Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 21:00
undefined
The St. Ignatius Cathedral of Xujiahui in Shanghai.
The Jesuits were very active in Xujiahui ( or Xujiawei ) in Shanghai. They built schools, churches, hospitals, and an observatory in 1873. The first Cathedral was built in 1847 and reconstructed in 1906. It was located in the French concession, the widest foreign settlement of the city, also known under the name of Zikawei. The Jesuits were expelled in 1949.

chine-xijahui--tou-se-we-copie-1.jpg
Very funny picture of Chinese school boys as Crusaders in a Jesuit school of Shanghai.
( from the archives of the Jesuits in Vanves - France ).

chine-shanghai-xujiahui.jpg
St. Ignatius is now surrounded by buildings...

chine-cathedrale-de-tianjin.jpg
The Cathedral of Tientsin ( now Tienjin ), Notre Dame des Victoires, was built after the destruction of the first Cathedral of the Immaculate Conception ( built by the French ) during the Boxer rebellion of 1900.

undefined
The first Catholic Cathedral of Tientsin, ruined in 1900. This picture was shot before the revolt.

chine-tang-muqiao.jpg
The church of Tang Muqiao, place of a famous pilgrimage to Our Lady. ( from the Archives of the Jesuits in Vanves - France ).
Repost 0
30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 19:59
Here are examples of modest churches built by the French missionaries in a mixed style.

undefined
Photography from the Archives of the Jesuits in Vanves ( France ).

chine.jpg
Photography from the Archives of the Société des Missions Etrangères de Paris.

chine-campagne.jpg
Photography from the Archives of the Jesuits in Vanves ( France ).

For more details, read the book of Corinne de Ménonville " Les aventuriers de Dieu et de la République ".
Editions les Indes Savantes, Paris, 2007.
http://www.lesindessavantes.com

Repost 0
30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 17:57
In 2008, the world will focus on China and the Olympic Games, so I thought it could be good to remember the extraordinary adventures of our missionaries in China, especially from the middle of the 19th Century untill 1949.
Here are a choice of churches built by them. Let' s pray for the divided Catholic Church in China today.

chine-cathedrale-de-canton.jpg
The first stone of the Cathedral of Canton ( Guangzhou ) was blessed in 1863 by the French-born bishop Mgr Guillemin. The Cathedral was ended in 1873 on the model of St. Clotilde's Basilica in Paris. Napoleon III and Empress Eugenie made a gift of 500 000 Fr. The Sacred-Heart Cathedral is 30m large, 66m long.

chine-canton-1910.jpg
Ordination of Chinese priests in the Sacred-Heart Cathedral of Canton, 1910.
From the Archives of the Société des Missions Etrangères de Paris.

undefined 
The Cathedral is now owned by the Patriotic Church, created by the communist authorities.

chine-pekin-saint-joseph.jpg
St. Joseph's Church in Peking ( Beijing ) was built by the French missionaries between 1880 and 1884 and was blessed by Mgr Delaplace. The main altar was given by the French chargé Mr de Sémallé. The Church was damaged by the Boxers in 1900 and renovated in 1905. It is also called the Eastern Church ( Dong Tang ) and is now owned by the Patriotic Church. It measures 70m long and 20m large.

chine-pekin-saint-joseph-dongcheng.jpg
Credits :
Picture N° 3 ( St. Joseph ) from the book  " Péking ", Mgr Favier, published by the Lazarists of Tei-pang in 1897.
Picture N° 1 ( Sacred-Heart ) from the Archives of the Société des Missions Etrangères de Paris ( France ). 


The French-Canadian Missions were also very active in China. To learn more about them read :

le-lys-et-le-lotus.jpg
Repost 0
30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 07:33
Pour ceux qui ont encore des cadeaux à faire, la lecture du récent ouvrage de Thomas Grimeaux  " Le livre noir des persécutions antichrétiennes +  "  sera très utile.

Philippines, Irak, Inde, Chine, Arabie Saoudite, etc... la liste est longue des pays d' aujourd' hui qui interdisent aux Chrétiens et notamment aux Catholiques de vivre  librement leur foi. De nombreux pays ne se cachent pas de supprimer totalement toute trace de chrétienté dans leurs  frontières.
Un seul reproche, l' auteur survole certaines périodes et ne met pas assez en lumière les silences de nos démocraties face à ce phénomène hélas récurrent.

+ Editions Fabre, 156 pages, 16 euros.
Repost 0
Published by Eric - dans Lectures
commenter cet article
29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 18:04

Le nouvel évêque catholique de nationalité italienne, nommé en octobre 2007 à Moscou, a fermé le 25 décembre dernier le journal du diocèse, fondé en 1994 par son prédécesseur Mgr Kondrusiewicz ( prononcer Kondroussévitch ).  

mgr-kondrusiewicz.jpg
 Mgr Tadeusz Kondrusiewicz, ancien citoyen soviétique, est né il y a 61 ans en Biélorussie où vit une importante minorité catholique, souvent d' origine polonaise. L' énergique Mgr Kondrusiewicz, nommé par Jean-Paul II, est de langue maternelle polonaise et s' exprime aussi en russe et en biélorusse. Sa nomination, en 1991, n' avait pas été accueillie favorablement par le patriarcat orthodoxe russe qui l' accusait de prosélytisme. A l' époque, il n' y avait à Moscou que trois prêtres autrefois formés en Lithuanie.

Désormais archevêque de Minsk et de Moguilev, Mgr Kondrusiewicz a laissé la place à Mgr Paolo Pezzi, fscb+, italien, ancien recteur du séminaire catholique Marie-Reine-des-Apôtres à Saint-Pétersbourg. 
undefined Mgr Pezzi, né en 1960 et ordonné en 1990, fut nommé à Novossibirsk, puis devint responsable du mouvement Communion et Libération pour la Russie. Il devint ensuite professeur au séminaire de Saint-Pétersbourg en 2004, avant d' en être le recteur deux ans plus tard.


Le patriarcat est satisfait de la nomination de ce nouvel évêque occidental. La fermeture du journal diocésain (mais non financé par le diocèse) " Lumière de l' Evangile " ( Sviet Evanguelia ) semble aller dans ce sens. Le rédacteur en chef, M. Viktor Khroul, a prévenu ses lecteurs de la fermeture du journal et les a remerciés de leur miséricorde généreuse et de leur espérance inextinguible. On ne saurait mieux dire... 

La question de la restitution des biens ( églises et bâtiments ) de l' Eglise Catholique en Russie, confisqués par les autorités soviétiques, est toujours en suspens...

--glise-catholique-moscou.jpg
La ville de Moscou dispose de deux églises catholiques : la cathédrale polonaise ( illustration ci-dessus ), construite au début du XXe siècle et rendue au culte dans les années 1990, dont le clergé est polonais ; et l' église Saint-Louis-des-Français, en plein centre-ville, construite dans les années 1830 par la communauté française de Moscou dans une paroisse catholique créée en 1789. 

Saint-Louis était la seule église catholique ouverte en Russie sous l' ère soviétique ( d'autres l' étaient aussi, mais elles étaient situées dans d' autres républiques de l' URSS ). Elle fut visitée à l' époque par le Général de Gaulle. Les Soviétiques n' avaient pas prévu de messe du dimanche lors de la visite du Général à Moscou, et il fallut bouleverser l' emploi du temps au dernier moment, sur son insistance ! Les temps ont changé...
Les messes dominicales y sont en anglais, en français et en polonais. Une messe est dite en russe l' après-midi.

Saint-Louis-Moscou.jpg
                         Saint-Louis-des-Français

 Le diocèse catholique a acheté une ancienne discothèque pour la transformer en église, mais ne peut récupérer l' ancienne église catholique Saint-Pierre-et-Saint-Paul, transformée en bureaux et entrepôt.

Il y a 270 prêtres catholiques en Fédération de Russie ( dont 130 dans le diocèse de Moscou ), mais seulement 20 prêtres de nationalité russe, dans tout le pays, pour un peu plus d' un million de fidèles, sur une population totale de 143 millions d' habitants. 


+ FSCB  : Fraternité Sacerdotale Saint-Charles-Borromée, institut missionnaire italien.

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 16:06
 bienheureux-joseph-perpina.jpg  Joseph ( José ) Perpina Nacher naquit le 22 février 1911 à Sueca, près de Valence. Il fit sa première communion, en mai 1919, en l' église Saint-Pierre-Apôtre, sa paroisse.
Il devint télégraphiste, et fut engagé sur le paquebot  " Buenos-Aires ". Ensuite il décida de suivre des études de Droit et il devint fonctionnaire, chargé de questions agraires, dans sa province.

Il prit conscience de la pauvreté des campagnes et se fit l' avocat des paysans nécessiteux. En même temps, il fréquentait l' adoration nocturne. Le jeune homme adhéra à l' Action Catholique. Il communiait tous les matins. C' était aussi un jeune homme joyeux et plein de vie qui écrivait des articles pour le journal local. A 24 ans, il se maria avec Francisca Bosch.

Le jeune marié fut arrêté en septembre 1936 et fusillé le 29 décembre 1936 à Picadero de Paterna avec d' autres prisonniers, dont les bienheureux prêtres Henri Juan, Jean-Baptiste Ferreres ( 1861-1936 ), professeur de Droit Canon et de théologie morale, et Joseph Aparicio ( cf article d' aujourd' hui ).

Le Front Populaire voulait éliminer en premier les Chrétiens conscients des questions sociales. Pour eux :  la liberté du tribunal, l' égalité du peloton d' exécution et la fraternité des cimetières...

Il fut béatifié en mars 2001 par le Pape Jean-Paul II.
Repost 0
29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 15:33
 bienheureux-joseph-aparicio-copie-1.jpg   Joseph ( José ) Aparicio Sanz naquit le 12 mars 1893 à Enguera et fut baptisé le jour suivant.
Depuis sa tendre enfance,il avait assimilé l' éducation chrétienne de ses parents et il était enclin à la prière. C' était un garçon pieux qui fit ses études chez les Soeurs Mercédaires d' Enguera, puis chez les Frères des Ecoles Pies de Valence. 
Suivant sa vocation, il entra au Collège Saint-Joseph de Valence, fondé par le bienheureux Manuel Domingo y Sol et poursuivit ses études au Séminaire. Il fut ordonné en 1916 par le vénérable Mgr Ferrer.

Il fut nommé vicaire à Benali. Il porta une attention paternelle aux enfants et leur enseigna l' amour de l' Eucharistie. Après des postes à Sta Maria de Oliva et Benifallim, il devint en 1921 curé à Luchente, petit village qu' il transforma en véritable centre de dévotion eucharistique. Il restaura l' église du Corpus Christi sur les hauteurs du village et en fit un lieu de pélerinage.

En 1930, il fut nommé archiprêtre de la paroisse Saint-Michel-Archange d' Enguera, sa ville natale, charge qu' il assuma jusqu' à son martyre final le 29 décembre 1936, à l' âge de 43 ans. Il fut arrêté à l' automne 1936 avec quatorze autres prêtres du diocèse. Jusqu' à la Noël, ils récitaient ensemble quotidiennement le rosaire et d' autres prières communes, dans leur prison de Mislata.

Il fut fusillé à Picadero de Paterna, près de Valence, le même jour que les bienheureux Joseph Perpina, jeune marié, et Henri Juan, prêtre.

Il laissa de nombreuses lettres de direction spirituelle et des écrits personnels ainsi que des notes mystiques qui permirent de mieux cerner son profil psychologique et spirituel, lors de son procès de béatification qui aboutit en mars 2001.




Repost 0
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 01:46
Je souhaite un joyeux Noël dans l' espérance à tous les lecteurs de ce blog.
 Que ces fêtes vous apportent la paix et  la joie des enfants de Dieu !

konrad-nativit--.jpg

Allons, pasteurs, que l' on s'éveille;
Un Dieu descend dans ce séjour :
Il n' est plus temps que l' on sommeille
Lorsque paraît l' astre du jour.

Maître absolu de la nature, le monde est l' oeuvre de ses mains.
Aujourd' hui de sa créature
Il vient rétablir les destins.

Pour devenir votre semblable,
Il veut naître dans un hameau :
Il prend pour palais une étable,
Une crèche pour son berceau.

Dans cet ineffable mystère,
Ah ! Quel profond abaissement !
Le Roi du Ciel et de la terre
Pour nous sauver s' est fait enfant.
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 23:48
saint-dagobert.jpg   Dans les diocèses de Verdun, Metz, Nancy et Strasbourg, on fête aujourd' hui saint Dagobert, fils du roi des Francs d' Austrasie Sigebert III ( 634-656 ).
Encore petit enfant à la mort de son jeune père, il fut enfermé dans un couvent d' Irlande par le Maire du Palais, Grimaud, véritable détenteur du pouvoir. Celui-ci, qui avait fait assassiner Sigebert, fit régner son propre fils Childebert III - dit l' adopté - en 659.

Le jeune Dagobert, élevé dans l' austérité et la pureté, à l' encontre des moeurs rudes de l' époque, n' était toutefois pas oublié dans son ancien royaume. L' aristocratie le réclame en 676, afin que l' Austrasie, ou Francie orientale ne devienne pas vassale du royaume franc de Neustrie, ou Francie occidentale, et saint Wilfried, évêque d' York l' accompagne dans sa patrie.

Le saint évêque fait le voyage à Rome, car il avait été expulsé de son siège, et voulait faire reconnaître ses droits. Le jeune roi Dagobert II lui offrit alors le siège épiscopal de Strasbourg qu' il refusa par humilité. Le jeune roi mérovingien ne put régner que sur des territoires proches du Rhin, où il fit construire des églises et des abbayes, en particulier celle de Wissembourg ( Weissenburg, en allemand, ou Weisseburch en franconien ), en Alsace, dont le duc était son cousin. 

A son retour de Rome, l' évêque ne retrouva plus son souverain, car celui-ci avait été assassiné, le 23 décembre 679, lors d' une chasse dans la forêt de Woëvre, près de l' abbaye de Stenay, dans la région de Verdun. Il fut tué par un coup de lance par des hommes à la solde d' Ebroïn, Maire du Palais de Neustrie et sans doute aussi de Pépin, Maire d' Austrasie, afin de réunir les deux royaumes Francs.

Inhumé à Stenay-sur-Meuse, le jeune Dagobert II fut vénéré comme martyr par le peuple, qui voyait en lui le symbole de l' innocence sacrifiée par les luttes politiques. Au IXème siècle, Charles II le Chauve fit bâtir la basilique Saint-Dagobert de Stenay pour abriter ses reliques. La basilique fut détruite à la révolution. Au XIème siècle, saint Dagobert fut reconnu comme l' un des patrons de l' Alsace et de la Lorraine.

carte-600.jpg

A sa mort, le royaume échut à Thierry III ( 657-691 ), fils de sainte Bathilde, devenu roi de tous les Francs de Neustrie et d' Austrasie. Il faudra attendre Charles Martel ( 688-741 ) pour que la France reprenne la marche de l' unité.



A propos de la pureté de moeurs, je vous conseille de visiter un excellent site :

http://liberezlescaptifs.over-blog.net 

Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
23 décembre 2007 7 23 /12 /décembre /2007 00:19
Marguerite-Marie d' Youville naquit au Québec le 15 octobre 1701, aînée des six enfants de Christophe Dufrost de Lajemmerais, officier breton installé en Nouvelle-France depuis 1687, et de Marie-Renée Gaultier de Varennes, fille d' officier. La mort de son père, lorsqu' elle eut sept ans, plongea la famille dans la gêne. Grâce à son arrière-grand-père, elle put étudier chez les Ursulines de Québec, qui découvrirent en elle un caractère bien trempé et une maturité précoce.

Revenue à la maison, elle aida sa mère dans l' éducation de ses plus jeunes frères et soeurs, puis la famille déménagea à Montréal, où Mme de Lajemmerais se maria en secondes noces avec un chirurgien d' origine irlandaise, William Sullivan. Marie-Marguerite épousa en 1722 François-Madeleine d' Youville.

francois-d-youville.jpg

Son mariage ne fut pas heureux. Son mari était trop occupé dans son négoce d' alcool et de fourrures avec les Indiens, et se désintéressait de son foyer. Elle eut la douleur de perdre quatre enfants en bas-âge. Deux survécurent. François d' Youville mourut criblé de dettes en 1730.

La jeune veuve, avec une immense confiance en la Paternité divine, pourvut, grâce à la création d' un petit commerce, à l' éducation de ses fils qui devinrent prêtres et multiplia les initiatives charitables. Elle régla les dettes de son mari. 
Elle accueillit une aveugle chez elle, puis des pauvres et avec trois compagnes+ se consacra à Dieu le 31 décembre 1737. Ce fut l' origine de la fondation des Soeurs Grises, ou Soeurs de la Charité de Montréal, vouées à l' aide aux personnes nécessiteuses et malades.

youville.jpg

Malgré les calomnies et les échecs, elles poursuivirent leur idéal. En 1745, elles mirent tous leurs biens en commun, afin d' aider un plus grand nombre de pauvres. Elles purent acquérir des terres pour financer leur projet.
 Deux ans plus tard, appelée par les Sulpiciens, elle assuma la direction de l' hôpital des Frères, fondé en 1694 par M. Charron, et tombé en ruines. Cette charge fut confirmée par Louis XV en 1753, et la communauté reconnue par Mgr Pontbriand en 1755. Elles étaient 18 Soeurs. Un incendie le détruisit,  mais, courageuse, elle le fit reconstruire.

hopital-general.jpg

Elle assuma pendant de nombreuses années la charge de l' Hôpital Général, régla ses dettes, et accueillit des centaines d' indigents, d' infirmes, de vieillards et d' incurables. Elle faisait fabriquer des vêtements pour financer l' hôpital, et  développait un commerce de statuaire, de ventes de cierges, etc....
Pendant la guerre contre les Anglais, elle se dépensa sans compter pour les blessés.

Elle mourut le 23 décembre 1771, toujours confiante en la Providence.

Elle fut béatifiée par le Pape Jean XXIII en 1959, et canonisée par le Pape Jean-Paul II en 1990.

De cette graine de sénévé, plantée en 1737, de nombreux rameaux de charité se mirent à fleurir, parmi lesquels : les Soeurs de la Charité de Saint-Hyacinthe, les Soeurs de la Charité d' Ottawa, les Soeurs de la Charité de Québec, les Soeurs Grises du Sacré-Coeur de Philadelphie, les Soeurs de l' Immaculée-Conception de Pembroke, etc...Les Soeurs, malgré une forte crise des vocations depuis quarante ans, continuent de s' occuper d' adolescents en difficulté, de familles désunies, de personnes âgées et de malades. Elles ont fondé une école d' infirmières.

La Mère d' Youville fut la première béatifiée et sainte de Nouvelle-France et du Canada.

La Nouvelle-France, appelée désormais Canada, était devenue colonie anglaise en 1763.

+ Marie-Louise Thaumur de la Source, fille d' un médecin.
   Catherine Cusson, ouvrière.
   Marie-Catherine Demers, fille d' un tailleur.

Photographie de 1867 de l' Hôpital Général, copyright Musée Mc Cord, Montréal. 
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article