Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  •   le blog ut-pupillam-oculi par : Eric
  • : Je me propose de partager quelques réflexions, et de voyager avec vous dans l' univers spirituel de personnalités d' exception. Vous pouvez me laissez vos commentaires, afin que je puisse corriger les articles si nécessaire.
  • Contact

Recherche

2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 12:38
Jean-Théophane Vénard naquit, le 21 février 1829, à Saint-Loup-sur-Thouet dans le diocèse de Poitiers, au sein d'une famille profondément chrétienne et patriarcale. Il grandit en effet avec ses frères et soeurs sous la vigilance particulière de son père instituteur du village (il sera greffier plus tard), et acquit un caractère résolu qui allait de pair avec un coeur tendre. Déjà enfant, il lisait avec ardeur les articles des Annales de la Propagation de la Foi, particulièrement ceux des prêtres martyrisés au Tonkin.

 
Il fut ordonné prêtre en 1852, au sein de la Société des Missions Etrangères de Paris, à un époque où la France était le  pays au monde à envoyer le plus de missionnaires outre-mer et dans les colonies. En septembre 1852, il fut assigné à la mission de la Chine, alors qu' il aurait préféré celle du Tonkin (aujourd' hui nord du Vietnam), pays particulièrement dangeureux pour les missionnaires. Son père dira, ému : " J'ai perdu la plus belle fleur de mon rosier ! "
Peu avant, il s' était enrôlé dans la pieuse association de la Sainte Famille qui priait et faisait prier pour les missions. Son fondateur le vénérable Pierre-Bienvenu Noailles remarqua alors que Théophane deviendrait un jour sûrement martyr, tel était en effet le sort de beaucoup de ces jeunes gens, notamment en Extrême-Orient...
Il vécut quinze mois à Hong-Kong chez ses confrères pour se préparer ; mais à cause d'une guerre en Chine fut finalement envoyé à  l'ouest du Tonkin, où les édits royaux frappaient durement les chrétiens. Son voeu intérieur était exaucé. Les chrétiens doivent souvent se cacher dans les grottes ou la forêt. Théophane, de santé fragile, partage leur sort et continue à prêcher. Le chef local ferme les yeux sur sa mission, où il est aidé par des religieuses tonkinoises, les Amantes de la Croix. Il doit souvent confesser ou  distribuer les sacrements de nuit. Il est finalement capturé, lors d'une période de répression plus sévère, le 30 novembre 1860, au bout de huit ans d'apostolat.

Il est enfermé dans une cage de bambou tellement petite que son sang circule à peine, jusqu' au jour de sa mort : Il meurt en martyr, décapité à Hanoï, le 2 février 1862, à l'âge de 31 ans.
Il fut béatifié, en 1909, par saint Pie X, et canonisé en 1988 par Jean-Paul II.

Sainte Thérèse de l' Enfant-Jésus, qui avait épinglé au-dessus de son lit une photographie de Théophane avec celles de la Sainte Vierge et de  ses frères et soeurs décédés, fut une ardente admiratrice de la Foi de Théophane Vénard.  Elle avait lu la correspondance émouvante du jeune prêtre, publiée par le frère de celui-ci, Eusèbe, prêtre lui-aussi. A travers son martyre et sa mission, elle revivait elle-même l'idéal de sa Foi, liée au sacrifice. Elle fut d'ailleurs à cet égard élevée au rang de patronne des missionnaires. Le 6 septembre 1897, on lui apporta sur son lit de malade un reliquaire du martyr, prêté au Carmel de Lisieux par une religieuse de la Congrégation de l' Immaculée-Conception.

Saint Théophane Vénard est fêté ans le diocèse de Poitiers, le 13 février.

Bibliographie : bande dessinée,  " Dans les griffes du tigre ", parue en 2007 aux éditions CLD.
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires