Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 04:34

Antoine Leszczewicz* naquit en 1890 dans la partie polonaise de l' Empire russe, dans la Lithuanie actuelle. Il étudia dans le seul séminaire diocésain catholique de la partie russe de l' Empire, dans la capitale, Saint-Pétersbourg.

Il fut ordonné en avril 1914 et devint vicaire dans la paroisse polonaise d' Irkoutsk en Sibérie, puis dans d' autres paroisses. L' Empire était en guerre, et bientôt la révolution bolchévique allait faire disparaître tout un monde. La Sibérie fut un des centres de la lutte entre Rouges et Blancs et passa des uns aux autres jusqu' à sa chute définitive entre 1919 et 1920. Il s' enfuit donc par l' Est, jusqu' en Chine, en Mandchourie, où il s' installa parmi la colonie des anciens sujets du tzar à Kharbin. Kharbin comprenait ( jusqu' à la prise du pouvoir par les communistes chinois en 1949 ) une forte population russe, car elle était un ancien centre industriel et commercial concédé économiquement à la fin du XIXème siècle à la Russie.

Il consacra ses efforts à la paroisse polonaise de Saint-Stanislas et, en 1924, devint curé d' une autre paroisse catholique de Kharbin, celle de Saint-Josaphat, où il fit construire une école paroissiale, un foyer pour enfants pauvres, une infirmerie, etc...

                                                     Rue à Kharbin

En 1937, il entendit parler des Marianistes polonais et décida de postuler chez eux. Il reçut la permission de l' administrateur apostolique et du supérieur des Marianistes. Après 25 ans d' exil, il allait retrouver les paysages de son enfance dans un nouveau pays qu' il ne connaissait pas encore : C' était la nouvelle Pologne renée de ses cendres depuis 18 ans.

Il prit le bateau jusqu' à Tokyo, gagna Rome ( où il reçut la bénédiction papale ) et finalement la Pologne. Il fit connaissance avec la Congrégation ( fondée au XVIIème siècle ) des Clercs de l' Immaculée Conception de la BVM, ou Marianistes polonais, en pleine expansion depuis sa rénovation en 1910 et la création de maisons en Pologne et aux Etats-Unis.

Il y prononça ses voeux trois mois avant la seconde guerre mondiale...

Il fut nommé dans une paroisse près de Wilno ( qui fut polonaise jusqu' à l'automne, aujourd' hui Vilnius en Lithuanie ). Mais l' entrée des troupes soviétiques, en septembre 1939,selon les termes de l' accord Ribbentrop-Molotov provoqua l' annexion de cette partie de la Pologne dans l' URSS. Elle s' intégra à la Lithuanie devenue soviétique...

Le Père Leszczewicz avait été envoyé quelques jours avant l' invasion soviétique par ses supérieurs dans la partie plus au nord de la province à Drouya sur la frontière avec l' URSS où se trouvait un monastère et un noviciat de la Congrégation.

Les Soviétiques confisquèrent les biens de la Congrégation, leur champ et leur bétail, nationalisèrent les écoles, mais curieusement laissèrent les religieux habiter leur maison. Ils furent soumis à des vexations, mais ne  furent pas arrêtés.

En 1941 les  Allemands chassèrent les Soviétiques, et les religieux ainsi que leurs soeurs Servantes de Jésus-dans-l' Eucharistie purent reprendre leurs activités apostoliques.

S' ouvrait au Nord un champ d' apostolat plus vaste : les anciens territoires soviétiques au Nord de la rivière Dvina. Les populations locales purent renouer le contact avec leurs proches dont ils avaient été séparés depuis plus de vingt ans par la frontière de l' URSS.

Pour le Père Leszczewski et ses confrères, c' était l' occasion de restaurer les paroisses détruites, et de partir en mission.

Les Allemands avaient chassé l' occupant soviétique ; mais très vite le nouvel occupant allemand, d' abord bien accueilli par les populations, allait par sa brutalité faire basculer les habitants.

Il s' installa donc fin 1941 encore plus au Nord-Est à 30 km, dans la paroisse de Rositza** en Biélorussie devenue soviétique en 1918. Elle était désormais sous administration allemande. Il fit venir un nouveau confrère polonais d' origine biélorusse, le Père Georges Kaszyra*** , 16 religieuses Servantes-de-Jésus-dans-l' Eucharisite, deux autres prêtres de la congrégation le Père Félix Czeczott, le Père Wladislaw Lazewski et un séminariste Henry Tomaszewski.

Il avait une grande dévotion envers le Christ-Roi ( dont la fête avait été étendue à toute l' Eglise récemment ), antidote des idéologies meurtrières de ce siècle. Les Mexicains une dizaine d' années avant et les Espagnols catholiques l' avaient compris aussi dans leur martyre.

Fin 1942, les Allemands intensifièrent leur répression contre ceux qu' ils soupçonnaient d' être communistes. Une expédition punitive allait s' organiser contre les villageois, les missionnaires partirent sauf six religieuses et  les Pères Leszczewski et Kaszyra.

En février 1943, un détachement venu de Lettonie s' installa à Drouya. Il comprenait des Ukrainiens, des Estoniens, et des Lettons encadrés par des officiers nazis allemands. Ils venaient spécialement se venger des partisans communistes qui organisaient des raids à partir des forêts et des marais environnants.

 ils traversèrent la Dvina et ratissèrent tout le secteur, emmenant les suspects et brûlant les maisons. Ils enfermèrent un millier d' otages de la région dans l' église catholique du bourg laissant en liberté les religieux ; mais les Pères Leszczewski et Kaszyra refusèrent d' être séparés de leurs ouailles.

Ils restèrent avec eux pour les confesser, célébrer des messes et des baptêmes dans l' église.

Les soldats emmenèrent le Père Leszczewicz avec un groupe de douze personnes dans les écuries de l' ancien manoir du lieu qu' ils firent exploser à coups de grenades, le 17 février 1943. Le Père Kaszyra fut enfermé le lendemain avec une trentaine de prisonniers dans une maison de bois que les Allemands incendièrent.

Il furent béatifiés en 1999 par Jean-Paul II

Liens :  http://marian.org/marians/beatification/index.html

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5689598.html

Illustration de la carte de Pologne sur le site http://cent.ans.free.fr

* Prononcer Lechtchévitch

** Rosica en polonais, prononcer Rositza. L' église avait été transformée en salle de cinéma pendant l' ère soviétique.

*** Prononcer Kachira

                                       Eglise de la Sainte-Trinité de Rositza

                                                 construite en 1884

Partager cet article

Repost 0

commentaires