Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 21:25
nicolas-konrad.jpg   Nicolas Konrad naquit le 16 mai 1876 à Strusow (  ou Strusiv ) près de Ternopil ( Tarnopol ). Il fit ses études théologiques à Rome ( dont une partie à l' Angelicum ) et reçut l' ordination presbytérale en 1899 dans le rite byzantin pour les Uniates de la région de Lwow ( Lemberg en allemand ), capitale de la  Galicie orientale autrichienne.

Il enseigna la philosophie dans divers lycées galiciens et fut un temps aumônier des réfugiés ruthènes en Suisse.

Après la guerre, il devint enseignant entre 1920 et 1929 à Trembowla ( aujourd' hui Terebovlia ) et à Brzezany ( Berejany, aujourd' hui en Ukraine ) jusqu' à ce que l' évêque métropolite Scheptytsky ( ou Szeptycki selon l' orthographe polonaise ) ne l' appelle en 1930 à l' académie théologique de Lwow, alors en Pologne. Il administrait aussi la paroisse gréco-catholique de Stradcz ( prononcer Stratch ).

En 1939 ,cette partie de la Pologne fut envahie par l' Armée Rouge qui l' intégra à l' Ukraine soviétique. En juin 1941, l' armée d' Hitler chassa les Soviétiques.

Avec l' un de ses paroissiens, le bienheureux Wladimir Pryjma, il rendit visite à une vieille femme malade pour lui donner les derniers sacrements le 26 juin 1941. Au retour les deux hommes furent arrêtés par des agents du NKVD et torturés à mort en haine de la Foi.

 
wladimir-pryjma.jpg
Wladimir Pryjma était un jeune père de famille né à Stradcz le 17 juillet 1906, et était chef de choeur à la paroisse.

Il furent béatifiés par Jean-Paul II le 27 juin 2001.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 20:59
André Iszczak ( prononcer Ichtchak ),  naquit le 23 septembre  1887 à Nikolaïev-sur-le-Dniestr  et étudia en Galicie orientale ( appartenant à l' Empire austro-hongrois ) près de Lemberg (  Lwow ) dans une région peuplée de Polonais et d' Ukrainiens ( Ruthènes ). Il fit ses études théologiques à Lwow, puis à Innsbruck dans la partie autrichienne de l' Empire.
Après son doctorat en 1914, il reçut l' ordination presbytérale dans le rite byzantin ou gréco-catholique, pour les Uniates ( c' est-à-dire les Ruthènes de confession catholique et de rite oriental identique à celui des Orthodoxes slaves ). Il exerça son ministère en Galicie orientale qui devint après la  première guerre mondiale partie intégrante de la nouvelle Pologne ( et qui est aujourd' hui en Ukraine occidentale  ).

Ishchak.jpg

Il devint prêtre de paroisse, et préfet au séminaire de Lwow. A partir de 1928 il enseigna le droit canon et la dogmatique à la faculté de théologie de Lwow.
Lorsque la région fut occupée par l' armée soviétique en septembre 1939, conformément aux accords Ribbentrop-Molotov, les Uniates furent interdits de culte.

Le bienheureux André Iszczak fut assassiné à Sychow ( Sykhov en russe, aujourd' hui Sykhiv )  le 26 juin 1941 par des soldats soviétiques qui battaient en retraite devant l' envahisseur allemand. L'armée allemande avait en effet envahi en juin 1941 la zone d' occupation soviétique en attaquant l' URSS.
Les commissaires politiques communistes firent jusqu' à la dernière minute des procès, aboutissant souvent à la mort, contre l' élite intellectuelle polonaise et ukrainienne, et parmi cette dernière l' élite religieuse gréco-catholique en premier lieu, dont Staline souhaitait la disparition totale. Celle-ci fut souvent accusée de collaborer avec l' ennemi allemand, prétexte tout trouvé pour son élimination.

Le bienheureux André Iszczak fut béatifié le 27 juin 2001 par Jean-Paul II avec d' autres martyrs de la seconde guerre mondiale d' origine ukrainienne.


NB :  on retrouve souvent l' orthographe " iscak  " pour  transcrire de l'  alphabet cyrillique  le nom  du bienheureux André Ichtchak. J' ai repris l' orthographe polonaise, ne disposant pas de clavier cyrillique.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 00:12
Chanoinesse Régulière Hospitalière de la Miséricorde de Jésus, Marie Lhuilier ( en religion Soeur Marie de Sainte Monique )  fait partie du groupe des 19 martyrs de Laval béatifiés en 1955.

Elle naquit à Arquenay le 18 novembre 1744 et fut tôt orpheline. Presque analphabète, elle devint domestique jusqu' au jour où elle frappa à la porte du couvent Saint-Julien des Soeurs Augustines Hospitalières de la Miséricorde de Jésus. Elle fut admise au service des malades de l' Hospice de Château-Gontier; et après beaucoup de souffrances et d' humilitations put faire sa profession religieuse en 1778 en tant que soeur converse.

En 1794 pendant la Terreur, les soeurs durent abondonner leur hôpital et se réfugier à Laval en Mayenne. Elle fut arrêtée. Le juge lui proposa de prêter le serment de liberté et d' égalité ( ce qui était une manière de dénoncer ses voeux de religieuse ) contre la vie sauve.

martyrs-laval.jpg

Elle refusa et fut condamnée à la guillotine. A  l' énoncé du jugement, elle s' agenouilla et s' écria : " Mon Dieu, quelle grâce Vous me faites de me compter parmi Vos martyrs, alors que je suis une grande pécheresse ! " Elle fut guillotinée près de Laval le 25 juin 1794, en déclarant que sa mort était douce en comparaison de celle que le Sauveur avait subie.

Prions pour que les évêques de Laval  ( et spécialement Mgr Maillard )  se souviennent de ces martyrs !

Repost 0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 23:22
" Dès le sein de ma mère, le Seigneur m' a appelé par mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m' a caché dans l' ombre de sa main, il a fait de moi une flèche de choix. "

saint-jean-baptiste.jpg
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 23:16
Les gendarmes ont  évacué les  " méchants "...Pourquoi méchants ?
Réponse : car ils étaient fidèles au rite de leurs ancêtres.
Refrain connu au cours des siècles.

Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/categorie-1183478.html

lourdes2.jpg
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 04:01
L' Eglise ne fête pas la naissance des saints à la vie d' ici-bas, mais seulement leur mort, qui est leur naissance au ciel.
Elle fait exception pour la Bienheureuse Vierge Marie ( 8 septembre ) et pour saint Jean-Baptiste dont la naissance fut sainte : " Il sera rempli du Saint-Esprit dès le sein de sa mère  " dit l' Evangile de ce jour. Et Jésus portera sur son Précurseur ce témoignage : " Parmi les enfants nés de la femme, il n' en est pas de plus grand que Jean-Baptiste " ( Mt 11, 11 ).
Comme toutes les solennités liturgiques, celle-ci était fêtée à Rome par une veillée nocturne qui est à l' origine de la messe de ce jour. 

elisabeth-giovanni-di-paolo.jpg


Nativité de saint Jean-Baptiste ( Giovanni di Paolo, 1453, Londres, National Gallery )
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 23:46
saint-paulin-de-nole.jpg Patricien de Bordeaux, instruit par le poète Ausone, Paulin est consul en 378. Il est marié quand il se fait baptiser en 389.
Ayant distribué ses biens aux pauvres, il est ordonné prêtre et se fixe à Nole, en Campanie. Il y vit en moine, avec des disciples et sa femme Thérèse dans la prière et la chasteté, le jeûne et le travail. Il compose des poèmes en l' honneur de saint Félix de Nole ( fêté le 14 janvier ).
Elu évêque de Nole en 409, il meurt le 22 juin 431,  laissant de très nombreuses lettres. 
Liens :
saint Paulin et saint Amand : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-10936070.html
saint Paulin et sainte Mélanie : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-26295715.html
Repost 0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 21:48
saint-louis-de-gonzague.jpg  Fils du Duc de Mantoue, Louis de Gonzague naquit le 19 mars 1568. Il fut voué à une éducation militaire, comme le prédestinait sa haute naissance. Mais à peine adolescent, il sentit que sa voie était celle de Dieu et de l' Eglise.

Il reçut à douze ans la Première Communion des mains de saint Charles Borromée en visite à Brescia, et fit voeu de chasteté. Chasteté qui le conduisait à mortifier son regard et à détourner les yeux de situations qu' il jugeait risquées et que l' on considérerait aujourd' hui comme banales...Il eut particulièrement à défendre sa pureté lorsqu' il fut page pendant deux ans à la Cour de Madrid.

Il prit ensuite contre l' avis de son père la décision d' entrer dans la Compagnie de Jésus ( ou Jésuites ). Renonçant à son titre et à ses privilèges, il fit ses études au Collège Romain et se dédia aux malades pendant l' épidémie de peste de 1590. Il mourut peu après, ayant contracté la maladie, le 21 juin 1593 à Rome.

Il fut canonisé par Benoît XIII en 1726. Son corps repose dans la fameuse église de Saint-Ignace à Rome.
Repost 0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 21:28
Après la dictature de Porfirio Diaz ( 1876-1911 ) au Mexique, il y eut une période de guerre civile et de troubles. Dans ces conditions, la situation de l' Eglise mexicaine fut rendue extrêmement difficile, surtout après l' entrée en vigueur le 5 février 1917 d' une constitution anti-cléricale et violemment anti-catholique. La situation empira à partir de 1924 sous l' action du gouvernement Calles qui interdit le culte catholique.

José Isabel naquit à Santa Maria de la Paz, Zacatecas, dans le diocèse de Guadalajara le 28 novembre 1866. Il fut curé à Matatlan  ( Etat de Jalisco )  pendant 26 ans. Il fut un père attentif pour ses paroissiens, zélé dans la prière et l' esprit de sacrifice.

Il fut odieusement trahi par l' un de ses vieux amis paroissiens qui, à l' instar de Judas, le dénonça aux autorités locales de Zapotlanejo, le petit bourg où il exerçait son ministère paroissial dans la clandestinité.

Il fut arrêté le 18 juin 1927 alors qu' il s' apprêtait à célébrer la messe dans une ferme, et enfermé pendant trois jours. Le 21 juin, il fut égorgé dans le cimetière du village, et non pas fusillé, car un des soldats du peloton d' exécution ( qui fut lui aussi assassiné ) avait refusé de tirer, ayant reconnu le prêtre qui lui avait donné autrefois les sacrements.

José Isabel Flores Varela fut béatifié en 1992 et canonisé en 2000.
Repost 0
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 19:30
Le fait d' être mère d' un magistrat municipal de Dublin ne fut pas pour Marguerite  ( Margaret )  Ball, née Bermingham, motif d' orgueil, mais plutôt source de souffrances, et certainement la cause de sa mort, comme martyre de l' Eglise.
blessed-margaret-ball.jpg
Le contexte historique se déroule dans une époque troublée par le schisme anglican, déclenché par Henri VIII qui se fit proclamer chef de l' Eglise d' Angleterre par l' Acte de Suprématie. L' Irlande fit de même en 1536 et le Parlement de Dublin ainsi exposa l' Eglise catholique à la persécution...

Marguerite avait à l' époque vingt ans, étant née en 1515 d' une ancienne famille de l' île, et épouse de Barthélémy Ball depuis l' âge de seize ans. La famille était profondément catholique et jouissait d' une position aisée dans la société irlandaise. Barthélémy Ball, riche marchand, devint maire de Dublin en 1553-1554. Dans leur demeure, les Ball avait une chapelle privée avec un chapelain et Marguerite s' occupait d' une école catholique qu' elle patronnait.

Devenue veuve en 1568, Marguerite, qui offrait l' hospitalité à de nombreux prêtres et religieux, n' eut plus le soutien de son mari, alors que la situation politique devenait risquée pour les Catholiques.
 En 1570 la  reine Elisabeth Ière fut excommuniée, tandis qu' une féroce persécution s' abattait sur les Catholiques anglais, et aussi sur les Irlandais.
Vers la fin de la décennie, Marguerite Ball fut arrêtée sous le prétexte d' avoir fait célébrer une messe chez elle, puis elle fut relâchée sous caution.

Entretemps, l' un de ses fils, Walter, pétri d' ambitions, décida de briguer le conseil municipal de Dublin. Pour cela il devait renoncer à sa foi et reconnaître la reine d' Angleterre comme chef suprême de l' Eglise d' Angleterre et de l' Eglise d' Irlande. C' est ce qu' il fit. Sa mère essaya de l' en dissuader, mais il ne renonça pas à ses ambitions. Au contraire, il vit en sa mère, l' obstacle majeur à la réussite de sa carrière politique.

Peu après sa nomination comme maire, il fit arrêter sa mère, sous l' accusation d' avoir accueilli chez elle un prêtre persécuté. A près de 70 ans, la bienheureuse Marguerite Ball fut promenée sur un chariot découvert à travers toute la ville de Dublin et exposée aux railleries populaires. Elle fut emprisonnée plusieurs années dans une prison insalubre avec seize autres martyrs de la Foi et y termina ses jours en 1584, ayant refusé d' abjurer.

Elle fut béatifiée par Jean-Paul II le 27 septembre 1992.
Repost 0