Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 13:43

 Sainte Cunégonde, fille de Siegfried de Luxembourg,  était la femme du duc de Bavière devenu en 1014 empereur du Saint Empire Romain Germanique, saint Henri II ( fêté le 13 juillet ).

Elle reçut elle aussi la couronne à Rome des mains du pape Benoît VIII. Elle fit construire la cathédrale de Bamberg et le monastère bénédictin de Kaufungen où devenue veuve en 1025 elle se retira dans une grande austérité après avoir été guérie d' une grave maladie. Elle mourut le 3 mars 1033 ou 1039.

Elle fut canonisée par une bulle d' Innocent III le 29 mars 1200 et fait partie de ces saints royaux du Moyen-Age modèles de charité chrétienne envers leurs sujets.

                          Statue de sainte Cunégonde sur le pont de Bamberg

 

Selon la légende après avoir été calomniée, elle se soumit volontairement à l' ordalie, jugement barbare, qui l' obligea à marcher sur des socs chauffés à blanc, afin de prouver sa vertu.

Repost 0
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 00:33

Incroyable, lorsque j' ai lu le texte médité pour le Carême mardi dernier devant la Curie et le Pape !

 

Lire  lien : http://www.zenit.org  en date du 27 février 2007.

 

 

" Le christianisme ne doit pas être réduit à un ensemble de valeurs  PARTAGEES  PAR  TOUS  a rappelé le cardinal Giacomo Biffi mardi après-midi lors de sa prédication de la retraite au Vatican consacrée à une réflexion sur le grand penseur russe Wladimir Soloviev.

Le cardinal Biffi a cité ce qu' il appelle " l' avertissement prophétique " de Soloviev ( ... ). Le christianisme ( ... ) ne peut être REDUIT  à un ensemble de valeurs. Ce qui fait en effet le christianisme c' est la rencontre personnelle avec le Christ.

le cardinal Biffi citait la dernière oeuvre de Soloviev  " Les Trois Entretiens " ( 1899-1900 )  et le récit de l' antéchrist.

 

Soloviev présentait l' antéchrist comme PACIFISTE

                                                        ECOLOGISTE

                                                        OECUMENIQUE...

 

L' antéchrist convoque un concile oecuménique et cherche le consensus de toutes les confessions chrétiennes en concédant quelque chose à chacune.

Les masses le suivent, excepté de petits groupes de catholiques, d' orthodoxes et de protestants qui lui disent : " Tu nous donnes tout, sauf ce qui nous intéresse : Jésus-Christ. " 

Le récit commentait le cardinal Biffi " contient pour nous un avertissement. Aujourd' hui nous courons en effet le risque d' avoir un christianisme qui met Jésus, sa Croix et sa Résurrection entre parenthèses. "

 

Le christianisme en résumé n' est pas qu' un simple humanisme...Il peut exister un humanisme chrétien certes, mais le christianisme est  plus  que cela. 

MERCI  AU  CARDINAL  BIFFI  !

                            Soloviev par Kramskoï; Musée russe; Saint-Pétersbourg

 

Ah ces Russes  ! 

   

 

 

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 10:15
Saint Antoine le Grand : " Le temps arrive, lorsque les hommes devenus fous voyant quelqu' un qui ne l' est pas lui déclarent en l' attaquant : tu es fou, puisque tu n' es pas comme nous ! "
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 07:59

Né en 469 à Vannes dans une famille de la noblesse gallo-romaine, Albinus ( Aubin ou Albin ) fut abbé de Tincillac près de Guérande jusqu' à son élection comme évêque d' Angers en 529.

Lors des invasions barbares, il défendit les habitants de la région, rachetant les esclaves prisonniers. Il sauva miraculeusement une veuve enfermée pour dettes par les fonctionnaires du roi Childebert ainsi que des prisonniers, devenus par la suite des chrétiens zélés.

Il s' exprima aux  conciles d' Orléans  de 538 et 541 contre la consanguinité des mariages des seigneurs. Menacé, il fut appuyé dans son action réformatrice par saint Césaire d' Arles auprès de qui il se rendit pour le consulter et mourut peu après le 1er mars 550.

Son culte se répandit rapidement, surtout après le témoignage de saint Grégoire de Tours. Il était considéré comme un modèle d' évêque au Moyen-Age.

 

Illustration : saint Aubin libérant une veuve, IXème siècle, bibliothèque d' Angers.

Repost 0
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 08:35

 Né près de Blois à la Ferté-Saint Cyr en 1876, Daniel Brottier devient prêtre en 1899 à 23 ans.

 

Puis il entre à la Congrégation du Saint Esprit ( spiritains ) en 1902. Il devient rapidement missionnaire au Sénégal, alors colonie française, mais rentre en France en 1906 pour des raisons de santé.

 

Il se dédie alors grâce à son association " le Souvenir Africain " à l' aide à la construction de la Basilique de Dakar.

 

Aumônier militaire courageux pendant la guerre de 1914-1918, il fonde ensuite l' Union Nationale des Anciens Combattants.

 

Puis il crée l' Oeuvre des Orphelins Apprentis d' Auteuil. En 1960 cette oeuvre avait 2000 apprentis et 20 instituts...

 

Il avait une grande dévotion envers la BVM et vouait un amour particulier pour sainte Thérèse de l' Enfant-Jésus.

 

Il meurt le 28 février 1936.

 

Béatifié par Jean-Paul II en 1984.

Repost 0
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 06:25

 Stanislas Antoine Trojanowski nait en Pologne dans une famille villageoise de Sadlowo ( paroisse de Poniatow, diocèse de Plock en Mazovie ) le 29 juillet 1908.

Il a une scolarité courte, car il doit aider ses parents. Il entre à 22 ans chez les Frères Mineurs Conventuels ( franciscains ) de Niepokalanow près de Varsovie.

Niepokalanow qui signifie en français Cité de l' Immaculée était un immense couvent, véritable cité mariale avec une basilique, fondée en 1927 par saint Maximilien Kolbe. A la veille de la seconde guerre mondiale il comprenait environ un millier de frères profès, de séminaristes, de prêtres et d' employés. Un couvent moderne et extrêmement actif avec un immense majorité de jeunes.

Le couvent éditait une revue tirée à 120 000 exemplaires : le Chevalier de l' Immaculée, et émettait une radio propageant le message marial. 

Lorsqu' il entre au couvent en 1930, il prend le nom de frère Timothée. le Père Maximilien Kolbe était alors à Nagazaki au Japon où il resta jusqu' en 1935 pour fonder un couvent. Timothée prononce ses voeux simples en 1932 et ses voeux solennels en 1935. Il est chargé de l' expédition de la revue, travaille à l' infirmerie et au magasin d' approvisionnement. Il avait le désir d' être missionnaire et de " suivre partout la volonté de Dieu."

Lorsque l' armée allemande envahit l' ouest du pays en septembre 1939 et les Soviétiques l' est de la Pologne, la Cité de l' Immaculée est bombardée et saccagée. Des réfugiés, dont un certain nombre de Juifs, sont accueillis.

 Les Allemands veulent en faire un camp de prisonniers et des moines doivent quitter Niepokalanow. Finalement le camp abrite un hôpital et un centre de réfugiés. Timothée travaille sans relâche à l' infirmerie. Le Père Kolbe avait été arrêté fin septembre avec 35 moines, le Père Bartosik et un frère japonais et envoyé à Lamsdorf ( Il sera libéré le 8 décembre 1939 ).

Le frère Timothée décide de rester à Niepokalanow avec un groupe de moines, la plupart très jeunes, mais la situation empire : Le Père Maximilien Kolbe est à nouveau arrêté en février 1941 avec le bienheureux Père Pie Bartosik, le bienheureux Père Antonin Bajewski et les Pères Justin Nazim et Urbain Cieslak. Ils seront déportés.

Après l' attaque d' Hitler contre l' URSS à l' été 1941 la répression augmente. Le frère Timothée est arrêté par la Gestapo en octobre avec six autres religieux dont le bienheureux  Père Boniface Zukowski. Ils sont envoyés à la prison de la rue Pawiak à Varsovie.

Déporté à Auschwitz en janvier 1942, il est mis aux travaux forcés : transport de matériaux de construction, puis extraction et transport de gravier. Dans d' horribles conditions de faim et de froid, il arrivait à réconforter ses frères dans la foi. Epuisé, il meurt d' une pneumonie le 28 février 1942. Il avait 34 ans.

Il a été béatifié par Jean-Paul II le 13 juin 1999 à Varsovie avec d' autres martyrs polonais.

Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 04:51

 Le Thabor a été un éclair dans la vie de Jésus et la Passion douloureuse de son Divin Coeur, la Passion intime, cachée, poignante, inconnue, martyrisante a duré toute sa vie.

 

Jetons nos misères comme des pailles dans le foyer brûlant de son Coeur, et puis prenons les sentiments, les intentions, les désirs de ce Coeur Sacré pour en faire nos sentiments, nos désirs, nos intentions.

 

Fermez les yeux sur les voies par lesquelles le Seigneur vous conduit : Que tout en vous soit une échelle pour monter vers le Coeur de votre Céleste Bienaimé.

 

Votre unique affaire, c' est la fidélité pas à pas. Sur le chemin les obstacles demeurent des moyens où l' on s' oublie soi-même et où l' on a Dieu seul en vue.

 

Bienheureuse Marie de Jésus ( Deluil-Martiny )  

Marseille 28 mai 1841 - Berchem, Belgique 27 février 1884

Fondatrice de la Société des Filles du Coeur de Jésus, béatifiée en 1989.

Lien saints de Belgique : http://www.chemindemarie.com/consecration.htm

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 02:37

 François Possenti naquit le 18 mars 1838 à  Assise onzième de treize enfants dont huit survécurent. Il perdit sa mère à l' âge de quatre ans.

Son père était gouverneur des Etats pontificaux, puis fut nommé assesseur à Spolète qui faisait aussi partie des Etats pontificaux. François y fit ses études chez les Frères des Ecoles Chrétiennes puis au collège des Jésuites. Il menait une vie simple dans un milieu élégant, mais la perte d' une soeur aînée, le suicide de son frère Laurent et sa faible santé lui firent comprendre qu' il avait une autre vocation que celle du mariage. Le moment déclencheur intervint lors d' une procession à la Vierge.

Sa famille l' avait élevé dans une grande dévotion à la Vierge - on y récitait le rosaire tous les soirs - pourtant il dut convaincre son père, qui trouvait son fils capricieux, lorsqu' il lui fit part de son désir d' entrer à dix-huit ans chez les Passionistes.

En entrant en 1856 au noviciat, il prit le nom de frère Gabriel de l' Addolorata ( en français Notre Dame des Sept Douleurs ). En 1858 il suivit ses études de philosophie à Pievetorina ( Macerata ) auprès du vénérable frère Norbert Cassinelli qui le dirigea toute sa vie.

En 1859 il devint étudiant en théologie à Isola del Gran Sasso ( Teramo ) où les frères étudiants avaient déménagé à cause de la guerre dans les Etats pontificaux et en 1861 il reçut les ordres mineurs à la cathédrale de Penne ( Pescara ). Il mourut de tuberculose le 27 février 1862 demandant à la Vierge des Douleurs de l' appeler. Quelques temps après la province d' Italie par ordre gouvernemental dut se disperser.

Il fut canonisé en 1920 par Benoît XV qui en fit le patron de la jeunesse italienne.

Il est le saint des petites choses. Toujours fidèle à la Règle, il avait une grande dévotion pour Jésus crucifié comme tous les Passionistes, mais il y ajoutait une dimension particulièrement joyeuse ainsi qu' un amour intime pour la Vierge des Douleurs.

                     Autel privé dans la chambre de saint Gabriel au couvent du Sasso

Pie XI en fit le co-patron de l' Action catholique et Jean XXIII le patron des Abruzzes. Il est un des nombreux saints issus de la Congrégation des Passionistes. Sainte Gemma Galgani a été guérie par son intercession.

Les Passionistes sont deux mille dans le monde et retrouvent à nouveau des jeunes vocations ( plutôt hors d' Europe ), mais les quatre petites communautés passionistes en France sont touchées par la crise.

http://www.passiochristi.org

 

Son sanctuaire à Isola del Gran Sasso est visité par plus d' un million de pélerins par an, en particulier pour de grands rassemblements de jeunesse. Malheureusement son architecture moderne ne vaut pas celle du couvent à côté...

Saint Gabriel de l' Addolorata a été surnommé le saint du sourire. En 1932 sa fête a été étendue à toute l' Eglise universelle.

Repost 0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 00:52

 Saint Porphyre naquit en 347 dans une riche famille de Thessalonique en Macédoine. Vers l' âge de 25 ans, il partit pour l' Egypte afin de devenir moine sous la règle de saint Macaire dans le désert de Scété.

 

Il y vécut cinq ans et fit la connaissance de saint Jérôme. Ensemble ils partirent en pélerinage pour Jérusalem, puis il se retira  plusieurs années dans une grotte près du Jourdain. Malade et affaibli par les austérités, il se rendit au Golgotha où il eut une vision du Christ descendant de la Croix pour lui dire : " Prends ce bois et conserve-le. " Désormais guéri il demanda à son ami le diacre Marc ( qui écrivit sa biographie en 426 ) de se rendre en Grèce récupérer son héritage familial, 4000 pièces d' or, afin de le distribuer aux monastères d' Egypte et de Palestine.

 

Il fut alors ordonné prêtre par l' archevêque de Césarée de Palestine ( la riche capitale  de la Palestine ) vers l' âge de 45 ans pour protéger les reliques de la Sainte-Croix dans la récente basilique de Jérusalem.

 

Il fut ensuite sacré évêque de Gaza qui comportait trois églises en dehors des murs de la ville, et une importante communauté païenne soumise aux anciennes divinités romaines. L' élite cultivée demeurait hostile au christianisme. La ville était riche du commerce des épices avec le bassin méditerranéen, et l' administration de l' empereur Arcadius ne songeait pas à introduire le christianisme dans une ville qui payait bien ses impôts...

 

Il se rendit alors en 401 avec l' archevêque Jean de Césarée à Constantinople, où il fut accueilli par saint Jean-Chrysostome qui l' introduisit à la Cour. Il baptisa  en avril 402 le jeune fils de l' impératrice Eudoxie ( le futur Théodose II ) et obtint des décrets impériaux afin de faire construire de nouvelles églises à Gaza avec des privilèges pour les communautés chrétiennes qui étaient soumises à de forts impôts de la part des autorités encore païennes de la ville. Il fit fermer ou détruire les huit derniers temples et convertit plus de deux-cents adeptes de l' ancienne religion romaine. Grâce aux subsides de l' impératrice, il fit construire une immense basilique ( Eudoxiana ) sur les ruines de l' ancien temple hellénistique du dieu Zeus Marnas, protecteur des récoltes.

 

Les écrits de Marc relèvent un certain nombre de miracles. 

Il mourut le 26 février 420 à l' âge de 73 ans. Gaza était devenue entièrement chrétienne.

Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5411597.html

Prions pour la communauté ( 2500 membres ) chrétienne de Gaza aujourd' hui en danger d' extinction !

Repost 0
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 03:29

 Toribio ( Thuribe en français, Thuribius en latin ) Romo Gonzalez naquit en 1900 dans le village de Santa Ana de Guadalupe ( Jalisco ) au Mexique. Il reçut tôt la vocation et entra à treize ans au petit séminaire de Saint-Jean-des-Lacs ( San Juan de los Lagos ) puis au séminaire de Guadalajara où il fut ordonné avec une dispense à cause de son jeune âge. En 1917 le Mexique adopta une Constitution laïciste.

A partir de 1922, il fut vicaire dans diverses paroisses du diocèse, la dernière étant Cuquio. A la prise de pouvoir  en 1924 du président Calles ( 1877-1945  ) franc-maçon et anti-clérical (1) forcené, l' Eglise fut baillonnée par des lois encore plus sévères. Le pays entra dans une guerre civile larvée puis de plus en plus violente.

A Cuquio trois-cents paysans se soulevèrent contre le gouvernement fédéral. Les Cristeros s' armèrent dans le pays entier, provoquant la panique des milieux dirigeants qui avaient fait voter de nouvelles lois agraires. Au début de l' été 1926 la religion catholiqe était pratiquement interdite. En août 1926 le culte public catholique fut suspendu.

La loi du 9 novembre 1926 allait reserrer l' étau dans l' Etat de Jalisco : si les prêtres étaient surpris en train de donner les sacrements, ils étaient passibles de mort. Beaucoup vivaient cachés chez des paysans ou dans des appartements en ville. Les autres étaient voués à la prison ou au peloton d' exécution. 

 

 En septembre 1927 il fut envoyé à Téquila ( Jalisco ) dans une région dominée par les forces fédérales gouvernementales. Le père Thuribe Romo célébrait la messe dans une ancienne distillerie pour quelques fidèles en cachette.

En décembre 1927 son frère cadet Romain fut ordonné au sacerdoce et vint l' aider à Téquila. Ils vivaient cachés dans une barraque de l' hacienda d' un propriétaire terrien Léon Aguirre qui l' avait mise à leur disposition dans son ranch d' Agua Caliente.

Prêtre au coeur sensible et assidu à l' oraison, il avait écrit dans son journal : Seigneur ne me laissez pas un seul jour sans pouvoir dire la messe, sans vous embrasser dans votre communion. "

Le mercredi des Cendres 22 février 1928 il demanda à son frère de l' écouter en confession et lui remit une enveloppe cachetée.

Le 24 février il passa la journée et la nuit à mettre à jour les registres paroissiaux. Il prit un peu de repos vers cinq heures du matin avant de dire la messe un peu plus tard, mais une troupe de soldats des forces fédérales gouvernementales menée par un délateur fit irruption dans la pièce. Le traître leur cria c' est lui le prêtre !  Il fut tiré de son sommeil et à moitié soulevé fut assassiné.

                                             Plutarco Calles 1877-1945

Les soldats le dépouillèrent de ses vêtements et transportèrent son corps en une procession blasphématoire pendant laquelle ils chantaient des obscénités. Il jettèrent son corps dans le village voisin où habitait sa soeur Maria. Elle se rendit à pied à Guadalajara prévenir ses parents qui purent l' enterrer le jour suivant.

Quelques jours plus tard son frère ouvrit l' enveloppe qui contenait son testament : " Cher Père Romain prends soin de nos vieux parents et protège-les des souffrances et prends soin aussi de notre soeur Maria qui fut une mère pour nous. Dis deux messes pour les âmes du purgatoire et rembourse la dette de trois pesos cinquante centimes que je dois au curé de Yahualica..."

A une messe de première communion d' une vingtaine d' enfants quelques jours avant sa mort, tenant l' hostie entre les mains, il avait dit : " Je vous offre Seigneur mon sang pour la paix de l' Eglise. "

En 1948 son corps fut déposé dans une chapelle spécialement construite près de son lieu de naissance à Jalostotitlan.

 

Il fut béatifié en 1992 et canonisé en 2000 par Jean-Paul II. La Constitution anti-catholique de 1917 ne fut que partiellement amendée en 1992.

Lien : http://www.arquidiocesisgdl.org.mx

                               Chapelle de Santa Ana où repose saint Thuribe

(1) Au niveau fédéral, il créa une église patriotique, heureusement sans écho. Il finança l' implantation de " dénominations protestantes " avec l' aide des Etats-Unis; fit fermer les écoles catholiques en imposant l' athéisme obligatoire; expulser les congrégations; interdire les syndicats; confisqua la majorité des églises et fit profaner les autres; soumit à de fortes amendes ou des peines de prison la possession d' images pieuses ou de médailles; prohiba l' enseignement religieux même dans les familles, etc...

Ces mesures ne furent pas appliquées dans les trois-quarts du pays aux mains des Cristeros jusqu' en 1929,  mais le furent partiellement ensuite après la fin de la guerre civile en 1929.

Au niveau des Etats, des lois locales renforçèrent la  répression. Par exemple dans l' Etat de Tabasco soumis aux forces fédérales, pour être prêtre en 1925 il fallait être mexicain de naissance, avec cinq années de résidence consécutives dans l' Etat, avoir plus de quarante ans, avoir fait ses études dans une école d' Etat, et...être marié !! Autant dire une loi provocatrice et inapplicable.

En juin 1926 les églises furent nationalisées, les organisations non-gouvernementales interdites ( donc pour la plupart catholiques ). Une religieuse en activité encourait deux ans de prison, une supérieure six ans ! L' emprisonnement immédiat sans jugement était passible pour toute personne encourageant une autre à prononcer des voeux, ainsi que l' interdiction du port de l' habit religieux...Ce ne furent que les premières mesures qui déclenchèrent d' abord une résistance passive du pays ( 15 millions d' habitants ) puis une résistance armée dans les campagnes.

La mesure qui mit le feu aux poudres fut celle de l' obligation d' enregistrement des prêtres avec serment de non-prosélytisme.


Ce fut la seule mesure à laquelle l' épiscopat mexicain s' opposa...

 

Un seul évêque, Mgr Manriquez ( de Huejulta ) avait protesté début 1926, il fut condamné à un an de prison puis définitivement exilé en 1927.

 TOUS les autres évêques  ( 37 ) se turent. L' un d' entre eux, Mgr Gonzalez ( de Durango ), au début favorable à l' insurrection se rétracta ensuite. Certains furent même très hostiles aux  résistants.

Aux Arreglos de 1929 ( règlements de paix ) imposés par le président Portes Gil avec la médiation des Américains favorables au gouvernement laïciste,  tous les évêques se soumirent aux lois du gouvernement qui permit alors un contrôle de l' Eglise sans en interdire le culte.

Repost 0