Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 03:29

 Toribio ( Thuribe en français, Thuribius en latin ) Romo Gonzalez naquit en 1900 dans le village de Santa Ana de Guadalupe ( Jalisco ) au Mexique. Il reçut tôt la vocation et entra à treize ans au petit séminaire de Saint-Jean-des-Lacs ( San Juan de los Lagos ) puis au séminaire de Guadalajara où il fut ordonné avec une dispense à cause de son jeune âge. En 1917 le Mexique adopta une Constitution laïciste.

A partir de 1922, il fut vicaire dans diverses paroisses du diocèse, la dernière étant Cuquio. A la prise de pouvoir  en 1924 du président Calles ( 1877-1945  ) franc-maçon et anti-clérical (1) forcené, l' Eglise fut baillonnée par des lois encore plus sévères. Le pays entra dans une guerre civile larvée puis de plus en plus violente.

A Cuquio trois-cents paysans se soulevèrent contre le gouvernement fédéral. Les Cristeros s' armèrent dans le pays entier, provoquant la panique des milieux dirigeants qui avaient fait voter de nouvelles lois agraires. Au début de l' été 1926 la religion catholiqe était pratiquement interdite. En août 1926 le culte public catholique fut suspendu.

La loi du 9 novembre 1926 allait reserrer l' étau dans l' Etat de Jalisco : si les prêtres étaient surpris en train de donner les sacrements, ils étaient passibles de mort. Beaucoup vivaient cachés chez des paysans ou dans des appartements en ville. Les autres étaient voués à la prison ou au peloton d' exécution. 

 

 En septembre 1927 il fut envoyé à Téquila ( Jalisco ) dans une région dominée par les forces fédérales gouvernementales. Le père Thuribe Romo célébrait la messe dans une ancienne distillerie pour quelques fidèles en cachette.

En décembre 1927 son frère cadet Romain fut ordonné au sacerdoce et vint l' aider à Téquila. Ils vivaient cachés dans une barraque de l' hacienda d' un propriétaire terrien Léon Aguirre qui l' avait mise à leur disposition dans son ranch d' Agua Caliente.

Prêtre au coeur sensible et assidu à l' oraison, il avait écrit dans son journal : Seigneur ne me laissez pas un seul jour sans pouvoir dire la messe, sans vous embrasser dans votre communion. "

Le mercredi des Cendres 22 février 1928 il demanda à son frère de l' écouter en confession et lui remit une enveloppe cachetée.

Le 24 février il passa la journée et la nuit à mettre à jour les registres paroissiaux. Il prit un peu de repos vers cinq heures du matin avant de dire la messe un peu plus tard, mais une troupe de soldats des forces fédérales gouvernementales menée par un délateur fit irruption dans la pièce. Le traître leur cria c' est lui le prêtre !  Il fut tiré de son sommeil et à moitié soulevé fut assassiné.

                                             Plutarco Calles 1877-1945

Les soldats le dépouillèrent de ses vêtements et transportèrent son corps en une procession blasphématoire pendant laquelle ils chantaient des obscénités. Il jettèrent son corps dans le village voisin où habitait sa soeur Maria. Elle se rendit à pied à Guadalajara prévenir ses parents qui purent l' enterrer le jour suivant.

Quelques jours plus tard son frère ouvrit l' enveloppe qui contenait son testament : " Cher Père Romain prends soin de nos vieux parents et protège-les des souffrances et prends soin aussi de notre soeur Maria qui fut une mère pour nous. Dis deux messes pour les âmes du purgatoire et rembourse la dette de trois pesos cinquante centimes que je dois au curé de Yahualica..."

A une messe de première communion d' une vingtaine d' enfants quelques jours avant sa mort, tenant l' hostie entre les mains, il avait dit : " Je vous offre Seigneur mon sang pour la paix de l' Eglise. "

En 1948 son corps fut déposé dans une chapelle spécialement construite près de son lieu de naissance à Jalostotitlan.

 

Il fut béatifié en 1992 et canonisé en 2000 par Jean-Paul II. La Constitution anti-catholique de 1917 ne fut que partiellement amendée en 1992.

Lien : http://www.arquidiocesisgdl.org.mx

                               Chapelle de Santa Ana où repose saint Thuribe

(1) Au niveau fédéral, il créa une église patriotique, heureusement sans écho. Il finança l' implantation de " dénominations protestantes " avec l' aide des Etats-Unis; fit fermer les écoles catholiques en imposant l' athéisme obligatoire; expulser les congrégations; interdire les syndicats; confisqua la majorité des églises et fit profaner les autres; soumit à de fortes amendes ou des peines de prison la possession d' images pieuses ou de médailles; prohiba l' enseignement religieux même dans les familles, etc...

Ces mesures ne furent pas appliquées dans les trois-quarts du pays aux mains des Cristeros jusqu' en 1929,  mais le furent partiellement ensuite après la fin de la guerre civile en 1929.

Au niveau des Etats, des lois locales renforçèrent la  répression. Par exemple dans l' Etat de Tabasco soumis aux forces fédérales, pour être prêtre en 1925 il fallait être mexicain de naissance, avec cinq années de résidence consécutives dans l' Etat, avoir plus de quarante ans, avoir fait ses études dans une école d' Etat, et...être marié !! Autant dire une loi provocatrice et inapplicable.

En juin 1926 les églises furent nationalisées, les organisations non-gouvernementales interdites ( donc pour la plupart catholiques ). Une religieuse en activité encourait deux ans de prison, une supérieure six ans ! L' emprisonnement immédiat sans jugement était passible pour toute personne encourageant une autre à prononcer des voeux, ainsi que l' interdiction du port de l' habit religieux...Ce ne furent que les premières mesures qui déclenchèrent d' abord une résistance passive du pays ( 15 millions d' habitants ) puis une résistance armée dans les campagnes.

La mesure qui mit le feu aux poudres fut celle de l' obligation d' enregistrement des prêtres avec serment de non-prosélytisme.


Ce fut la seule mesure à laquelle l' épiscopat mexicain s' opposa...

 

Un seul évêque, Mgr Manriquez ( de Huejulta ) avait protesté début 1926, il fut condamné à un an de prison puis définitivement exilé en 1927.

 TOUS les autres évêques  ( 37 ) se turent. L' un d' entre eux, Mgr Gonzalez ( de Durango ), au début favorable à l' insurrection se rétracta ensuite. Certains furent même très hostiles aux  résistants.

Aux Arreglos de 1929 ( règlements de paix ) imposés par le président Portes Gil avec la médiation des Américains favorables au gouvernement laïciste,  tous les évêques se soumirent aux lois du gouvernement qui permit alors un contrôle de l' Eglise sans en interdire le culte.

Repost 0
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 04:46

 Ethelbert ( ou Edilbert ) né au milieu du VIème siècle d' une dynastie d' origine danoise ( du Jutland ) fut roi du Kent et soumit d' autres principautés du pays des Bretons. Il épousa sainte Berthe fille du roi franc Caribert Ier et donc chrétienne. Elle avait son propre chapelain et avait préparé son époux.

Les Bretons celtes  avaient déjà été christianisés, mais le pays avait été ruiné lors des guerres entre tribus après le départ des Romains au Vème siècle et restait majoritairement païen; surtout après les invasions des Angles germaniques et des Saxons tous païens. Les églises bretonnes étaient dévastées et beaucoup émigrèrent en Armorique devenue ainsi notre Bretagne.

En 595 le pape saint Grégoire le Grand envoya des missionnaires dirigés par saint Augustin futur abbé et évêque de Cantorbéry qui arriva en 597 après un passage à Lérins et dans les abbayes mérovingiennes.

Il évangélisa le Kent à partir du baptême du roi Ethelbert qui eut lieu aux vigiles de la Pentecôte 597 avec ses guerriers. Peu après le roi des Saxons se convertit aussi et  tout le pays prit définitivement le nom d' Angleterre.

Saint Ethelbert fonda des abbayes et donna un nouveau code juridique inspiré des lois saliques en protégeant l' Eglise. Il mourut le 24 février 616.

Saint Ethelbert et sainte Berthe peuvent certainement être comparés au roi franc Clovis et à sainte Clotilde ( arrières-grands parents de Berthe ) un siècle auparavant.

 

Liens : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5491449.html 

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5010505.html

Repost 0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 04:42

Nicolas Tabouillot ( 1745-1795 ) prêtre du diocèse de Verdun fut déporté par les révolutionnaires dans la région de Rochefort avec plus de huit cents autres ecclésiastiques en 1794 et 1795. 

2 412 prêtres et religieux furent condamnés à la déportation en Guyane. 1 494 furent conduits à Blaye, 76 à Brest ou Nantes, 829 à Rochefort. Mais les déportations durent cesser grâce aux navires anglais le long des côtes françaises. Les prêtres furent alors enfermés dans des navires, la plupart mourant de maladie, de mauvais traitements ou de noyades et fusillades.

Cinq cent quarante sept des déportés de Rochefort devinrent martyrs aux pontons de Rochefort ou à l' Ile Madame.

Nicolas Tabouillot fut béatifié en 1995 par Jean-Paul II comme soixante-quatre autres prêtres et religieux de cet effroyable épisode. 

Leur souvenir est commémoré en octobre et en août. Les déportations ne cessèrent qu' en 1799.

http://www.wissensdrang.com/daix1fr.htm

Repost 0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 03:59

" Tantôt la croix lui heurtait la tête, et tantôt sa tête heurtait la croix, et alors les épines de la couronne s' enfonçaient davantage dans les parties les plus vives de la chair. Ils aggravèrent les douleurs de leur victime par des blasphèmes exécrables. "

Vénérable Marie d' Agreda  ( 1602-1665 )

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 03:54
Né à Smyrne en 69, Polycarpe fut évêque de Smyrne vers 100. Il accueillit saint Ignace d' Antioche en 107 qui lui écrivit sa célèbre lettre. Saint Irénée de Lyon fut son disciple. Il se rendit à Rome auprès du pape Anicet pour discuter de la date de Pâques. A son retour il fut condamné à la décapitation par le gouverneur romain.
Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 06:10

La statue de saint Pierre est vêtue des ornements pontificaux en ce jour à la Basilique Saint-Pierre de Rome

Lien : http://wdtprs.com/blog/2007-02/photos-of-the-cathedra-and-the-tiara

 

 

La tempête s' est dit : Brisons  cette nacelle,

Déjà contre l' écueil elle crie et chancelle.

Qu' elle se brise sans honneur !

Elle va s' engloutir sous l' onde mugissante,

Mais le Seigneur se lève et de sa main puissante

Sauve la barque du pêcheur !

 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 02:07

Il n' y a pas grand chose à raconter sur ce prêtre qui vécut dans l' humilité et le silence. Il naquit à Angers en 1747 fils de tisserand, fut ordonné en 1771 et exerça son ministère dans les diverses paroisses de campagne de la région. En 1781 il était aumônier de l' hôpital d' Angers où il était au service des incurables.

Ensuite il devint curé du village de Louroux-Béconnais près d' Angers, homme humble, fidèle aux petites choses.

Mais il refusa tranquillement sans un mot de protestation de prêter serment à la constitution civile du clergé, selon la loi du 12 juillet 1790 que le pape avait condamnée. Il poursuivit son ministère pendant un an. Il fut arrêté en mars 1791, mais les révolutionnaires ne trouvèrent pas de preuve de rébellion. Il fut relâché. Cette fois-ci il se cacha dans les campagnes où il réussit à convaincre des confrères de ne pas prêter serment. Le soulèvement vendéen le trouva au milieu de ses paysans à qui il donnait les sacrements sans paroles de révolte.

Il fut dénoncé en juin 1793 comme prêtre réfractaire, mais à nouveau on ne trouva pas de preuve formelle. Il se cacha encore...Mais la révolte paysanne de Vendée au nom du Sacré-Coeur provoqua la haine des Bleus. Il fut arrêté en février 1794 alors qu' il s' apprêtait à célébrer la messe dans une grange et condamné à la guillotine.

Il n' a pas laissé de grandes paroles, il est monté à l' échafaud vêtu de ses vêtements sacerdotaux avec la prière sur les lèvres : Introïbo ad altare Dei, consommant son propre sacrifice.

Il fut béatifié par Pie XI en 1926 comme exemple pour les chrétiens du XXème siècle soumis à l' athéisme communiste ( Russie ) ou laïciste ( Mexique ) et pour toutes les victimes des oppressions à venir. Fidèles agneaux parmi les loups. 

Repost 0
21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 01:42

" Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la rouille et les vers ne peuvent les consumer et où les voleurs ne peuvent ni fouiller, ni les dérober car là où est votre trésor, là aussi est votre coeur. "

 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 18:29

L' Institut du Verbe Incarné a pris en mai 2006 en Terre Sainte la responsabilité de la Basilique Sainte-Anne, construite par les Croisés sur le lieu d' une ancienne basilique byzantine, et appartenant à la Custodie de Terre Sainte.

Elle se situe à Sépphoris ( Zippori ) en Galilée.  A l' époque des premiers chrétiens, Flavius Joseph qualifiait cette ville importante ( plus importante que Nazareth ) d' ornement de toute la Galilée.

C' est un site archéologique sur le lieu de naissance de sainte Anne, mère de la Bienheureuse Vierge Marie où la Sainte Vierge passa son enfance.

Jésus a certainement connu cet endroit, non loin de Nazareth.

Lien : http://www.ive.org/pag_res.asp?id=289 ( en espagnol )

 L' Institut du Verbe Incarné et sa branche féminine, fondés en Argentine en 1984 compte de nombreuses vocations contemplatives et apostoliques dans une vingtaine de pays. 

 

 Bien que non mentionnée dans le Nouveau Testament, Sépphoris était la capitale de la Galilée. Construite à l' ère hellénistique par les Romains, Hérode Antipas en avait fait sa capitale en 4 av JC. Elle était à l' intersection des voies romaines vers la Méditerranée et vers le lac de Tibériade. La ville a connu un immense chantier pendant toute la jeunesse de NSJC. Les historiens s' accordent tous pour penser que Joseph y avait dû certainement avoir des commandes de chantiers et que Jésus avant sa vie publique a collaboré aux travaux.

Elle est célèbre par ses mosaïques romaines, son théâtre antique, etc...

Saint Joachim et sainte Anne y vécurent. Les références à la richesse de ses habitants trouvent des échos dans le Nouveau Testament, bien qu' elle ne soit pas nommément citée.

Après la destruction de Jérusalem en 70, les Juifs purent continuer à vivre dans la ville qui était un important centre commercial, car la ville ne s' était pas soulevée contre les Romains.

La ville, connue sous le nom de Diocésaria, devint chrétienne, mais il y eut toujours une forte implantation juive contrairement aux autres villes hors de Galilée sous la période byzantine. Elle comportait de nombreuses églises et des synagogues. Elle fut détruite lors des invasions arabes. 

                                    La Mona Lisa de Galilée 3 ap JC, Sépphoris

                                           Théâtre romain de Sépphoris  

Lien :   http://www.bibleinterp.com/articles/sepphoris.htm ( avec des restrictions sur les interprétations des textes bibliques )

Repost 0
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 03:51

  Stanislawa naquit en 1899 à Nawojowa en Petite Pologne dans le diocèse de Tarnowo. Elle était la deuxième d' une famille de cinq enfants. Ses parents étaient très pieux ; son père Michel était organiste à l' église du village. La famille était très proche des religieuses du Tiers-Ordre dominicain de Wielowski dont la mère Stanislawa Leniart avait fondé le couvent du village. Elles tenaient une école, une infirmerie et catéchisaient les enfants du secteur. Elles donnaient aussi une éducation musicale de qualité ce qui plaisait à la famille Rodzinski et aux hobereaux du village, la famille Stadnicki, protectrice du couvent.

Elle devint orpheline à l' âge de dix ans et fut recueillie avec sa petite soeur Janine au couvent. Pendant l' occupation austro-allemande à dix-sept ans, elle entra comme postulante au couvent de Wielowski, puis fit sa profession sous le nom de soeur Marie-Julie à Cracovie, partie de l' ancienne Pologne autrichienne qui venait de se réunir à la nouvelle république polonaise. Elle continua ses études pédagogiques à Poznan, dans l' ancienne partie prussienne. La Pologne renaissait de ses cendres, et les soeurs fondaient ou renforçaient les communautés dominicaines du pays réunifié. Le pays était en guerre et après avoir stabilisé ses frontières à l' Ouest se trouvait dans un conflit avec les Soviétiques et les Lithuaniens à l' Est.

Beaucoup d' enfants étaient orphelins ou dans des situations de détresse. Les soeurs fondèrent un orphelinat à Wilno qui avait été au centre de la guerre polono-lithuanienne, ainsi qu' à Rava Ruska près de Lvov, l' ancienne Lemberg au centre d' un conflit contre les nationalistes ukrainiens communistes. Elle prononça ses voeux définitifs en 1924 et fut surnommée la mère des orphelins.

Elle organisait des écoles et des colonies de vacances pour les enfants défavorisés; et fut nommée dans différentes écoles de la Congrégation.

                                                        Cathédrale de Wilno

Elle avait une dévotion particulière pour le rosaire à la base de la spiritualité dominicaine. A 27 ans elle avait suffisamment d' expérience pour être déléguée au chapitre capitulaire général. En 1934, elle était supérieure de la maison de Wilno. Elle recueillait des enfants de différentes origines, et les autorités de la ville lui furent reconnaissantes.

En septembre 1939, lorsque la Pologne fut envahie, Wilno ( désormais Vilnius ) passa aux Soviétiques qui l' agrégèrent à la République Socialiste Soviétique de Lithuanie. Elle dut fermer l' école et continua en secret à donner des cours de religion, de polonais, langue désormais interdite.

Lorsque les Allemands prirent la région, elle continua ses activités clandestines. Elle fut arrêtée par la Gestapo en août 1943 pour activités nationalistes avec trois autres soeurs, torturée et emprisonnée dans la sinistre prison de Lukiszki.

                                                             Lukiszki

La prison était réservée pour les nationalistes polonais. Elle fut soumise à un régime d' isolement carcéral. Lorsque le front biélorusse se rapprocha de Vilnius à l' été 1944, elle fut déportée avec d' autres prisonniers politiques au camp de Stutthof près de Dantzig ( Gdansk aujourd' hui ).

Elle organisait dans son barraquement des prières, mais à l' automne une épidémie de typhus se propagea dans le camp. Elle demanda à être placée alors avec des femmes juives de Bohême qu' elle réconfortait le peu qu' elle pouvait. Le camp était en plein désordre à cause de l' avancée des Soviétiques. Elle contracta la maladie. A l' hiver le camp fut évacué par les nazis qui laissèrent derrière eux les mourants. Elle rendit l' âme le 20 février 1945 ayant fait volontairement le sacrifice de sa vie.

Elle fut béatifiée en 1999 par Jean-Paul II.

 

Lien : http://www.dominikanki.pl/julia.htm

 

Repost 0