Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 14:32

Parfois l' hérésie est issue d' une volonté d' union. Une bonne volonté faussée accepte le dialogue sur des bases plus temporelles que spirituelles.

Ainsi Héraclius cité dans mon article précédent, qui préféra au titre d' empereur celui de basileus, voulut rétablir le dialogue entre les Eglises orthodoxes d' Orient et d' Occident ( latine ) avec les Eglises dissidentes qui rejetaient le Concile de Chalcédoine ( 451 ). N' oublions pas, bien qu' élevé en Afrique romaine où son père fut exarque de Carthage, qu' il était originaire d' Arménie ( dont l' Eglise était empreinte d' ambiguïtés monophysites ) et que son empire temporel était menacé par les Perses et  plus tard par les mahométans arabes. Politiquement il fallait rétablir l' union, galvaniser les énergies et les volontés.

Piero della Francesca, église Saint-François d' Arezzo, bataille d' Héraclius contre Chosroès

 

La discussion s' établit sur la définition de la volonté, de l' énergie divine. Jusque-là Saint Cyrille d' Alexandrie avait parlé " d' énergie vivifiante unifiée " et le Pseudo Denys l' Aéropagite " d' énergie de l' Homme-Dieu ".

   

En 630 quelques temps après sa victoire contre les Perses, Héraclius fit nommer Cyrus patriarche d' Alexandrie ( récemment libérée ) qui réussit à faire accepter aux dissidents monophysites d' Egypte la base du Concile de Chalcédoine ( les deux natures consubstantielles du Christ ) en leur concédant l' unité d' énergie en Jésus-Christ ( c' était la doctrine du monoénergisme ).

 

 

Mais Héraclius ne s' en tint pas là. Rempli d' ardeur grâce à ce succès, Héraclius demanda alors au patriarche Serge de Constantinople ( qui avait vaillament résisté contre les Perses lors de leur assaut contre la capitale en 626 ) d' établir la vérité du MONOTHELITISME ou monothélisme ( du grec= une seule volonté ) en s' appuyant sur les livres patristiques.

 

 Serge qui était favorable au dialogue, fit appel au pape HONORIUS ( 625-638 ) qui de Rome appuyait mollement cette doctrine, sans y adhérer vraiment :  c' est-à-dire deux natures distinctes, l' une divine, l'autre humaine dans le Christ; mais laissant à la PREMIERE  toute volonté. Le Christ n' aurait qu' une seule volonté divine.

     

     Statue d' Héraclius

 

 

 

Mais Saint Sophrone*, successeur et ami de Saint Modeste, patriarche de Jérusalem ( conquise par les Arabes en 637, moyennant un programme de soumission=dhimitude négocié par le patriarche ) s' opposa fermement à ce compromis.

De même le moine Saint Maxime le Confesseur** qui avait fui l' Egypte devant les conquêtes musulmanes en 640, se rendit en Afrique du Nord encore libre  pour combattre ce projet d' union.

 

Le pape Honorius, pour finalement ne pas trop se compromettre, écrivit deux lettres imprécises à Serge de Constantinople définissant une seule énergie s' exerçant DE  DIVERSES  MANIERES ( polytropôs ). Il était trop tard pour lui de s' extirper de ce quiproquo, malgré la défense de Saint Maxime qui avait démasqué la pression des monothélites à l' égard du pape.

Faisant fi du synode organisé par Saint Sophrone à Jérusalem, Héraclius publia à la basilique Sainte-Sophie en 638 un Exposé ( Ekhtesis ) de la doctrine monothélite pour faire obéïr l' Eglise en entier. Ce que refusa le pape Jean IV. 

 

 La mort d' Héraclius ( d' hydropisie ) le 11 février 641 renversa la tendance.

 

Son successeur Constant II ( 641-688 ) fut convaincu par le pape Théodore ( qui avait condamné les thèses d' Honorius ) de faire cesser la controverse. Le pape Théodore fit excommunier le nouveau patriarche Paul de Constantinople qui avait accepté l' Ekhtesis, et Constant II fit publier un édit impérial ordonnant le silence définitif.

 

Allait-on en rester là ?

 

Un pape suivant,  Saint Martin Ier ( 649-653 ), en accord avec Saint Maxime le Confesseur arrivé d' Afrique, ralluma la controverse et en 649 dans son palais du Latran, condamna l' hérésie et les édits impériaux. Il s' agissait de la liberté de l' Eglise.

Saisi par l' empereur, le pape fut accusé de haute trahison et banni en Chersonèse ( aujourd' hui en Crimée ) où il mourut en 655. On voit jusqu' où pouvait aller le pouvoir temporel...Quant à Saint Maxime le Confesseur qui avait refusé de signer l' édit impérial, il fut mutilé et déporté en Colchide ( côte orientale du Pont-Euxin ou Mer Noire aujourd' hui ) où il mourut en 662. 

La sévérité impériale fit cesser les discussions, et les papes succédant à Saint Martin Ier se turent.

 

 

 

 

Ensuite sous le règne de Constantin IV le Barbu, le VIème Concile fut convoqué à Constantinople (III ) en 680 pour trouver une solution. Le pape Agathon ( 678-681 ) confirma les décisions du Latran de 649.

L' évêque Constantin Macaire qui présidait le Concile était favorable au monothélitisme. Les légats du pape rappelèrent la doctrine de Chalcédoine à l' assemblée. Fut donc confirmée la coexistence de deux volontés naturelles, mais inséparables, avec subordination coopérante de la volonté humaine à la volonté divine. Constantin Macaire fut excommunié et l' attitude permissive du pape Honorius condamnée. Depuis lors le doute du " Non falsata more Graecorum " subsiste. Le Concile Vatican Ier a voulu dissiper l' accusation contre Honorius. Selon les historiens, il fut condamné après sa mort comme  prétendument hérétique par sa négligence en quelque sorte...

 

 

Le monothélitisme se maintint dans l' Eglise maronite du Liban qui finit par se rallier à Rome à l' époque des Croisades tout en gardant sa liturgie propre et sa discipline.  

 

 

Cette controverse est intéressante car au-delà de l' aspect théologique, elle montre les limites du pouvoir pontifical par rapport au politique. Un pape politique Honorius n' a pas pu empêcher l' hérésie, un pape plus théologique Saint Martin Ier n' a pu empêcher le pouvoir politique de réduire l' Eglise au silence.

Enfin le pouvoir politique, face aux menaces anti-civilisationnelles ( du point de vue de la chrétienté ), ne peut rassembler à lui-seul les forces spirituelles.

 

Qu' en est-il aujourd' hui ?

 

 

                                           Saint Sophrone de Jérusalem

 

 L' Eglise nous demande de prier cette semaine pour l' unité des chrétiens.

 

* Il est remarquable de noter que lorsque Saint Sophrone fit envoyer un émissaire, Etienne, de Jérusalem à Rome pour prévenir le pape des agissements des monothélites, voici ce qu' il lui dit :

" marche du lever du soleil jusqu' au coucher, jusqu' à ce que tu arrives au Siège Apostolique où se trouve le FONDEMENT  DE  LA  DOCTRINE  ORTHODOXE " . ( orthodoxe=opinion droite)

**Saint Maxime le Confesseur avait bien compris que si Jésus-Christ n' avait qu' une volonté divine, il n' avait pas de volonté humaine, donc la volonté humaine ne pouvait être sauvée. La vie spirituelle consistant à conformer librement la volonté humaine à celle de Dieu, perdrait alors sa signification.

Liens : Saint Sophrone http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5967021.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article

commentaires