Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

5 décembre 2006 2 05 /12 /décembre /2006 00:34

SAINT SABAS, ou Sabbas ( Savva, Sava dans les langues slaves, Saba dans les langues latines ) est un saint des Eglises d' Orient et de l' Eglise catholique. Fêté le 5 décembre.

           Saint Jean-Baptiste, modèle des ermites et Saint Sabas, art russe XVIème s. Pskov

 

Saint Sabas naquît vers 443 dans une famille chrétienne grecque d'Asie Mineure en Cappadoce qui le fit étudier au monastère Sainte-Flaviane près de Césarée de Cappadoce ( aujourd' hui devenue Kayseri ville turque d' Asie Mineure).

Très tôt il eut la vocation monastique, malgré la tradition militaire de sa famille. A 17 ans, il obtint la bénédiction de son supérieur pour accomplir un pélerinage en Terre Sainte. Il y fréquenta des moines ermites ( anachorètes) qui vivaient dans des grottes ou dans le désert, comme Saint Jean-Baptiste. Il fit la connaissance du vieux moine Saint Euthyme le Grand qui convertissait beaucoup d' Arabes nomades et avait été le conseiller spirituel de l' impératrice Eudoxie, épouse de l' empereur byzantin Théodose II.

Mais dans un premier temps,  le vieux moine qui n'avait pas l' habitude de recevoir de jeunes moines le recommanda à un autre père, Saint Théoctiste qui se chargea de son instruction et l' introduisit dans une vie plus érémitique. Ensuite il revint trouver Saint Euthyme, et ils parcoururent la région du Jourdain et de la Mer Morte. Il recueillit son dernier souffle en 473 et s'ensuivirent plusieurs années de solitude et de contemplation dans les grottes du désert.

 On aperçoit sur la photo la vallée du Cédron, et les grottes des moines.

Finalement s' agrégèrent à lui des ermites qui ne se rassemblaient que lors des vigiles et de la liturgie du dimanche, et  pour prier dans une laure (monastère). Les moines expérimentés vivaient aux alentours de la laure, tandis que les plus jeunes menaient une vie plus communautaire selon la règle de Saint Basile.

Petit à petit Saint Sabas organisa la laure où il fit construire une église et structurer le noviciat, tandis que les plus jeunes moines qui n'avaient pas l'âge adulte étaient envoyés à un autre abbé Saint Théodose.

En 492 Sabas, qui avait été rejoint par de nombreux moines, reçut l'ordination sacerdotale et le patriarche Salluste de Jérusalem le choisit pour remettre de l'ordre dans le monachisme de cette époque. Il fut nommé archimandrite (abbé) exarque de tous les anachorètes de Palestine, tandis que son ami Saint Théodose recevait la responsabilité des moines cénobites ( communautaires).

L' opposition à Saint Sabas fut sévère, car l'archimandrite bousculait les habitudes des plus anciens et recommandait plus d' étude et de discipline. Certains moines eurent raison de lui et il dut partir fonder une nouvelle laure près du lac de Tibériade.

Sur le plan doctrinal, Saint Sabas défendit le CONCILE DE CHALCEDOINE qui avait eu lieu en 451 et qui définissait notamment la personne du Christ et ses deux natures divine et humaine. Au contraire le monophysisme surtout développé en Asie Mineure ( dans l' ancienne Arménie) en Cilicie et en certains endroits d' Egypte rencontrait les faveurs de beaucoup, et de l' empereur byzantin Anastase en particulier. Saint Sabas dut se rendre à Constantinople pour le faire renoncer à son hérésie et ...car un saint est souvent réaliste, lui demander d' alléger les impôts des Palestiniens !

Il revint au monastère de la vallée du Cédron où il vécut très âgé au milieu des chrétiens de Palestine et mourut en 532. 

Ce monastère de Saint-Sabas ou Mar Saba* connut jusqu' à nos jours tribulations et dévastations. Il se situe en Cisjordanie, aujourd'hui administrée par l' Etat d'Israël, toujours entouré de vastes murs donnant sur des grottes vides, car le monastère est devenu depuis longtemps cénobitique. A ses pieds les ruines d' un palais d' Hérode dresse ses colonnes, et au loin Bethléem se profile avec ses minarets et ses églises...

A l' intérieur des murs du monastère, la liturgie byzantine en langue grecque continue de se déployer depuis 1600 ans, là où vécut Saint Jean Damascène deux siècles plus tard au temps des invasions qui ne cessèrent jamais alentours !

liens :

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5210533.html

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-4776022.html

http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-5323738.html

*Le monastère connut d' importantes restaurations en 1840 commandées par l' empereur Nicolas Ier de Russie. En 1900, il comptait une cinquantaine de moines, aujourd' hui ils sont une quinzaine. Le monastère est fréquemment visité par les pélerins ( en particulier les jeunes couples ) qui viennent prier Saint Sabas dont le corps est exposé dans une châsse dans la petite chapelle centrale.

En 645 un groupe de moines de Mar Saba fuyant les Arabes se réfugia à Rome, où ils fondèrent le monastère grec de Saint-Sabas ( titulaire actuel le cardinal Medina ) ou Cellae Novae en référence aux cellules des ermites du monastère de Mar Saba. Ses moines jouèrent un rôle diplomatique important en représentant le pape lors de délégations à Constantinople. Ensuite le monastère passa aux bénédictins. L' église reconstruite au Xème et au XIIIème siècles conserve des reliques du saint dans la crypte. Elle est confiée aux Jésuites.

Partager cet article

Repost 0

commentaires