Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 01:48

La belle Bathilde ( Batichildis ), d' origine anglo-saxonne, fut capturée sur les côtes d' Angleterre par des pirates danois. Certains historiens pensent qu'elle était la fille d' un prince du Wessex, qui perdant la guerre contre les intrusions viking se fit donc enlever sa fille comme trésor de guerre. Elle fut vendue certainement fort cher en 641 à un palatin de la cour de Neustrie, Archimbaut ( Archinoald, Erchinoald ).

                      Statue de sainte Bathilde, au jardin du Luxembourg à Paris

 Elle devint jeune fille de la suite de sa femme et remarquée par sa beauté et ses vertus. Devenu veuf, Archimbaut voulut l' épouser, mais selon la légende elle s' enlaidit ( momentanément, rassurons-nous ) et se dissimula. Il finit par en épouser une autre.

 La véritable raison du mariage de Bathilde fut la sagesse ( ou l' ambition ) politique d' Archimbaut qui la présenta au jeune Clovis II, roi des Francs faible de caractère et enclin aux plaisirs. Elle l' épousa à l' âge de 19 ans, et Archimbaut conserva son rôle de maire du palais, car il avait la confiance et l' estime de Bathilde. En six ans de mariage elle eut trois fils : Clothaire III ( 652-673 ), Childéric II et Thierry III.

 

Devenue veuve en 657, cela dut être un soulagement, elle fut régente pendant la minorité de son fils Clothaire dont elle s' efforça de stabliser le royaume dans ces temps troublés, guidée en cela par les évêques saint Geniès, saint  Landry de Paris, saint Eloi de Noyon ou saint Ouen de Rouen. Elle mit l' Austrasie sous le contrôle de la Neustrie. 

Lien sur saint Eloi : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-4750796.html

 

Ses premières mesures furent de stabiliser les populations en faisant édicter des lois favorables aux colons cultivateurs. Elle fit supprimer le cens ( loi de l' époque romaine ) qui était dû par les habitants de race gauloise.

 

Elle se fit la fondatrice et la protectrice de monastères selon la règle du fameux moine irlandais saint Colomban qui défrichèrent des terres, comme celui de Chelles près de Paris ( sur le lieu d' un oratoire fondé par sainte Clotilde ), l' abbaye de Fontenelle, ou Corbie, etc... et faisaient office d' hospices. La Gaule se relevait à peine de l' époque des invasions où sa population était passée de 8 millions à 5 millions ! Il fallait reconstruire et refonder...

Contrairement au sud de la Gaule qui était restée chrétienne, après l' invasion des Huns et les guerres franques, le nord de la Gaule était largement déchristianisé, et les églises détruites. C' était sous l' impulsion des Francs nouvellement chrétiens que le nord de la France ( ou Gaule  franque ) allait se relever. Saint Eloi était d' origine gallo-romaine, il avait compris la force de volonté des Francs, et comme lui beaucoup avaient compris aussi qu' il fallait reconstruire sur des ruines. L' originalité de cette époque consiste en ce que beaucoup de femmes franques furent à l' origine de ce mouvement d' union des bonnes volontés, et que le pouvoir royal faisait confiance depuis Clovis et surtout Dagobert aux vertus d' organisation de l' Eglise.

 

Elle mit les clercs de la sépulture royale de Saint-Denis, ( où était enterré Dagobert ) sous la règle monastique, en les affranchissant du pouvoir de l' évêque. Ce qui fut critiqué, pour des raisons évidemment financières.

 

 

Mais surtout elle lutta contre l' esclavage. Réprouvé par l' Eglise, ce système quasiment disparu des villes subsistait dans les grands domaines agricoles et chez les dignitaires. Elle-même ancienne captive esclave, elle en racheta un grand nombre sur ses propres deniers.

 

Elle fit réduire les impôts ( capitation calculée sur le nombre d' individus du foyer ) des laboureurs pour empêcher que les familles pauvres ne vendent leurs enfants !

 

Elle rendit la vente et l' achat d' esclaves définitivement illégaux, sans toutefois obliger les propriétaires, souvent d' ancienne origine gallo-romaine, des grandes exploitations d' affranchir les leurs immédiatement. Le système finit par s' éteindre. Quant aux captifs venus de l' étranger, et proposés à la vente comme on dirait aujourd' hui, elle décréta qu' ils devenaient obligatoirement libres sur le sol franc !

L' hostilité grondait contre elle, alors qu' elle avait enfin pacifié le royaume...

Lorsque Clothaire fut en âge de gouverner, elle préféra se retirer ( sous escorte militaire... ) au monastère de Chelles qu' elle avait fondé, pour échapper à l' hostilité des grands qui la détestaient et la traitaient de sorcière. Lorsqu' un de ses proches conseillers fut assassiné, elle comprit l' avertissement. N'avait-elle pas fait rédiger des lois contre la simonie, et ainsi fait freiner l' accès des rejetons des grands aux bénéfices des abbayes ? N'avait-elle pas fait affranchir leurs paysans ? Et surtout ne cherchait-elle pas à unir le royaume ?  

 

 Elle accédait enfin à la véritable liberté de se consacrer à la prière. Elle  soignait les malades, et participait à la vie religieuse comme une simple moniale, ayant fait élire comme abbesse une autre soeur qu' elle avait remarquée, sainte Bertille, venue de l' abbaye de Jouarre ( fondée en 630 ).

Rapidement, des filles de familles influentes ou des princesses comme sainte Hereswithe d' Angleterre, arrivée en 655 et sa soeur sainte Hilde ( 614-680 ) fondatrice d' abbayes en Angleterre, ou sainte Mildred de Kent ( morte en 732 ) fondatrice elle-aussi en Angleterre vinrent à Chelles, centre de rayonnement non seulement spirituel, mais aussi civilisationnel. 

 

Elle n' avait pu empêcher l' influence du maire du palais Ebroin de dominer par ses intrigues contre les avis de saint Léger d' Autun, conseiller de la reine. Ce fut lui qui gouverna véritablement et écarta la reine, inaugurant une période où le royaume franc s' enfonça dans les divisions, jusqu' à l' avènement de Charles Martel...

 

Elle mourut le 30 janvier 680 à Chelles, dans l' humilité, et fut canonisée par le pape Nicolas Ier ( 858-867 ).

 

La propre soeur de Charlemagne, Gisèle ( 757-810 ),  fut abbesse de Chelles qui se mit sous la règle bénédictine au VIIIème siècle,  ainsi que la fille du Régent, Louise-Adélaïde d' Orléans au XVIIIème siècle. L' abbaye était spécialement protégée par le roi, et de nombreuses princesses y furent éduquées. L' abbaye fut fermée en 1790, et détruite en 1796, après avoir été vendue comme bien national.

Ses reliques, protégées par les habitants de Chelles pendant la révolution, furent transférées à l' église Saint-André de Chelles où elles reposent toujours. Quelques reliques, distraites de l' ensemble, se trouvent à la chapelle Pie-IX de Rome, à l' abbaye de Jouarre, et à la cathédrale de Meaux.

                                    Eglise St André de Chelles, XIIIème siècle 

On figure sainte Bathilde avec une échelle vers le ciel, selon un de ses songes ( Chelles=échelle ).

 

Lien sur Clovis II et la politique d' Archimbaut : http://www.monarchies.org/souverains/france/merovingiens/clovis_II.htm 

Lien sur un joli site traitant de sa chasuble conservée au musée municipal de Chelles :

http://www.baladeenpaysbriard.com/archive-05-23-2006.html

                      Ruines de l' abbaye ND de Chelles dessinées par Victor Hugo

Partager cet article

Repost 0

commentaires

éric 30/01/2007 06:57

Illustration du dortoir de l' Abbaye de Chelles dans l' ouvrage illustré d' Eugène Viollet-le-Duc ( 1856 ) " l' architecture française de XIème au XVIIème siècle ".