Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 18:58

                                                                                Przemysl

 

 

Links in English about Father John Balicki' s life :

http://www.vatican.va/news_services/liturgy/Saints/ns_lit_doc_20020818_balicki_en.html

or type  " balicki  " on the search engine on the second page.

http://dmoz.org/Society/Religion_and_Spirituality/Christianity/Denominations/Catholicism/Saints/J/Blessed_Jan_Balicki/

 

L'  abbé Jean  ( Jan en polonais )  Balicki  ( prononcer Balitski )  naquit le 25 janvier 1869 en Galicie à Staromiescie près de Rzeszow ( prononcer Jechouf en polonais ) dans une famille riche en vertus humaines et chrétiennes.

La Galicie appartenait alors à l' Empire austro-hongrois et était mieux protégée dans son particularisme polonais que la partie polonaise de l' Empire russe.

 

Il entra au séminaire diocésain de Przemysl ( Prömsel en allemand ) et après son ordination en 1892 fut vicaire à Polna. Après une année il poursuivit sa formation théologique à l' Université pontificale grégorienne de Rome pendant quatre ans et effectua des voyages à Paris et à Fribourg.

Il avait un amour profond de la Vérité et centrait ses études sur la théologie de saint Thomas d' Aquin. Il devint alors professeur de théologie dogmatique au séminaire de Przemysl (1 ), ville qu' il ne quitta plus.

 

 

Il se dédiait à Dieu et à ses séminaristes qu' il veillait à confesser régulièrement ainsi que les fidèles dont il avait la responsabilité spirituelle. Il ne se contentait pas que de cela : exemple de fidélité du prêtre à sa vocation sacerdotale, il prolongeait sa direction spirituelle par des entretiens et des lettres pour suivre les progrès spirituels de ses dirigés.

 

En ses temps troublés, Przemysl capitale de la Ruthénie rouge incorporée à la Pologne au XIIIème siècle était une ville de garnison autrichienne depuis le partage de la Pologne au XVIIIème siècle. Elle avait d' importantes fortifications et était considérée comme le Verdun autrichien. Elle comprenait une population de Polonais et de Ruthènes ukrainiens avec de fortes minorités juives ( arrivées à partir du XVIème siècle ) et germaniques.  

En octobre 1914, la ville appartenant donc à l' Autriche fut assiégée par l' armée impériale russe qui se battait contre les Empires centraux  ( Autriche-Hongrie de l' Empereur François-Joseph, Reich allemand du Kaiser Guillaume ). Elle se rendit le 22 mars 1915 dans un conflit régional qui fit de nombreux morts et plus de 100 000 prisonniers. L' abbé Balicki poursuivit son ministère s' efforçant  de garder une certaine neutralité entre Autrichiens et Russes, tandis que l' évêque saint Joseph-Sébastien Pelczar mort en 1924 donnait une impulsion nouvelle aux catholiques de son diocèse.

 

Mais trois mois après la ville fut reprise par les Autrichiens et les Allemands, tandis que le nationalisme polonais se réveillait. La ville connut une période d' accalmie, lorsque l' Empire russe allié des Occidentaux s' effondra en 1917 et que la Pologne put renaître de ses cendres. Hélas, la région fut vite en proie à un nouveau conflit lorsque la nouvelle Ukraine nationaliste qui avait été appuyée par les Allemands avant leur défaite attaqua la région. Finalement la défaite des Autrichiens et des Allemands permit aux Polonais de contrattaquer les Ukrainiens et la ville devint polonaise le 12 novembre 1918. Après la guerre polono-soviétique de 1919-1920, le rattachement de Przemysl à la Pologne fut confirmé par le traité de Riga du 18 mars 1921.

 

L'  abbé Balicki connaissait une certaine notoriété dans la ville grâce à son apostolat dans une région qui se reconstruisait.

Il devint vice-recteur puis recteur du séminaire entre 1928 et 1934. Sa santé l' obligea alors à résigner sa charge conservant la direction spirituelle des séminaristes en particulier du futur bienheureux Ladislas Findysz.

Il distinguait sept degrés dans le progrès spirituel : avoir une approche sérieuse du sens de la vie, se tenir prêt à se convertir par l' auto-critique, avoir une confiance inaltérable en la prière, cueillir les fruits de la joie de l' Esprit, aimer la souffrance, louer la Miséricorde divine, s' amender sans cesse.

 

                                                              Autel privé du bienheureux Jean Balicki

 

 

Le 15 septembre 1939 la région fut occupée par les Allemands après une semaine de combats et quelques jours après par l' URSS ( alliée neutre du Reich hitlérien ) de l' autre côté de la rivière San. Hitler qui se déplaça dans la région voulait en faire une zone ukrainienne, mais elle fut intégrée au Gouvernement Général. La ville était divisée en deux : la vieille ville aux Soviétiques, les faubourgs aux Allemands.

 Le séminaire se replia en zone allemande, mais l' abbé Balicki décida de rester dans la vieille ville sous occupation soviétique. Nikita Krouchtchev s' y rendit à cette époque au moment de l' épuration des cadres de l' ancienne Pologne. De nombreux Juifs expulsés par les Allemands affluaient dans cette zone pour tenter de fuir vers l' URSS. Les Soviétiques en installèrent 7000  de force à l' Est de leur " Empire ". 

Le bienheureux Jean Balicki quant à lui fut assigné à résidence dans un autre bâtiment avec Mgr Barda l' évêque de la ville. Le 28 septembre 1939 des nationalistes ukrainiens pro-soviétiques commirent leurs premiers massacres contre la population polonaise.

Les deux hommes menaient une vie de prière dans un confinement sans cesse soumis aux vexations des occupants. En novembre 1939 Mgr Barda protesta officiellement contre l' occupation par des femmes juives, sans doute manipulées par les autorités communistes, de l' évêché. Il fut en punition confiné dans une seule pièce. Le vandalisme anti-catholique se déchaîna dans toute la partie polonaise occupée par les communistes.

Sous l' occupation soviétique qui dura deux ans, 11 562 Polonais trouvèrent la mort. L' élite intellectuelle et administrative de la ville fut décimée. Tous les officiers et un certain nombre de membres de la magistrature, du corps enseignant, des personnalités scientifiques et religieuses furent emprisonnés ou exécutés sommairement. Il fallait démoraliser l' ancienne Pologne dite bourgeoise par les autorités communistes.

 

Lorsque les Allemands attaquèrent leur ancien " allié " rouge en juin 1941, la ville et ses alentours furent  entièrement le 28 juin sous contrôle allemand. Les combats et les exécutions qui eurent lieu par la suite firent 5 662 morts parmi les Polonais. L' abbé Balicki continua à demeurer avec l' évêque et reprit contact avec les séminaristes. Mais la situation empira à partir de juin 1942, les premiers convois de Juifs vers les camps de la mort furent organisés et un ghetto de 22 000 Juifs fut créé. Ils furent presque tous exterminés à Auschwitz et à Belzec. Mgr Barda protesta contre la création de ce ghetto auprès du Commissaire allemand de la ville Gieselman, mais en vain. Près de 600 habitants polonais de Przemysl qui avaient  protégé des Juifs partagèrent leur sort et des exécutions publiques eurent lieu à partir de 1943.

 

De plus en plus malade l' abbé Balicki continuait à soutenir ses dirigés dans ces temps de tourmente.

 

L' Armée rouge chassa les Allemands le 27 juillet 1944 de Przemysl qui devint avec les nouveaux découpages territoriaux une ville proche de la frontière avec l' URSS.

 

En 1945, Premysl comptait 22 173 Catholiques, 5 372 Gréco-Catholiques ( Ruthènes ), 415 Juifs, 284 personnes d' autres confessions. La ville avait perdu 57¨% de sa population ! 17 961 Juifs exterminés par les Allemands, s' ajoutant aux 5 662 tués polonais. Les Soviétiques quant à eux furent responsables de la mort de 11 562 Polonais. Les deux occupations à Przemysl causèrent la mort de 17 227 Polonais et 17 961 Juifs.

 

L' abbé Balicki s' efforça de résister spirituellement  à la nouvelle politique d' athéisme et continua son ministère alliant apostolat et vie contemplative. Contrairement à 1939 où de nombreuses églises furent détruites et les religieux pourchassés, les autorités communistes n' attaquaient plus frontalement le catholicisme, mais le faisaient de manière sournoise.

 

Malade en février 1948 il fut conduit à l' hôpital où il mourut de tuberculose le 25 mars 1948 regretté par toute la ville.

 

Dès 1975 Mgr Karol Wojtila évêque de Cracovie, proche de Przemysl, écrivit à Rome pour ouvrir son procès en béatification. Devenu Pape, il le béatifia pour sa fidélité à la Foi et à son ministère sacerdotal, en particulier de direction spirituelle, le 18 août 2002 à Cracovie.

 

                                                                    Séminaire de Przemysl

 

Lien ( in English ) bataille de Przemysl : http://www.greatwardifferent.com/Great_War/Przemysl/Przemysl_00.htm

Lien ( en polonais ) sur le séminaire de Przemysl :

http://www.wsd.przemyska.pl

(1 ) prononcer Pchemysl en polonais

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires