Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 00:59
Guillaume Repin naquit à Thouarcé ( aujourd' hui dans le Maine-et-Loire ), le 26 août 1709. ll entra à dix-neuf ans au séminaire d' Angers et fut ordonné prêtre.
De 1734 à 1749, il exerça son ministère sacerdotal à la paroisse de Saint-Julien d' Angers, puis fut nommé curé à Martigné-Briand. et devint chanoine. Il fut aimé de ses paroissiens pendant ses longues années de service.
Tout allait changer avec la révolution : au début les changements furent vécus dans un calme relatif ; mais lorsque. la constitution civile du clergé fut votée en 1791, la situation empira.
Certains curés - les jureurs - prêtèrent serment; d' autres - les réfractaires - refusèrent et durent vivre dans la clandestinité. Le vieux chanoine Repin, lorsque le maire de Martigné-Briand vint lui réclamer les clefs de l' église et lui faire signer le document le 10 février 1791, refusa de s' exécuter. Il partit se réfugier à Angers; mais les désordres y faisaient des ravages. Il fut arrêté, le 17 juin 1792, et emprisonné, avec un grand nombre de prêtres réfractaires de la région, au séminaire transformé en prison.

Etant le plus âgé, il célébrait le plus souvent la messe pour ses confrères. Le 14 août 1792, la Convention rendit le serment de la liberté et de l' égalité obligatoire pour les fonctionnaires et, le 2 septembre suivant, l' étendit à tous les citoyens. Ce fut le début de la grande Terreur. Le chanoine Repin refusa évidemment ce second serment qui allait à l' encontre du sacrement de l' Ordination. Il fut donc enfermé avec d' autres prêtres âgés dans une ancienne école des Frères de la Doctrine Chrétienne, surnommée la Rossignolerie.

Le pays était dévasté par des luttes fratricides. La colère des paysans vendéens contre ce nouveau régime allait soulever toute la région. Les prêtres furent libérés par les Vendéens, le 17 juin 1793, lorsque ces derniers prirent Angers. Mais les armées républicaines fort puissantes furent envoyées en renfort pour mater la rébellion. Le vieux prêtre, trop âgé pour suivre les Blancs, dut changer de lieu à plusieurs reprises, dans ce qui était devenu une véritable guerre civile. 

Il fut capturé à Mauges, le 24 décembre 1793, et conduit en prison à Chalonnes. Ensuite il fut déféré devant le comité révolutionnaire d' Angers où il subit des interrogatoires. Le 1er janvier 1794, il fut consigné par la commission militaire et condamné à la guillotine.

La sentence fut exécutée, le 2 janvier 1794, sur la place d' Angers nouvellement rebaptisée du " ralliement ".
Il fut guillotiné avec le curé de l' église ND de Chalonnes et deux autres victimes. 177 personnes furent guillotinées sur cette place pour avoir refusé de prêter serment pendant cette année de Terreur. Dans la région, notamment à Avrillé, ce fut le cas pour ce même motif, de 2000 victimes en quatre mois.

La cause de 99 d' entre eux fut introduite par l' évêque d' Angers, en 1905 - année de la loi de séparation de l' Eglise et de l' Etat. Cette cause aboutit à leur béatification, le 2 février 1984, par Jean-Paul II. Ces martyrs d' Angers sont fêtés le 1er février. Parmi eux ,douze prêtres - dont le chanoine Repin - et trois religieuses sont en plus fêtés le jour de leur entrée au Ciel.

Illustration : Messe célébrée dans les bois par le bienheureux Guillaume Repin, vitrail de la chapelle du champ des Martyrs d' Avrillé.

Lien sur les lieux de la guerre de Vendée :
http://clemenceaudupetitmoulin.centerblog.net



Repost 0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 23:08
  Marian Konopinski naquit, le 10 septembre 1907, à Kluczewo et devint prêtre du diocèse de Poznan.
Arrêté en haine de la Foi, lors de l' invasion allemande, en septembre 1939, il fut déporté au camp de concentration de Dachau. Il mourut le 1er janvier 1943, après avoir fait l' objet d' expérimentations scientifiques mutilantes et mortelles.

Il fut béatifié en 1999 par Jean-Paul II.
Repost 0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 23:06
Aujourd' hui dans l' octave de Noël et le jour de la circoncision du Christ, nous fêtons Marie la Très Sainte Mère de Dieu.
Saint Cyrille d' Alexandrie a écrit : " Le Verbe vivant et subsistant a été engendré de la même substance que Dieu le Père. Il existe de toute éternité ; mais en même temps il s' est fait chair, par conséquent on peut dire qu' il est né d' une femme. "
Jésus Fils de Dieu est né de Marie.
La récente réforme du calendrier liturgique a porté au 1er janvier la fête de la maternité divine qui était célébrée à partir de 1931, le 11 octobre, en mémoire du concile d' Ephèse de 431. Lors de ce concile, Marie fut proclamée " la Théotokos ".


" Tous, nous vénérons celle qu' Elisabeth, sa parente, saluait en l' appelant Mère de mon Seigneur, dont Ignace le Martyr disait qu' elle avait engendré Dieu, et de laquelle, déclare Tertullien, Dieu est né ; nous la vénérons comme la généreuse Mère de Dieu à qui le Père éternel a conféré la plénitude de la grâce et qu' il a élevée à une si haute dignité. "
Pie XI, Encyclique Lux Veritatis, 25 décembre 1931.

Repost 0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 23:04
  André Gomez Saez naquit à Bicorp, près de Valence, le 7 mai 1894 et fut baptisé le lendemain. Il entra chez les Salésiens au noviciat de Carabanchel Alto près de Madrid, où il émit ses voeux en 1914, et devint prêtre onze ans plus tard à Orense.

Il fit partie du clergé de Baracaldo, puis fut intégré à la communauté salésienne du collège de Marie-Auxiliatrice à Santander, dans le Pays basque. L' insurrection de l' été 1936 et la guerre civile qui s' ensuivit obligèrent les Salésiens à dissoudre leur communauté. Ils se dispersèrent et certains restèrent en ville vivant de leçons particulières en gardant le contact entre eux.
André Gomez réussit à se cacher en exerçant discrètement son ministère près de la cathédrale de Santander ; mais le soir du 31 décembre 1936, il fut accosté au port par deux miliciens et reconnu comme prêtre. Il fut sans doute précipité du haut du phare dans la nuit du 31 décembre 1936 au 1er janvier 1937, car tel était le souvent le sort, dans cette ville portuaire, de ceux qui étaient reconnus comme ennemis de la république...

Il a été béatifié il y a un peu plus d' un an, le 28 octobre 2007, avec d' autres martyrs de la même époque.
Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 17:08
   Sainte Mélanie naquit dans une illustre famille de Rome à la fin du IVème siècle. Elle descendait par son grand-père paternel d' une lignée de préfets urbains et était l' unique héritière d' une fortune considérable. A quatorze ans, elle épousa un cousin, Pinien, fils du préfet de Rome, dont elle eut deux fils. Lorsque ceux-ci moururent en bas-âge, elle convainquit son mari de mener avec elle une vie chaste et pénitente. Elle suivait en cela les exhortations de saint Jérôme qui avait converti de nombreuses dames de l' aristocratie romaine.

Elle s' entoura de ses domestiques et de ses gens qui volontairement partagèrent avec elle une vie retirée dans une de ses grandes villas de Campanie. Petit à petit, elle organisa dans la maison une vie communautaire de prière. Sa famille influente, et qui appartenait au Sénat, comprit qu' elle voulait créer une communauté monastique et s' opposa alors à ses désirs ; car la liquidation de ses immenses biens pouvait remettre en question l' économie même de l' Etat. Seule, sa grand-mère paternelle, prénommée elle-aussi Mélanie, prit son parti ; car elle avait fait elle aussi ce choix une dizaine d' années auparavant.

En 406, Mélanie partit pour Nole retrouver son parent, saint Paulin, et reçut son enseignement. C' était l' époque des invasions barbares qui semaient la désolation et qui surtout détruisaient les structures de l' Etat romain.
Elle affranchit huit mille de ses esclaves et céda les autres - qui préféraient pour des raisons matérielles conserver leur condition - à son beau-frère, le sénateur Sévère, opposé à la dilapidation des biens des patriciens en ces temps de périls. En 408, elle se rendit dans ses immenses domaines de Sicile pour vendre ses biens et fuir les Goths. Elle fit distribuer le résultat des ventes -des milliers de pièces d' or - par bateaux pour bâtir des églises en Orient et aider les communautés chrétiennes de ces contrées.
Deux ans plus tard, elle se rendit encore dans ses domaines, cette fois-ci en Afrique du Nord, où elle rencontra saint Augustin, nouant une solide amitié spirituelle. Grâce à l' intervention de la nièce de l' impératrice, elle avait  donc pu liquider une grande partie de ses biens en fondant des églises et des monastères. Elle profita des années passées à Thagaste et à Hippone pour s' initier à la gestion pratique de deux monastères ( l' un pour les hommes, l' autre pour les femmes ) fondés par elle, et à l' étude des Ecritures et des écrits patristiques ; tandis que son époux renonçait à l' ordination presbytérale pour des raisons d' apaisement politique ; car sa fortune était convoitée par différentes communautés chrétiennes.. 

Elle prit la décision de se rendre en Orient, toujours entourée d' une centaine de ses gens, familiers, domestiques et compagnes de prière. Elle était aussi accompagnée de son mari et de sa mère Albine.
Elle partit pour l' Egypte qui était alors le centre du monachisme de la chrétienté naissante. Des dizaines de milliers de moines, d' ascètes et de moniales vivaient dans la Thébaïde et autres déserts pour chercher Dieu. Elle y fit la connaissance de saint Cyrille d' Alexandrie.

Finalement en 417, elle se rendit à Jérusalem, où elle rencontra enfin saint Jérôme et sa cousine sainte Paule, et y mena une vie plus érémitique. Recevant de l' argent de ses domaines d' Espagne, en 419, elle se rendit à nouveau en Egypte pour financer ses projets. A son retour, elle visita plusieurs communautés ainsi que les basiliques de l' Eglise primitive, florissantes à cette époque. La Terre Sainte était alors une terre chrétienne.
Lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-12727133.html

Sa grand-mère Mélanie avait fondé une communauté avec saint Rufin près du Mont des Oliviers, et Mélanie la Jeune ( telle qu' elle est nommée pour la différencier de sa grand-mère ) chercha elle aussi à vivre une vie de pénitence plus intense. Elle s' installa en recluse dans une cellule au Mont des Oliviers.

Elle fit construire un monastère pour femmes, le monastère de l' Apostaleion, puis plus tard un monastère pour hommes, dans lesquels elle fit appliquer une règle extrêmement sévère de pénitence et de jeûne, sur les conseils de moines égyptiens, et refusa d' en être la supérieure. La liturgie était celle de l' Eglise d' Orient, avec toutefois des influences latines et romaines.

Son mari mourut en 432 et elle le fit inhumer à l' Apostaleion, entrant ensuite dans un deuil rigoureux. En 436, elle se rendit à Constantinople, afin de persuader un de ses oncles demeuré païen - qui était venu de Rome en ambassade pour négocier le mariage de la future impératrice Eudoxie* avec Valentinien III - de se convertir. Subitement malade, il demanda le baptême à l'article de la mort. Mélanie, elle-même malade, recouvra alors la santé. Elle rencontra aussi dans la capitale de l' Empire des partisans de Nestorius qu' elle convainquit de renoncer à leurs erreurs.
Elle en profita aussi pour inviter la mère de la jeune épousée qui se nommait aussi Eudoxie**, épouse de l' empereur romain d' Orient Théodose II, à visiter la Terre Sainte et ainsi à se défaire de l' influence des hérésies. Mélanie se mit en route pour pouvoir accueillir Eudoxie quelques mois plus tard dans son monastère. 

L' impératrice fit donc son pélerinage en Terre Sainte et revint dans la droite doctrine. Elle rendit visite à Mélanie qui demanda pour l' occasion à son ami saint Cyrille d' Alexandrie de procéder, en mai 438, à la dédicace de l' église de Saint-Etienne et d' une chapelle sur le Mont de l' Ascension, qu' elle avait fait construire.

Sainte Mélanie mourut le 31 décembre 439. Elle avait partagé ses biens avec les pauvres pour soulager leurs souffrances, et pour consolider ses fondations ; sa réputation était grande en Terre Sainte.
Son monastère fut détruit en 614, lors des invasions perses ; mais on vénère encore sa grotte au Mont des Oliviers.
Son culte a été introduit en Occident au IXème siècle, et en 1908 a été à nouveau confirmé par le pape.
                   Licinia Eudoxia, BNF, Paris, Département des Monnaies

* Eudoxie ou Licinia Eudoxia, fille d' Eudoxie et de l' empereur d' Orient Théodose II le Calligraphe ( 401-450 ), née en 422 et morte en 462, épousa à Constantinople, le 29 octobre 437, son cousin l' empereur d' Occident Valentinien III ( 419-455 ). Après l' assassinat de son mari, elle fut contrainte d' épouser Pétrone Maxime ( 396-455 ) qui fut proclamé empereur, et soupçonné d' avoir fait assassiner son prédécesseur. Au bout d' un peu plus de deux mois, il fut lui-même lapidé par la foule, alors que les troupes du roi des Vandales, Genséric ( sans doute appelé par Eudoxie ), s' apprêtaient à saccager Rome quelques jours plus tard.
Emmenée avec sa famille à Carthage, qui appartenait aux Vandales, elle y resta sept ans en captivité et donna sa fille Eudoxie - comme convenu avant le sac de Rome -  en mariage à Hunéric, le fils de Genséric, tous les deux ariens.
Elle finit ses jours à Constantinople.
    Mosaïque représentant Eudoxie, Musée archéologique d' Istanbul, provenant de l' église Saint-Jean-Baptiste du monastère féminin du même nom ( Xème s ), transformée en mosquée au XVème s.

** La mère de cette dernière, prénommée d' abord Athénaïs, prit le nom d' Eudoxie ou Eudocie, lors de sa conversion au christianisme. Elle était la fille d' un célèbre rhéteur athénien et elle-même fort cultivée. Elle écrivit des poèmes, des hagiographies et des écrits de méditation religieuse. Née vers 400, elle devint la protégée de Pulchérie, la soeur de Théodose II le Calligraphe qu' elle épousa en 421. Théodose était faible et sous l' influence de sa soeur qui combattait le nestorianisme et voulait imposer un climat d' austérité religieuse à la Cour. Eudoxie parvint à le mettre sous son influence, pendant un règne marqué par les querelles dogmatiques. Il convoqua le concile d' Ephèse en 431 contre le nestorianisme, le concile de Constantinople en 448 contre le monophysisme et le second concile d' Ephèse en 449 qui absolva Eutychès et qui sera heureusement dénoncé plus tard par le concile de Chalcédoine de 451.
Faussement accusée d' infidélité, à son retour de Jérusalem en 439, Eudoxie fut à nouveau exilée en Terre Sainte en 443 par sa belle-soeur Pulchérie qui reprit de l' influence. Théodose mourut en 450 et sa soeur prit le pouvoir avec son époux l' empereur Marcien.
L' impératrice Eudoxie consacra le reste de ces jours à des fondations d' églises, de monastères et d' hospices en Terre Sainte, ainsi qu' à la rédaction d' ouvrages religieux. Elle était toutefois favorable au parti des monophysites de Palestine, représentés par un certain nombre de monatères qui s' opposaient au Patriarche de Jérusalem, Juvénal. Ce n' est que plus tard, grâce à l' influence de saint Euthyme le Grand, qu' elle revint à la pure doctrine, mettant de côté pour toujours son hostilité envers ceux qu' elle qualifiait de partisans de Pulchérie... 
Elle mourut en 460 et fut canonisée par l' Eglise orthodoxe pour sa vie de pénitente et les largesses de ses fondations.
Enterrée dans la crypte de la basilique Saint-Etienne, ses restes disparurent lors de l' invasion perse de 614.
Pulchérie, pour sa défense du concile de Chalcédoine et la vie de chasteté qu' elle imposa à son époux Marcien, fut canonisée par l' Eglise catholique et par l' Eglise orthodoxe.

cf article du 20 janvier 2007 sur saint Euthyme le Grand :
http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5323738.html
Repost 0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 16:29
Bonne année à tous les lecteurs de ce blog, que 2009 nous permette d' ouvrir notre porte à Jésus qui ne nous abandonne jamais, dans les difficultés comme dans la joie !


Merci à vous qui prenez le temps de m' accompagner dans la lecture de mes articles qui j' espère vous donneront la joie de découvrir des chemins de paix et d' amour.


TOUS MES BONS VOEUX !
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 16:18
    Eugénie Ravasco naquit à Milan, le 4 janvier 1845, dans une famille de la noblesse ; mais elle devint orpheline et fut élevée par sa tante à Gênes. Elle fut la dirigée, dans sa jeunesse, du futur archevêque de Gênes, Mgr Salvatore Magnasco, puis du Père jésuite Persoglio.
Héritière d' une fortune importante, elle refusa les projets matrimoniaux de sa famille et se consacra au Sacré Coeur. Elle finança des oeuvres hospitalières et à la mort de sa soeur, en 1868, réunit chez elle une communauté qui deviendra les Filles des Sacrés Coeurs de Jésus et Marie. Ces religieuses, au nombre de dix-huit au début,  ouvrirent des écoles et des patronages pour les adolescents, et se tournèrent aussi vers le soin des malades. La bienheureuse fondatrice ouvrit, en 1878, une école normale pour former les institutrices catholiques, à une époque d' hostilité envers l' Eglise.

La congrégation reçut l' approbation canonique en 1882 et l' année suivante fut agrégée à l' Ordre des Capucins. La bienheureuse fondatrice ouvrit d' autres maisons, dont une maison pour jeunes ouvrières à Gênes, en 1892,  et écrivit plus de deux mille lettres, voulant améliorer la condition féminine dans une optique chrétienne.

Elle mourut à Gênes, le 30 décembre 1900 et fut béatifiée par Jean-Paul II, en 2003.

Aujourd' hui sa Congrégation rassemble 500 religieuses en Amérique latine, en Italie, en Suisse,  en Albanie, aux Philippines et en Afrique.
Repost 0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 12:17
Toutes les extrémités de la terre ont vu le salut de notre Dieu. Chante à Dieu ta joie, terre entière. Le Seigneur a fait connaître son salut, aux yeux des nations il a révélé sa justice.

Alléluia, alléluia ! Un jour saint a brillé sur nous. Nations, venez adorer le Seigneur : aujourd' hui une grande lumière est descendue sur la terre. Alléluia !
De mon coeur jaillit un chant de fête, j' adresse mon poème au Roi. Ma langue est comme le roseau d' un habile écrivain.

Alléluia, alléluia, le Seigneur est Roi, il s' est revêtu de majesté ; le Seigneur s' est revêtu de force, il a pris la puissance pour armure. Alléluia !
(Ps 92 ).


Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 12:08
Juif d' origine grecque, Etienne fut le premier des diacres choisis pour le service matériel de la communauté. Ayant compris le caractère universel, catholique, de la religion du Christ, il scandalisa les Juifs qui voulaient maintenir les observations mosaïques abolies par la loi nouvelle. Aussi le traita-t-on comme son Maître.

Accusé de blasphème, il est lapidé et meurt en priant, comme Jésus, pour ses ennemis. Le jeune Saul, qui gardait les vêtements des bourreaux, bénéficiera de sa prière et deviendra l' apôtre Paul.
Repost 0
Published by Eric - dans Saints
commenter cet article
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 12:03
Un enfant nous est né, un fils nous a été donné. le pouvoir repose sur ses épaules ; on l' appelle le Messager du dessein de Dieu.
Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles. Gloire au Père.

 
Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article