Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 11:42
cf lien : http://ut-pupillam-oculi.over-blog.com/article-10573478.html

Saint Philippe Néri est né à Florence, le 21 juillet 1515. La famille Néri qui avait vécu dans une certaine opulence se trouvait alors dans la gêne. Le père, François, était notaire,mais n'avait plus que quelques clients et la mère, Lucrèce, mourut après avoir donné le jour à son quatrième enfant.

Le père se maria en seconde noces avec Alexandra Lenzi qui sut établir un rapport affectueux avec ses beaux-enfants, et particulièrement avec Philippe. Celui-ci était doté d'un caractère vif,mais aimable et surtout pieux et joyeux. Il fut d'abord éduqué par son père qui lui donna le goût des livres. Toute sa vie saint Philippe Néri fut accompagné de livres et laissa en héritage à sa congrégation une bibliothèque extrêmement volumineuse.

Il poursuivit son éducation chez les Dominicains du couvent Saint-Marc de Florence (ce couvent qui possède les admirables fresques de Fra Angelico). A dix-huit ans, il entra dans le négoce d'un parent, mais ses aspirations étaient autres. Il se rendit à Rome en 1534, où le Florentin Caccia lui offrit l'hospitalité en tant que précepteur de ses fils. en même temps, il suivait des leçons de philosophie et de théologie chez les Augustins de la ville et à la Sapienza. Il avait cependant une attirance pour la vie contemplative, les catacombes des premiers martyrs et les églises solitaires. C'est ainsi qu'une nuit de la Pentecôte 1544, il reçut des grâces spéciales et que son coeur fut animé jusqu'à la fin de ses jours d' un esprit de charité et de don de soi.

Il dédia alors ses journées à des visites à l'hôpital des incurables et s'intégra à des confraternités comme celle de l'église de la Sainte-Trinité des Pèlerins, dont il fut grâce à son confesseur, le principal animateur. Le Père Rosa qui vivait à Saint-Jérôme de la Charité fut un guide attentif des progrès spirituels du futur saint. Philippe se sentait pourtant indigne du sacerdoce, néanmoins à trente-six ans, le 23 mai 1551, après avoir reçu les Ordres mineurs, Philippe Néri, devint prêtre en l'église de Saint-Thomas in Parione, de Mgr Lunel. Il poursuivit alors l'apostolat intense qu'il avait commencé dans les rues de Rome. Il habitait à la maison de Saint-Jérôme, siège de la confraternité de la Charité qui accueillait un certain nombre de prêtres séculiers. Son ministère principal fut celui de la confession. Il recevait ses premiers pénitents pour des dialogues et des entretiens spirituels et mit au point petit-à-petit les fondements de ce qui allait devenir l'Oratoire. Saint Philippe Néri obtint bientôt de ses confrères un local pour recevoir ses nouvelles âmes zélées, parmi eux César Baronio et François-Marie Tarugi, futurs cardinaux.

La Congrégation de l'Oratoire fut au début une communauté de prêtres qui avaient en partage le goût de l'apostolat, selon des méthodes modernes pour l'époque. Philippe Néri reçut à cette époque la charge de recteur de l'église de Saint-Jean des Florentins qui devint le premier centre de rayonnement des Oratoriens. Ensuite le Pape Grégoire XIII donna à ce groupe de prêtres l'église de Sainte-Marie in Vallicella, située à côté, et par la bulle '' Copiosus in misericordia Deus '' reconnut en 1575 la '' Congregatio presbyterorum saecularium de Oratorio nuncupanda ''.


C'est en cette église et l'habitation de laquelle il se trouvait que le futur saint passa les dernières douze années de sa vie. Il recevait toute sorte de personnes, sans exclusion de milieu, afin de les conduire sur leur chemin spirituel. Elle étaient accueillies avec douceur et prévenance vers la simplicité évangélique, surtout les âmes qui avaient connu auparavant des parcours difficiles.

Il mourut à quatre-vingts ans, le 26 mai 1595 : il avait vécu trente-six ans en tant que laïc, et quarante-quatre ans en tant que prêtre. Florentin d'origine, ce dont il était fier, et Romain d'adoption, il vécut en union particulière avec le Seigneur, et fut toujours animé d'un caractère particulièrement original et joyeux. Certains le jugeaient comme excentrique, mais son apostolat était fécond. Les Oratoriens plus tard furent à la tête de nombreuses maisons d'éducation. Ils existent encore aujourd'hui, malgré la crise des années 1960-1970.

Le peuple de Rome lui attribua le titre d'Apôtre de Rome, ce qui était réservé à saint Pierre et à saint Paul, tant il reconnaissait alors les bienfaits de saint Philippe Néri. Puisse la Cité éternelle s'en souvenir encore, aujourd'hui !...

Il fut particulièrement mentionné, lors de l'Année Sainte 2000, par le précédent pape Jean-Paul II .  

Partager cet article

Repost 0

commentaires