanoine de Paris devenu archevêque de Bénévent dans le sud de l' Italie.

Délaissant une vie brillante qui lui était destinée par son éducation, il s' installa dans le Limousin pour mener une vie érémitique dans les bois de Muret près d' Ambazac.

 

Il méditait les Ecritures et les oeuvres des Pères de l' Eglise. Il avait une dévotion particulière pour l' office de la Sainte Trinité et préférait la prière de louange à celle de demande. Il réunit des disciples et ensemble ils menèrent une vie de grande solitude et de simplicité en réaction contre les abbayes puissantes de l' époque.

Après sa mort le 8 février 1124, son disciple Hughes de Lacerta, chassé par les bénédictins d' Ambazac fit construire une église à Grandmont à quelques kilomètres, grâce aux dons de Mathilde la mère du futur Henri II Plantagenêt, roi d' Angleterre et seigneur de la région.

                        Châsse de Saint Etienne de Muret conservée à Ambazac

 

Les moines suivaient une règle orale, transmise depuis saint Etienne, mais vers le milieu du XIIème siècle le quatrième prieur Etienne de Liciac la fixa par écrit. Elle était essentiellement fondée sur l' Evangile, refusait la possession de terres étendues et les responsabilités paroissiales. Les moines devaient vivre dans l' autarcie et la solitude communautaire, repas et dortoir communs. Le prieur de chaque maison était choisi parmi les frères lais ou convers. Les convers, chargés de la vie matérielle ( le temporel ) étaient sur le même pied que les moines clercs.

 

Cette règle fut approuvée par le pape Adrien IV en 1156, puis par le pape Alexandre III en 1171 et confirmée par le pape Clément III en 1189 qui canonisa Etienne de Muret.

A la fin du XIIIème siècle l' Ordre comptait 160 maisons et 1200 moines. Cet essor entraîna une réforme dans un sens plus cénobitique en 1317 et un regroupement des maisons.

                        Cloître de l' abbaye Saint-Michel de Grandmont ( Hérault )*

L' architecture de l' Ordre était caractérisée par son extrême simplicité : église à nef unique et très peu d' ouvertures, plan en quadrilatère du monastère ( la celle ) avec un hôtellerie très simple pour les pélerins.

 

Mais après le XVI-XVIIème siècle, l' ordre divisé entre maisons recevant des dons et maisons de stricte observance connut une période de décadence inéxorable. L' Ordre des Bonshommes, comme on l' appelait était raillé pour sa pauvreté d' esprit.

 

L' évêque de Limoges, à court d' argent,  fit valoir devant la commission des réguliers réunie en 1765 devant Louis XV la nécessité de disperser l' Ordre. Le pape Clément XVI fut obligé de suivre l' avis royal et confirma son extinction. Les derniers moines quittèrent Grandmont après l' enregistrement du Parlement de Paris en 1787 de la décision du pape, et l' abbaye-mère fut démolie en 1788.  

 

Liens : http://perso.orange.fr/grandmont/Ordre_de_Grandmont.html ( remarquable site )

La communauté dominicaine de l' abbaye de la Haye-aux-Bonshommes, près d' Angers, est installée depuis 1979 dans une ancienne abbaye grandmontaine.

http://perso.orange.fr/grandmont/nouvelles_de_la_haye.htm

* Photo Dr Klaus Janker, site http://fr.structurae.de/photos/

 

Repost 0
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 10:27

Le 1er  février 2007, le cardinal Ricard archevêque de Bordeaux a érigé une paroisse personnelle qu' il a confiée à l' Institut du Bon Pasteur dont le siège se situe à l' église Saint-Eloi de Bordeaux. Cette église regroupe habituellement cinq cents fidèles. On ne peut que se réjouir, de quelque sensibilité catholique que l' on soit, que l' évangélisation se poursuive dans un pays qui ne compte plus que 51% de catholiques.

   On aperçoit à droite de la Tour de la Grosse Cloche l' entrée de l' église Saint-Eloi

Liens : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5185204.html

http://blog.institutdubonpasteur.org

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 12:43

 Le pape Pie IX ( Jean-Marie Mastai-Ferreti 1792-1878 )  a été déclaré bienheureux le 3 septembre 2000 par Jean-Paul II.

Quelques dates:

1827 : archevêque de Spolète ( à 35 ans ! )

1832 : siège épiscopal d' Imola.

1840 : cardinal.

1846 : il commence un long pontificat de 32 ans !

1848-1850 : exilé à Gaëte. Début du Risorgimento, et de la Via Crucis de ce pape.

8 décembre 1854 : définition du dogme de l' Immaculée Conception.

8 décembre 1864 : encyclique Quanta Cura et le Syllabus

1869-1870  : concile Vatican I , constitutions Dei Filius et Pastor Aeternus.

1875 : consécration de l' Eglise au Sacré Coeur de Jésus.

7 février 1878 : mort de Pie IX.

A sa mort, les Etats pontificaux ( Romagne, Marche, Latium, Ombrie ) créés par Pépin le Bref en 750 pour le Siège apostolique n' existaient plus. Ce fut la fin du pouvoir temporel du pape de plus de 1100 ans ( avec les interruptions du Directoire, puis Pie VII emprisonné par Napoléon pour créer le département du Tibre ), avant la signature des Accords du Latran de 1929 reconnaissant la souveraineté du pape sur le quartier du Vatican et certains établissements à Rome. Les quatre papes suivants ne quittèrent plus le Vatican   ( Pie XII se rendit dans la banlieue romaine lors de bombardements contre la population civile, et Jean XXIII fut le premier à quitter son diocèse de Rome pour aller en pélerinage à Assise et en Ombrie ). 

Liens : sites sur les zouaves pontificaux, une cause perdue d' avance, mais qui sauva l' honneur : www.military-photos.com/zouaves-P-index.htm

http://www.geneaguide.com/doc/divers/zouaves.htm

http://www.zouavenmuseum.nl ( sur les Hollandais qui constituaient une forte proportion des troupes ; en néerlandais, mais une page d' explication en français ) 

Lire : Yves Chiron, Pie IX un pape moderne, Paris 1995

 

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article