Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 02:11

Prière composée d' après saint François Xavier:

 

 

DIEU ETERNEL, Créateur de toutes choses,

Faites  que je n' oublie pas que vous avez créé les âmes des NON-CROYANTS à votre image et à votre ressemblance.

SEIGNEUR, comment est-il possible que les NON-CROYANTS ignorent votre amour, et se trouvent ainsi dans une prison éternelle ?

Faites que je me souvienne que votre Fils Jésus-Christ a répandu et répand son sang gracieusement pour eux.

Faites que je me souvienne qu' iI a souffert et souffre en prenant sur lui leurs tourments et leurs fautes.

Faites que je ne me permette pas de ne pas être inquiété que les NON-CROYANTS vous ignorent.

Oui , par l' action heureuse de votre amour et de votre volonté

        et l' aide de vos saints et de votre Eglise -épouse de votre Fils-

j'espère ne pas oublier votre grâce.

C' est votre grâce qui défait les fausses icônes et les fausses stars d' aujourd' hui et d' hier, c' est votre grâce qui détruit  l' infidélité, c'est votre grâce qui vient à bout de nos esclavages et de nos addictions , c'est votre grâce qui creuse nos âmes.

MERCI de me faire connaître votre Fils MON SEIGNEUR JESUS CHRIST que vous nous avez envoyé, à nous, infidèles comme fidèles, et à moi faible dans ma promesse.

Il n' y a que VOUS mon Seigneur et mon Dieu qui me permettez de vous chanter !

Le Seigneur de ma vie est mon salut et ma résurrection.

C'est par  LUI que je suis sauvé, c'est par LUI que nous sommes sauvés. Il rachète mes fautes et nos fautes.

GLOIRE A LUI POUR L' ETERNITE ! 

Repost 0
Published by Eric - dans la prière
commenter cet article
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 00:40

Saint François Xavier (1506-1552), patron des missions.

CETTE ANNEE NOUS FETONS SON JUBILE !

" Je suis venu apporter le feu sur la terre " St Luc XII, 49

" Allez et embrasez l' univers ! " St Ignace de Loyola

Saint François Xavier fut un des compagnons qui suivirent saint Ignace de Loyola, fondateur de la Société ( ou Compagnie ) de Jésus, les Jésuites.

 Né à Xavier ( Javier en espagnol d'une racine basque signifiant maison neuve) dans le château fortifié de sa famille, en Navarre, il doit le quitter à l'âge de dix ans lorsque les troupes du roi Ferdinand de Castille et d' Aragon viennent réprimer un soulèvement de la province annexée depuis 1512, car son père était fidèle à la famille du roi de Navarre Jean d' Albret.

Ne pouvant donc embrasser la tradition militaire de sa famille, il se destine à la carrière ecclésiastique. Il part dans sa jeunesse pour Paris, où il étudie au collège Sainte-Barbe. Il y fait la connaissance du bienheureux Pierre Favre, savoyard.

Après avoir réussi leur maîtrise, les deux étudiants s' inscrivent en théologie, mais François se dissipe...C' est alors que les deux amis croisent le chemin d'un étudiant plus âgé ( il a 38 ans...) Ignace de Loyola, un noble basque ruiné, récemment converti à une foi plus ferme.

 Ils décident de se consacrer aux pauvres, et de regrouper de nouveaux compagnons. Le 15 août 1534 à Montmartre, ils font voeu d' obéissance au pape, en plus des voeux traditionnels, et de faire un pélerinage en Terre Sainte. C' EST LE DEBUT DE LA COMPAGNIE DE JESUS.

Mais la guerre entre les Vénitiens et les Ottomans les empêchent de se rendre à Jérusalem. Ils sont reçus par le pape Paul III en 1540 et décident de répandre l' Evangile dans le monde. C' est l' époque des grandes découvertes...

François Xavier part pour les Indes en 1541. En 1542 il est à Goa, possession portugaise aux Indes où il évangélise les pêcheurs et les intouchables visite les lépreux, fonde des écoles. Il y reste plusieurs années, séjourne dans le pays tamoul, la côte de Cochin, le cap Comorin, voyage dans les îles ( Sumatra ), jusqu' au Japon où il parcourt les ports et les côtes. Il convertit en dix ans des dizaines et des dizaines de milliers d' âmes. Il meurt en voulant gagner la Chine, au large de Canton sur l' île de Sancian le 3 décembre 1552.

Il est canonisé en 1622 en même temps que son compagnon Ignace. Il est enterré à Goa dans l' église du Bon Jésus qui n' a cessé depuis lors d' être un lieu de pélerinage pour les Indiens chrétiens et pour les catholiques en général. 

J' aime ce grand saint missionnaire qui criait un soir à la Sainte Vierge: " Notre Dame, ne m'aiderez- vous donc pas ? ".  Il plaçait sa volonté dans la confiance, une confiance forte, capable de provoquer.

Tombeau de Saint François Xavier, à Goa ( Inde )

Informations sur l' excellent site : www.jesuites.com

Repost 0
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 16:46

La COLERE ( latin : cholera ) est un violent mécontentement à l' égard de quelqu' un ou de quelque chose, un mouvement agressif. Elle provoque des habitudes de violence, des coups ou des paroles provoquantes. Elle peut même installer le colérique dans une haine ou une rancune tenaces.

La colère s' oppose au 5ème commandement : HOMICIDE POINT NE SERAS.

Elle a comme conséquence le désir de vengeance; mais aussi après un affront violent , elle peut se retourner contre son auteur, et aller jusqu' à la tentation du suicide, ou de l' auto-destruction par l' usage de drogues ou l' abus d'alcool. Enfin dans son extrême limite elle peut aller jusqu' au meurtre.

De façon plus insidieuse, elle s' installe par des habitudes de mauvaise humeur, par la grossièrté de langage ou d' attitudes. Elle est issue de frustrations, de désirs inassouvis, de l' intempérance, de  l' inquiétude. Le colérique pense qu' il est en danger, et mobilise son énergie par la violence.

Le colérique instinctivement en danger peut retrouver la quiétude s'il fait confiance d' abord en l' ESPERANCE, appuyée bien sûr sur la Foi et la Charité.

L' Espérance, c'est la vertu qui permet de prier dans les épreuves, d'abandonner l' opinion répandue et distillée à longueur de journée qu' il est impossible de vivre en chrétien aujourd' hui . L ' Espérance c ' est  de comprendre que le SALUT ( c' est à dire la santé de l' âme qui pourra jouir de la pleine vision de l' Amour éternel ) est impérieusement nécessaire à  la vie. La santé du corps ne suffit pas, s' il n ' y a pas santé de l' âme. Le colérique ne respecte pas la santé des corps ( et du sien qu' il détruit symboliquement en détruisant  réellement celui de sa victime ) et des âmes ( de la sienne aussi ).

L' Espérance, c' est lutter contre le matérialisme qui  fait simplement profiter de la vie dans l' irréflexion et l' indifférence.

L' INDIFFERENCE est une variation froide de la colère. C'est son COROLLAIRE.

 Sans aller jusqu' au sentimentalisme, lutter contre la colère me permet de réaliser que le Christ vient toujours vers moi, à moi de l'accueillir, car il est lui-même la victime de la colère de la foule, et de l' indifférence des puissants qui lui est liée. Je ne peux lutter contre la colère par l' indifférence, la fausse quiétude de ceux qui croient que l' extinction des passions dans un détachement de la vie est la solution , car les deux, colère et indifférence sont liées. L' indifférence est la déculpabilisation des passions, la déculpabilisation du matérialisme et des puissants. Le seul remède, c' est l'Amour-charité.  

Je pense à Jésus qui après sa mort sur la Croix descendit aux enfers pour aller à la rencontre de ceux qui s' y trouvaient. Un geste simple est accompli ; prendre un homme par le bras, le relever, l' enlever à la colère, la destruction...

Ensuite au matin de Pâques Il est ressuscité, dans sa gloire Il me montre qu' Il est le Chemin, la Vérité et la Vie.

                                                  Eglise de Joigny, Yonne

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 00:40

 

                                                                                                                                               

                                                     Statue du Bernin, église sainte Bibiane, Rome

 

Sainte Viviane ( Bibiane ou Vivienne) vierge martyre.

Julien l' Apostat qui règna de 361 à 363 renia son baptême pour galvaniser Rome et lutter contre les Perses qui menaçait son empire. Toute dissidence, et en particulier le culte chrétien, fut sévèrement réprimée, non pas directement de manière sanglante, car il était lettré et fort intelligent, mais par l'édiction de lois pour renforcer le culte de sa personnalité et refonder une politique patriotique...Lui-même était adepte de l' occultisme et de la théurgie.

 

Ainsi il imposa des lois scolaires pour provoquer l'apostasie de la jeunesse et le retour au paganisme politique. Il fit publier des textes philosophiques insistant sur la cruauté du Dieu jaloux des Juifs. Il réserva la fonction publique et les emplois militaires aux seuls païens, et rendit publics des édits discriminatoires à l' égard des chrétiens qu' il nommait la secte des Galiléens. Il renia la personne divine du Christ en lui opposant sa nature humaine purement politique.

 Julien l' Apostat (331-363), neveu de Constantin.

 

La famille de Viviane d' origine consulaire était respectée et inspirée par de fermes convictions chrétiennes. Le père de Viviane, le préfet saint Flavien fut donc mis à mort, sa mère sainte Dafrose ( fêtée le 4 janvier ) soumise au supplice de la faim puis décapitée et sa soeur sainte Démétrie frappée à mort.

Restée seule après 363, Viviane fut exposée aux assauts de Rufine envoyée par les autorités pour la faire abjurer, après que les biens de sa famille lui furent confisqués. Elle refusait toujours d' apostasier si bien que le préfet Apronien ordonna de l'attacher à une colonne et de la fouetter à coups de lanières plombées, puis il fit jeter son corps aux bêtes.

Un prêtre chrétien nommé Jean l'enterra près de la sépulture de sa mère et de sa soeur.

Peu après les chrétiens construisirent une chapelle sur sa tombe, puis une égise fut construite par le pape Simplice pour remplacer la chapelle. En 1628 le pape Urbain VIII fit construire une nouvelle église. Au-dessus de l' autel où se trouvent les reliques des martyres, le Bernin éleva une statue de la sainte, il exécuta aussi la façade de l' église. 

Prions avec Viviane qui résista au totalitarisme  et au viol des consciences !

Elle est un exemple pour les jeunes femmes fermes dans la foi.

Repost 0
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 21:15

Saint Eloi ou Eligius (590-659) né dans le Limousin, patron des orfèvres, évêque de Noyon (640-659).

D'abord conseiller de Clotaire II, il devint à partir de 629 grand argentier du roi Dagobert qu' il aida à restaurer la prospérité du royaume franc. Dagobert soumit les Gascons et imposa sa suzeraineté à la Bretagne.

Saint Eloi secourut les pauvres et racheta les esclaves; et conseilla plus tard la reine sainte Bathilde, épouse du fils de Dagobert de faire de même. ( Elle interdit l' esclavage à partir de sa régence ). Il construisit le monastère de Solignac dans le Limousin. Il déclara au roi : " Ce monastère sera une échelle par où nous pourrons tous les deux monter au Ciel ". Ami de Saint Ouen, qui fut garde des Sceaux de Dagobert et qui écrivit la biographie du saint après sa mort, il fut un financier avisé du royaume. Comme son ancêtre Clovis, Dagobert avait compris qu' un clergé instruit serait un soutien efficace à sa politique d'unité.

 

Eloi se retira à la fin de sa vie dans son évêché de Noyon qu' il administra sagement dans une période troublée.

Après sa mort des légendes lui attribuèrent des miracles.

Il aurait éconduit le diable déguisé en femme en lui attrapant le nez avec des tenailles. Cette légende illustre sans doute la volonté du haut clergé de cette époque de christianiser les moeurs matrimoniales des seigneurs. Dagobert lui-même avait de nombreuses concubines ( allusion à la fameuse chanson du XVIIIème siècle), et le saint avec douceur avisa son roi.

La seconde légende fait allusion encore au travail de saint Eloi qui, devant ferrer le sabot d' un cheval, arracha la jambe de l'animal et sa tache accomplie la lui remit en place. On peut y voir encore la volonté de l' évêque de sanctifier son labeur, le chrétien ne séparant pas la prière de l'action; ou encore une illustration de la vertu de patience en vue de l'action future à accomplir : certes l'action est immobilisée pendant la " réparation ", mais avec les sacrements ( image du fer à cheval), le chrétien poursuit de plus belle sa route. C' est à cette époque aussi que la confession privée fut reçue par les évêques. Le fer à cheval serait alors l'image de l'absolution donnée lors du sacrement de pénitence pour fortifier le chrétien dans sa route.

Saint Eloi ne sépare pas le labeur du chemin de perfection.

                                     

 

  

 

On bénit les chevaux ainsi que les bêtes de somme à la Saint-Eloi.              

Lien : http://www.catholic.pf/Eloi.htm                                                                                                                             

Repost 0
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 19:40

                                       Saint André est né en Galilée, dans sa partie nord où les Grecs étaient nombreux, et leur langue répandue parmi les autres peuples. Le nom André signifie   "  homme viril  "  dans le sens de courageux, vaillant.

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quand Jean le Baptiste a commencé à prêcher sur les bords du Jourdain, André et Jean de Zébédée le suivirent pour obtenir de lui une réponse à leurs questions spirituelles. Beaucoup profitaient de son enseignement et l'on disait qu' il était le Messie. Jean le Baptiste déclara qu' il n'était pas le Messie, mais qu' il préparait le chemin du Messie.

Lorsque Jean le Baptiste baptisa le Seigneur Jésus dans les eaux du Jourdain, il dit à ses disciples: " Voici l' Agneau de Dieu qui prend sur Lui les péchés du monde ".

Ecoutant cela, André et Jean vinrent vers Jésus, et lui demandèrent: "Maïtre, où demeures-Tu ? "

Jésus leur répondit : "Suivez-Moi, et vous verrez . "

Et depuis ce moment, ils devinrent Ses disciples.

André vint voir son frère Simon-Pierre et lui dit : " Nous avons trouvé le Messie ". C'est ainsi que Pierre rejoignit les disciples du Christ .

André, Simon-Pierre, et les frères Jean et Jacques ne quittèrent pas tout de suite leurs familles et leur occupation de pêcheurs; ce ne fut que quelques mois plus tard que Jésus au bord du lac de Galilée leur dit : " Suivez-Moi et Je vous ferai pêcheurs d' hommes ". C'est alors qu' ils laissèrent tout derrière eux,  leurs filets et leur ancienne vie pour le Seigneur. 

 

André fut donc appelé plus tôt que les autres apôtres. C'est pour cela qu' il est nommé dans les Eglises orientales:  " André-Premier Appelé ". Il assista le Christ dans toute sa vie publique dès son baptême et après la Résurrection, Jésus le bénit au jour de l' Ascension.                 

Après la Pentecôte, les apôtres partirent pour répandre la Bonne Nouvelle. Pour André, ce fut les bords du Pont Euxin ( la Mer Noire actuelle), la partie nord de la péninsule balkanique et dans des tribus scythes de la future Rous. D'après la Tradition, André prêcha en Tauride, et le long du Dniepr vers le nord.

Il parcourut  et évangélisa la Grèce, vécut à Patras, en Corinthe. Ses prêches rencontrèrent l' hostilité des autorités politiques locales, et notamment du proconsul Egée qui le traita d' insensé et finit par le condamner à être supplicié sur une croix en forme de X, supplice lent et particulièrement douloureux .

Saint André avait déclaré qu' il ne sacrifiait qu' à l' Agneau sans tache qui demeure entier et plein de vie après son sacrifice.

Il mourut en  62 après Jésus-Christ, rendant grâce d'avoir une mort qui ressemblait à celle de son Seigneur.

                                                                                                                                                                                      

Repost 0