Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 17:49
 camille-constanzo.jpg  Camille Constanzo naquit dans la province de Reggio de Calabre à Bovalino en 1572. Il fit ses humanités et son droit à Naples et entra à vingt ans dans la Companie de Jésus. Il se destinait aux Missions d' Extrême-Orient. Il partit donc pour les Indes en 1602, puis pour la Chine. Il débarqua à Macao, possession portugaise, mais les Portugais refusèrent qu' il poursuivît son chemin. Il décida donc de rejoindre la Mission de Nagazaki, où il arriva le 17 août 1605. 

Il étudia pendant une année la langue japonais et les coutumes locales, puis commença son ministère dans la ville de Sakaï et ses environs. Il établit de solides bases chrétiennes, et lorsque commença la persécution de 1614, sur les 800 Japonais à qui il avait administré le sacrement de baptême, seulement trois ou quatre d' entre eux apostasièrent.

L' ordre d' expulsion des missionnaires le contrint à retourner à Macao, où il vécut pendant six ans. Il en profita pour étudier la loi de Bouddha, et en relever les contradictions, par rapport à la doctrine chrétienne. Il écrivit une quinzaine de traités et d' opuscules.
Ses supérieurs désiraient le garder en Chine, mais il préféra retourner au Japon. Il y revint en 1621, déguisé en soldat. Découvert sur le bateau du retour, le capitaine voulut le livrer aux autorités, mais sur l' intervention de deux convertis japonais, il put débarquer à l' archipel de Firando, où il reprit son apostolat.
Il recueillit de nouvelles conversions dans les îles environnantes.
Une Japonaise convertie de Izichuki, désirait qu' il rencontrât son mari, pour l' entretenir de la Foi, mais celui-ci le dénonça au gouverneur qui fit venir trois bateaux armés à sa recherche.
On retrouva le Père Constanzo sur l' île d' Oku le 24 avril 1622. Il fut condamné au bûcher, et emprisonné à Tabira.

Il subit le martyre le 15 septembre 1622, et prêcha jusqu' au dernier moment à la foule qui assistait au supplice.
 

Repost 0
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 17:03
Stabat Mater dolorosa.
Juxta Crucem lacrymosa,
Dum pendebat Filius.

Codex-aureus-Lorsch-crucifix.jpg
                          Codex  Aureus Crucifix Lorsch


Cujus animam gementem
Contristatam et dolentem,
Pertransivit gladius.

O quam tristis et afflicta
Fuit illa benedicta
Mater Unigeniti.

berswordt1400.jpg
                            Berswordt, XVème siècle

Quae moerebat et dolebat,
Pia Mater, dum videbat
Nati poenas inclyti.

Quis est homo qui non fleret
Matrem Christi si videret
In tanto supplicio.

Quis non posset contristari
Christi Matrem contemplari
Dolentem cum Filio.

crucifixion-bruges.jpg
                                     Crucifixion Bruges

Pro peccatis suae gentis
Vidit  Jesum in tormentis
Et flagellis subditum
Dum emisit spiritum.

Eia Mater, fons amoris,
Me sentire vim doloris
Fac, ut tecum lugeam.

Fac, ut ardea cor meum
In amando Christum Deum,
ut sibi complaceam.

Sancta Mater, istud agas
Crucifixi fige plagas
Cordi meo valide.

j--sus-marie-jean.jpg

Tui Nati vulnerati
Tam dignati pro me pati,
Poenas mecum divide.

Fac me tecum pie flere
Crucifixo condolere,
Donec ergo vixero.

Juxta Crucem tecum stare
Et me tibi sociare
In planctu desidero.

Virgo virginum praeclara,
Mihi jam non sis amara,
Fac me tecum plangere.

Fac ut portem Christi mortem,
Passionis fac consortem,
Et plagas recolere.

Saint-2BWenceslaus-2BChurch--2Bin-2BSaint-2BLouis--2BMissouri-2B--2Bcrucifixion-2Bpainting.jpg
    Eglise Saint-Wenceslas; Saint-Louis, Missouri ( Etats-Unis ).

Fac me plagas vulnerari.
Fac me Cruce inebriari,
Et cruore Filii.

Flammis ne urar succensus,
Per te, Virgo, sim defensus
In die judicii.

Christe, cum sit hine exire
Da per Matrem me venire
Ad palmam victoriae.

Quando corpus morietur,
Fac ut animae donetur
Paradisi gloria. AMEN. 

tol--de---glise-des-j--suites.jpg
          Tolède, église des Jésuites.
Repost 0
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 12:37
" Debout, la Mère douloureuse près de la Croix était en larmes devant son Fils suspendu. " 

La piété chrétienne contempla d' abord la Vierge au pied de la Croix. C' est le thème du Stabat Mater.

mise-au-tombeau-berry-aigueperse.jpg

Ensuite on honore spécialement les sept douleurs de la BVM : La prophétie de Siméon, la fuite en Egypte, la perte de Jésus à Jérusalem, son départ pour la vie publique, sa rencontre avec Jésus au Calvaire, le pied de la Croix, enfin la douleur de Marie tenant son fils sur les genoux ( la Pietà ).  


Illustration : Mise au tombeau, église d' Aigueperse ( Berry ).

Repost 0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 19:35
Villalon-Acebron.jpg  Bienvenue Villalon Acebron naquit le 22 mars 1890 à Zafra de Zancara ( Cuenca ) en Espagne. Il entra en 1906 chez les Frères des Ecoles Chrétiennes*, et prit le nom de Frère Aurèle-Marie. Il devint en 1933 directeur du Collège Saint-Joseph à Almeria. Il mourut  " in odium Fidei "  le 13 septembre 1936 à Almeria. Il fut martyrisé avec son confrère le Frère Joseph Rodriguez Gonzalez, né le 14 mai 1885 près de Burgos.


Au début du conflit de 1936, le Front Populaire ordonna d' arrêter les ennemis de la Révolution, en particulier les prêtres et les religieux. Les Frères des Ecoles Chrétiennes d' Almeria ( Congrégation fondée par saint Jean-Baptiste de La Salle ), au nombre de sept, furent emprisonnés dans leur école, puis dans des lieux improvisés dans de terribles conditions.
Pendant la nuit du 29 août, deux évêques et quinze autres prisonniers furent tirés de leur cachot et fusillés. Le lendemain, trois Frères furent assassinés, et leurs corps jetés dans un puit. Le 8 septembre ce fut le tour de deux autres Frères. Et dans la nuit du 12 au 13, celui des Frères Aurèle-Marie et Joseph . On jeta aussi leurs corps dans un puit.

Le Frère Aurèle-Marie avait déclaré : Quel bonheur ce serait pour nous de verser notre sang pour notre idéal, celui de l' éducation chrétienne ! Redoublons de ferveur pour être dignes d' un tel honneur ! "


Ils furent tous assassinés, sans autre forme de procès, pour avoir professé la Foi chrétienne.



  Les sept Frères des Ecoles Chrétiennes et les deux évêques assassinés à Almeria furent béatifiés par Jean-Paul II en 1993 avec un autre prêtre et une jeune femme.
La fête de ces onze martyrs est fixée au 16 octobre. Le calendrier liturgique des Frères des Ecoles Chrétiennes se souvient spécialement des Frères martyrs d' Almeria le 16 novembre.


* Institutum Fratrum Scolarum Christianorum
Repost 0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 19:16
Apollinaire Franco, moine franciscain d' origine espagnole fut envoyé au Japon, où il déploya son zèle pour l' Eglise et la Bonne Nouvelle. Il fut brûlé vif le 12 septembre 1622.

Il naquit à Aguilar del Campo en Vieille Castille et étudia le droit à Salamanque. Il fut envoyé en 1614 au Japon, au moment où se déchaînait la persécution anti-chrétienne. Il était supérieur des Franciscains du Japon. Il fut arrêté avec sa communauté et des catéchistes japonais, et emprisonné plusieurs années à Nagazaki. Ils furent rejoints en 1622 par des prisonniers en provenance des geôles d' Omura. Parmi eux se trouvaient le bienheureux Charles Spinola, sj, brillant mathématicien et astronome, et le premier prêtre japonais, le bienheureux Sébastien Kimura.

Son assistant japonais, le Frère Pierre-Paul de Sainte-Claire fut béatifié en 1867 avec lui, ainsi que le catéchiste japonais François de Saint-Bonaventure, natif de Musashi. Tous deux périrent aussi par les flammes. 18 autres prêtres franciscains du Japon furent béatifiés, ainsi que 27 laïques. 
Repost 0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 19:04
Né en Biscaye en 1577, il entra très jeune dans l' Ordre de Saint-Dominique sous le nom de Frère Thomas du Saint-Esprit. Aussitôt ordonné prêtre, il partit pour les Philippines en mission. Ensuite, il se rendit au Japon qui s' ouvrait depuis quelques années aux missionnaires chrétiens. Saint François-Xavier à partir de 1540 avait déjà semé les graines de la Mission.

Il devint vicaire général de la Province dominicaine du Japon à un moment où il fallait faire preuve d' une grande prudence, alors que les autorités voyaient d' un mauvais oeil le développement de la Foi chrétienne. Malgré la première persécution de 1597, les Dominicains s' étaient installés sur les îles japonaises de Kiushiu et Hosiu dès 1602. Ils évangélisèrent la région de Nagazaki à partir de 1610 ainsi que Meaco ( la future Kyoto ).

bienheureux-thomas-zumarraga.jpg

Les Dominicains étaient une cinquantaine au Japon, surtout Espagnols ou Italiens, mais aussi Flamands et Français. Seul l' un d' entre eux mourut de cause naturelle, tous furent martyrisés pendant cette période, surtout entre 1617 et 1637.

Zélé dans la diffusion de l' Evangile, le bienheureux Thomas du Saint-Esprit portait constammanent secours à la communauté chrétienne, apeurée par des mesures de plus en plus répressives. Lorsque la persécution de 1614 se déchaîna, il resta parmi les Catholiques. Il fut arrêté en juillet 1617, et demeura cinq années emprisonné à Omura dans de terribles conditions. 

Il fut brûlé vif le 12 septembre 1622.

Les derniers Dominicains de la Province du Japon quittèrent le pays en 1638.

Il fut béatifié par le bienheureux Pie IX en 1867. Dans l' Ordre des Frères Prêcheurs ( Dominicains ) au Japon, 12 prêtres furent ainsi béatifiés, avec 2 novices, 2 Frères, 2 laïques, 27 membres japonais ( hommes et femmes ) du Tiers-Ordre de Saint-Dominique.


Lien ( in English, en japonais ) :
www.holyrosaryprovince.org 


Lorsque les missionaires chrétiens purent revenir au Japon en 1865, ils furent surpris de trouver dans la région de Nagazaki une vingtaine de milliers de Japonais qui avaient pieusement gardé en secret certaines pratiques chrétiennes. 

Nagazaki fut le premier diocèse à être créé au Japon en 1891.
Repost 0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 18:58
maqueda-lopez.jpg      Ce séminariste de l' archidiocèse de Tolède ( Espagne ), mort à 22 ans,  sera béatifié à Rome le 28 octobre 2007, fête du Christ-Roi,  avec 497 autres martyrs de la guerre civile espagnole.



Il naquit le 10 octobre 1914 à Villacanas et mourut le 12 septembre 1936 à Dosbarrios.


Il entra à onze ans au petit séminaire de Tolède et reçut le sous-diaconat en juin 1936. Sa vie fut courte, mais elle fut centrée par la vocation et éclairée par la vie spirituelle. Il fut arrêté le 23 juin 1936 pour avoir enseigné le catéchisme à des enfants, puis il fut relâché.

Il fut à nouveau arrêté le 11 septembre 1936. Il s' était confessé une heure auparavant auprès de son directeur spirituel, Don Zaragoza. Il savait que sa dernière heure était arrivée. Il avait jeûné la veille et avait demandé à sa mère de le bénir, en disant : " Mère, donne-moi ta bénédiction, car je m' en vais au Ciel ! "

Il ajouta, devant les miliciens qui étaient venus l' arrêter et qui se moquaient de lui :  " Au-revoir au Ciel, au-revoir à tous au Ciel ! "


Il fut enfermé à l' ermitage de ND des Douleurs, qui avait été transformé en prison, et où se trouvait déjà une quinzaine de personnes, jeunes pour la majorité d' entre elles. Son premier geste fut de les réunir autour de lui, et de leur apporter un secours spirituel, en les préparant à leur fin prochaine. Ils passèrent la nuit à prier, en particulier le rosaire.

Ils furent emmenés en camion sur la route, et une fois arrivés près de Dosbarrios à deux heures du matin, débarqués sous les coups. François, les bras levés au Ciel soutenait ses compagnons par la parole et la prière.

Les miliciens lui demandèrent, car il parlait de son Père, si son père était avec lui ? Il répondit : " Vous faites erreur, mon Père est au Ciel ! " Il parlait évidemment du Seigneur...Quant à son père selon la chair, il avait aussi été fait prisonnier par les Rouges. " Et pourquoi es-tu joyeux lui demandirent-ils ? " Ils ne pouvaient comprendre...

Il leur demanda la faveur de mourir le dernier, pour aider ses compagnons par des chants de grâces.

Les miliciens les abatirent à coups de pierres, et fusillèrent les survivants.

saint-s--pulcre.jpg
                        Saint Sépulcre


Sa mémoire liturgique sera fixée le 6 novembre.
Repost 0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 18:43
Quel que soit le sens du nom de Marie, il désigne la mère de Dieu. L' invoquer, c' est exprimer notre respect, notre confiance, notre tendresse pour la Vierge. Saint Bernard a su chanter comment Marie éclaire, apaise et réconforte ceux qui l' appellent à leur secours et tournent les yeux vers  " l' étoile de la mer ".

Le Pape Innocent XI institua cette fête en 1683.

annonciation-avemaria.jpg


Virgo singularis
Inter omnes mitis,
Nos, culpis solutos,
Mites fac et castos !


Vierge sans nulle égale
Entre toutes si douce,
Libérés de nos fautes,
Rendez nos coeurs doux et chastes !


Vitam praesta puram,
Iter para tutum,
Ut, videntes Jesum,
Semper collaetemur !


Accordez une vie pure,
Tracez une voie sûre,
Pour que, voyant Jésus,
Notre joie soit sans fin !


Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-10379705.html
Repost 0
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 21:05
Charles Spinola naquit en 1564. Il était le fils du comte Octave Spinola de Tessarolo qui était au service de Rodolphe II de Habsbourg. Il fut éduqué par son  oncle, évêque de Nole, fit ses humanités classiques et excella dans l' art équestre et militaire.
A vingt ans, il entra dans la Compagnie de Jésus, au noviciat de Naples, puis de Lecce. Il fit ses études sous la direction de saint Bernardin Realino, et eut comme compagnon d' études saint Louis de Gonzague. En 1594, il fut ordonné prêtre à Milan.

spinola.jpg

En 1596, malgré la désapprobation de sa famille, il obtint de partir en mission pour le Japon. Le voyage fut long et aventureux. Une tempête faillit lui faire perdre la vie le long des côtes du Brésil, et il fut fait prisonnier par les Anglais qui l' enfermèrent en Angleterre. Une fois libéré, il se rendit au Portugal, pour remettre son projet à exécution. En 1602, avec un compagnon, Angelo de Angelis, il embarqua à nouveau. Il fut gravement malade à Goa jusqu' à Macao et rejoignit le Japon après de longs mois.
Pendant onze années, il entreprit un apostolat épuisant et fécond. Ayant appris la langue locale, il mit sur pied des écoles et forma des catéchistes. Il baptisa plus de  5000 Japonais ! Il était aussi un mathématicien brillant et était féru d' astronomie.


En 1611, il fut nommé Procurateur de la Province jésuite et vicaire du Provincial, le Père Valentin Carvalho. A partir de 1614, la persécution anti-chrétienne l' obligea à entrer dans la clandestinité. Il n'obéit pas à l' ordre de quitter le pays et se cacha sous de fausses identités. Il continuait à célébrer la messe et à distribuer les sacrements, mais il fut découvert en décembre 1618 avec Ambroise Fernandez et un catéchiste japonais Jean Kingosu dans la maison d' un commerçant espagnol Dominique Fernandez : celui-ci fut emmené et  subit le martyre un an après... Sa femme Isabelle, et leur fils Ignace furent arrêtés aussi avec le Père Spinola et tous furent enfermés ensemble en prison pendant quatre longues années.


Les causes de la persécution étaient multiples : crainte de la perte d' influence des bonzes, crainte de la main-mise de l' Espagne et du Portugal sur la région, dont les missionnaires pouvaient être qualifiés d' émissaires, intrigues des navigateurs commerçants hollandais, dont le calvinisme les mettaient en opposition avec l' Eglise catholique, et enfin violente opposition du shogun lui-même et de ses successeurs. Le Japon allait se fermer longtemps et exclure toute influence étrangère.


A cette époque les bapisés japonais étaient au nombre de 300 000. Ils subirent pendant plusieurs décennies de féroces persécutions jusqu' à la destruction complète de la communauté chrétienne.


Le Père Spinola subit de terribles conditions d' emprisonnement à Suzuta avec d' autres missionnaires européens et des Catholiques japonais. Malgré la maladie et les souffrances, il poursuivit son apostolat en prison, jusqu' à admettre quatre novices prisonniers dans la Compagnie de Jésus.

charles-spinola.jpg


En septembre 1622, ils furent conduits à Nagazaki où ils subirent le martyre par le bûcher. D' autres - hommes, femmes, enfants, vieillards - furent décapités, comme Isabelle Fernandez sous les yeux de son fils de quatre ans, qui subit ensuite le même sort que sa mère.


Le bienheureux Pie IX béatifia le Père Spinola et 207 autres martyrs japonais et missionnaires en 1867 ainsi que la bienheureuse Isabelle Fernandez. 
Repost 0
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 20:25
Sébastien Kimura naquit en 1565 au Japon, dans la ville de Firando, d' une famille convertie au catholicisme au moment de la mission de saint François-Xavier. Il était cousin de deux autres futurs martyrs japonais : Léonard Kimura et Antoine Kimura.

A onze ans, il se mit au service de l' église des Jésuites de Firando, puis entra au séminaire des Jésuites de Bungo. A 19 ans, il demanda son entrée dans la Compagnie de Jésus.
Il devint alors catéchiste, puis fut transféré à Macao, possession portugaise en Chine,  où il étudia la théologie. Il retourna au Japon en 1610, et il fut le premier Japonais à être ordonné prêtre, à Nagazaki.

Lors de la seconde persécution contre les Chrétiens, le Père Kimura fut habile à se camoufler sous les identités les plus diverses : médecin, soldat, marchand, paysan, etc... Il réussit à gagner les endroits les plus périlleux, comme par exemple  les prisons, pour réconforter ses frères dans la Foi prisonniers.
Il savait qu' il était  recherché, c' est pourquoi le Père provincial des Jésuites lui demanda de se cacher à Nagazaki ; mais il était trop tard.  Le 30 juin 1621, trahi par une esclave coréenne, il fut arrêté  alors qu' il se trouvait dans la maison d' un Catholique coréen.  Toute la maisonnée fut arrêtée, ainsi que des catéchumènes des environs. Ils furent enfermés à la prison de Suzuta, où se trouvaient d' autres prisonniers chrétiens, comme le Père Charles Spinola ( 1564-1622 ) et quatre novices - certains étant  là depuis quatre ans.
Ils furent à peine tenus en vie, dans un froid terrible, et souffrant de la faim. Ils traversèrent mutuellement ces épreuves dans la prière et le soutien spirituel.

nagazaki.jpg

Le 9 septembre 1622, les prisonniers - les Pères Kimura et Spinola et 22 novices et fidèles catholiques - furent condamnés à mort par le gouverneur. Ils furent transférés en barque dans la région de Nagazaki et rejoints par d' autres prisonniers. On avait déjà préparé des bûchers sur les collines qui dominaient la ville.
Le lendemain, 22 d' entre eux furent brûlés vifs, parmi eux les PP Spinola et Kimura, et  30 furent décapités. Une foule immense assistait au supplice qui dura de longues heures. Le bienheureux Sébastien Kimura, premier prêtre japonais, mit trois heures avant d' expirer. Il fut le dernier à rendre l' âme.



Nagazaki, ville qui abritait la plus importante communauté chrétienne du Japon, fut choisie par l' armée américaine pour subir avec Hiroshima le bombardement atomique de 1945.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article