Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 04:02
mere-angele-de-la-croix.jpg   Mère Angèle de la Croix, née à Séville en 1846, est la fondatrice des Soeurs de la Compagnie de la Croix,  ( ou Institut des Soeurs de la Croix ) approuvée par le Saint Siège en 1904.


Marie des Anges ( Maria de los Angeles ) Guerrero - tel était son nom dans le siècle - commença à travailler à 12 ans chez un chausseur. Elle  passait beaucoup de temps en prières. Un jour la jeune fille eut la vision du Christ en croix, pendant son oraison. Puis elle vit une croix vide. Elle comprit qu' elle était appelée à suivre le Seigneur.


Elle entra chez les Carmélites, mais dut en partir pour raison de santé. Retournée dans sa famille, elle tint un journal où elle notait ses pensées et ses prières, ainsi que les bases de la fondation à laquelle elle songeait. 


Elle voua donc toute sa vie à sa Congrégation, fondée en 1875, qui était tournée vers le soin des malades et des infirmes.

Mère Angèle mourut à l' âge de 86 ans à Séville, sans avoir heureusement connu la terreur qui allait s' abattre sur l' Eglise espagnole par la suite.


Elle fut béatifiée par Jean-Paul II en 1982 à Séville, et canonisée en 2003.
Repost 0
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 05:46
Né vers 469 à Vannes dans une famille de l' aristocratie gallo-romaine, Albin devint moine puis abbé à Tincillac, près de Guérande. 
pendant près de 25 ans il gouverna son abbaye avec sagesse et ses vertus furent connues de tous. En 529, il fut sacré évêque d' Angers. Il participa aux conciles de 538 et  541 à Orléans et lutta contre les mariages consanguins, fréquents dans l' aristocratie. Ami de saint Césaire, il fut soutenu par de nombreux évêques ; mais aussi violemment critiqué.
Il mourut le 1er mars 550 à Angers et enterré à Saint-Pierre d' Angers. Bientôt son culte se répandit et une chapelle lui fut consacrée. Par la suite on construisit une abbaye pour abriter ses reliques.

Sa popularité s' étendit en Allemagne, en Pologne et en Angleterre, en en faisant le modèle des évêques du Moyen-Age.
Repost 0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 21:03
Quatre jeunes diacres ont été ordonnés récemment en la basilique Saint-Jean de Latran, à Rome, pour l' Institut du Bon Pasteur. Voici deux photos...d' une belle goutte dans l' océan !

Latran-2302-56-small.jpg

Latran-2302-82-small.jpg

L' Archibasilique de Saint-Jean de Latran n' est autre que la cathédrale du Pape, siège de l' évêque de Rome. Cette cérémonie a donc une valeur symbolique forte à défaut d' avoir pour l' instant un retentissement dans l' actualité...

La basilique fut construite au IVème siècle et consacrée par le Pape saint Sylvestre. Les papes résidèrent dans un palais adjacent jusqu' au XIVème siècle. Elle fut reconstruite plusieurs fois au cours des siècles. Son aspect actuel date des XVII et XVIIIèmes siècles.  

798px-Facade_San_Giovanni_in_Laterano_2006-09-07.jpg

Elle fut le lieu de cinq conciles dont le dernier eut lieu en 1512. 
Enfin le chef d' Etat français en est le chanoine d' honneur, fonction purement honorifique, pour lequel une messe annuelle est dite. L' actuel président de la République française étant par son style de vie peu susceptible d' être qualifié de " dévot  ", l' hystérie de certains journalistes et lobbies à l' égard de la récente cérémonie fait plutôt sourire !

L' Institut du Bon Pasteur assure prier pour le repos de l' âme de dom Gérard Calvet, héritier d' une dynastie bordelaise du vin, qui fonda l' abbaye du Barroux, après être devenu moine bénédictin et qui est mort aujourd' hui.
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 13:42
honorine.jpg  Une tradition conservée dans le diocèse de Rouen relate que la jeune Honorine, née dans la Normandie actuelle, subit le martyre de païens à l' époque de Dioclétien ( 243-313 ). Son martyre eut lieu à Mélamare, entre Harfleur et Lillebonne. Son corps fut jeté dans la Seine et repêché par des paysans chrétiens à Graville qui lui donnèrent une sépulture. Ce fut le début de son culte.

En 876, menacés par les invasions normandes, les moines transférèrent ses reliques au confluent de la Seine et de l' Oise, où ils firent construire une abbaye fortifiée.

Le 12 juin 1082, les moines firent construire une église à Conflans, en dehors des fortifications, bénite par l' évêque de Paris, pour abriter les restes de la sainte. Une confrérie se réunit et dès lors des processions eurent lieu tout  au long des siècles. 
Aujourd' hui, cette tradition a été récemment remise en honneur, après le relâchement des dernières décennies.
Elle est fêtée dans sept diocèses, dont celui de Versailles.

Sainte Honorine est la patronne des bâteliers.
Repost 0
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 21:32
En tant qu' évêque d' Agrigente en Sicile, l' Eglise doit à saint Gerland d' avoir réorganisé le diocèse et d' avoir reconstitué les structures ecclésiales arpès la longue occupation musulmane de l' île qui eut lieu de 829 à 1086.
Contrairement à d' autres contrées méditerranéennes, en Orient, la Sicile redevint chrétienne. Les Chrétiens étaient devenus peu nombreux, les églises détruites. La population avait été forcée d' embrasser la loi de Mahomet dans sa grande majorité en l' espace de deux siècles.

Saint Gerland était né près de Besançon. Il était Allobroge, descendant de ces tribus gauloises qui étaient établies dans une partie de la Suisse actuelle, de la Franche-Comté moderne et de la région lyonnaise. Il était parent du comte Roger d' Hauteville, conquérant de la Sicile qui chassa les Arabes. Celui-ci nomma Gerland évêque d' Agrigente en 1088.
Il fit rebâtir des églises ainsi que la cathédrale consacrée à Notre Dame et à saint Jacques. Il convertit des notables musulmans et fut un évêque respecté et missionnaire.
Il mourut le 25 février 1100. Il est le patron d' Agrigente.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 23:27
frechilowski.jpg   Etienne Vincent Frelichowski naquit le 22 janvier 1913 à Culmsee ( devenue, depuis son intégration à la Pologne, Chelmza ), dans le Culmerland, appartenant à la Prusse Occidentale. Cette région se distinguait du reste de la Prusse par une forte population catholique.

De 7000 habitants, au début du XXème siècle, elle allait compter 12000 habitants à la veille de la seconde guerre mondiale. La ville fut de plus en plus industrialisée, surtout depuis la construction de la gare de chemin de fer en 1882, qui la reliait à Bromberg et à Marienburg. La ville comptait des brasseries réputées et des usines sucrières. Elle était aussi sur la route de Thorn*, centre commercial et indutriel.
chelmza.jpgLes Franciscains avaient construit un monastère au Moyen-Age, autour duquel se construisit Culmsee ( le lac de Culm ). La ville s' honorait d' une belle cathédrale gothique avec des ajouts baroques. Joliment située près d' un lac, elle accueillit de nombreux colons au fil des siècles. 

Ce fut aussi le lieu où vécut, à l' époque de l' Ordre Teutonique, au XIIIème siècle, sainte Jutte** de Culmsee, devenue depuis patronne de la Prusse, dont le culte fut propagé par les Dominicains. Grande mystique, née en Thuringe, elle mourut en 1260. Le Culmerland fut  tardivement évangélisé à partir du XIème siècle. Les Chevaliers Teutoniques furent par la suite les propagateurs du Christianisme, emmenant avec eux Franciscains et Dominicains, dans le " Drang nach Osten ". Sainte Jutte, qui était parente du Grand Maître Hanno de Sangershausen, participa à son enracinement.

A la fin du XVème siècle, le Culmerland, resté majoritairement catholique alors que les régions évangélisées par l' Ordre Teutonique passèrent à la réforme protestante, s' intégra à la Prusse royale sous administration polonaise. Mais il existait une forte population d' origine germanique en majorité protestante - surtout dans les villes - dont les lois protégeaient les droits, surtout commerciaux. Une minorité prussienne était restée catholique. Les villes étaient organisées en ligues selon le droit municipal et commercial, connu comme le Droit de Culm, jusqu' à la fin du XVIIIème siècle.

Au XVIIIème siècle, le Culmerland passa à la Prusse ( sauf Thorn qui ne sera absorbé qu' en 1817).

Dans les campagnes, les Catholiques étaient nombreux. L' exode rural était important, et les ouvriers arrivés en ville, dans un univers germanique, restaient toutefois attachés à leur Foi, malgré les lois anti-catholiques de Bismarck.
Après le bouleversement de 1918 et la chute de l' Empire allemand, les Alliés Occidentaux organisèrent un référendum et le Culmerland se sépara de la Prusse pour intégrer en 1920 la nouvelle république polonaise.
Frelichowski-jeune.jpgDans sa prime jeunesse, Etienne Vincent fut scout et enfant de choeur. Il faisait aussi partie des enfants de Marie. Il passa sa Maturité ( équivalent du baccalauréat ) en 1931. C' était un garçon fervent et droit. Il entra donc à 18 ans au séminaire du diocèse de Chelmno, l' ancienne Culm ( ou Kulm en allemand ), à Pelplin, dans le corridor de Dantzig qui séparait la Prusse Orientale du reste de l' Allemagne.
pelplin.jpgIl fut ordonné en mars 1937 et devint aussitôt le secrétaire de l' évêque. En 1938 il fut nommé vicaire à la paroisse de l' Ascension à Thorn ( Torun ). Il célébrait la Sainte Messe avec ferveur et menait un apostolat actif, avec simplicité.

La tourmente de septembre 1939 allait l' exposer, comme ses compatriotes, à la catastrophe de la guerre. L' armée polonaise fut balayée. En octobre, le diocèse et la région du Culmerland furent intégrés au Reich.  Faisant partie de l' élite intellectuelle, il fut incarcéré le 18 octobre au fort de Thorn, où il réconforta ses compagnons d' infortune, puis transféré en janvier 1940 au camp de Stutthof, non loin de Dantzig.
Il réussit à organiser des cérémonies de prières et à célébrer la Messe au camp, surtout en l' honneur de ND des Affligés. 

En avril, il fut déporté à Orianenburg, près de Berlin, au Bloc 20, commandé par un criminel particulièrement cruel. Avec l' ardeur de sa jeunesse, le jeune prêtre continua son discret apostolat aussi bien auprès des vieux prisonniers que des jeunes, mais surtout auprès des plus fragiles.

Le 13 décembre, il fut avec d' autres prêtres une nouvelle fois déporté, cette fois-ci à Dachau, dans un Bloc de travail. On lui demanda de renier sa nationalité polonaise - le Culmerland étant devenu allemand contrairement à d' autres provinces polonaises - mais il refusa, préférant partager le sort des Polonais d' autres régions. Il travailla à l' infirmerie dans des conditions extrêmement pénibles. Il apportait une assistance spirituelle aux malades et aux nombreux moribonds.
dachau.jpg
En 1943 et 1944 les conditions du Bloc furent moins effroyables. Les prisonniers - travailleurs forcés - purent recevoir des colis de la part de leurs familles. Il put donc recevoir des hosties et du vin pour célébrer le Saint-Sacrifice dans différents Blocs. Il partageait aussi ses vivres avec ceux qui ne recevaient rien.
Mais en 1944 une épidémie de typhus décima le camp de Dachau. Des Blocs furent mis en quarantaine et les malades furent abandonnés à leur sort. Il réussit toutefois à se porter au secours de certains Blocs. Malgré les admonestations de ses compagnons qui craignaient la contagion, il poursuivit son apostolat.

Il fut atteint de la maladie et mourut le 23 février 1945, peu de temps avant la libération du camp. On ne sait si son corps fut brûlé ou jeté dans une fosse commune.

Il fut béatifié le 7 juin 1999 par Jean-Paul II à Torun. Il est le patron des scouts de Pologne.

Illustrations de haut en bas : église Saint-Nicolas de Chelmza, cathédrale de Pelplin, Bloc X à Dachau.



* Aujourd' hui Torun.
** fêtée le 5 mai.


Repost 0
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 15:51
Né à Ravenne en 1007, saint Pierre Damien ajouta à son nom de baptême celui de son frère Damien qui le tira de la misère où il avait passé son enfance.
pierre_damien.gif
Devenu Camaldule à 28 ans, il fut employé par le Pape à la réforme de l' Eglise et devint cardinal évêque d' Ostie. Il tonna avec la vigueur d' un prophète contre les vices du clergé de son temps.

Redevenu volontairement simple moine, il mourut le 22 février 1072.
Repost 0
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 21:35
Nièce de sainte Claire, elle était destinée à épouser un chevalier. Elle était jolie et frivole. Lors d' une visite à sa tante, elle se convertit subitement.
Elle entra chez les Clarisses en 1213, au couvent de Saint-Damien. A la mort de sa tante, arpès avoir été guérie par elle d' une maladie, celle-ci lui demanda :  
" Vides tu, filia, regem gloriae quem ego aspiscio ? " 
Chiesa.jpg

Elle mourut en 1254. Sa dépouile fut transférée au couvent de Sainte-Claire dans la chapelle Saint-Georges. Au XVIIème siècle, l' évêque Crescent d' Assise réunit les reliques de la sainte avec celles de la bienheureuse Benoîte ( première abbesse ) et de la bienheureuse Agnès ( soeur de sainte Claire ).
Repost 0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 20:47
Born at Thirsk ( Yorkshire ) in England, he studied in Rheims ( France ), because it was too dangerous at this time to be trained as a future Catholic priest. He was ordained in 1587. 
He then returned in England to minister persecuted parishioners. He was arrested near Gloucester in 1593 for the crime of priesthood...

He spent a year in Gatehouse prison, in Westminster. He escaped on february 1594, but was soon recaptured. He was convicted for treason and condemned to death. He spent five years in Queen's Bench prison. He was an apostle for his companion of misery.

He was eventually hanged on 18 february 1601.

Pope Piux XI canonized him in 1929 with other English martyrs.
Repost 0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 22:11
Vers 1233, alors que Florence était soumise à des luttes fratricides, sept marchands florentins, déjà membres d' une fraternité laïque dévouée à la Sainte Vierge, décidèrent de mener une vie en commun, afin de se retirer dans la solitude dans une vie de pénitence et de contemplation. Ils distribuèrent leurs biens aux pauvres. En 1245, ils se retirèrent sur le Mont Senario, près de Florence, où ils firent construire une demeure et un oratoire.

Beaucoup de fidèles venaient profiter de leur enseignement et partager leurs prières, si bien que les sept compagnons organisèrent leur communauté sous la règle de saint Augustin dans une une nouvelle Congrégation : l' Ordre des Servites de Marie.
servites.jpg

Ils furent canonisés en 1888 par Léon XIII.

Il s' agit de saint Bonfils, premier prieur, mort le 1er janvier 1262 ;
de saint Bienvenu qui fut aussi prieur général. Homme austère et doux, il mourut le 31 août 1267 ;
de saint Manet. Organisateur, il fut à l' origine de la fondation des Servites en France. Il mourut le 20 août 1268 ;
de saint Amédée, homme de grande charité qui mourut le 18 avril 1266 ;
de saint Sosthène et de saint Hugues qui vécurent toute leur vie dans une grande amitié spirituelle et moururent le même jour, le 3 mai 1282 ;
et de saint Alexis Falconieri, oncle de sainte Julienne Falconieri, dont la vie fut une incessante louange à Dieu. Humble et pur, il mourut le 17 février 1310 fort âgé.
saint-alexis-falconieri.jpg

Les Servites sont aujourd' hui près d' un millier dans le monde. Ils tiennent notamment un établissement d' enseignement primaire et secondaire réputé à Bruxelles.




Repost 0