Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 21:15

Saint Eloi ou Eligius (590-659) né dans le Limousin, patron des orfèvres, évêque de Noyon (640-659).

D'abord conseiller de Clotaire II, il devint à partir de 629 grand argentier du roi Dagobert qu' il aida à restaurer la prospérité du royaume franc. Dagobert soumit les Gascons et imposa sa suzeraineté à la Bretagne.

Saint Eloi secourut les pauvres et racheta les esclaves; et conseilla plus tard la reine sainte Bathilde, épouse du fils de Dagobert de faire de même. ( Elle interdit l' esclavage à partir de sa régence ). Il construisit le monastère de Solignac dans le Limousin. Il déclara au roi : " Ce monastère sera une échelle par où nous pourrons tous les deux monter au Ciel ". Ami de Saint Ouen, qui fut garde des Sceaux de Dagobert et qui écrivit la biographie du saint après sa mort, il fut un financier avisé du royaume. Comme son ancêtre Clovis, Dagobert avait compris qu' un clergé instruit serait un soutien efficace à sa politique d'unité.

 

Eloi se retira à la fin de sa vie dans son évêché de Noyon qu' il administra sagement dans une période troublée.

Après sa mort des légendes lui attribuèrent des miracles.

Il aurait éconduit le diable déguisé en femme en lui attrapant le nez avec des tenailles. Cette légende illustre sans doute la volonté du haut clergé de cette époque de christianiser les moeurs matrimoniales des seigneurs. Dagobert lui-même avait de nombreuses concubines ( allusion à la fameuse chanson du XVIIIème siècle), et le saint avec douceur avisa son roi.

La seconde légende fait allusion encore au travail de saint Eloi qui, devant ferrer le sabot d' un cheval, arracha la jambe de l'animal et sa tache accomplie la lui remit en place. On peut y voir encore la volonté de l' évêque de sanctifier son labeur, le chrétien ne séparant pas la prière de l'action; ou encore une illustration de la vertu de patience en vue de l'action future à accomplir : certes l'action est immobilisée pendant la " réparation ", mais avec les sacrements ( image du fer à cheval), le chrétien poursuit de plus belle sa route. C' est à cette époque aussi que la confession privée fut reçue par les évêques. Le fer à cheval serait alors l'image de l'absolution donnée lors du sacrement de pénitence pour fortifier le chrétien dans sa route.

Saint Eloi ne sépare pas le labeur du chemin de perfection.

                                     

 

  

 

On bénit les chevaux ainsi que les bêtes de somme à la Saint-Eloi.              

Lien : http://www.catholic.pf/Eloi.htm                                                                                                                             

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric 01/12/2006 22:09

Image tirée du site:
www.ville-noyon.fr