Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 20:25
Sébastien Kimura naquit en 1565 au Japon, dans la ville de Firando, d' une famille convertie au catholicisme au moment de la mission de saint François-Xavier. Il était cousin de deux autres futurs martyrs japonais : Léonard Kimura et Antoine Kimura.

A onze ans, il se mit au service de l' église des Jésuites de Firando, puis entra au séminaire des Jésuites de Bungo. A 19 ans, il demanda son entrée dans la Compagnie de Jésus.
Il devint alors catéchiste, puis fut transféré à Macao, possession portugaise en Chine,  où il étudia la théologie. Il retourna au Japon en 1610, et il fut le premier Japonais à être ordonné prêtre, à Nagazaki.

Lors de la seconde persécution contre les Chrétiens, le Père Kimura fut habile à se camoufler sous les identités les plus diverses : médecin, soldat, marchand, paysan, etc... Il réussit à gagner les endroits les plus périlleux, comme par exemple  les prisons, pour réconforter ses frères dans la Foi prisonniers.
Il savait qu' il était  recherché, c' est pourquoi le Père provincial des Jésuites lui demanda de se cacher à Nagazaki ; mais il était trop tard.  Le 30 juin 1621, trahi par une esclave coréenne, il fut arrêté  alors qu' il se trouvait dans la maison d' un Catholique coréen.  Toute la maisonnée fut arrêtée, ainsi que des catéchumènes des environs. Ils furent enfermés à la prison de Suzuta, où se trouvaient d' autres prisonniers chrétiens, comme le Père Charles Spinola ( 1564-1622 ) et quatre novices - certains étant  là depuis quatre ans.
Ils furent à peine tenus en vie, dans un froid terrible, et souffrant de la faim. Ils traversèrent mutuellement ces épreuves dans la prière et le soutien spirituel.

nagazaki.jpg

Le 9 septembre 1622, les prisonniers - les Pères Kimura et Spinola et 22 novices et fidèles catholiques - furent condamnés à mort par le gouverneur. Ils furent transférés en barque dans la région de Nagazaki et rejoints par d' autres prisonniers. On avait déjà préparé des bûchers sur les collines qui dominaient la ville.
Le lendemain, 22 d' entre eux furent brûlés vifs, parmi eux les PP Spinola et Kimura, et  30 furent décapités. Une foule immense assistait au supplice qui dura de longues heures. Le bienheureux Sébastien Kimura, premier prêtre japonais, mit trois heures avant d' expirer. Il fut le dernier à rendre l' âme.



Nagazaki, ville qui abritait la plus importante communauté chrétienne du Japon, fut choisie par l' armée américaine pour subir avec Hiroshima le bombardement atomique de 1945.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 20:12
Né à Madrid, il entra chez les Dominicains de Valladolid. En 1602, il fut à la tête du premier groupe de cinq Dominicains qui pénétra au Japon.

fran--ois-de-morales.jpg

L' accueil du peuple et de l' empereur lui-même fut chaleureux au début. Ce dernier voulait faire sa connaissance au plus vite. Mais la jalousie des bonzes lui fit croire que la venue des missionnaires ferait s' abattre sur le pays de grands malheurs.
L' empereur interdit bientôt à ses sujets de s' entretenir avec les missionnaires, et plus encore de se convertir au christianisme. En 1614, il ordonna à tous les missionnaires de quitter le pays sous peine de mort.
Le bienheureux François, qui exerçait un apostolat fécond, décida de rester avec un groupe de confrères.

Il fut arrêté en 1619, et tenu prisonnier jusqu' au 10 septembre 1622, jour où il subit le martyre avec 27 chrétiens japonais et 25 autres missionnaires.
Repost 0
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 19:57
Extrait de l' homélie du Saint-Père en Autriche le 8 septembre, lors de son pélerinage à Mariazell :

benoit-XVI-autriche.jpg

" De fait, notre Foi s' oppose de manière décisive à la résignation qui considère l' homme comme incapable de vérité, comme si cette dernière était trop grande pour lui.

Cette résignation face à la vérité est le noyau de la crise de l' Occident et de l' Europe.

Si pour l' homme, il n' existe pas une vérité, au fond, celui-ci ne pourra pas distinguer le bien et le mal (..).
Nous avons besoin de la vérité. Certes, à cause de notre histoire, nous avons peur que la Foi dans la vérité comporte de l' intolérance. Si cette peur, qui a de bonnes raisons historiques, nous assaille, il est temps de regarder Jésus, comme nous le voyons ici dans le sanctuaire de Mariazell, comme l' Enfant dans les bras de sa Mère et comme crucifié. " 
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 19:53
Né à Sant' Angelo en 1246, Nicolas entra chez les Ermites de Saint-Augustin à Tolentino, à la suite d' un sermon sur le mépris du monde.
Modèle d' humilité et de fidélité à la règle, il célébrait la messe avec une admirable piété. Toute sa vie témoignait de son amour pour la Croix. Ilmourut le 10 septembre 1310 en disant : " Entre vos mains, Seigneur, je remets mon esprit ! "
Repost 0
9 septembre 2007 7 09 /09 /septembre /2007 15:54
Hier nous fêtions la Nativité de la Très Sainte Vierge Marie.

nativit---de-la-vierge-santa-croce-florence.jpg

Salut mère sainte qui a mis au monde le Roi qui gouverne le ciel et la terre dans les siècles des siècles !

Ps 44
De mon coeur jaillit un chant de fête, j' adresse mon poème qu Roi.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit pour des siècles des siècles.
Ainsi soit-il.


Illustration : fresque de la chapelle Rinuccini ( basilique Santa Croce de Florence ), par Giovanni da Milano XIVème siècle. 
Repost 0
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 23:12
 Etienne-de-Chatillon.jpg
 Saint Etienne naquit dans une famille de la noblesse de Châtillon-des-Dombes en 1149. Adolescent, assidu à la prière, il pratiquait le jeûne et l' abstinence. A 25 ans, il entra à la chartreuse des Portes-en-Bugey dont il devint finalement le prieur. 

Il accepta ensuite avec résignation la dignité d' évêque de Dié. Mais il mourut peu de temps après le 7 septembre 1208. Déjà pendant sa vie de nombreux miracles lui furent attribués : guérison d' une femme  malade, prophétie au sujet de la naissance de l' Ordre des Prêcheurs de Saint Dominique ( 1215 ), etc... 

Les miracles se poursuivirent après sa mort, à tel point qu' en 1231, l' évêque de Vienne demanda sa canonisation. En 1557, son corps fut retrouvé intact, lors d' une exhumation de ses reliques ; mais en 1561; sa tombe fut profanée et brûlée par les Huguenots. 


En 1852 , le bienheureux Pape Pie IX confirma son culte pour le diocèse de Dié.  
Repost 0
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 21:22
Jean-François Czartoryski * naquit à Pelkinie ( près de Jaroslaw ) le 19 février 1897 dans une branche provinciale de la célèbre famille princière polonaise des Czartoryski, si étroitement associée à l' histoire de la Pologne, de la Lithuanie et d' autres pays. Il fut éduqué dans un profond esprit marial. Deux des frères de Jean-François devinrent prêtres, et une soeur Visitandine. Il étudia dans un lycée moderne de Cracovie, puis à Lwow ( aujourd' hui en Ukraine occidentale ) où il devint ingénieur architecte.

bienheureux-michel-czartoryski-enfance.jpg

En 1918, il s' engagea dans la nouvelle armée polonaise contre les Bolchéviques et fut décoré en 1920.
Dans les années tourmentées qui prolongèrent l' indépendance de la Pologne, il fit partie d' organisations catholiques à partir de 1921, en particulier " Renaissance " ( Odrodzenie ) à Lwow. Il participa aussi à de nombreuses récollections, notamment en 1924 chez les Rédemptoristes de Cracovie. 

jaroslaw.jpg
                        Couvent de Jaroslaw, fondé en 1777.

En 1926 après avoir séjourné en France et en Belgique, il entra au séminaire latin de Lwow, et en 1927 au noviciat dominicain de Cracovie. Il prit l' habit à la chapelle Saint-Jacques et reçut le nom de Michel en religion ( Michal en polonais ). Il fut ordonné en 1931 dans l' église du couvent dominicain de Jaroslaw  et termina ses études de théologie en 1932. Il participa à l' édification d' un nouveau couvent dominicain à Sluzew ( Varsovie ) de 1937 à 1939. Il y réunit de nouvelles vocations en tant que maître d' études, et raffermit le Tiers-Ordre de Saint Dominique dans la région. 

sluzew.jpg
                                   Sluzew

Il mourut assassiné par des soldats allemands le 6 septembre 1944 lors du soulèvement de Varsovie, alors qu' il était chapelain du groupe de résistance " Konrad ".

bienheureux-michel-czartoryski.jpg

Il fut béatifié par Jean-Paul II en 1999. Il a été proclamé patron de la ville de Jaroslaw, près de laquelle il naquit et où se trouve un célèbre couvent dominicain.

* Prononcer Tchartoryski

Liens :  www.dominikanie.pl
             www.jaroslaw.dominikanie.pl
Repost 0
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 20:58
 Le Patriarche de Moscou et de toutes les Russies  Alexis II  a décoré Mgr Antonio Mennini, Nonce apostolique en Russie de l' ordre de Saint-Daniel.
Dans son message, le Patriarche souligne que cette distinction a été attribuée au représentant du Saint-Siège pour " son attention dans l' oeuvre du développement des bonnes relations entre l' Eglise orthodoxe russe et l' Eglise catholique romaine " à l' occasion du soixantième anniversaire de Mgr Mennini.

mennini.jpg

La décoration patriarcale a été remise à Mgr Meninni à la nonciature de Moscou par l' archiprêtre Vsevolod Tchapline, vice-président des relations extérieures du Patriarcat de Moscou et par le Père Igor Vyjanov, secrétaire aux relations entre Chrétiens.
Mgr Mennini a été nommé Nonce en Russie par le Pape Jean-Paul II en novembre 2002.
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 20:08
José Bleda naquit à Lugar Nuevo de Fenollet ( province de Valence ) le 23 juillet 1867 dans une famille profondément chrétienne. Il était l' aîné de trois fils. On se souvient de son enfance pieuse. Il dut attendre pour entrer dans les Ordres le retour d' un de ses frères qui servait sous les armes pendant la guerre de Cuba. Il fallait en effet aider la famille...
Il entra donc à 32 ans, en 1900, chez les Capucins à Massamagrell sous le nom de Bérard. Il fit sa profession perpétuelle en 1904 à Orihuela ( province d' Alicante ).
Ses supérieurs dirent de lui qu' il était fils de l' obéissance et que son tempérament était extraordinairement pacifique. Il vécut au couvent d' Orihuela une vie humble et édifiante.

bienheureux-berard-de-lugar-de-fenollet.jpg 

Au début de la guerre civile en 1936, le couvent fut fermé et le Frère Bérard partit se réfugier chez des proches à la campagne. Il poursuivit sa vie de prière et se dédia à des oeuvres de charité dans la patience et l' humilité. Il était déjà presque aveugle à 69 ans.
La nuit du 30 août 1936, il fut arrêté par le Comité local sous un prétexte fallacieux. Le 4 septembre, il fut conduit sur la route de Beniganim où il fut fusillé...
Repost 0
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 19:18
Le clergé et les religieux étaient considérés comme dangereux par le régime nazi occupant la Pologne. Hitler voulait soumettre les Polonais, détruire leur classe dirigeante et leur élite intellectuelle, et faire disparaître toute identité nationale polonaise. Le même programme fut appliqué à la Biélorussie soviétique occupée après 1941. Celle-ci qui avait eu certaines des ses régions ayant fait partie du royaume de Pologne, en partie absorbé par l' Empire russe,  avait souffert de la politique d' athéisme soviétique. A partir de 1939, des religieux polonais vinrent prêter main forte à l' Eglise locale. Mais bientôt elle eut aussi à souffrir de la répression allemande.

Dans les seuls environs de Nowogrodek - dont il est question ici - plus de soixante prêtres et religieuses furent tués par les nazis entre 1942 et 1943. 

maria-stella.jpg



Les onze soeurs de la Congrégation de la Sainte-Famille-de-Nazareth avaient leur maison religieuse à Nowogrodek. 120 habitants de la ville furent arrêtés par la Gestapo en juillet 1943. Les soeurs se rendirent au commissariat pour tenter de négocier leur libération, au moins pour les chargés de famille. Elles étaient prêtes à échanger leur sort. Le 31 au soir, elles furent convoquées. N' ayant pas trempé dans des complots ou des actes de résistance, elles pensaient être condamnées aux travaux forcés en Allemagne. Mais leur erreur d' appréciation leur fut clairement révélée, lorsqu' un camion les transporta directement de leur lieu d' arrestation à trois kilomètres de la ville pour les fusiller. Sur la route, des paysans aux champs aperçurent le camion et ses prisonnières, et les gestapistes craignirent une réaction des habitants de la région. Ils les enfermèrent dans une cantine municipale, où elles passèrent la nuit dans la paix et la prière. Elles furent conduites le lendemain matin,  1er août, dans un champ situé plus loin à 5 kilomètres, et fusillées avec un jeune témoin de leur arrestation...

nowogrodek.jpg

   Les bienheureuses de Nowogrodek ( Adam Styka, 1890-1959 )

Elles furent tout de suite vénérées par la population locale qui fit spontanément appel à leur intercession.



La Mère Maria Stella ( Marie-Estelle ) du TS Sacrement ( dans le siècle AdélaÏde Mardosewicz ) était la supérieure et avait 55 ans. Elle avait dû subir la spolation des biens de la Communauté pendant l' occupation soviétique et avait dû abandonner la maison - nationalisée...Mais pendant ces heures sombres, elles avait réussi à maintenir l' esprit de prière et de sacrifice à ses soeurs.
Les autres soeurs étaient :
Marie-Imelda de Jésus Hostie ( Edwige Zak ) 51 ans.
Marie-Raymonde de Jésus-Marie ( Anne Kukolowicz ) 51 ans.
Marie-Danièle de Jésus-Marie ( Eléonore Jozwik ) 48 ans.
Marie-Canut de Jésus-du-Jardin-de-Gethsémani ( Josèphe Chrobot ) 47 ans.
Marie-Sergie de ND-des-Douleurs ( Julie Rapici ) 43 ans.
Marie-Guidone de la Miséricorde-Divine ( Hélène Cierpka ) 43 ans.
Marie-Félicité ( Pauline Borowik ) 38 ans.
Marie-Héliodore ( Léocadie Matuszewska ) 37 ans.
Marie-Canicie ( Eugénie Mackiewicz ) 39 ans.
Marie-Borromée ( Véronique Narmontowicz ) 27 ans.

Le Pape Jean-Paul les a béatifiées le 5 mars 2000, fixant  leur mémoire liturgique le 4 septembre.  


Repost 0