Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 02:58
Eglise de Cudot ( Yonne ).



Autel latéral
Repost 0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 20:31
Jeanne, fille du roi Alphonse V du Portugal, naquit à Lisbonne en 1452. Orpheline de mère à trois ans, elle fut éduquée chrétiennement par Béatrice de Menesès. Elle refusa la main du Dauphin de France, de Maximilien d' Autriche et du roi d' Angleterre. Elle lutta héroïquement pour obtenir la permission de prendre le voile.
Finalement, le 4 août 1472, elle prit l' habit des Dominicaines, au monastère d' Aveiro, où sa vie fut un holocauste d' amour.
Elle y mourut le 12 mai 1490.
Elle fut béatifiée par Innocent XII, en 1692.

Repost 0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 20:23
Saint Pancrace, né en Phrygie, fut décapité à l' âge de quatorze ans, à Rome, le 12 mai 304, pour avoir confessé la Foi chrétienne pendant la persécution de Dioclétien.
Repost 0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 20:01
Aujourd' hui a eu lieu le pélerinage de sainte Alpais*, la sainte bergère mystique du XIIème siècle, dans le village de Cudot, dans l' Yonne non loin de Joigny et de Saint-Julien-du-Sault.
Petit et beau pélerinage, comme il en existe encore dans nos campagnes françaises, en union avec tous les pélerinages de la Pentecôte. Les pélerins ont prié dans l' espérance, en particulier pour les malades, et pour remercier le Seigneur de toutes les grâces.
Lien; cf article du 3 novembre 2007 : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-13537351.html
* Fêtée le 3 novembre.



Repost 0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 16:47
   Henri ( Enrico ) Rebuschini naquit à Gravedona, le 28 avril 1860, dans une famille de la bourgeoisie lombarde. A dix-huit ans, Henri était un étudiant doué ; mais il souffrait d' anxiété et cela se manifestait aussi dans le domaine spirituel. Il se sentait appelé à la vie religieuse ; mais son père avait d' autres desseins.
Après diverses tentatives, il surmonta l' opposition paternelle et, à vingt-quatre ans, entra au séminaire de Côme, puis,à Rome à la Grégorienne.
A l' issue de ses études, il eut encore une crise de dépression et dut retourner dans sa famille. Il se confia à la miséricorde divine et connut une guérison progressive. Il se sentit alors appelé à soigner les personnes malades et s' orienta vers les prêtres de la Congrégation de Saint-Camille de Lellis qui soignaient les souffrances physiques et morales. Il retrouva ainsi un certain équilibre psychologique.


Il entra à vingt-sept ans dans leur séminaire, à Vérone. Il fut ordonné prêtre en 1889 par Mgr Sarto, le futur saint Pie X, et émit ses voeux perpétuels en 1891. Pendant une dizaine d' années, il exerça son ministère à Vérone, en tant que professeur au noviciat, puis comme aumônier de l' hôpital militaire et enfin comme aumônier de l' hôpital civil jusqu' en 1899.
Il déménagea alors à Crémone, où il devint Supérieur de la Communauté et ensuite économe des Camilliens. Il gagna l'  estime de la ville en étant à l' écoute de toutes les souffrances. Il mourut d' une broncho-pneumonie, le 10 mai 1938 et fut béatifié en 1997 par Jean-Paul II.


Il vivait l' idéal de sainteté dans ses tâches quotidiennes, aidant dans le silence et l' humilité les pauvres et les malades.En se donnant, il réussit à surmonter son penchant à la dépression. Il se dédiait entièrement au sacrement de la confession et aidait ses pénitents à se déprendre de leurs tendances à la rigidité et aux défenses psychiques. Il avait un immense amour de l' Eucharisitie qu' il réalisait dans sa propre vie.

Aujourd' hui, nous fêtons aussi le bienheureux Jean Merz ( voir mon article de l' année dernière ) et sainte Solange, martyre aquitaine du IXème siècle.

Repost 0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 00:09

Oui, nous voulons t' aimer, bonne Vierge Marie,
Ecoute le serment que nous venons t' offrir :
Je veux que de ma voix la source soit tarie
Que mon bras desséché cesse de me servir
Si je cessais de te bénir.

O Vierge pure, aujourd' hui je le jure,
Je veux n' aimer, je veux n' aimer que toi :
En ta tendresse, accueille ma promesse
Je t' ai juré mon amour et ma foi !

A la chapelle ta douce voix appelle
Des pélerins les choeurs harmonieux.
O tendre mère, toi qu' ils chantent sur terre,
Fais qu' en retour, ils chantent dans les Cieux !





Repost 0
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 23:01
  Le bienheureux Jean-Martin Moye naquit à Cutting, dans le duché de Lorraine ( il n' était donc pas encore sujet du roi de France ), le  27 janvier 1730. Après des études à Strasbourg, il entra au séminaire de Metz, où il fut ordonné en 1754. Il devint vicaire dans diverses paroisses de Metz - qui appartenait à Stanislas Leszczinski* -  et écrivit en 1759 sa première oeuvre " Elévations sur le mystère de l' Incarnation ". 

En 1767, il prit la direction du petit séminaire de Saint-Dié. C' est à cette époque qu' il formula le projet d' une nouvelle congrégation féminine enseignante et missionnaire : les Filles de la Providence.

Après avoir connu des épreuves pour sa nouvelle congrégation, il entra ensuite au séminaire des Missions Etrangères de Paris, enthousiaste à l' idée de devenir missionnaire en Extrême-Orient. Il renonça, en tant que futur religieux, à sa part d' héritage paternel et s' embarqua en 1771 pour l' Ile de France ( ajourd' hui Ile Maurice ) qui appartenait à la Couronne de France et qui était une escale sur la route des Indes. Magnifique Ile de l' Océan Indien, l' Ile de France fournissait des épices et du sucre de canne au royaume. C' était l' île de Paul et Virginie, récit qu' immortalisera un peu plus tard Bernardin de Saint-Pierre.

Il y resta trois mois et poursuivit son périple jusqu' en Chine, où il arriva un mois plus tard le 23 août au comptoir de Macao, possession portugaise. Le temps de se familiariser avec des rudiments de chinois et de prendre des conseils de la part de ses confrères des Missions Etrangères, il fut envoyé en décembre en mission à Canton, où arriva clandestinement le 30 décembre.
Il s' enfonça dans les terres vêtu en marchand et rejoignit Sétchouan en mars et Chonking en octobre. Il trouvait de petits groupes de Chrétiens qu' il instruisait en cachette. Mais en mai 1774, il fut arrêté et expulsé. Il parcourut alors les régions du Yunnan et de Sétchouan, où il écrivit de nombreux ouvrages spirituels. Il réunit des jeunes femmes consacrée pour l' instruction des enfants. Il réussit à faire de nombreuses conversions. Ce qui provoquait l' hostilité des mandarins.
Il fut particulièrement inspiré par les récits du Père Gleyo  qu' il cotoya et qui avait passé sept ans dans les prisons chinoises. En 1782, une persécution plus cruelle éclata contre les Chrétiens et le Père Moye décida avec la permission de ses supérieurs de retourner en France. Il était resté dix ans en Chine !

Il partit donc pour Macao en juillet 1783, où il arriva trois mois plus tard. Il prit le bateau pour Lorient où il débarqua en mai 1784. Après un séjour à Paris, il se rendit dans sa terre natale et se consacra à des ouvrages d' instruction pour la jeunesse. Il était particulièrement informé des vagues de persécutions qui avaient lieu en Chine ( notamment celle de 1785 ); mais il ne s' attendait pas à ce qui allait advenir en France quelques années plus tard...Il prêcha en Lorraine et à Paris, toujours fidèle à son esprit de mission...Vint la Révolution...

Il refusa le serment schismatique de la constitution civile du clergé en 1791 et partit en émigration. Il prêcha à Trèves où il enflammait les fidèles aux récits de la Chine. Il y mourut le 4 mai 1793 et fut enterré au cimetière de Saint-Laurent. Il avait été expulsé de Chine et avait dû fuir aussi son propre pays !

De nombreux ouvrages spirituels furent publiés pendant sa vie bien remplie et après sa mort. Il fut béatifié par le Pape Pie XII, en 1954.

* Louis XV hérita de la Lorraine, en 1766, à la mort de son beau-père.

Lien : http://moye.chez-alice.fr
Repost 0
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 17:15
Hommes de Galilée, pourquoi êtes-vous dans la stupeur en regardant le ciel ? Alléluia ! De la même manière que vous l' avez vu monter au ciel, ainsi il reviendra. Alléluia, alléluia, alléluia !
Tous les peuples, battez des mains, acclamez Dieu par des cris de joie.
Gloria. 


Alléluia, alléluia ! Dieu s' élève au milieu des acclamations, le Seigneur s' élève au son de la trompette. Alléluia !
De sa sainte montagne, le Seigneur est monté au ciel : il a entraîné tous les captifs. Alléluia !
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 20:13
Lorsqu' il m'arrive d' aller dans certains cyber-cafés*, il est fréquent, et je ne les blâme pas, que les gérants, toujours fort sympathiques repèrent les jeunes hommes et leur parlent de leur religion...en l' occurence la religion musulmane.
Intéressés, ces jeunes gens, pas toujours d' origine étrangère**, regardent avec eux les préceptes de l' Islam sur le net...Des amitiés se créent, on prend des cafés, des repas.. En fait, dans le désert spirituel et la solitude affective de nos villes, ces jeunes gens sont contents que l' on s' intéresse à eux.

Un rendez-vous est pris chez l' imam, on fait la grande ablution chez soi ou au hammam et devant la communauté, le vendredi suivant, le jeune converti prononce la formule de soumission à l' Islam... C' est simple, rapide et efficace.

Et voilà qu' en quelques jours un nouveau converti musulman ressort fier de sa nouvelle religion et se trouve prêt à faire d' autres rencontres. Les tchattes ( ou chats ), c' est-à-dire les forums de discussion sur internet, sont un terrain privililégié pour faire de nouvelles connaissances. Comme ils sont actifs dans ces forums ! Et comme nous sommes démunis face à ce phénomène d' ampleur beaucoup plus importante que l' on ne le pense...Il est beaucoup plus simple de se convertir chez eux et de rester musulman, car l' esprit de groupe protège le nouveau converti.

 Chez nous, comme le parcours est long ! Bien sûr, il est important que la démarche du futur baptisé marque un tournant décisif dans sa vie, mais trois ou quatre ans ( même cinq, j' en ai eu le témoignage ) est-ce vraiment si nécessaire ?

Les prosélytes des cyber-cafés sont beaucoup plus pragmatiques et attachent de l' importance à des gestes et à des pratiques...la conversion de l' âme vient progressivement après l' appartenance à la communauté musulmane. C' est l' inverse de nos baptisés adultes qui doivent gravir pas à pas le chemin de la communauté chrétienne pendant de longues années. 


Il faut prier pour ces âmes en recherche qui se détournent du Christianisme.


* Les cyber-cafés sont installés en majorité dans les quartiers populaires de nos villes pour les personnes de passage - beaucoup de travailleurs immigrés aussi - et pour la jeunesse qui n' a pas les moyens d' avoir un ordinateur chez soi. Souvent à proximité du cyber se trouvent des épiceries ou des échoppes vendant du kebbab et ouvertes tard dans la nuit permettant  ainsi de tisser des liens entre musulmans et habitants du quartier...

** Je pense au jeune Thibault : ce jeune Français issu d' une famille moyenne, et non-baptisé comme il arrive de plus en plus souvent hélas, est devenu musulman récemment.
Il recherche désormais activement une jeune fille musulmane pour fonder une famille musulmane. Il ne néglige donc pas les forums de rencontre sur le net et vient souvent au cyber-café.
Ses amis du cyber sont fiers de sa conversion. Bien sûr je suis arrivé trop tard pour comprendre avec lui cette conversion. Le blâmer est stupide et ne sert à rien...Mais comme l' on se sent triste d' avoir été le témoin de semaines en semaines d' une telle perdition...Humainement, il a trouvé un groupe, une famille d' adoption...Le cyber est à deux pas d' une belle église historique, au centre d' une belle ville, presque toujours vide avec trois messes : une le dimanche et deux dans la semaine...

Le cyber est rempli tous les jours jusqu' à minuit...
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 16:02
   Né en 1521 à Nimègue, Pierre De Hondt ( nom signifiant en néerlandais le chien, latinisé suivant les usages de l' époque en Canisius ) entra dans la Compagnie de Jésus, après des études à Cologne.

Prêtre en 1546, il fut envoyé comme théologien de l' évêque d' Augsbourg au Concile de Trente.
Il eut une activité extraordinairement féconde dans les principautés allemandes, fondant des collèges, prêchant, écrivant ; il composa notamment des catéchismes qui furent si populaires qu' en Allemagne, un Canisius voulait dire un livre de catéchisme. Il devint en 1550 recteur de l' université d' Ingolstadt en Bavière.

Il fut nommé par saint Ignace de Loyola Provincial de son Ordre pendant quatorze ans pour la Haute-Allemagne*. Il défendit les thèses du Catholicisme à la Diète de Worms, contre l' influence des princes protestants.

Il lutta ainsi efficacement pour la vérité et mourut le 21 décembre 1597 à Fribourg en Suisse où il avait fondé un Collège.
Il fut béatifié en 1864 par le bienheureux Pie IX et canonisé en 1925 par Pie XI.

Il est Docteur de l' Eglise depuis 1925.

* Souabe, Bavière, Hongrie, Bohême, Haute et Basse-Autriche.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article