Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 20:07

La grande question que l' on trouve déjà chez Parménide à propos de la création : Est-ce que l' être peut venir de rien ? 

 

Autrement dit y a-t-il une création ex nihilo ? Le rien serait-il déjà quelque chose ? Qu' est-ce que l' être et qu' est-ce que l' Etre?

 

Dieu serait sorti de lui-même, alors qu' il est la perfection. Il ne s' est pas suffit à lui-même. Dans le christianisme, il a BESOIN de créer...par amour. Cette action extérieure à lui-même est justifiée par la Trinité action éternelle de l' amour de Dieu. Dans d' autres religions, elle est uniquement due à sa toute puissance, sa volonté, sans qu' elle soit  spécifiquement aimante.

 

Dieu n' est pas qu' un démiurge ordonnateur comme chez Platon, pour qui la matière est coexistente de Dieu qui y a mis de l' ordre ( la matière étant considérée comme désordonnée). Les manichéens distinguaient un principe du bien et du mal pour dépasser le principe de la matière désordonnée.

 

Le Dieu des chrétiens, lui,  a un rapport particulier à son ouvrage. Il a un projet vis-à-vis du créé. Il y a un finalisme dans la création, celui de l' amour. Dans le christianisme il existe donc la toute puissance de Dieu ( comme dans d' autres religions, en particulier celle du judaïsme et celle de l' islam ), la prescience de Dieu, c' est-à-dire la connaissance de son projet et la providence divine ce qui veut dire l' action constante de sa sagesse.

 On retrouve ses attributs divins dans d' autres pensées religieuses, mais le PLUS de la création chrétienne consiste en ce que le Créateur déploie son intelligence ( d' où le discours de Benoît  XVI à Ratisbonne sur la raison ), en effet Dieu ne se contente pas d' être tout puissant et simplement obéi sans déploiement de la raison. La créature ne doit pas être aveugle ou sourde aux raisonnements philosophiques. Elle doit se poser des questions, lui poser des questions.

 

 

Enfin la seconde raison de cet acte d' extériorisation de Dieu est celle de son amour. Amour qu' il exerce d' abord dans la rédemption, dans l' acte de salut de la croix.

 

                                vitrail de l' église saint Thibaut de Joigny  ( Yonne )

Dieu n' est pas simplement immanent et nécessaire comme chez Spinoza qui rejetait l' idée d' un Dieu personnel. Dieu n' est pas non plus un simple principe comme chez Aristote qui ne pouvait concevoir l' idée d' intervention d' un dieu dans nos vies.

Je pense qu' il est doux de réaliser que ce principe supérieur est celui de l' amour et non pas celui de la soumission. On constate un recul de l' idée d' un dieu personnel dans les sociétés riches d' aujourd' hui, faisant faire un bon de centaines d' années en arrière aux consciences qui se réfugient dans un matérialisme morbide antithèse de la jeunesse éternelle de l' amour.

J' espère que cette mode matérialiste ne sera que passagère.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eric - dans réflexions
commenter cet article

commentaires