Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 23:25

 Sainte Barbara ( ou Barbe ), patronne des étudiants, des artilleurs, des sapeurs, des pompiers, des fusiliers, des mineurs et des architectes. Invoquée pour se protéger des morts violentes. Fêtée le 4 décembre.

Il existe plusieurs versions de la vie de Barbara ( du grec, étrangère) qui mélangent la légende à des faits précis. Certaines la font naître près d' Antioche, d' autres en Egypte ou en Syrie, les sources les plus fréquentes citent Nicomédie et surtout Héliopolis, près de l' actuelle Baalbek . Il semble que sa vie retrace celle de plusieurs jeunes filles chrétiennes qui eurent à souffrir de l' opposition de leur père à leur foi chrétienne.

Celle qui nous intéresse vécut sous le règne de l' empereur Maximien ( 305-311). Elle était une jeune femme lettrée et réservée, qualités que les préjugés de son temps qualifiaient de " barbares ", c'est à dire étrangères à Rome.

Son père Dioscure, haut fonctionnaire de l' empereur, étant veuf, résolut d' établir sa fille unique en lui donnant une éducation poussée, et la confina dans une tour où elle ne fréquentait que des précepteurs et des lettrés.

La légende décrit l' admiration que la jeune fille éprouvait de sa fenêtre à la vue de la nature. Elle s' interrogeait sur l ' origine de la création, et en vint par ses lectures à découvrir l' existence du Créateur.

Elle refusait les riches partis que son père lui proposait, préférant se consacrer à l' étude et à l' approfondissement de sa foi naissante. Furieux de l' opposition de sa fille, son père lui permit dans un premier temps de se confronter au monde dans l' espoir qu' elle renoncerait à ses méditations; mais elle rencontra des paysannes chrétiennes et reçut le baptême.

Il la fit enfermer alors à nouveau, et la légende rapporte que son père lui fit construire une chambre dans une tour avec deux fenêtres, mais la jeune fille fit ouvrir une troisième fenêtre pour méditer sur la Trinité.

Refusant toujours de se marier, son père la dénonça aux autorités de la ville ( le préfet Marcien ), et son procès dura trois jours. Le 2 décembre, elle refusait toujours d' abjurer et la force du credo de Barbara convertit une jeune paysanne du nom de Julienne qui dès lors partagea son sort.

Elle fut condamnée à être décapitée, et son père exécuta lui-même la sentence avec son épée. la légende ajoute que son abominable père fut alors foudroyé !

 

Ce témoignage ( ce martyre ) nous informe que :

1° l' Eglise dès les premiers temps poussaient les femmes à étudier et à s' interroger sur la Création, contre les préjugés des sociétés exagérément patriarcales de l' Orient.

2° L' étude n' est qu'une première étape, la deuxième étant la contemplation qui est aussi accessible àux âmes simples ( Barbara est convertie par des paysannes qui lui avaient fait découvrir la prière).

3° La force de son caractère et la fermeté de sa foi sont un message pour d' autres femmes ( Julienne).

4° Le pouvoir du père qui est dévoyé, puisqu' il s' exerce contre la liberté de sa fille, est anéanti.

C' est ainsi que dès le VIème siècle, l' empereur Justin fit transférer ses reliques à Constantinople et son culte se répandit dans tout l' Orient pour la liberté des femmes. En Occident son culte fut connu vers le VIIIème siècle et surtout répandu avec les premières croisades. Une partie de ses reliques fut transférée en Italie par les Vénitiens, une autre par Barbara la fille de l' empereur byzantin Alexis Comnène ( 1081-1118) qui grâce à son mariage avec le prince russe Michel de Kiev les confia à la cathédrale Saint-Wladimir de Kiev où elles se trouvent toujours.

Partager cet article

Repost 0

commentaires