Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 22:29
   Antoine ( Antonio ) Grassi naquit le 13 novembre 1592 à Fermo et fut éduqué par les Oratoriens. Il entra dans la Congrégation de l' Oratoire en 1609 et fut ordonné prêtre en 1617. le P. Grassi se distingua par l' amour des enfants qu' il préparait au catéchisme, des malades et des prisonniers dont il s' occupait. Il affirmait que la vocation du prêtre était de compatir, de consoler et de porter assistance.
En 1625, il fit le pélerinage à Rome de l' Année Sainte et ce fut pour lui l' occasion de grâces mystiques. En 1635, il fut élu en tant que Préposé de la Communauté de Fermo, charge qu' il assuma jusqu' à sa mort.

Les Papes Clément X et Innocent XI le tenaient en grande estime ; car ils avaient eu connaissance des bienfaits qu' il prodiguait : Assistance aux pauvres, réconciliations, confessions et direction spirituelle. D' autre maisons de l' Oratoire ouvrirent dans la région et sa réputation de sainteté se répandit. Il aimait prier ND de Lorette. C' était un prêtre de son époque :  humble, mystique et renoncé. De nombreuses grâces lui furent attribuées. Il avait prédit le jour de sa mort qui advint le 13 décembre 1671. On pria pour lui dans tous les Oratoires d' Italie et d' Allemagne et sa cause fut rapidement ouverte par le Cardinal Colloredo qui voyait en lui un authentique modèle de vie. 

Il fut béatifié pendant l' Année Sainte 1900 par Léon XIII, devenant le troisième Oratorien à être ainsi glorifié. Il repose dans l' église de ND du Mont-Carmel à Fermo. Le couvent dans lequel il passa toute sa vie est devenu aujourd' hui un tribunal.
Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 13:23
   Jean ( Giovanni ) Marinoni naquit le jour de la Noël 1490 à Venise, de parents venus de Bergame. Il reçut le nom de François comme nom de baptême. Il fut élève à Saint- Pantaléon, fit ses études à Padoue et devint prêtre ; il fut nommé premier sacristain puis chanoine à la basilique Saint-Marc. Ensuite il devint chapelain à l' hôpital des Incurables de Venise. En 1528, il entra dans la Congrégation des Théatins, sous le nom de Jean. Il allait avoir 38 ans. Il reçut l' habit des mains du cardinal Carafa* qui n' était pas encore archevêque de Naples et qui deviendra le Pape Paul IV ( 1476-1555-1559 ), et il fit sa profession auprès de saint Gaëtan de Thiene ( 1480-1547 ). Cet Ordre veillait à la formation des prêtres et était extrêmement sélectif, rigoureux dans les méthodes et exigeant quant aux matières tant profanes que sacrées qui y étaient enseignées.

En août 1533, le bienheureux Jean Marinoni et saint Gaëtan, obéissant à la requête du Pape Clément VII, quittèrent Venise pour Naples. Ils s' occupèrent des incurables à l' hôpital du même nom, puis se fixèrent à la basilique Saint-Paul-Majeur. Les deux Théatins eurent de nombreux fruits spirituels de leurs prédications et de leur apostolat. Ainsi plusieurs de leurs fils spirituels de la noblesse locale créèrent le Mont-de-Piété pour aider à soutenir et à financer les projets des personnes dans le besoin.
Une dame dirigée par le bienheureux, Giovanna Scorziata, fonda une école pour fillettes " le Temple " ; les quatre soeurs Palescandolo furent les fondatrices du Monastère Saint-André-des-Dames, etc...

En avril 1540, le bienheureux Jean Marinoni fut nommé Supérieur de la maison de Saint-Paul-Majeur et directeur spirituel des Dominicaines de la Sagesse.  Animé d' une vie spirituelle intense et mû par une grande pratique apostolique, il était aussi détaché des biens terrestres. C' était avant tout un intellectuel hautement spirituel. Il dirigea des saints connus comme saint André Avellino - qui deviendra son biographe - ou le bienheureux cardinal Paul Burali ou encore Jacques Torno et Salvatore Caracciolo, mais aussi des centaines et des centaines d' autres inconnus. Des foules se déplaçaient aussi pour écouter ses prêches. Il refusa de devenir archevêque de Naples, comme le souhaitait Paul IV.

 A partir de 1558, il rassembla ses forces pour se consacrer à la construction du nouveau Couvent de Saint-Paul-Majeur qui sera terminé trois ans après sa mort. Il mourut lors de l' épidémie de choléra qui dévasta Naples, le 13 décembre 1562. En 1565, le Concile de Trente sera terminé. S' inspirant de l' esprit des Théatins, l' Eglise allait désormais ouvrir des séminaires pour la formation de ses prêtres.

Sa dépouille est vénérée dans la crypte de la basilique Saint-Paul-Majeur, près des reliques des autres saints théatins. Il fut béatifié par Clément XIII, en 1762.

Illustration :
L' Annonciation avec saint Joseph, saint Jean-Baptiste et le bienheureux Jean Marinoni. 
 par  Alessandro Turchi, dit l' Orbetto ( 1578-1649 ), église Saint-Nicolas de Vérone.

* Cofondateur avec saint Gaëtan de Thiene de l' Ordre des Théatins, il en fut le premier Supérieur.

Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-14586069.html
Repost 0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 19:24
   Pilar ( Marie du Pilier ) Villalonga Villalba naquit dans une famille bourgeoise, le 22 janvier 1891 à Valence. Elle resta au foyer de ses parents pour aider sa mère dans l' éducation de ses cinq frères et soeurs plus jeunes. Elle menait une vie simple et chrétienne, communiant tous les matins. Elle adhéra dans sa jeunesse à l' Action Catholique et participa à diverses oeuvres de charité.
Lors de l' insurrection de l' été 1936, elle n' hésita pas à offrir sa vie pour la cause du Seigneur et intensifia son apostolat. elle ouvrit sa maison aux prêtres pourchassés. Elle fut arrêtée dans la nuit du 29 au 30 août 1936. Quand elle apprit la sentence de mort qui l' attendait, elle mit une belle robe pour aller à la rencontre de son Dieu : Ce fut le 11 décembre 1936. On la fusilla à Saler, près de Valence.
La bienheureuse Pilar Villallonga Villalaba fut béatifiée par Jean-Paul II, le 11 mars 2001, avec 233 autres victimes de la persécution de Valence.
Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 19:59
   Le bienheureux Marc-Antoine ( Marcantonio ) Durando naquit dans une famille distinguée de Mondovi, en Italie septentrionale. A l' époque du Risorgimento, c' est-à-dire de l' unité italienne autour de la couronne de Savoie, ses membres occupèrent des postes de responsabilité, en ayant des opinions différentes.
Le père avait des tendances libérales et agnostiques, contrairement à la mère plutôt dévote. Sur les huit enfants, chacun s' engagea de manière diverse, comme par exemple Giocomo qui, impliqué dans les mouvements révolutionnaires de 1831 et 1832 , combattera dans des armées étrangères et deviendra journaliste. Ferme soutien de Charles-Albert de Savoie à partir de 1848, il devint son aide de camp. Il sera ensuite ambassadeur à Constantinople puis ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Ratazzi en 1862. Il terminera sa carrière à partir de 1884 comme président du Sénat. 

Giovanni, quant à lui, fut dans sa jeunesse le cofondateur d' une société secrète patriotique - les chevaliers de la liberté  ; contraint à l' exil, il devint général en Espagne où il s' illustra contre les Carlistes, puis il devint chef des troupes pontificales. A l' époque, les armées du roi de Sardaigne Charles-Albert étaient en guerre contre les Autrichiens et avaient demandé l' aide des troupes pontificales, des armées du royaume des Deux-Siciles et du grand-duché de Toscane.
Incapable de résister à l' avance autrichienne à Vicence et ayant désobéi aux ordres pontificaux*, Giovanni Durando fut contraint à la démission et se mit sous les ordres du roi Charles-Albert de Savoie. Il participera à la bataille de Novare, à l' expédition de Crimée et aux batailles aboutissant à l' unité italienne. Il terminera sa carrière comme aide de camp de Victor-Emmanuel II de Savoie, puis comme sénateur.

Marc-Antoine, plus proche de sa mère, manifesta dès l' âge de quinze ans le désir de devenir missionnaire en Chine, entreprise à l' époque extrêmement périlleuse. Il entra dans la Congrégation des Missions de Saint-Vincent-de-Paul qui se reconstituait à peine. Il émit ses voeux perpétuels à seulement dix-huit ans, et fut ordonné prêtre en 1824. Il demeura pendant cinq ans à Casale Monferrato, puis à la maison de Turin dont il deviendra au bout de deux ans le Supérieur jusqu' à sa mort. Ses Supérieurs, plutôt que de l' envoyer au-delà des mers, préférèrent l' associer au relèvement spirituel de la nouvelle Italie.

Le P. Durando s' attela à la tâche et créa, avec l' appui du Supérieur général le Père Etienne, les bases en Italie du Nord de ce que l' on qualifiera plus tard de " catholicisme social ". Il soutint aussi la nouvelle oeuvre de la Propaganda Fidei - la Propagation de la Foi - célèbre oeuvre missionnaire du XIXème siècle, créée à Lyon par Pauline Jaricot ( 1799-1862 ). Il fallait aussi rouvrir les Maisons, fermées ou endommagées lors de la première phase du Risorgimento. En 1855, il ouvrit un collège à Brignole-Sale pour former des prêtres missionnaires destinés non seulement à l' étranger ; mais aussi destinés aux campagnes et aux villes piémontaises. Ceux-ci ne se contentaient pas de prêcher ; mais subvenaient aux besoins matériels des plus pauvres. De pIus, il introduisit dans le Piémont les Filles de la Charité, fondées en France par saint Vincent de Paul au XVIIème siècle. Cette Congrégation qui souffrit durablement pendant et après la révolution française, trouvait un second souffle depuis les apparitions de Notre Dame à sainte Catherine Labouré, simple novice de la Chapelle Miraculeuse à Paris, en 1830.

Les Filles de la Charité travaillèrent dans différents hôpitaux, tant militaires que civils, du royaume de Charles-Albert et plus tard participèrent comme infirmières à la guerre de Crimée. Les vocations furent tellement nombreuses que le roi mit à leur disposition le Couvent de San Salvario construit au XVIIème siècle à Turin, dont la reine Marie-Adélaïde fut la protectrice. Au fil du temps un immense complexe hospitalier fut créé.  [ La ravissante chapelle du couvent, en état de lente dégradation, fut fermée au culte par les Soeurs en 1987 ; mais à la demande de fidèles fut partiellement restaurée et ouverte à la visite une dizaine d' années plus tard...]
Un véritable réseau se constitua donc à Turin de soutien aux pauvres appuyé par les différentes " Miséricordes " ( ainsi étaient appelés leurs centres de soin et de secours ) financés par les " Dames de Charité " de la ville. Des orphelinats, des écoles et des maisons de retraite furent fondés.

En 1837, le P. Durando devint Visiteur de la Province Nord-Italie, jusqu' à sa mort. Il organisait des exercices spirituels pour les prêtres de sa Congrégation et les prêtres diocésains et était absorbé par la gestion des maisons du Piémont. L' archevêque de Turin lui confia aussi la direction spirituelle des Filles de Saint-Joseph, nouvellement arrivées en Italie, ainsi que des Capucines de Turin. Mais surtout, il fut à partir de 1865, le conseiller de Louise Borlotti ( 1802-1873 ), qui fonda les Soeurs Nazaréennes, Congrégation qui rassembla au début des religieuses dans l' impossibilité d' entrer dans des Instituts religieux " classiques " et qui se vouèrent au soin à domicile des malades et à la contemplation de Jésus-Crucifié.

Le Père Durando mourut, le 10 décembre 1880, à l' âge de 79 ans et sa cause fut introduite en 1928. Il fut béatifié par Jean-Paul II en 2002. 

Le bienheureux Marc-Antoine Durando demeure une personnalité marquante de la famille vincentienne en Italie.

* Le bienheureux Pie IX voulait en fait mettre fin à la guerre contre l' Autriche, voyant bien le danger de guerroyer contre une grande puissance catholique, ce qui évidemment lui sera reproché par les patriotes italiens d' inspiration libérale. Le pape avait bien compris aussi qu' il s' agissait du signal de la fin de son règne temporel sur les Etats Pontificaux.
Repost 0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 12:41
  Liboire ( ou Liborius en latin et en allemand ) Wagner naquit, le 5 décembre 1593, à Mühlhausen en Thuringe acquise à la réforme protestante. Il quitta sa région natale à vingt ans pour suivre des études à Leipzig, Gotha et finalement Strasbourg. En 1617, il reçut son diplôme de maître ( magister ).

Revenu dans la maison familiale, il enseigna ; mais il fut pris de doute à la lecture des lettres de Luther qui professait une haine tenace envers Rome et la papauté.

En 1622, afin de trouver des réponses à son questionnement intérieur, il se rendit donc à Wurzbourg en Franconie, pays catholique. Il entra peu après à la faculté de théologie fondée en 1582 par le prince-évêque Julius Echter von Mespelbrunn et tenue par les Jésuites. Il se convertit au Catholicisme et devint prêtre, le 29 mars 1625.


Il fut alors nommé vicaire à Hardheim, dans une région - l' Obenwald - revenue au Catholicisme depuis une quinzaine d' années, puis curé à Altenmünster ( avec le rattachement du village de Sulzdorf resté catholique ), bourgade de Basse-Franconie à majorité protestante. Ce furent des temps difficiles ; car il dû lutter contre la froideur de ses paroissiens ; mais il parvint à obtenir la conversion d' un certain nombre de Protestants.

En 1631, la petite bourgade fut envahie par les troupes suédoises, le pays étant ravagé par la guerre de Trente Ans. Le bienheureux Liboire trouva refuge dans le village de Reichmannhausen, peuplé de Catholiques et distant de 4 kilomètres. Il ne voulait pas trop s' éloigner de ses paroissiens. Trahi par un habitant de la bourgade, il fut découvert en décembre 1631 et enfermé au château de Mainberg, où il fut torturé ; car il refusait d' abjurer. Il déclara : " Ich lebe, leide und sterbe päpstlich-katholisch* ".

Finalement à bout de forces, on le mena près de Schonungen, où il fut sauvagement abattu à coups d' épée et son corps jeté dans le Main.
Sa dépouille fut repêchée et enterrée, jusqu' à ce que l' évêque de Wurzbourg la fit inhumer, après la fin de l' occupation suédoise, dans l' église Saint-Laurent à Heidenfeld, dans le district de Schweinfurt, où elle repose toujours. Dès lors, l' église fut un lieu de pélerinage.
La cause de ce prêtre courageux fut introduite en 1931 et le Pape Paul VI le béatifia en 1974.

* Je vis, je souffre et je meurs en tant que Catholique fidèle au Pape.
Repost 0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 20:44
Après l' annonce du décès du XVème Patriarche de Moscou et de toutes les Russies Alexis II*, vendredi 5 décembre 2008, SS Benoît s' est associé à la douleur des Orthodoxes du Patriarcat de Moscou en demandant aux Catholiques, dimanche dernier lors de l' angélus, de prier pour le repos de son âme.
Le Patriarche Alexis II était venu à Paris en octobre 2007 vénérer à Notre-Dame les reliques de la Passion, accueilli par Mgr Vingt-Trois. " les nouveaux défis qui se posent aux Chrétiens nous incitent encore et encore à souligner la nécessité d' unir les efforts de tous les Chrétiens attachés à la Tradition pour affirmer les valeurs de l' Evangile, " avait-il déclaré ensuite. Alexis II s' était félicité que " nos positions sont identiques sur de nombreux points : avortement, euthanasie, unions du même sexe et autres phénomènes QUE l' ON CHERCHE A NOUS IMPOSER et qui sont inacceptables pour nos deux Eglises. "
Une délégation du Saint Siège conduite par le cardinal Kasper et le cardinal Etchegaray assistera aux funérailles, mardi 9 décembre, en la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. Le Patriarche sera ensuite inhumé dans la chapelle de l' Annonciation de la cathédrale de la Théophanie - ou de l' Epiphanie - dans le quartier d' Elokhovo à Moscou, où sont vénérées les reliques d' un saint orthodoxe homonyme Alexis de Moscou ( 1292-1378 ).
Un locum tenens, gardien du Patriarcat jusqu' à l' élection du prochain Patriarche, a été élu en la personne du Métropolite Cyrille de Smolensk.

Prions pour la belle Russie ! 

* Issu d' une famille de la noblesse germano-balte annoblie par le roi de Suède ( alors souverain de la région ) et russifiée sous l' Empire des Tzars - son ancêtre Friedrich-Wilhelm von Rüdiger ( 1780-1840 ) s' étant converti  à l' Orthodoxie - Alexis Ridiger naquit en 1929 en Estonie ( où sa famille avait fui après la révolution d' octobre 1917 ). Il devint Patriarche de Moscou en 1990, après la mort du Patriarche Pimène.
Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 01:15
Je me réjouis d' une grande joie dans le Seigneur et mon âme exulte en mon Dieu, car il m' a revêtue des vêtements du Salut ; il m' a enveloppée du manteau de la justice, comme un épouse parée de ses bijoux.
Alléluia, alléluia !


Prière de Bellini :

Janua certa poli,
Duc mentem,
Dirige vitam,
Quae peragam commissa
Tuae sint omnia curae.

Sicura porta del cielo,
Illumina la mente,
Dirigi la vita,
A te affido ogni
Mio lavoro.
Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 13:41
                                                             Statue de Saint Jacques


                                                            La Samaritaine

Repost 0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 11:20
Repost 0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 13:59
   Adolphe ( Adolf ) Kolping naquit près de Cologne à Kerpen, le 8 décembre 1813. Il était le quatrième des cinq enfants de son père Peter et de sa mère Anna-Maria, modestes agriculteurs qui s' étaient sacrifiés pour donner à leurs enfants une meilleure éducation. A treize ans, Adolphe dut gagner sa vie chez un cordonnier de Kerpen, puis il entra dans une fabrique plus importante à Cologne. Il se souviendra plus tard de la misère de l' époque et de l' indifférence religieuse de ses jeunes compagnons de travail.

Malgré cette atmopshère hostile, Adolphe, avec l' aide de prêtres bienfaiteurs, put mûrir sa vocation. Il parvint à suivre des cours dans un lycée de Cologne et à obtenir l' équivalent du baccalauréat à 24 ans. En 1841, il s' inscrivit à la faculté de théologie de Munich, puis à celle de Cologne.
Il fut ordonné prêtre en 1845 à l' âge de 32 ans. Il devint vicaire à la paroisse Saint-Laurent de la ville d' Eleberfeld et s' occupa en particulier du catéchisme. Dans cette ville industrielle, les Catholiques étaient en minorité. L' abbé Kolping y fit la connaissance de la Gesellenverein, société d' entraide des artisans fondée par Johann Gregor Breuer ( 1821-1897 ). Ancien ouvrier artisan lui-même, l' abbé Kolping était parfaitement au courant des problèmes de cette catégorie de population. Il avait conscience de leurs besoins dans le domaine social,culturel et spirituel. Il fut donc à l' origine en 1846 d' une Gesellenverein  tournée vers l' enseignement et l' aide économique.

En 1849, alors qu' il était devenu vicaire à la cathédrale de Cologne, il fonda une fédération des différentes associations artisanales d' entraide, spécialement tournée vers la jeunesse. Il en devint le président. De nombreuses autres associations se fédérèrent par la suite autour de ce noyau.

Le but d' Adolphe Kolping était de favoriser le modèle de l' employé chrétien, conscient de ses devoirs et de ses droits, bon citoyen et futur bon père de famille. Il créa aussi une gazette hebdomadaire, le Rheinische Volksblätter et plus tard le Volkskalender. Il réussit à atteindre et à permettre l' évangélisation d' un vaste public.

Il mourut à seulement 52 ans, le 4 décembre 1865. Il était vicaire, journaliste, patron de presse, président de la fédération des Gesellenverein, et surtout apôtre de son époque.

Il fut béatifié par Jean-Paul II, le 27 octobre 1991.
Repost 0